uncl logo course
Mar 21 avr
Mar 21 avr
 
uncl_miximage

amare_colG
voile > Méditerranée Equipages
SNIM 2015 : 50 ans bien soufflés !
15 avril 2015
par UNCL - Ludovic ABOLLIVIER

La SNIM 2015, Sport et Rock’n Roll … Nous avons eu les deux ! Faisant face à toutes les situations, la Société Nautique de Marseille a joyeusement soufflé les cinquante bougies de la SNIM, et la météo des premiers jours l’a bien aidée à le faire. Attendue chaque année, la SNIM est déjà la sixième étape du Championnat Équipages IRC-UNCL 2015. Il n’est pas d’anniversaire sans cadeau : une forte croissance des inscrits par rapport à l’an dernier (104 IRC, 18 Grand Surprise) vient récompenser la qualité d’organisation et la convivialité de la SNM. Une telle vitalité à cinquante ans, ça donne juste envie !



- Un programme, c’est fait pour être modifié !

Jeudi 2 avril, Éole joue avec les nerfs des Marseillais, beaucoup de bateaux en convoyage vers la Cité phocéenne sont à la peine. Même le VOR 70 SFS, ne se risque pas à passer le Cap Sicié. WALLYÑO (Wally 60) annonce qu’il ne viendra pas, ce qui réduit le groupe IRC1. Dans la soirée, Philippe Peytou évoque l’idée de lancer un prologue le lendemain. Pas question de priver de cinquantième les quelques bateaux manquant à l’appel vendredi matin. Le prologue se concrétise, Philippe Faure en Rade Nord (IRC 1, 2, 3) et Jérôme Nutte en Rade Sud (IRC4, IOR, Sportboat et Grand Surprise) proposent des parcours côtiers, tandis que les derniers arrivants regagnent le Vieux Port au fil de la journée, ravis de découvrir leur place de ponton indiquée par un sticker au nom de leur bateau. L’accueil de La Nautique s’exprime dès cette première intention que les concurrents apprécient. Pour les IOR, Sportboats et Grand Surprise, pas de prologue car tout le monde est là.

Course de Nuit, pas course de nuit ? Trop de vent, puis pas assez… Finalement elle n’aura pas lieu cette année, sans trop de regret puisque cela permettra de valider plus de courses pour “rattraper” le prologue… Et puis cela permettra aussi de passer deux soirées bien animées sur le Vieux Port, devant le Nul Part Ailleurs, partenaire de La Nautique situé à deux pas du pavillon flottant, avec samedi soir Pasta Party, Open Bar et un concert de Rock fidèle à l’esprit de la cinquantième SNIM organisé en partenariat avec RTL2. Concernant le Dimanche soir, … tout allait bien jusqu’au troisième but du PSG… Après aussi, mais c’était quand même mieux avant.

À chaque instant de la SNIM, les bénévoles de La Nautique, les comités de course, le comité d’organisation, se montrent extrêmement attentifs et disponibles, le tout dans une atmosphère joyeuse et détendue. Les modifications du programme s’enchainent et tout le monde s’adapte sans broncher. Sur l’eau c’est à couteau tiré, mais pour des retrouvailles plus chaleureuses et conviviales à terre en soirée.


- Météo à choix multiples pour des courses variées

Sur les trois jours de la compétition, les concurrents auront eu le loisir de goûter à un florilège bien orchestré, un ventilo calé à 20 nœuds de Sud Ouest et plus avec un peu de houle le samedi, moins d’air le dimanche et le lundi, avec un plan d’eau parfait. Les parcours construits et les quelques côtiers s’enchainent magistralement, les conditions de jeu sont idéales et les régates offrent un spectacle magnifique de part et d’autre du Frioul.

En Rade Nord, les 6 IRC1 et 19 IRC2 sont regroupés au sein d’une série unique. Pour les “gros” IRC 1, notamment SFS le Volvo 70 de Lionel Péan ou COYOTE, le Tp52 de Michel Reynaud, pas facile de faire parler la puissance du bateau sur des parcours tactiques souvent courts car le comité de course doit aussi tenir compte des variations du vent et souhaite éviter de trop nombreuses modifications. Les parcours côtiers viennent rééquilibrer le jeu.

Samedi matin, dans des conditions soutenues qu’ils affectionnent particulièrement, ce qui est encore plus décevant pour eux, le Swan 601 de Gérard Logel AROBAS (rupture de tuff luff) et le Grand Soleil 54 de Jean-Yves Thomas TY SOLEIL (rupture de hale-bas de GV) perdent toute chance de victoire en se privant d’une journée de compétition.Aux avant-postes, nous allons vite retrouver des noms bien connus.

Jean-Jacques Chaubard et l’équipage de TEAM VISION FUTURE (ci-dessus) allongent la foulée dès les premières courses et remportent “sereinement” la SNIM en s’adjugeant plus de la moitié des manches. Second du groupe et premier IRC 2, l’A40 RC GLEN ELLEN V (ci-contre), mené par Jöel Xiberras, est celui qui résiste le mieux aux Tropéziens. Laurent Camprubi complète le podium sur le Xp44 ALIZÉE.

Avec 31 bateaux au départ, l’IRC3 est très bien représentée en Rade Nord. On y retrouve notamment une armada d’A35 et de Sun Fast 3600 aux côtés de bateaux dont la compétitivité s’est confirmée au fil des ans, First 35, Farr 30 ou 36, Dufour 36… Le premier jour dans la brise, si les Sun Fast 3600 EURO-VOILES (Denis Infante) et TIP (Gilles Pagès) font jeu égal avec Jin Tonic Sequel, l’A35 de Bernard Daurelle prend un léger avantage le dimanche et le concrétise définitivement le lendemain. Dans cette classe, des bateaux comme WEEKEND MILLIONNAIRE, TAHINA SOCAFLUID ou DARE DARE ont aussi bien montré qu’ils avaient le potentiel de gagner une SNIM, tout comme CHENAPAN, l’A35 v2 de Gilles Caminade, malheureusement victime d’un démâtage suite à collision lors de la seconde course.

En Rade Sud, à l’abri relatif des Iles du Frioul, évoluent les IRC 4, IOR, Sportboat, ainsi que les 18 Grand Surprise de Teamwinds qui s’en donnent à cœur joie.

S’ils restent discrets à terre, les IOR ont néanmoins leur place bien à eux dans cette édition anniversaire. Les 10 bateaux engagés assurent un spectacle de toute beauté pour les amoureux de bosses, creux, bastaques et tableaux arrière suffisamment pincés pour égayer les bords de portant sous spi dans la brise. Les bateaux disputent un côtier par jour. L’IRC étant bien adaptée aux anciens IOR, tout le monde défend chèrement sa chance sur l’eau,

jusqu’à la victoire finale de Franck Bourriot et l’équipage de KERTIOS 3 (ci-contre), un plan Mauric de 1973, devant , l’Aphrodite 101 superbement restauré par son propriétaire, Marc Devèze et FANTOME de Frédéric Breysse, l’un des deux magnifiques Drac 10.50 engagés sur la SNIM. Jean-Christophe Calicchio et son Samouraï JEAN DE RÉAL, doté du plus petit rating de la série, terminent au pied du podium.

En IRC4, le Jpk 10.10 SUN DAY (ci-dessous) de Frédéric Niçaise s’impose avec 3 victoires de manche et malgré un OCS qui aurait pu lui coûter cher.

Mais les Bandolais ont su réagir sur les deux dernières courses, coiffant ainsi sur le fil leurs deux adversaires les plus pressants. Comme l’an dernier, Antoine Illes et son X34 ALMOGAVER doivent se contenter de la seconde place tandis qu’ATLOG, l’A31 de Christophe Heurtault termine sur la troisième marche du podium après un très bon début de compétition. Notons également la victoire de Stéphane Sollari et son Soling PAGO dans une Classe Sport réduite qui comportait 4 bateaux.

Les coureurs de La Nautique auront bien honoré leur club pour cette cinquantième : Jin Tonic vainqueur en IRC 3, Glen Ellen V et Alizée, second et troisième en IRC 1&2, Kertios, Mô et Fantome sur le podium en IOR, c’est tout bon pour le classement national du meilleur club IRC ! Mais la saison est encore longue et il est trop tôt pour les pronostics. Après cette étincelante SNIM, les étraves se dirigent à présent vers la baie d’Hyères qui va connaître un mois de mai intense sous le signe de l’IRC avec à suivre la Hyères Twin Race (2-3 mai, Championnat Double), les Hyères Series (8-9 mai) et la Semaine de Porquerolles (14-17 mai).

Consultez les classements du Championnat Méditerranée Équipages IRC-UNCL 2015 : IRC1, IRC2, IRC3, IRC4.



- Photos : SNIM 2015 © Pierick Jeannoutot

Dans cette rubrique


L'agenda du trophée

uncl logo