031_01

Régater en IRC : les bonnes pratiques

29 février 2016, la Trinité sur Mer, 13 bateaux étaient pesés en condition IRC dans le cadre de la session organisée par l’UNCL. Temps sec, vent inférieur à 15 nœuds, les conditions étaient réunies pour le succès de cette opération. Cette session était menée par Jean Sans, Ludovic Abollivier, Eric Sendra et Thierry Rodrigues. Au cours de cette pesée, chaque bateau a été inspecté de font en comble pour vérifier sa conformité vis-à-vis de la Règle 17 IRC, en préalable aux pesées elles-mêmes et aux mesures de flottaison (ne vous fiez pas à la présence des défenses sur la photo ci-dessus, leur poids a bien entendu été déduit).

Si elle est un premier pas vers l’optimisation d’un rating, la pesée, accompagnée de la mesure des élancements, est avant tout le moyen le plus efficace pour établir une base fiable, aux yeux du Centre de Calcul IRC, du propriétaire et de ses concurrents sur l’eau. Plus de sérénité pour tout le monde, et plus d’équité…

Plusieurs autres gestes et attitudes essentiels sont à préconiser avant une compétition ; ci-dessous, une liste assez complète bien que non exhaustive.

 

Certificat IRC : une copie à bord

Une copie du certificat IRC en cours de validité du bateau, doit être conservée à bord du bateau (Règle IRC 8.2.3). Cela n’est pas toujours le cas, la copie ayant souvent été remise à l’inscription. En cas de contrôle du bateau sur l’eau, c’est pourtant le seul document sur lequel le jaugeur peut s’appuyer. En absence de copie, le Jaugeur d’épreuve n’a pas le choix, il fait un rapport au Comité de Course… Soyez donc attentif à cette règle simple, perdre quelques places, voire une régate, pour une telle erreur est regrettable.

Une copie informatique peut être acceptée (smartphone, tablette, ordinateur du bord), bien entendu sous réserve qu’elle soit identique à la copie papier remise à l’inscription. Ce n’est pas encore officiellement dans la Règle, mais il y a de forte chance que cela soit accepté l’an prochain. Donc à titre d’essai, cette solution est acceptable.

 

Tolérance zéro sur les mesures

Certains régatiers font une mauvaise interprétation de l’article 9.8 de la Règle IRC :

9.8 Quel que soit le cas de révision de rating, le certificat devient invalide quand une nouvelle mesure accroit le rating du bateau et diffère de celle apparaissant sur le certificat,

– de plus de 1% pour les mesures : P, E, STL, LH, LWP, Bau, Tirant d’Eau, FL, HLUmax, J, MHW, MTW, MUW (voir Annexe 1, Définitions des mesures et Abréviations),

– de plus de 2% de SPA ou HSA ;

– de plus de 5% de y, x ou h ;

– de 5% ou 200 Kg (valeur la moins élevée) en matière de « poids » ;

ou si un détail spécifique est clairement erroné.

Cette règle intervient uniquement dans le cadre d’une révision de rating et ne s’applique pas à l’inspection d’équipement au cours d’une épreuve. Elle ne signifie pas qu’il est possible de déclarer des mesures diminuées des pourcentages exprimés dans la Règle 9.8 lors de la transmission des données au Centre de Calcul IRC pour établissement du certificat IRC, c’est une fausse interprétation.

Lors d’une compétition, les règles qui s’appliquent en termes d’inspection d’équipement sont les Règles IRC 8.10.1, 8.10.2 et 8.10.3 :

8.10.1 Les valeurs portées sur le certificat pour LH, le bau, le poids du bulbe, le tirant d’eau, x, P, E, J, FL, MUW, MTW, MHW, HLUmax, HSA, PY, EY, LLY, LPY, HLUmax pour un cotre, SPA et STL sont des valeurs maximum.

8.10.2 Les valeurs portées sur le certificat pour le poids du bateau, BO, h, SO, y et le poids des ballasts internes sont des valeurs minimum.

8.10.3 Si au cours d’une Inspection d’équipement par un Inspecteur d’équipement ou au cours d’une mesure effectuée dans le cadre des Règles 10.2 ou 13.6, toute mesure pour la jauge excède une valeur maximale ou est inférieure à une valeur minimale, alors le bateau n’est pas en conformité avec son certificat.

La Règle IRC fixe des valeurs mini et maxi (8.10.1 et 8.10.2). Lors d’une inspection d’équipement, la seule mesure que le contrôleur relèvera est celle qu’il lit sur son mètre. Dans le cas des voiles si ces mesures excèdent celles apparaissant sur le certificat, la seule conclusion qu’il pourra tirer est que le bateau n’est pas en conformité avec son certificat. Cet élément de son rapport au Comité de Course sera traité devant le jury.

 

P et E, que déclarer ?

Contrairement aux trois mesures de largeur (MHW, MTW et MUW), P et E ne se mesurent pas directement sur la grand-voile. Il semble utile de rappeler les définitions données par la Règle IRC :

P : La distance entre la marque limite supérieure (bas de la marque) de la grand-voile et le plus bas des deux points suivants :

– le haut de la bôme quand elle est perpendiculaire au mât,

– le point d’amure de la grand-voile sur le mât principal.

La marque limite supérieure doit être indiquée de façon permanente par une bande de couleur contrastée, de 25mm de large. Si la bande n’existe pas, la mesure sera prise jusqu’à la face supérieure du réa de drisse de grand-voile.

Dans le cas d’un gréement aurique, le point supérieur de mesure est le pic de la grand-voile ou le point haut de la voile de flèche s’il y en a une à bord.

E : La distance entre le point extérieur de la grand-voile et la face arrière du mât (ou dans le cas d’une goélette, la face arrière du mât avant). La marque limite extérieure doit être indiquée de façon permanente par une bande de couleur contrastée, de 25mm de large (on mesure à partir de la limite intérieure de la marque). Si la bande n’existe pas, la mesure sera prise jusqu’à l’extrémité de la bôme. Pour la mesure de la distance entre le point extérieur de la grand-voile et la face arrière du mât, la règle ERS H.4.2 ne s’applique pas. Tout équipement, courbure locale, retrait local et toute surépaisseur dans le sens longitudinal d’un rail de voile ou d’un support de rail ne sera pas pris en compte.

En l'absence de bandes, notez bien les mesures P et E que vous devez déclarer.

En l’absence de bandes, notez bien les mesures P et E que vous devez déclarer.

 

HLU, HLUmax : suis-je dans le vrai ?

Mesures_Voile AvantIci encore un rappel des définitions données par la Règle IRC s’impose :

HLU : La longueur de guindant de la voile d’avant embarquée ayant la plus grande surface et pouvant être utilisée en course.

HLUmax : La plus grande longueur de guindant de toutes les voiles d’avant embarquées et pouvant être utilisées en course.

Rappelons aussi la formule du calcul de la surface d’une voile d’avant donnée par la Règle IRC 21.7.1 (cette formule est elle-même indiquée sur votre certificat) :

HSA = 0.0625 x HLU x (4 x HLP + 6 x HHW + 3 x HTW + 2 x HUW + 0.09)

Prenons l’exemple de votre génois lourd, qui n’est probablement pas la voile d’avant ayant la plus grande surface utilisée en régate à bord de votre bateau… Imaginons que son guindant est supérieur au guindant de votre voile d’avant ayant la plus grande surface (votre génois max, probablement le léger). Ce n’est pas pour autant que ce génois lourd ne peut plus être utilisé en course ! Il vous suffit de déclarer son guindant en HLUmax.

Si vous craignez l’effet sur le TCC, faites couper le guindant de ce génois lourd à une dimension égale à celle du guindant de votre génois max. Rappelez-vous dans ce cas que couper un guindant entraine un abaissement des points de mesure des largeurs (HHW, HTW, HUW) et donc une augmentation de la valeur de ces mesures. Il vous reste donc à vérifier que cette voile au guindant raccourci a une surface toujours inférieure à la voile que vous avez déclarée comme ayant la plus grande surface.

 

Vérifier la tension des filières et leur matériau

Hormis l’aspect sportif, la tension des filières et leur matériau sont avant tout des questions de sécurité, grand cheval de bataille de nombreux Comités et Jurys à juste titre. Rappelez-vous également que lorsque vous faites votre demande de certificat IRC, il vous est demandé de préciser si vos filières sont conformes au regard des Règlementation Spéciales Offshore (RSO) publiées par World Sailing (nouveau nom de l’ISAF). Le texte de référence a été modifié dans l’édition 2016-2017 des RSO :

  • Tension des filières :

RSO3141_Tension_FilièresRSO 3.14.1. i) Quand une force de déflexion de 4 Kg est appliquée sur une filière à mi- distance entre les supports les plus écartés en arrière du mât, la déflexion ne doit pas excéder

– 50 mm pour une filière supérieure ou une filière unique

– 120 mm pour une filière intermédiaire

Un contrôleur d’équipement le contrôlera très facilement lors d’une épreuve, à l’aide d’un dynamomètre… Prenez les devants, c’est tout aussi simple pour vous de le contrôler en amont.

  • Matériau des filières :

Les filières en textile sont autorisées uniquement si vous courez en Catégorie RSO 4. Et dans ce cas, ces filières textiles doivent répondre à des normes précises et être installées suivant les procédures établies. Dans les catégories RSO 0, 1, 2 et 3, seules les filières en câble acier toronné sont acceptées.

Ci-dessous la Règle 3.14.6 des RSO 2016-2017 :

RSO3146_Matériau_Filières

 

Vous pouvez retrouver la version intégrale des Règlementations Spéciales Offshore 2016 – 2017 ICI.

Nombre d’équipiers et poids d’équipage en IRC

En IRC, la règle par défaut (Règle 22.4), c’est-à-dire sans modification par Avis de Course, est le respect du poids d’équipage maximum inscrit sur votre certificat IRC 2016 et qui correspond à N, le nombre d’équipiers lui aussi inscrit sur votre certificat, multiplié par 85 Kg.

Lisez bien votre avis de course pour savoir ce qui s’applique… Si le poids s’applique, le contrôle du poids d’équipage peut intervenir à tout moment en cours d’épreuve. Ici aussi, prenez les devants. Demandez à l’organisateur s’il est possible de faire peser votre équipage lorsque vous venez vous inscrire. Il est alors encore temps d’ajuster en cas de dépassement et tout le monde y gagne en sérénité.

 

Utilisation des Voiles en course : les mêmes voiles pour toute l’épreuve

Lors d’un grand prix dont le format classique réside en des parcours tactiques et côtiers sur trois ou quatre jours avec retour à terre chaque soir, on doit commencer, participer et terminer l’épreuve avec les mêmes voiles, c’est-à-dire avec les voiles embarquées à bord avant la première course. Ainsi par exemple, si on déclare utiliser 3 spis en course (ce qui apparait sur le certificat IRC), ce sont les 3 mêmes spinnakers qui doivent être utilisés pendant toute l’épreuve.

La Règle IRC 21.1.5 le précise, notamment dans ses points a) et d) :

21.1.5. Il n’y a pas de limitation sur le nombre ou le type de voiles embarquées pendant les régates IRC sauf :

1.a) la limitation du nombre de spinnakers

1.d) dans une régate courue sur plusieurs jours consécutifs, en incluant les jours de repos, les voiles embarquées doivent rester les mêmes et être à bord pour toute la course.»

Si une voile est endommagée en cours d’épreuve et que l’équipage estime devoir la débarquer pour réparation ou remplacement, il doit adresser une demande écrite d’autorisation de débarquement/remplacement de matériel au Jaugeur d’épreuve, en expliquant les raisons de la requête. Le jaugeur peut demander de constater l’état du matériel en question, puis il transmet un avis au président du Comité de Course qui décide au final. L’avis du jaugeur est très généralement suivi par le président du Comité.

Si l’autorisation est accordée, le jaugeur contrôlera la voile réparée ou la voile de remplacement avant qu’elle ne soit embarquée, pour bien s’assurer qu’elle est en conformité avec le certificat de jauge IRC du bateau. Précisons que cette procédure est applicable non seulement aux voiles mais encore à tout remplacement ou débarquement de matériel au cours d’une régate.

Hors du cadre de cette procédure, aucune voile ne doit quitter ou intégrer le bord du début de la première course à la fin de la dernière. Dans le cas contraire, un rapport du jaugeur ou le protest d’un concurrent peut vous faire perdre au mieux votre soirée au jury, au pire quelques places au classement général.

 

Fin

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *