Giraglia 2016 : Laurent Camprubi refait sa course

La Rolex Cup Giraglia en Solo était l’un de mes objectifs 2016, une course et un parcours que j’apprécie particulièrement et que j’ai gagné en overall avec Alizée en 2013.

Les Solo et Duo partaient en dernier, 270 bateaux obligent…

 

Bon départ et très petit temps dans la rade de Saint-Tropez,  j’ai rapidement rattrapé les équipages partis 20′ plus tôt. Se retrouver en solo au milieu d’une telle flotte est un instant magique, on est tout le temps au contact et à la lutte avec d’autres bateaux ce qui est très motivant !

Je passe la première marque au large de Camarat déjà dans la première moitié de la flotte, pour une remontée au près vers la Giraglia dans un petit temps assez complexe … En effet les fichiers sont contradictoires et aucun ne colle à la réalité ! Pour ma part, j’opte plutôt au sud de la route sans être extrême et surtout en exploitant toutes les bascules de vent pour rester sur le bord rapprochant.

Au petit matin je suis bien placé, un peu plus nord que la majorité de la flotte, il y a des zones de molle à éviter et encore beaucoup de places à gagner … Je me recale vers la Corse, pour toucher enfin un flux de NW 8/10N qui m’amènera jusqu’à la Giraglia sous spi.

J’ai pu engranger quelques siestes de 15′ la première nuit, donc plutôt en bonne forme, bien alimenté, et je profite de ce dernier bord sous spi pour prendre encore un peu de repos car je sais que la météo sera musclée après la Gira, et qu’il faudra tout donner car je vois mes adversaires directs sur l’AIS qui ne sont qu’à 6/7 milles derrière moi.

Au passage de la Giraglia à 18h32, je passe sous solent et j’envoie mon spi lourd pour un largue serré (110°du vent réel), dans un vent qui est passé au 235 pour environ 20/22N.

Une heure plus tard, j’entends à la VHF les 2 JPK Léon et Expresso passer la Gira, il faut donc que je leur prenne 1H30 sur la descente sur Gênes en 86 milles … le challenge est difficile mais j’y crois et ma détermination est énorme! Je décide de passer sous grand spi car chaque seconde va compter et je sais que mon bateau est capable de supporter cette charge. Le vent est maintenant établi à 25/30N au 225 , et je suis déjà régulièrement à 14/15N de vitesse … Le grand pied !

À la tombée de la nuit, le coup de vent annoncé rentre brutalement, et me voici sous grand spi avec un 30/35N établis, les rafales deviennent de plus en plus violentes et mes surfs atteignent régulièrement les 18/19N, ça commence à être chaud, mais le bateau est bien équilibré et accélère très fort dans les rafales sans se coucher. Les autres bateaux sont sans spi ou en vrac, je dépose la flotte, j’ai l’impression de voler, ce bateau est absolument magique :-)), les milles défilent à une vitesse incroyable !

Vers 22h30, la mer s’est formée et commence à déferler, ma situation est précaire, je tiens bon pour prendre tout ce que je peux mais une rafale et une déferlante plus violente que les autres me mettent au tapis … Je tente de repartir en vain, je risque de casser le matériel et décide d’affaler le spi, je repars GV haute avec solent.

Le vent est établi à 38/40N au 235, et l’angle plus serré me permet une vitesse régulière à 14/15N avec des pointes à 20N dans une mer énorme et limite safe … C’est vraiment très très chaud, mais je ne lâche rien, attaché très court et en permanence sous l’eau ! Je passe quelques bateaux en difficulté et la VHF est très active, j’imagine la situation des équipages peu aguerris, dur dur (2 équipages ont été hélitreuillés pour casse de gouvernail, cela donne une idée des éléments déchainés )

À 8 milles de l’arrivée le vent mollit à 25N, j’ai l’impression d’être à l’arrêt, mais la mer est énorme, voire dangereuse, je ne peux pas renvoyer le spi.

Je passe la ligne d’arrivée à 2H26′, soit 7H56′ pour faire les 86 milles à près de 11N de moyenne

Le résultat est à la hauteur de mon engagement et de ma détermination !

Je finis premier Solo en réel et compensé, et j’inscris mon nom pour la deuxième fois sur cette épreuve, cette fois en Solitaire, un énorme plaisir et une grande satisfaction.

Pour info, je finis 65ème temps en réel de toute la flotte, et 2ème en compensé derrière TIP le vainqueur Overall.

Laurent Camprubi

1 réponse
  1. Lari martine
    Lari martine says:

    Très heureuse pour toi Laurent
    Ton article m’a fait frémir
    Bravo pour ta ténacité et ton talent de regatier

Les commentaires sont fermés.