Volvo Round the Ireland Race : Il faut y aller

 

C’est à l’arrivée de la Rolex Fastnet Race l’an dernier où circulait un prospectus sur la course que j’ai pris la décision de faire le tour d’Irlande en 2016. Une conversation avec Bernard Gouy qui connaît fort bien le pays et la course qu’il a remportée sur son Inis Mor ont conforté cette décision. La Round Ireland Yacht Race désormais parrainée par Volvo est organisée par le Wicklow Sailing Club avec le concours du RORC. Le parcours est simple : faire le tour de l’île dans le sens des aiguilles d’une montre en laissant à tribord toutes les roches émergentes (env. 700 milles).

Wicklow est un petit port de pêche situé au sud de la mer d’Irlande. Il n’y a pas de ponton ni les équipements y attenant mais les gens du club et la population locale ne demandent qu’à vous rendre service. En fait les grands bateaux  ou a fort tirant d’eau résident un peu plus haut à la marina de Don Lahogaire (prononcez  « Don Léry ») et rejoignent Wicklow pour franchir la ligne de départ disposée juste devant le port. La flotte comptait dans sa globalité 65 bateaux, dont 3 MOD 70 et d’autres multis, le presque 100 pieds Rambler, des Class40 et une majorité d’IRC courant en équipage et en double. Nous sommes partis à tirer des bords près de la côte à l’intérieur des bancs de sables visibles de loin car ils sont hérissés d’imposantes éoliennes. Le courant est une constante en mer d’Irlande, notamment à la sortie sud au passage du phare Tuskar et encore plus au nord, notamment du côté de Rathlin Island, non loin de l’Ecosse, au point que ce passage à niveau peut chambouler l’ordre établi à 150 milles de l’arrivée.

2016.06.20 tour d'Ilande Groupe 5 (1)

Le vent soufflant principalement de secteur ouest au sud puis à l’ouest de l’Irlande subit de fortes déviations au nord de l’île là où commence la mer d’Irlande, puis ensuite à l’est. Bref le parcours est intense et passionnant tout du long, plus que celui du Fastnet. Avec mon compagnon Quentin Duforest, nous avons louvoyé en sud Irlande dans des conditions musclées au point d’inaugurer une configuration originale : GV 1 ris et tourmentin. Après un bref répit au rocher du Fastnet, le vent a repris une belle vigueur sur la côte ouest avalée à grande vitesse sous spi de brise et 1 ris dans la GV. Le speedo de notre SF 3200 Groupe 5 n’avait jamais dépassé les 20 nds. C’est désormais chose faite ! Loin là haut, la nuit n’est pas complètement obscure et de courte durée : ce qui rend moins pénible les longues stations à la barre. Au nord de l’île le vent s’est apaisé.

Le but était d’atteindre Rathlin Island avant la renverse. Il s’en est fallu d’une quinzaine de minutes pour accomplir la mission. A raser la côte nord de l’île, on a bien cru avoir partie gagnée mais au moment d’atteindre la pointe à 300 m de là, on a été pris par un jus puissant nous empêchant de passer. La comédie a duré une bonne heure et demie jusqu’à ce que la brise revienne et nous permette d’abandonner nos camarades remontés à nos basques. La suite consista pour beaucoup à jongler avec les courants et à s’armer de patience car notre génois rendu hors d’état au jour n°2 nous fit cruellement défaut de Belfast à Dublin dans des vents bien trop modérés au goût de notre foc ORC. On rate de peu la victoire en double battus par un Class40 et on s’impose dans notre classe 4. Les trois équipages français en lice font d’ailleurs tous bonne figure : Sydney Gavignet s’impose d’un fil sur les deux autres MOD 70 à l’issue d’une régate menée à 20 nds de moyenne, Teasing Machine fait un carton dans sa classe et Rambler s’adjuge la victoire toutes classes en battant lui aussi le record de l’épreuve.

Ce tour d’Irlande est un must. Prévoyez quand même un bonnet et un bon ciré !

 

Patrice Carpentier – Sun Fast 3200 Groupe 5

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *