cropped-sl_fleetharbour

Retour du Round of Ireland

Par Quentin Duforest – Du 12 au 26 juin, j’étais sur le tour d’Irlande avec Patrice Carpentier sur son Sunfast 3200 Groupe 5. Voici un petit résumé de cette magnifique aventure.

Nous sommes partis de la Trinité le 12, direction Wicklow, un petit port de pêche à 20 milles au sud de Dublin.

Un « début de mal de mer » dû probablement à la fatigue après quelques jours intenses, j’ai eu le mal de mer pendant plus de 50h. J’étais en incapacité de descendre dans le bateau sans vomir. Je vous laisse imaginer mon état après 50h sans manger et sans boire, j’étais extrêmement faible mais lorsque que le mal de mer passe, quel plaisir de pouvoir boire et manger.

Les conditions étaient assez musclées en Manche, avec 25-30 nds au près, le bateau marchait bien. Un convoyage plutôt rapide.

1e6262_1170e2cb6f08464f92e78f5fe7e75f30~mv2On arrive à Wicklow sous un soleil irlandais inhabituel, c’était superbe. L’Irlande est très verte, montagneuse avec des falaises plongeant dans la mer.

Wicklow est situé au sud de la mer d’Irlande. Il n’y a pas de marina mais les gens du club et la population locale ne demandent qu’à rendre service. En fait les plus grands bateaux ou à fort tirant d’eau résident un peu plus haut à la marina de Don Lahogaire (prononcez  « Don Léry ») et rejoignent Wicklow pour franchir la ligne de départ située juste devant le port.

Après la récupération du convoyage et la préparation du bateau, nous sommes prêts à en découdre avec ce tour d’Irlande.

 

Le parcours est simple : Le tour de l’île dans le sens des aiguilles d’une montre en laissant à tribord toutes les roches émergentes (env. 720 milles).

 

 

1e6262_8d173920a6ce4068b72bb9ef557b3e74~mv2La flotte comptait au total 65 bateaux, dont 3 MOD 70 et d’autres multis, le presque 100 pieds Rambler, des Class40 et une majorité d’IRC courant en équipage et en double.

Nous sommes partis au près, louvoyant près de la côte à l’intérieur des bancs de sables visibles de loin car ils sont hérissés d’imposantes éoliennes. Le courant est une constante en mer d’Irlande, notamment à la sortie Sud au passage du phare Tuskar et encore plus au Nord, notamment du côté de Rathlin Island, non loin de l’Écosse, au point que ce passage à niveau peut chambouler l’ordre établi à 150 milles de l’arrivée.

Les conditions étaient parfaites au départ avec 12 nds et une mer plate. Nous tirons des bords très proches de la côte pour bénéficier des contres-courants.

La seconde journée était remplie de surprise. En milieu de matinée, nous étions au près dans 12- 15 nds de vent et d’un coup, le génois se déchire. La têtière reste en haut du mât alors que le reste du génois tombe. On récupère les deux morceaux et on envoie l’ORC qui est une voile d’avant plus petite pour le vent fort. Durant les jours suivants, j’ai improvisé une réparation en collant des adhésifs et renforçant le tout avec des sangles cousues sur la voile. En milieu de journée, seconde surprise mais on l’attendait, le vent forcit pour atteindre 30 – 35 nds avec 4 m de creux.

1e6262_feb9a2e7ac404a608023173620119750~mv2Nous avons louvoyé en sud Irlande dans des conditions musclées au point d’inaugurer une configuration originale : GV 1 ris et tourmentin (petite voile d’avant orange que l’on met lorsqu’il y a beaucoup de vent).

Après un bref répit au rocher du Fastnet, le vent a repris une belle vigueur sur la côte Ouest, on l’a avalée à grande vitesse sous spi de brise et 1 ris dans la GV. Le speedo de notre SF 3200 Groupe 5 n’avait jamais dépassé les 20 nds. C’est désormais chose faite avec un surf à 23.2 nds !

Quand on est aussi Nord (55° Nord) , la nuit n’est jamais complètement obscure, et de courte durée : ce qui rend moins pénible les longs quarts à la barre. Au Nord de l’île le vent s’est apaisé.

 

Le but était d’atteindre Rathlin Island avant la renverse car il y a de très fort courants dans cette zone, (jusqu’à 6,5 nds). Il s’en est fallu d’une quinzaine de minutes pour accomplir la mission. À raser la côte Nord de l’île, on a bien cru avoir partie gagnée mais au moment d’atteindre la pointe, à 300 m de là, on a été pris par un jus puissant nous empêchant de passer.

1e6262_421b2beb882145f8a42c4f7dc940b96b~mv2La comédie a duré une bonne heure et demie jusqu’à ce que la brise revienne et nous permette d’abandonner nos camarades remontés à nos basques. La suite consista pour beaucoup à jongler avec les courants et à s’armer de patience car notre génois rendu hors d’état au jour n°2, nous fit cruellement défaut de Belfast à Dublin dans des vents bien trop modérés au goût de notre foc ORC.

Plus de 5 jours de mer après le départ, après avoir navigué dans du vent fort, de la mer, mais aussi du vent très léger, nous franchîmes la ligne d’arrivée en première position dans notre catégorie, et une superbe 7ème place au général.

C’était une superbe expérience de naviguer autour de cette superbe île qu’est l’Irlande et avec mon ami Patrice. J’ai beaucoup appris à ses côtés.

L’image qui me restera est un de nos surf à plus de 20 nds, dans la mer formée, le bateau accélérait jusqu’à rattraper la vague suivante, un moment magique !

 

Quentin Duforest

Mini_Copyright_QF

Comme l’UNCL

suivez et soutenez la préparation de Quentin à la Mini Transat 2017

sur www.quentin-duforest.com

 

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *