IMG_3986

Pornic-Baiona-Pornic, vu depuis Hakuna de Jean-François Nouel

1ère expérience en double sur Hakuna Matata pour l’équipage JF Nouel & Pierre Bogenschutz. Une petite sortie le dimanche, histoire d’envoyer spi & code 5 une fois avant la traversée, et lundi 11 juillet c’est parti.

Départ en tête à la bouée sous le vent, vite rattrapés par les plus gros ratings, on sort de la baie de Bourgneuf dans le paquet de tête. C’est parti pour 48h de près tribord amure dans un vent d’ouest de 15 nœuds environ.

Tout matossé au vent, pas grand-chose à faire, nos 2 marins un peu barbouillés se relaient entre le pont et la couchette. Pas de problème majeur de vitesse, on reste avec nos copains autour, Groupe 5 de Patrice Carpentier et Antoine Gilles, le JPK10.10 (Eric Poyet – Jean-Luc Girard) dans nos fesses.

Arrivés à la côte espagnole, le vent adonne enfin, le spi monte. On se retrouve 3 Sun Fast 3200 (avec Groupe 5 et Tikocco d’Alain Roland et Bernard Avril) côte à côte, mais ils s’enfuient inexorablement, les traitres!

Le vent monte doucement, pour finalement taper un bon 30 nœuds, ça surfe. Mais il reste le virage à gauche pour tourner le coin de l’Espagne, ce qui veut dire qu’il va falloir empanner. On s’y reprend à 2 fois, avec un petit cocotier vite démêlé par Pierre. Pas si simple pour nos nouveaux amis Faribole le JPK 10.10 et TPC Ouest des 2 Coville juste derrière, on en profite lâchement pour reprendre un peu d’avance. S’ensuivra toute la nuit une bataille avec TPC Ouest jusqu’à l’arrivée, on gardera le spi un peu plus longtemps (on râle qu’il manque 5 mètres carrés au vent arrière, mais quand ça refuse, finalement….), pour finir un peu devant à 2h15 du matin. Résultat final, 6e en double, on ne se plaint pas.

Chez les doubles, victoire de JF De Prémorel et Roland ‘Nuisette’ Fardeau devant Georgia (Guy Delcroix – Jean-Paul Mouren) et Groupe 5, tous des SF3200.

En équipage Coeur de Chauffe/ Sail Grib (Henri Laurent-Olivier Burgaud-Louis Lagadec-Guillaume Perez) règne sans partage (SF 3200), et en solo arrivée serrée entre Darling (Jean-Luc Encinas) et Jokari (Philippe Gaudru) à l’avantage du premier (2 SF 3200 encore).
Suivent 4 jours à Baiona, sous le soleil, au royal ‘Monte Réal Club de Yata’, avec des nuits lus ou moins (plutôt plus!) agitées dans la ‘rue de la soif’ locale, une ballade en car organisée par Henri Laurent à St Jacques de Compostelle pour nous laver de nos péchés, et une journée pique-nique dans les iles Cies.

Mais bon, c’est pas tout ça, va bien falloir rentrer à la maison. Et les prévisions ne sont pas folichonnes….Un bel anticyclone s’étend sur le golfe de Gascogne, pas de vent. Le comité avance donc le départ au lundi soir, et là, cerise sur le gâteau, le brouillard tombe, 50m de visibilité.

Décision est prise de partir pour la nuit au moteur, pour un départ sur la route le lendemain matin. Ce qui sera fait sans problème, les bateaux en équipage surveillant les solos quand ils roupillent.

Départ sous spi donc le mardi matin, Hakuna dans les premiers, mais ça dure pas, 5 mètres carrés blah blah blah (je tourne un peu parano, ça se voit?)

Au début tout va bien, 15/20 nœuds de sud-ouest, ça avance, mais ça ne va pas durer. Comme prévu le vent tombe, nos potes les Vikings (Antoine Huchet & Vincent Gautier) et l’habituel TPC Ouest en profitent lâchement pour nous doubler. On refera la même chose aux Vikings un peu après, non mais alors.

Et nous voilà partis dans des tout tout petits airs, à lutter pour essayer d’avancer (on reculera même avec le courant à un moment, mais mouiller par 4500 m de fond, bof). Pendant longtemps on sera dernier, au désespoir de notre multitude (?) de fans à terre. Heureusement, pas d’Irridium, pas de news, on n’en saura rien :-)

Les Vikings seront les premiers à nous lâcher en abattant plus, on s’accroche aux fesses de TPC jusqu’à qu’eux aussi ils choisissent une route plus abattue. Enfin seuls? Pensez-vous! Notre nouvel ami sera Jokari, qu’on surnommera vite la bernique.

Philippe est en solo, on se dit que ça devrait être facile.

Pffffff… A chaque fois qu’on pensera l’avoir décroché, hop, le revoilà.

Une vraie bernique on vous dit.

Petit à petit on se rapproche de l’arrivée dans des vents erratiques.

Le dernier matin, nous nous retrouvons un peu derrière Faribole et Georgia.

Et là coup de bol, le hold-up! On voit les 2 bateaux devant ralentir à la cote dans la baie de Bourgneuf, on décide de rester plus au large, ça paye!

Pierre me dit, tiens regarde il y a des bateaux sous spi le long de la cote, mais non dis-je, n’importe quoi, surement des J80 du club.

Sauf que non, les pauvres JP Concept, Tikocco, Be Happy étaient scotchés sans vent depuis un long moment contre le courant quand nous arrivons avec le thermique naissant.
Du coup on finit à leurs fesses, mais devant en compensé.

Un hold-up!

2 bateaux avaient pris le large sur cette étape, Galatée le A35 et Hagat le A31 (Alain Duvivier – Rémi Rabbe), ce qui nous mettra à la 5e place sur l’étape, de même qu’au général.

En double, Galatée (Jean-Louis Goblet – Catherine Adam) gagne grâce à sa brillante 2e étape, devant Groupe 5 et JP Concept.

En équipage, pas de changement, victoire sans partage de Sail Grib

Et en solo, on prend les mêmes avec Darling devant Jokari.

Belle régate, plein de nouveaux amis, un résultat pas ridicule, vivement la prochaine.

Jean-François NOUEL

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *