La Rolex Sydney Hobart 2016 par Max de Montgolfier

Vainqueur toutes classes de la Rolex Sydney Hobart 2015 sur Balance, Max de Montgolfier, équipier d’avant sur le Tp 52, a repris le départ cette année dans la peau d’un defender.

Au départ de la Sydney Hobart 2015, le propriétaire de Balance pensait prendre une année off l’année suivante. Mais notre victoire overall a quelque peu changé la donne, c’est un honneur d’avoir la chance au moins une fois dans sa vie d’être les « defending champions », nous nous devions donc d’être de nouveau au départ en 2016. L’équipage est à 90% le même que l’année précédente (toujours aucun pro à bord !) mais la machine est quelque peu différente, ayant passée 4 mois en chantier de Avril à Juillet 2015 afin notamment de rallonger le voile de quille et d’enlever près de 500kg dans le bulbe.

Nous nous alignons sur la ligne de départ le 26 décembre avec la farouche envie de faire le meilleur résultat possible dans notre classe au moins. Nous sommes 16 bateaux en IRC1 donc 9 TP52 – 8 sont de notre « génération » mais Ichi Ban (ex Azurra 2011) sort du lot car il s’agit d’un bateau de Medcup, « renforcé » pour la Hobart – le propriétaire ayant un second bateau (Carkeek 60) plus costaud, ils ne prendront le TP52 que si les conditions sont portantes… Et c’est le cas !  Lors du briefing d’équipage deux heures avant le départ, le navigateur nous informe que le dernier routage nous annonce à Hobart en 1j 21h (le record de l’épreuve était jusque alors de 1j 16h). Il va falloir sortir les casques lourds.

Le départ est donné dans une superbe brise de Nord Est de 18nds, sous grand soleil et 30 degrés. Le spectacle dans la baie est toujours aussi fabuleux avec sans doute près d’un million de personnes agglutinées autour de la baie, des centaines de bateaux spectateurs, des dizaines d’hélicoptères … Pas facile de communiquer entre nous au moment du départ. La sortie de la baie se fait au près avant que la grande cavalcade vers Hobart ne débute une fois la bouée de dégagement passée. Nous envoyons notre spi A4 + staysail et sommes à ce moment là juste à côté du Cookson 50 Ubox skippé par Charles Caudrelier avec d’autres Frenchies à bord, nous ne nous lâcherons pas de toute la course !

Les premières heures se passent dans un vent de secteur Nord Est d’environ 20nds, avant que ça ne fraichisse jusqu’à 28nds avant la tombée de la nuit. Nous restons sous notre A4 « Bullet proof » et, sachant que le vent mollira au coucher du soleil, nous mettons le charbon toute l’après-midi à 20nds de moyenne, alors que d’autres bateaux détruisent leurs spis ou réduisent la voilure. Au premier soir nous avons une quinzaine de milles d’avance sur les autres TP52 et sommes collés avec Ichi Ban qui a dû passer sous spi A6 fractionné et un ris, nous sommes en tête du classement overall et ne sortirons pas du top 10 jusqu’à Hobart.

Au premier matin, comme prévu le vent molli, passe Sud, Sud-Est avant de reprendre de l’intensité en passant à l’Est. Nous gérons correctement cette transition en nous positionnant bien alors que d’autres se retrouvent coincés plus longtemps avec du courant adverse ou moins de vent plus longtemps – il y avait un couloir d’une quinzaine de milles dans lequel il fallait se trouver pour passer.  Ichi Ban et Ubox nous passent devant mais nous prenons encore des milles sur les autres poursuivants.

La seconde journée se passe encore à 15 nds de moyenne en enchainant les changements de configuration de voiles au gré des fluctuations du vent et de notre cap (il ne fallait pas passer trop près de la côte de Tasmanie au risque de se retrouver dans moins de pression)  – Masthead 0 + Genoa Staysail / Fractional 0 + Genoa Staysail / Sprit top + Genoa Staysail / Jib + Genoa Staysail avec un ris enfin. Nous arrivons à nous alimenter « correctement » dans ces conditions et à respecter nos quarts afin de nous reposer . Le bateau est au top, la seule avarie ayant été la perte de deux manivelles de winchs !

Après 600 milles de course et seulement 1j 19h, nous enroulons Tasman Island sous A4 après avoir affalé notre Masthead 0. À ce rythme et avec « seulement » 40milles à parcourir, nous nous imaginons déjà à Customs House (LE bar  où tout le monde se retrouve post course) trois heures plus tard. C’est mal connaitre le sort que la Derwent River peut réserver aux concurrents ! Notre navigateur nous informe qu’il y a 5-6 bateaux (dont Ichi Ban) littéralement « plantés »  dans la rivière devant nous. L’effet tampon se passe plutôt bien pour nous car nous recollons ce groupe et nous retrouvons à un petit mille de Ichi Ban qui nous doit une heure sur la ligne pour nous battre en temps compensé – nous prenons notre mal en patience dans un beau duel de match racing avec Ubox (encore eux !) qui n’est pas dans notre division car doté d’une quille basculante, et finissons la course en 2jours 5heures. Nous aurons donc mis 10 heures pour parcourir les 40 derniers milles – malgré la frustration que cela procure à tous les équipages, cette partie de la course en fait sa beauté car absolument rien est joué tant que la ligne d’arrivée n’est pas passée !

Au final nous nous classons premier de notre classe (IRC1), quatrième overall IRC et second overall ORCi. Le contrat est rempli, Balance peut maintenant avoir une année sabbatique pour je l’espère revenir en 2018 !

Max de Montgolfier – Numéro 1 sur Balance

Images : Richard Bennett

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *