20170415111107-5a25fa80_SNIM2017_Intro (2)

52ème SNIM : DECOIFFANTE !

Musclé, intransigeant, ainsi pourrait-on qualifier cet excellent 52ème cru de la Snim, événement phare de la Société Nautique de Marseille. Pour gagner, il fallait être à 120 % à tout point de vue, avec pourquoi pas la réussite en plus, dans une météo des plus toniques. Des conditions superbes, malgré une journée annulée et une belle récompense pour les 1500 régatiers présents sur la Snim, pour La Nautique et ses équipes de bénévoles. Un spectacle splendide dans les deux rades marseillaises, de bon augure pour le Marseille 2017 European IRC Championship en juillet prochain !

20170415111236-18daa1a7_TeamVision2S_Snim2017Le Championnat Méditerranée Equipage IRC-UNCL accueille cette année une Classe IRC 0 qui a réuni 6 unités sur la Snim 2017. Team Vision Future a fait le grand chelem grâce au travail d’un équipage aguerri qui se connait bien et sait tirer le meilleur de son Tp 52.

C’est selon jean-Jacques Chaubard, l’un des atout-maîtres pour dominer des sisterships très en verve, tels Alizée de Laurent Camprubi et Arobas² de Gérard Logel que nous retrouvons sur le podium.

20170425113024-f9250435_Tonnerre2

 

Dominique Tian et son nouveau Tonnerre de Glen semblent déjà avoir trouvé le bon accord !

Rappelons que ce bateau, aux mains de Piet Vroom son ancien propriétaire, fut Champion du RORC à moultes reprises ces dernières années.

En remportant 5 courses sur 8, le Ker 46 remporte une victoire indiscutable en IRC 1, notamment devant le Grand Soleil Lady First² de Jean-Pierre Dreau qui lui a livré une résistance acharnée.

 

20170415111210-d47485ef_VITO4En IRC 2, les deux A40 RC Géranium Killer et Vito 2 sont aux avant-postes depuis le début de la saison et confirment leur bonne préparation à Marseille, après une Massilia Cup remportée par Daniel Pithois, c’est Gian Marco Magrini et l’équipage de Vito qui prennent ici le meilleur.

Plus de régularité pour Vito, plus de courses gagnées pour Géranium Killer, cela se joue à un point au bénéfice du Luxembourgeois.

Yves Grosjean et son J133 Jivaro, aussi à l’aise sur une Snim que sur une Cowes Dinard, complètent le podium.

TWINL_SNIM2017_PierikJeannoutot_2Les Sun Fast 3600 font la razzia en IRC 3. Le vainqueur, Twinl’ Banque d’Affaire de Franck Loubaresse remporte 6 courses.

Tip de Gilles Pages et Euro-Voiles complètent le podium, tous deux à égalité de points.

Difficile de s’accrocher derrière pour Jin Tonic Sequel. Néanmoins vainqueur d’une manche, le A 35 de Bernard Daurelle est le seul à rivaliser avec ce trio de tête sur l’ensemble de la compétition.

En IRC 4, Guy Claeys et l’équipage du Jpk 10.10 Expresso 2 (ci-dessous lors de la remise des prix) ont su maitriser une meute de prétendants affutés menée par l’A 31 Atlog d’Anthony Steinberg, finaliste du CFE IRC 2016 pour le CNTL, le Dufour 34 Meltem de Laurent Sagols, dont nous publions à suivre le journal de bord de sa Snim, Havana Glen, l’A 31 de Frédéric Tian, ou encore Rostanbar 2 le Jpk 10.10 de Philippe Mazoyer, pour ne citer qu’eux.

20170424163231-e73f9396-me_EXPRESSO_REMISE

 

Le Championnat Méditerranée Équipage IRC se poursuit avec à venir plusieurs épreuves incontournables, Hyères Series, Semaine de Porquerolles, 100 Milles de Port Grimaud, Giraglia … Quant à la rade de Marseille, les IRC la retrouveront dès le mois de juillet avec le Marseille 2017 European IRC Championship. CNTL, SNM, UNM et UNCL, co-organisateurs de cet événement unique, sont mobilisés pour offrir une compétition de haut niveau. A ce jour, déjà plus de quarante inscrits ont prévu de mettre le cap sur Marseille avec pour objectif de remporter le titre de Champion d’Europe IRC 2017.

Classements du Championnat Méditerranée Équipage IRC-UNCL 2017 après 5 compétitions

 

L’UNCL

Photo : Pierik Jeannoutot

 


 

 

La SNIM 2017 à Marseille vue par MELTEM :

Photo_MELTEM2_SNIM2017Après avoir digéré cette petite déception d’une (tout de même) belle troisième place à ce magnifique et grand championnat, voici le bilan de ces quatre jours que nous venons de passer avec des émotions, des tensions (ahh le stress de la compétition), tensions est peut être un mot un peu exagéré, non, on pourrait dire une pression ressentie due au fait que nous nous sommes habitués aux premières places des podiums. Alors certes, finir troisième au milieu de tous ces voiliers de dernières générations, aux nouvelles carènes très légères et rapides, aux mats carbone, aux doubles safrans, à l’équipement intérieur inexistant, aux ratings (calcul de handicap) favorables (me semble t’il) de ces nouveaux voiliers de courses face aux anciennes générations de voiliers comme le Meltem destinés à des programmes mixtes de navigations, associant croisières et régates, alors oui je dis oui à ce très beau résultat.

Nous restons l’originalité d’être au milieu et même devant ces voiliers affûtés destinés uniquement à la compétition. Nous sommes et restons dans le coup ! La valeur de notre équipage, des amis, des copains, attachés aux racines de la Catalogne, de Banyuls sur mer est un des points forts de notre réussite. Ne jamais rien lâcher, ne jamais baisser les bras même si parfois nous devons encaisser une contre-performance. Mais c’est cela la régate. Je rappelle que nous sommes plus de quinze personnes au total composant la Meltem Team pour sept équipiers embarqués avec une rotation régulière.

Le nombre de félicitations reçes de la part des coureurs et des observateurs affûtés est incroyable. Meltem et l’équipage de Laurent Sagols surprend, questionne, fait parler de lui. Mais comment faites-vous pour résister et avoir de telles performances aux milieu de ces « pur-sang »?

Alors cela nous remonte le moral bien sûr, nous rend fier et heureux d’avoir réussi à rendre le Meltem (Dufour 34 ) performant et fiable.

C’est un tout, une belle équipe d ‘amis tout d’abord que Laurent a réussi à fédérer autour de lui (il faut dire que Laurent Sagols est doté d’un grand cœur, du sens du partage commun). Un bel esprit de corps ou chacun va complémentariser les uns ou les autres que ce soit techniquement comme moralement.

La SNIM organisé par la Nautique de Marseille c’est un lieu magnifique, aux couleurs uniques, aux arrières plans des iles du Frioul et de la Bonne Mère qui nous surveillent et nous protègent.

C’est aussi une très belle organisation aussi bien sur l’eau et à terre que nous propose le mythique club de la S N M et ses dizaines de bénévoles qui se réveillent aux aurores pour nous préparer les petits déjeuners destinés à 1500 équipiers affamés et se couchent tard pour également nous accueillir en retour de régates.

Alors que nous a t’il manqué ? Tout simplement pas grand-chose, un peu plus de réussite, un peu plus de vents réguliers en force, ce qui apporte à notre bateau plus de performance car moins de transition.

Voilà, j’ai eu enfin le temps d’écrire sur la page du Meltem Team. Ici dans le bateau au Vieux Port de Marseille que je m’apprête à ramener à son port d’attache de Banyuls. Seulement ici à Marseille, ça souffle fort, j’attends que le vent baisse et je ramène la « bête » en Catalogne. Je sais que Laurent m’y attend afin de venir me tendre une amarre qui est le lien fort de notre amitié.

Vincent Prunin – Meltem

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *