bandeauPresse

Expresso 2, au sommet de l’IRC !

CP N°8 – And the winner is Expresso2 ! Avec cinq manches remportées et après les subtilités de calculs nécessaires, le bateau français de la Société Nautique de Saint-Tropez skippé par Guy Claeys est couronné roi d’Europe en IRC !

 

Pas besoin d’avoir un TP52 pour être champion d’Europe“, rigole Guy Claeys, le chef de meute d’Expresso2Le Jpk 10.10 de la Société Nautique de Saint-Tropez remporte le titre de Champion d’Europe IRC, devant Alice, le Mumm 36 de Simon Hennin, auteur, lui aussi, d’un quasi sans faute et le local Tonnerre de Glen.

La règle, simplifiée, est la suivante : le bateau qui remporte sa classe avec le minimum de points, tout en tenant compte du nombre de participants dans sa classe et du nombre de manches courus, remporte le titre de champion d’Europe IRC, toutes catégories.

À analyser la chose, le vainqueur de l’IRC4 avait mis beaucoup d’atouts dans ses voiles. Habitué à naviguer plutôt en solo ou en double, Guy Claeys est allé chercher à la Société Nautique de Marseille son Numéro 1 Romain Bricier  qui, après quelques cours à l’école de voile, décide de s’inscrire à la bourse aux équipiers. Bonne pioche et super complicité naissante entre les deux hommes. “Un soir de novembre dernier“, rigole Romain, Guy m’appelle et me dit : Romain, on s’inscrit au Championnat d’Europe et on va le gagner…

Le propriétaire achète un jeu de voile spécialement pour l’événement et demande au maître voilier de participer à la course. Son équipage est minutieusement préparé. “Les chiffres donnent une impression de facilité, mais c’est faux ! On a du beaucoup ferrailler. Toutes nos victoires sont à l’arraché pour quelques secondes. Et puis, deux jours avec des aperçus, des rappels, c’est usant ! On est heureux, mais cuits !“

Alice (tenant incontesté en IRC3) échoue à un cheveu de la victoire. “C’est un bateau de bon niveau en Angleterre, avec un bon équipage qui a mis à profit ces deux dernières années pour progresser sur ce support. On savait qu’ils étaient bons, mais j’ai été impressionné de les voir si bons. Toujours au bon endroit, aucune erreur. Les conditions de petit temps ont profité aux Mumm 36… »

Le podium est complété par Tonnerre de Glen facile vainqueur en IRC1. Marie de Reviers, équipière : “On est contents de gagner d’autant qu’on est à la maison. On avait confiance car le bateau commençait à très bien tourner…“

Podium_PJ_CP8

La deuxième édition du championnat d’Europe IRC a rendu son verdict, par une journée où le vent était de la partie. Les comités de course ont pu envoyer un côtier pour les IRC 3 et 4, et une banane suivie d’un côtier autour du Frioul pour les grandes unités.

Favori en grand danger il y a encore 24 heures, Team Vision Future, le bateau de Jean-Jacques Chaubard, skippé par Mickaël Mergui remporte le trophée en IRC0, et cumule une impressionnante série de victoires depuis la Copa del Rey 2016.

“On a réussi à inverser la mauvaise tendance des deux premiers jours. Aujourd’hui, on fait une super manche, en réel comme en compensé. Cette victoire est quand même inattendue. Je suis content car l’équipage a su rester soudé, on s’est beaucoup parlé, surtout avec la cellule tactique et ça a payé. Je pense qu’on est arrivé, un petit peu stressé par l’enjeu, mais on a réussi à se lâcher.“

Geranium Killer complète le tableau d’honneur avec sa victoire en IRC2. “On gagne avec une large avance de points, explique Pascal Fravalo, mais l’équipage monte crescendo depuis deux ans, c’est bon pour notre objectif qui est de remporter le championnat IRC2 Mediterrannée. »

Enfin, petite pensée à Jean-Claude Bertrand qui clôt, ce soir, son immense carrière de régatier, à 72 ans. Yves Ginoux (Week-end Millionnaire) reconnaît avoir 2000 régates au compteur. Le Mandolocien ne doit pas être loin…

Le bilan :

Jean-Philippe Cau (Président de l’UNCL) : “Nous avons eu quasiment tous les ingrédients qui font le succès de l’IRC sur ce type de compétition. Du très haut niveau avec de nombreux professionnels à bord de bateaux optimisés et préparés, sur lesquels personne ne remet en cause les coefficients. Quatre jours de compétition, un beau format pour trouver des conditions différentes, des étrangers qui ont fait le déplacement pour la gagne, qui se sont battus contre des méditerranéens, locaux, avantagés par la connaissance du plan d’eau. On a eu un bel accueil à Marseille, une ambiance unique avec les bateaux regroupés sur le Vieux-Port, au cœur de Marseille. Les trois clubs ont démontré leur maitrise de l’évènement qu’ils ont assuré. Seul petit bémol de ne pas avoir pu faire une grande course offshore.

L’avenir ? Pouvoir refaire cette édition en Méditerranée, en France, en Italie ou en Espagne … Le vivier existe pour faire un championnat à cent bateaux. Ce championnat d’Europe assoit la pérennité de notre jauge à l’international. Et ce qui assoit encore plus cette dimension, c’est que le World Championship de La Haye en 2018 regroupera l’ORC et l’IRC, les deux jauges reconnues internationalement.“

 

Le bilan des trois clubs marseillais organisateurs :le Cercle Nautique et Touristique du Lacydon, l’Union Nautique Marseillaise et la Société Nautique de Marseille sont très heureux  d’avoir organisé ce Championnat d’Europe IRC qui s’est déroulé dans les meilleures conditions possibles, malgré l’absence de vent au début de la compétition. Marseille a eu la chance d’accueillir des bateaux français et étrangers performants et des équipages affutés dans lesquels on dénombrait des champions olympiques, des vainqueurs de la Coupe de l’America et encore des champions du Monde.

L’association des trois clubs démontre le savoir-faire des équipes de bénévoles déployées en mer et à terre. Ils sont 80 bénévoles (des trois clubs et des membres de la légion étrangère) à avoir assuré leur présence et montré leur savoir-faire, pendant une semaine de 6h du matin pour la préparation des petit-déjeuners, jusqu’à minuit, l’extinction des feux.

Maintenant, le prochain grand rendez-vous des clubs nautiques marseillais est le 13 septembre prochain pour l’annonce du site qui accueillera les prochains J.O. de 2024. Les clubs nautiques marseillais sont tous derrière Paris, et espérent la victoire de la capitale pour pouvoir se mettre en rang de bataille derrière elle afin d’organiser les plus belles épreuves de voile possibles.“

Flotte_PJ_CP8

 

Les classements généraux par classe

 

IRC0 (8 courses disputées, 7 retenues)

1/ Team Vision Future – Jean-Jacques Chaubard (Fra) – 18 pts
2/ Phœnix – Hasso Plattner (USA) – 19 pts
3/ Arobas2 – Christophe Bouvet (Fra) – 22 pts

 

IRC1 (7 courses disputées, 6 retenues)

1/ Tonnerre de Glen – Dominique Tian (Fra) – 7 pts
2/ Imagine – Jean-Claude André (Fra) – 16 pts
3/ Cippalippa Rossa – Paolo Guido Gamucci (Ita) – 17 pts

 

IRC2 (7 courses disputées, 6 retenues)

1/ Geranium Killer – Pascal Fravalo (Fra) – 8 pts
2/ Jivaro – Yves Grosjean (Fra) – 15 pts
3/ Adrenaline – Michel Gendron (Fra) – 15 pts

 

IRC3 (7 courses disputées, 6 retenues)

1/ Alice – Simon Henning (GB) – 8 pts
2/ Absolutely – Philippe Frantz (Fra) – 20 pts
2/ Week-end Millionnaire – Yves Ginoux (Fra) – 23 pts

 

IRC4 (7 courses disputées, 6 retenues)

1/ Expresso 2 – Guy Claeys (Fra ) – 7 pts
2/ Fioupelan – Frédéric Forestier (Fra) – 28 pts
3/ Old Fox – Paolo Colangelo (Ita) – 28 pts

 

Plus d’informations : www.uncl.com
Contact presse – Raphaël Mira – 06 16 26 01 78
Photo – Pierik Jeannoutot
Vidéo – Readyprod.com
 

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *