Cahiers du Fastnet 2017: Lann Ael 2 – Didier Gaudoux

Lann Ael 2 prend un départ prudent au milieu des « gros bateaux » de l’IRC1 qui nous rendent la vie un peu compliquée. Rapidement nous trouvons notre place dans la procession qui sort du Solent et cherchons nos points de repères habituels Codiam, l’ Ange de Milon, Erivale. C’est la première fois que nous naviguons avec eux dans notre nouvelle configuration, dans du médium, et nous sommes un peu rassurés sur notre compromis cap vitesse sur le long bord bâbord qui nous emmène vers l’Ouest.

Avec nos camarades, nous longeons à terre Portland Bill mais Codiam s’échappe en repartant au large : bien joué ! Avant d’arrivée à Lizard au passage du front nous nous arrêtons complétement en tombant dans une molle terrible. Vitesse surface = 0 nœud. Ça part par devant et ça revient derrière, moment très compliqué !!, mais finalement nous repartons après une longue « pause » mais plus de Codiam à l’AIS. Nous faisons notre route, le choix de l’Est du DST ayant été fait en amont. Tout le monde s’applique à bien faire marcher le bateau et Fred Duthil notre navigateur dessine une très belle trace jusqu’au Fastnet. Au Rocher nous sommes 4eme en IRC1, et cela booste le moral de tout le monde car nous venons de faire 360 miles de près. Le meilleur est à venir et nous attaquons dans la descente au portant avec de grands surfs jusqu’aux Scilly.

L’équipage s’arrache et se relaie au winch toutes les demi-heures pendant toute la descente. Superbe travail de toute l’équipe pendant 12 heures et nous remontons des gros bateaux.

Arrivée aux Scilly, l’AIS nous confirme que nous sommes avec des gros ratings. Je branche mon téléphone et je vois s’afficher pleins de messages d’encouragement du genre « accrochez-vous », « vous êtes super bien ».

Je remonte un peu excité de la table à carte en annonçant à l’équipe que nous nous battons pour le podium. De très appliqués, ils deviennent super appliqués et nous commençons ce très long bord de reaching tout droit sans personne vraiment à coté de nous.

Le vent faiblit dans la baie de Plymouth, nous sommes contre le courant et je commence à douter sans le dire à l’équipage. On se relaie à la barre toutes les heures car la fatigue se fait sentir. Puis quelques centaines de mètres avant la ligne surgit dans la nuit un énorme zodiac qui en arrivant près du bateau nous éclaire avec de puissants projecteurs et se met à filmer le bateau sous toutes les coutures. Et là nous réalisons que tous les efforts de ces deux dernières années sont fantastiquement récompensés.

Un très, très, grand merci à l’équipage non seulement pour leur engagement pendant cette course mais surtout d’avoir cru dans ce projet. Une mention particulière à ceux qui m’ont accompagné dans les moments difficiles. Ils se reconnaitront ! Un grand bravo pour nos navigateur tacticien Fred Duthil et Christian Ponthieu qui ont fait un super job et pour mes deux enfants navigants qui depuis tant d’années font partie de l’équipage et entretiennent la flamme. Enfin sans le soutien de mon épouse, je ne suis pas sûr que ce projet existerait et cette victoire lui est dédiée.

 

Didier Gaudoux

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *