Cahiers du Fastnet 2017 : Orange Mécanix, analyse en plusieurs points

Pour faire un bon résultat au Fastnet, il fallait plusieurs conditions :

  • avoir un bon bateau et un bon équipage : nous l’avions,
  • être au rendez vous aux 3 moments clés :
    •  passer la première pointe de Darthmouth à la cote : nous ne l’avons pas fait (perte 1h00),
    • ne pas s’enfoncer dans la baie de Plymouth et virer dès que le front passait : nous l’avons fait,
    • aller chercher la bascule et le vent au Nord, en mer d’Irlande : nous l’avons fait,
  •  ne pas casser du matériel : nous en avons eu beaucoup trop, on fait sans doute des erreurs à ce niveau : têtière de gv qui casse 1h00 après le départ et qui entraine un trou dans la gv, soit perte 25 mn vs nos concurrents, j2 qui se déralingue en mer du nord et se déchire au passage, A3 qui se coupe en deux au bout de 5 mn (il devait y avoir un accroc), puis point d’écoute du spi lourd qui s’arrache, entre le Fastnet et Scilly donc plus de spi, donc 2h00 de perdues !
  • prendre beaucoup de plaisir à faire cette course : nous l’avons eu à 100 % !

Malgré ces problèmes nous pensions avoir acquis notre place de 8ème au Fastnet, le reste était tout droit … Un bout de dynema ‘sur-dimensionné’ parait-il en décidera autrement, nous faisant passer à la 23 ème place à l’arrivée. C’est la première année avec ce xp 44 qui une fois réglè et fiabilisé un un gros potentiel.

Nous avons beaucoup appris :

  •  la course se gagne avec une préparation et une attention minutieuse sur le matériel
  • la gestion d’un équipage à 11
  • la gestion d’un bateau beaucoup plus puissant que le précédent (x-41), avec des problématique différentes.

Malgré tout ces problèmes les 11 ont vécu un moment d’intense bonheur, y compris les 4 qui découvraient la course au large. On reviendra.

Notre raison d’être : la course en équipage amateur sur des bateaux de série, qui nous permet de vivre une aventure humaine et technique sans équivalent.

Pour cela il nous faut :

  • Des concurrents avec des équipages 100 % amateurs.
  • Des bateaux qui ressemblent à des bateaux de série accessible a tout le monde.
  • Des règles du jeu claires et qui soient appliquées par tout le monde (donc contrôlées, il n’y a pas de règles qui ne tiennent sans contrôle).

Sur ces 3 points nous n’y trouvons pas trop notre compte en IRC1.

Attention à ne pas décourager les équipages ‘amateurs’ (qui ne font forcément que de la course saucisson) c’est eux qui font le gros des lignes. Il me semble que L’UNCL et le RORC devraient sur ces 3 points avoir une vision et une stratégie claires, et ensuite l’annoncer de manière compréhensible par tous. Pour l’instant nous n’y comprenons rien.

Des propositions :

  • des classements 100 % amateurs
  • des contrôles sur les bateaux qui gagnent (difficile de contrôler toute la flotte, mais pourquoi pas contrôler les 3 premiers à l’arrivée)
  • taxer plus les protos, (ou les protos qui se font passer pour bateau de série …)

Maxime

Image : RORC Fastnet 2017 Gallery – Kurt Arrigo

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *