La SNIM présentée par Pierre Sathal

Pierre Sathal, Président de la Société Nautique de Marseille, pouvez-vous nous présenter la SNIM ?

 

La Société Nautique de Marseille a créé la Semaine Nautique Internationale de Méditerranée en 1966. C’est une tradition depuis toujours, dans notre club, d’être tourné vers la régate. C’est encore plus une tradition de nous retrouver sur l’eau, à Pâques pour régater. Avec son Grade 3 qui en fait une épreuve “majeure“ à participation nationale et internationale, la SNIM est la première grande course de Méditerranée inscrite au calendrier de la FFV. Nous accueillons en moyenne 150 bateaux, et 1500 régatiers avec l’élite de l’habitable (IRC) en Méditerranée et des classes monotypes. Cette année, nous aurons également des Grand Surprise et des Surprise. Durant quatre jours, les bateaux s’affrontent sur des parcours banane et parcours côtier, selon la météo. Pour la première fois de son histoire, la SNIM accueille des bateaux en solo et en duo qui viennent disputer le Championnat Méditerranée IRC. Les solitaires rechercheront l’aventure et les sensations sur la Grande Course.

 

 

Comment sont accueillis tous ces bateaux et leurs équipages ?

La Nautique s’organise en amont pour réserver ses pannes à tous les bateaux présents sur la SNIM. Les régatiers et les bateaux sont au cœur de ville ce qui en fait une animation pour la ville et pour le Vieux-Port, qui vit au rythme de la SNIM durant quatre jours.

Tout est mis en œuvre par le club, pour offrir un accueil festif et professionnel aux participants. Depuis de nombreuses années, les régatiers nous confortent dans notre volonté de proposer un accueil pro et festif. Chaque jour, nous offrons le petit-déjeuner et la bière de fin de régate. Nous organisons une soirée des équipages, ainsi qu’un cocktail pour tous, à l’occasion de la remise des prix. Sans oublier les cloches de Pâques, qui passent sur chaque bateau, le dimanche matin, à l’aube…

 

Comment fonctionne l’organisation de la SNIM ?

La commission sportive pilote l’organisation, assistée de toutes les forces vives du club. Une année de préparation, avec plus de 80 bénévoles, que l’on retrouve, durant l’événement, chaque jour, de 6h du matin, à la préparation des petit-déjeuner, jusqu’à minuit. Sur l’eau, nos équipes ne ménagent pas leurs efforts sur les trois ronds de course.

 

Quelles sont les personnalités qui ont marqué la SNIM depuis sa création ?

Nous avons accueilli tous les plus grands marins depuis plus d’un demi-siècle. Des marins de la course au large, des médaillés olympiques, des participants de l’America’s Cup…. On peut Eric Tabarly, Florence Arthaud, Loïc Peyron, Michel Malinovski, Lionel Péan, Bertrand de Broc, Laurent Bourgnon, Alain Gabbay, Bertrand Pacé, Philippe Presti, j’en oublie, et encore Marc Pajot qui est notre parrain sur l’édition 2018

 

 

Comment voyez-vous l’avenir de la SNIM ?

Après une petite baisse du nombre de participants, il y a cinq ans, les inscriptions sont reparties à la hausse. Chaque année, nous sondons les régatiers sur leurs attentes, et ce que nous leur proposons les enchante. Du sport et du rock, c’est un peu l’ADN de la SNIM depuis quelques années. Notre plan d’eau est envié de tous et notre objectif est d’être aussi pro sur l’eau que festif à terre. Avec les JO 2024, nous avons une formidable vitrine planétaire pour montrer notre savoir-faire, pour montrer les atouts de notre ville et faire de Marseille une grande place de la voile !

 

Un dernier mot sur la SNIM 2018 ?

Que la météo soit en rendez-vous. Chaque année, elle propose des conditions différentes, et les marins doivent s’adapter. Les vainqueurs de chacune des catégories sont ceux qui ont su s’adapter et se montrer régulier à la fois dans le petit temps et dans le gros temps. C’est ce qui fait le charme de la SNIM !

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *