Le Spi Ouest France présenté par Antoine Croyère

Les 40 ans du SPI Ouest-France

Questions à Antoine Croyère, Président de la SNT

  • Antoine Croyère, pouvez-vous nous présenter le SPI… ?

Le SPI Ouest-France Destination Morbihan va fêter son 40ème anniversaire cette année. Quelle incroyable longévité que celle de ce rendez-vous vélique unique ! C’est en effet la plus importante régate française avec environ 400 bateaux qui s’affrontent pendant 4 jours sur le magnifique plan d’eau de la Baie de Quiberon. Selon les séries, ce sont de 6 à 12 manches qui sont courues. Le SPI se coure toujours pendant le long week-end pascal et lance la saison voile sur la façade atlantique. Les coureurs professionnels y côtoient les régatiers amateurs. Ils étaient plus de 2200 marins-compétiteurs  l’an dernier.

  • Et comment sont accueillis tous ces bateaux et leurs équipages ?

Le Port de La Trinité est une pièce essentielle dans la réussite de l’événement… Le concours de la mairie de La Trinité est tout autant essentiel. Ce qui est remarquable, c’est que La Trinité sur Mer soit la commune française ayant la plus forte activité régatière et pourtant ne soit qu’un gros village peuplé de seulement 1600 habitants à l’année ! Le SPI s’est longtemps couru à guichets fermés, le port ne pouvant accueillir plus de 500 bateaux. 2007 est la dernière année où des inscriptions ont été refusées. Il y avait encore à cette époque 250 IRC dont 40 IRC1 et parmi eux un grand nombre d’IMX40 et 45 qui ont disparu des radars… La crise de 2008 est bien passée sur le nautisme !

  • Quelles sont les responsabilités respectives d’Ouest-France et de la SNT dans l’organisation de l’événement ?

Le SPI est la propriété du journal Ouest-France qui prend en charge l’organisation à terre et bien-entendu la communication. Elle confie à la Société Nautique de La Trinité l’organisation technique sur l’eau.

  • Sur l’eau c’est une grosse organisation…

En effet. Quelques chiffres : le SPI du côté du Comité de Course, c’est 120 bénévoles aux inscriptions et sur l’eau, 4 ronds de course plus une zone de départ pour les parcours côtiers, 12 vedettes, 15 gros semi-rigides, 40 arbitres, une grosse quinzaine de classes… oui, une grosse machine !

  • Quelles sont les personnalités qui auront marqué le SPI Ouest-France depuis sa création ?

Elles sont nombreuses : François-Régis Hutin, le grand patron de Ouest-France décédé l’an dernier, Régine Ermel, la directrice des relations publiques du journal, Gilles Le Baud qui a participé à sa création, Jimmy Pahun pour l’avoir gagné au moins 10 fois, Christophe Gaumont, grand arbitre international et directeur de course du SPI depuis très longtemps, Laurent Tilleau qui a fait toutes les éditions, et aussi nombre de coureurs de renom qui répondent toujours présents tels que Géry Trentesaux, Alain Gauthier, Jean-Pierre Dick, Loïc Peyron, Bruno Troublé et tant d’autres…

  • Et comment voyez-vous l’avenir du SPI ?

Nous devons savoir écouter les coureurs et nous adapter à leur attente dans ce monde en mouvement, redonner le goût de régater aux gens, davantage, au milieu de notre société en pleine mutation, énormément impactée par le numérique, le digital, le collaboratif, l’internet… Alors il n’y aura aucune raison de ne pas être confiants sur le devenir de cette grande régate pascale. Après avoir accueilli la classe des Multi2000 l’an dernier, sans doute devrons-nous un jour prochain l’ouvrir aux bateaux à foils, et peut-être tendre la main aux Mini6.50 de plus en plus nombreux en Atlantique, aux Class40 ? Rester à l’écoute et se remettre en question, telle doit être la devise de la SNT comme celle de tout organisateur d’événement.

  • Un dernier mot sur le SPI 2018 ?

Il se présente bien, même si cette année, Pâques est de bonne heure, que nous regretterons les bateaux de la Transquadra qui ne seront pas de retour à temps et que nous serons en dehors des vacances scolaires. Croisons les doigts pour que le temps soit maniable… Il était exécrable il y a deux ans et exceptionnellement beau l’an dernier. Que la fête soit belle !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *