Armen Race Uship 2018 : Top départ

Le départ de la 8e édition de l’Armen Race Uship a été donné hier à 14h00. Pour bien démarrer la course, direction la pointe de Penmarc’h pour le grand parcours de 320 milles et l’archipel des Glénan pour les participants à la Nuit de l’Armen (131 MN). Des départs dynamiques et engagés dans 13 nœuds de vent pour les 163 équipages, qui vont rencontrer des conditions variées le long des côtes atlantiques.

A 18h00, No Limit (Multi 2000), le catamaran skippé par Yann Marilley accompagné de Sidney Gavinet, Jean-Baptiste le Vaillant, Edouard Alikiagalelei, Alex et Jean-Pierre Nicole, est en tête de flotte. Nicolas Groleau se trouve à quelques encablures sur son Mach 45, Bretagne Télécom (IRC 1). Le local de l’épreuve est suivi de près par les « piments » ultra motivés du Team Jolokia (IRC 1) qui participent à leur première course de la saison et qui n’ont pas l’intention de se laisser semer.

Philippe Girardin (Hey Jude) a déjà mis de la distance avec ses concurrents en IRC 2. Accompagné de Laurent Tilleau de la voilerie North Sails, le skipper du J 120 mène devant Antoine Even sur Musix. La flotte est au contraire bien resserrée en IRC 3, avec notamment l’équipage FDS CAEC de Franck Ribot et Martin Parard (Izorder / Aladom / B2NB Management) aux avant-postes.

L’imposante flotte des IRC Double est menée par Yann Dube et Xavier Macaire sur Black Mamba tandis que la tête se joue entre Erik Le Roy (Canhabaque) et Jolan Trecherel (Kea) en Osiris Habitable.

Du côté des Class 40, Charles Louis Mourruau (Colombre XL) et Guillaume le Brec (Oman Sail) mènent la danse.
Vincent Riou, co-skipper d’Oman Sail : « L’Armen Race est une belle régate de course au large, accessible à tout le monde. Sur les pontons de la Trinité-sur-Mer, on retrouve plein d’amateurs passionnés de voile comme des professionnels. Tout ce petit monde se retrouve pour aller naviguer le long de nos côtes bretonnes. C’est sympa, c’est bien d’avoir des moments comme ça dans l’année, où on permet des rencontres entre tous les mondes de la voile et où les gens peuvent partager ensemble leur même passion sur les mêmes lignes de départ, sur la même course et être bord à bord pendant presque 48h. »

La nuit, les équipages vont rencontrer des conditions difficiles d’un point de vue stratégique : le vent mollissant dans la nuit se renforcera aux premières lueurs du matin et aura certainement redistribué les cartes au passage des bouées virtuelles Uship 1 et 2 au niveau de la chaussée de Sein, au sud du phare de l’Armen.

 

Communiqué de presse – 11 mai 2018

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *