Une première pour un équipage 100% belge

Suite à sa très belle deuxième place au Championnat Atlantique IRC (2ème/37 équipages), Philippe Pilate, skipper à bord de Général Tapioca/BWT revient pour nous sur sa participation au Championnat de France des Equipages IRC organisé conjointement par l’UNCL (Union Nationale pour la Course au Large) et la Fédération Française de Voile. Cet évènement s’est déroulé du 1 au 4 novembre au Havre.

Cette compétition a réuni 6 vainqueurs des championnats de chaque bassin Manche, Atlantique et Méditerranée. Concrètement, des équipages très aguerris venu là pour remporter le titre officiel et toujours très convoité de « Champion de France des Equipages IRC » (13 équipages prévus).

L’organisation impeccable mise en place par l’UNCL, mettait à disposition des J80 récents très bien préparés par la Société des Régates du Havre. Des voiles quasiment neuves équipaient tous les bateaux tirés au sort la veille de chaque journée. 5 équipiers obligatoires à bord et un poids maximum de 400 kg par équipe était autorisé et validé après la pesée de chaque équipier (l’équipe affichait 386 kg, on ne donnera pas les détails ;-).

Le comité de course tout à fait rodé était assuré par la FFV. Un arbitrage semi-direct régit par 2 empires (arbitres) embarqué sur 2 semi-rigides complétait ce dispositif redoutablement efficace. Le cas échéant, les décisions des arbitres étaient irrévocables et les réparations sur l’eau effectuées immédiatement. Les conditions météos ont été idéales avec du soleil et un vent moyen oscillant entre 5 et 10 noeuds donnant un avantage aux équipages légers.

Les 3 premières manches de la journée d’entame furent pour Général Tapioca/BWT l’occasion de découvrir et de s’approprier le J80. Une première  expérience pour la majorité de l’équipage issu à 100% du team GT/BWT. A l’inverse, d’autres équipages étaient renforcés par des experts de la classe J80. Cela a engendré quelques polémiques inévitables car les équipages des bateaux participant au Championnat de France des Equipage ne peuvent être modifiés qu’à la marge ou sous dérogation. Ceci étant, l’équité a été globalement respectée.

Pour info, d’autres teams se sont entrainées préalablement sur ce support (J80) et étaient coachées par des spécialistes de la classe. Ce n’était absolument pas notre cas et nous avons découvert de l’intérieur ce monotype qui ne manque pas d’attraits. Nous avons appris comment évoluer sur l’aspect « préparation » indispensable à ce niveau. Tout cela dans la baie de Seine devant Ste Adresse, un plan d’eau très technique entre les nombreuses et rapides variations de directions de vent et des courants (heureusement en mortes eaux).

La deuxième journée a été notre meilleur moment sur ce championnat relevé avec une place de 3 dans la dernière manche. Vu la grande proximité au sein de la flotte, chaque manche étaient émaillées par de nombreux retournements. Le plus dur était de conclure au vent arrière où nous avions un petit déficit de vitesse et de rapidité lors des manoeuvres. A l’inverse nous avons fait plusieurs top 3 et un top 2 dans les bords de près en mode « close-combat ».

La dernière journée nous a moins bien réussit avec des places de 6 et de 4 dans le grand côtier final. Nous avions décidé de ne pas contrôler notre principal adversaire pour préserver notre cinquième place mais plutôt de prendre du plaisir et de tenter le tout pour le tout pour décrocher une bonne manche.

Au final, la victoire revient à un équipage Marseillais naviguant en IRC 1 sur le GP 42 Confluence Sopra DPFM de Jean Pierre Joly. Général Tapioca/BWT termine sixième à deux points de Columbus Circle.
Une première expérience réussie et pleine d’enseignements pour Général Tapioca et une magnifique façon de terminer notre saison 2018.

L’équipage était composé de Laurent Van Cutsem (BRYC), Sandra Gottcheiner (Sai@ccess), Charles Edouard Poncelet (SNEH), Corto Yerles (CVDave) et Philippe Pilate (BRYC).

Nous remercions nos fidèles partenaires BWT Best Water Technology for Planet Blue, North Sails, TBS tech, NKE, Seatex.

 

Par Philippe Pilate, skipper de General Tapioca

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *