MÉDITERRANÉE : Mer de contrastes !

Retour sur la 10ème édition de la SANARYENNE, huitième épreuve des Championnats UNCL 2020 Méditerranée équipage et double. Cette nouvelle édition avait à coeur de faire participer le plus grand nombre de régatiers en équipage ou duo, dans le cadre exceptionnel de la baie de Sanary. 

A l’issue d’une semaine à la météo variée aux Voiles de St Tropez, la flotte IRC se scinda en deux, la plus grosse partie rejoignant Antibes pour la Coupe Napoléon, l’autre partant vers l’Ouest courir La Sanaryenne. La reprogrammation du championnat Méditerranée ne laissant que peu de weekends pour régater avait contraint à cette séparation de la flotte sur deux épreuves radicalement différentes, l’une offshore et l’autre inshore :  Abondance de biens ne nuit pas !

Si la Coupe Napoléon partie jeudi virer la Giraglia s’est déroulée dans des vents évanescents, la Sanaryenne plus tardive a eu une météo plus tonique, obligeant le comité à annuler les courses de Dimanche après deux manches courues le samedi. Le vent était au rendez-vous dès le 1er départ avec un solide 20 nœuds pour une banane suivi d’un côtier pour aller virer l’île verte (La Ciotat).

L’Absolutly d’Yves Ginoux, champion d’Europe IRC 2019, a dominé de la tête et des épaules, battant son record sous spi à 17,7 Knts : Pas mal pour un « vieux » 36 ‘ ! Les duos ont enregistré 33 Knts à l’anémo en tournant l’ile verte mais n’ont pas rechigné à envoyer leurs spis. La descente ne fut pas celle du Lauberhorn mais ils n’ont pas trainé sur les bosses !

Les duos ont enregistré 33 Knts à l’anémo en tournant l’ile verte mais n’ont pas rechigné à envoyer leurs spis. La descente ne fut pas celle du Lauberhorn mais ils n’ont pas trainé sur les bosses ! La classe duo était la plus fournie confirmant une tendance de fond vers l’équipage réduit. Pierre Perdoux sur son JPK 10.10 Ilogan, remporta cette série particulièrement disputée.

Ce sont donc deux membres du CNTL de Marseille qui l’emportent dans chaque classe. Bravo à eux !

Sur l’eau, l’organisation fut parfaite sous la houlette de Christophe Barrue, Sanaryen, en charge de la base nautique de Hyères assisté de deux invités de l’UNCL sur le bateau comité.

Malgré des accès au port toujours en travaux, la capitainerie de Sanary accueillit avec beaucoup de gentillesse et compétence tous les bateaux sur la panne A, créant ainsi une ambiance comparable à celle des autres courses IRC.

A terre, une solution originale avait été adoptée pour éviter l’écueil de la réglementation Covid, tout en étant parfaitement conforme aux respects des gestes barrière : Une « monnaie événementielle » avait été créée sous forme de tickets valables dans tous les restaurants du quai Esmenard. Il y eut une belle ambiance et les restaurateurs ont parfaitement joué le jeu. Il faut dire qu’en cette période morose, les navigants heureux de cette belle journée ont mis un peu de vie dans la soirée.

Faire renaître la Sanaryenne dont c’était le 10ème anniversaire mais seulement la 5ème édition, était une gageure dans les conditions sanitaires actuelles et avec un port en chantier. Mais le pari a été réussi et l’ensemble des participants, organisateurs et coureurs ont été ravis et se sont donné rendez-vous l’an prochain, la Sanaryenne ayant vocation à s’installer durablement dans le championnat IRC.

Par Philippe Serenon.

Site internet du Yacht Club de Sanary : https://www.sanary-voile.fr/index.php/news-reader/la-sanaryenne-276.html

Contact : contact@sanary-voile.fr

 

 

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *