LA SOLITAIRE ET SES DURES LOIS D’APPRENTISSAGE

Membre de l’UNCL, Philippe Hartz, Commando  Marine, est le premier Marin à être parrainé par la Marine Nationale depuis Eric Tabarly !  Il s’est lancé dans la Solitaire du Figaro, et nous raconte sa première expérience :

Je viens tout juste de terminer ma première Solitaire du Figaro, et en même temps ma saison en Solo sur ce prestigieux circuit !

Ceux qui nous ont accompagné au large, via la cartographie, sur cette 52e édition de la plus ancienne course française en Solo ,comprendront que je puisse être déçu de mon classement général !

Depart de la 3eme etape de la Solitaire du Figaro 2021 entre Fecamp et la Baie de Morlaix – Fecamp le 05/09/2021

Mais, malgré une arrivée tardive dans la saison et un manque manifeste d’entrainement, j’ai réussi à élever mon niveau à chaque course. Et ce, particulièrement durant la Solitaire, où j’ai su affirmer ma légitimité en milieu de flotte, ce qui est encourageant pour un Bizuth (1re participation à la Solitaire).

Mais cette prise de confiance légitime décelait un piège que je savais dangereux : l’excès de confiance !

En effet, galvanisé par plusieurs options payantes sur les 3 premières étapes et la 1re moitié de la 4e, j’ai eu l’inconscience de m’écarter de la flotte, alors même que je n’étais pas en confiance sur mon schéma météo. Je me suis alors retrouvé « enpétolé » avec quelques Bizuths aux abords de Ouessant, avec un très douloureux pointage à 25 Nq du premier à 04h00,  et un fatal pointage à 83 Nq à 15h00, alors que la flotte était proches de l’arrivée. Cela s’est conclu par un retard sur la tête de course de plus de 17 heures sur cette étape, alors que la flotte arrive en général en moins de 3 heures… Voilà l’écart que peut générer en peu de temps, la mauvaise gestion d’une dorsale anticyclonique.

J’aurais aimé rendre une meilleure copie que cette 30e place (34 engagés) à mes partenaires, mes mécènes, ainsi qu’à tous ceux qui m’ont soutenu depuis ces premiers bords au large. Ainsi va la loi du sport et d’une course au temps. Je me rassure en me disant que certains des plus grands noms de la voile contemporaine et des (multi)vainqueurs de la Solitaire se sont eux aussi parfois « cassé les dents » lors de leur baptême du feu dans cette course !

J’aurai au moins appris dans la douleur, même si je me doutais déjà que l’état de l’art dans cet exercice se situe entre :

– savoir être « conservateur » et rester avec la flotte lorsqu’on est dans le doute.

– avoir le courage de prendre des risques mesurés pour attaquer sur certaines options tactiques/stratégiques… Puis savoir revenir les « encaisser » dès que possible, lorsque celles-ci semblent payantes.

Je retiens cependant de nombreux points positifs sur cette 1ère saison Figaro : A commencer par le soutien venu de tous les horizons que mon projet Figaro MARINE NATIONALE – FONDATION DE LA MER a généré. D’innombrables marins et inconnus m’ont envoyé des messages d’encouragement, et ont trouvé du sens à mes courses. J’ai aussi beaucoup entendu : « Ahhh, la Marine Nationale est de retour dans la course ». Cet engouement m’a vraiment fait chaud au cœur. Je remercie mes sponsors TECHNICATOME, HYDROPTION, PRELIGENS et l’ACEF qui ont eu l’audace d’embarquer avec moi, alors que j’avais peu navigué à la voile depuis 17 ans.

Mes expériences capitalisées au sein de la Marine Nationale m’ont été précieuses pour mener à bien cette saison, et la rigueur acquise m’a permis de terminer la saison avec un bateau dans un état parfait !

La gestion de la fatigue et du sommeil notamment, ne s’est vraiment pas révélée être un problème pour moi !

Je croyais déjà être un bon marin en rejoignant l’équipage de la Marine Nationale ! Mais cet engagement a remis en question mes certitudes ! Un exemple qui m’avait marqué dans mes premières années de service : Je ne savais pas ce qu’était un AVURNAV, après avoir navigué durant 15 ans en voile légère et habitable. Je me suis alors rendu compte que j’étais un bon « voileux », mais que j’avais encore beaucoup à apprendre pour faire un marin complet.

Je suis venu naviguer sur un circuit professionnel exigeant ,où chaque erreur se paye au prix fort. Cela impose à tout skipper de travailler sur ses points faibles, tout en capitalisant sur ses points forts.

C’est donc aujourd’hui que se gagnent les Solitaires du Figaro de demain ! C’est à celui qui saura mieux organiser son temps avec ses contraintes propres.

L’arrière/avant saison va être rythmée pour parfaire mon entrainement, gérer mes différents engagements. Bonus, organiser un évènement au profit des pupilles et blessés au service de la Nation. Pour cet évènement, j’aurai besoin du soutien d’un maximum de coureurs au large.

J’invite chaleureusement tous les skippers qui souhaitent en apprendre beaucoup sur eux même, à venir tenter l’aventure de la Solitaire du Figaro !  A cœur vaillant rien d’impossible ! … Et suffisamment de bateaux attendent leurs skippers pour prendre la mer pour que nous soyons 50 au départ des prochaines Solitaire…

Qui osera relever le défi ?

Philippe HARTZ, Membre de l’UNCL et Skipper du Figaro « MARINE NATIONALE – FONDATION DE LA MER »

Solitaire du Figaro 2021 : http://www.lasolitaire.com/

Philippe Hartz – Solitaire du Figaro 2021 – Membre de l’UNCL

Crédit photo : R.Gergaud.j

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *