Bilan de la Transquadra 2021-2022

La Transquadra 2021-2022 aura été une édition exceptionnelle à bien des titres

Tout d’abord parce que la pandémie de Covid 19 s’est invitée et a, non seulement reporté le départ de 13 mois, mais a aussi sérieusement perturbé l’escale de Funchal et le programme à l’arrivée en Martinique. Ainsi, le confinement à bord, en attente de résultat de test, à l’arrivée à Funchal, a été assez dur à vivre : rester coincé parfois 12h à bord après neuf jours de mer, avec restaurants et bars ouverts à portée de voix restera un assez mauvais souvenir. De même, la réception de remise des prix, d’abord annulée puis organisée en mode restreint au dernier moment, ne restera pas dans les mémoires le meilleur évènement de l’épreuve. Un grand bravo néanmoins à l’organisation qui a pu jouer avec les difficultés et a su organiser au mieux cette très belle régate.

Ensuite parce que deux dépressions successives sont venues perturber les alizés et ont barré la route du Sud lors de la seconde étape, obligeant les concurrents à monter plus au Nord que la plupart ne le désiraient. Adieu le soleil et la chaleur et des surfs sur la belle houle longue de l’Atlantique. Au lieu de çà, une première semaine à jouer avec les deux dépressions avec leur cortège de nuages, d’humidité et de vents variables. Et une seconde semaine, avec un alizé puissant, et une mer très peu ordonnée.

Enfin parce que, même si la participation reste élevée, 80 bateaux au total, il n’y aura aucun solo au départ de Marseille, les deux seuls en lice partiront finalement de Lorient.

Mais revenons sur la première étape. Côté Atlantique, scénario pas inhabituel, avec une sortie du golfe de Gascogne passant par une dorsale à négocier, puis des alizés portugais soutenus jusqu’à Madère. A ce jeu classique, les « vieilles coques » raflant les plus belles places, JPK10.10 premier en double et en solo, SF3200 second en double. Côté Méditerranée, scénario classique également avec beaucoup de vent faible, et un bon flux de NE une fois Gibraltar passé. Là encore les « vieilles coques dominent » Figaro2 premier, SF3200 second, JPK10 .10 troisième.  Les belles carènes récentes des JPK10.30 et SF3300 seraient elles moins performantes ?

La seconde étape montrera que non, avec la victoire en solo et en duo atlantique, avec une belle avance, d’un SF3300 et d’un JPK10.30, le second en duo étant aussi un JPK10.30. Même si en duo méditerranée, un JPK10.10 réussit à finalement l’emporter d’une courte tête sur un … Figaro2. Un grand coup de chapeau aux solitaires, dont 6 se classent dans es 15 premiers en temps réel, soit devant beaucoup de doubles, une vraie performance.

Mais dans cette seconde étape, si le bateau et sa préparation ont bien sur contribué, les places sur le podium se sont jouées sur le choix de la route et l’endurance des équipages. L’analyse des routes montre que plus on passait Nord, plus on allait vite, et la route supplémentaire était largement compensée. Cette route très Nord a permis d’éviter les clames entre les deux dépressions et d’avoir un meilleur angle pour la descente dans l’alizé la deuxième semaine. Côté physique, la mer très désordonnée et le vent très rarement inférieur à 20noeud et souvent autour des 30 nœuds, ont mis les organismes à rude épreuve. Les trais étaient tirés à l’arrivée et les vêtements beaucoup plus larges qu’au départ…

Côté matériel, les bateaux ont plutôt bien supporté ce vent soutenu pendant deux semaines. Moins de 10 abandons sur cette seconde étape, dont un sur rupture de mat, beaucoup de spis hors d’usage  et de petits bobos à l’arrivée, mais au final assez peu de grosse casse.

Côté bateaux, près de la moitié de la flotte étaient des Sun Fast, et un quart des JPK. Il reste peu de place pour les autres. L’épreuve passera-t-elle un jour en monotypie ? Au final, un accueil très chaleureux aux étapes, une organisation méritante face aux difficultés, une épreuve difficile mais maitrisée par les concurrents, bref une très belle Transquadra

Article rédigé par Bruno Maerten, membre du bureau de l’UNCL.

Site internet Transquadra : https://www.transquadra.com/

A lire aussi : Transquadra : Noël Racine et Ludovic Sénéchal, Alex Ozon vainqueurs en double et en solitaire

A lire aussi : L’UNCL et la Transquadra 2021-2022 : Un grand cru !

A lire aussi : Transquadra : Retour sur cette deuxième étape à bord de Shamrock V

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *