Retrouvez les actualités du club, toutes les news et évènements marquants de l’ Union National pour la Course au Large: Nuit de la Course au Large, Commodore’s Cup, Salon Nautique, etc…

Sans titre

ARMEN RACE – Atelier Météo : « Un coureur averti en vaut deux ! »

Plus que 3 jours pour vous inscrire à l’Atelier Météo « Armen race », animé par Jean-Pierre Nicol et organisé par l’UNCL en partenariat avec la SNT le mercredi 24 mai, veille du départ. Jean-Pierre partagera avec nous son approche et son analyse de la course au regard des derniers fichiers météo. Un atout indéniable pour définir votre stratégie sur l’Armen Race 2017 !

Chers amis coureurs et concurrents,

 

Si vous ne voulez pas rester dans mon sillage lors de la prochaine édition de l’Armen, vous feriez bien de vous inscrire à cet atelier météo !!!

 

Cet atelier avait connu un bon succès l’année dernière (25 participants) et vous étiez nombreux à vouloir recommencer : voilà mission bientôt remplie !

Rappel: le concept de ces « ateliers météo » est de réunir des coureurs autour d’un « pro », et de préparer une course ensemble ; cette fois encore nous avons retenu l’Armen pour la course et Jean-Pierre Nicol comme « pro ». (voir www.jpnicol.com).

L’innovation cette année sera que nous aurons cet atelier à La Trinité, dans les locaux de la SNT, le mercredi 24 mai– veille de l’Armen. Nous aurons ainsi des fichiers météo beaucoup plus « frais » par rapport au départ. Et nous l’organisons en partenariat avec la SNT (merci à toute l’équipe).

L’atelier est ouvert à tous moyennant une participation aux frais de 20€ par personne.

 

Nous vous attendrons pour 19h30. Nous commencerons par l’atelier et finirons autour d’un verre et de pizzas.

 

Attention :

Inscrivez-vous vite ! Le nombre de participants peut être limité par la capacité d’accueil de la salle disponible

Réservation obligatoire: Inscriptions ouvertes dès maintenant ; clôture des inscriptions au 15 mai, ou avant dès que la salle est pleine.

– Participation aux frais (20€) à régler avant sur le site de l’UNCL : Pour régler vos frais de participation, cliquez ICI

 

Comme l’année dernière, nous gardons les principes suivants :

– Chacun prépare sa course avec les outils dont il dispose et qu’il a l’habitude d’utiliser (venez avec vos ordis, vos cartes, vos routages….)

– Jean-Pierre Nicol (JP) aura lui aussi préparé la course comme il le fait toujours et partagera avec nous son approche, son questionnement, son analyse, sa stratégie…

– Nous nous enrichirons tous de nos questions, de nos échanges …

Voilà. C’est simple. Et nous essaierons d’en faire un atelier convivial, avant d’en découdre sur l’eau !

Bien amicalement,

La commission des animations UNCL et la commission SNT d’organisation Armen Race

 

PS : nous avons eu plusieurs demandes aussi pour organiser un atelier en Méditerranée. Nous y travaillons pour préparer la Giraglia. Nous vous tiendrons au courant prochainement !

DSC_0014_1

Mardis de l’UNCL : une saga et une aventure !

Mardi 25 avril, une sympathique réunion s’est tenue à l’UNCL, d’abord en terrasse puis à l’intérieur car il soufflait un vent bien frais sur les bords de la Seine. Cette soirée a été l’occasion pour le Club de revenir sur l’épopée de la revue « Course au Large » présentée par Patrice Carpentier et Didier Dardot, et de recevoir en voisin Stéphane le Diraison, de retour du Vendée Globe.

 

LA SAGA « COURSE AU LARGE »

Ironie de l’histoire, c’est un premier avril qu’est née la revue Course au Large.

« Le nouveau bulletin de l’UNCL » titrait le comité de rédaction auquel appartenait Patrice Roynette à l’origine de cette parution avec son ami Jacques Fayard, alors président de notre club. Au menu de cette brochure de 36 pages en noir et blanc un résumé de la saison 1975 avec en vedette l’Admiral’s Cup, le Révolution de Jean-Louis Fabry, le tragique accident survenu à bord de Morning Cloud au premier ministre britannique Edward Heath, et déjà des sujets techniques sur la Quarter Ton Cup, l’informatique à bord des Twelve de la Coupe de l‘America…

42 ans après, le titre existe toujours malgré une vie parfois tourmentée que Didier Dardot et Patrice Carpentier nous ont résumée lors de cette soirée.

Réalisée dans un premier temps avec les moyens du bord, notre revue « Course au Large » s’est petit à petit professionnalisée avec une pagination augmentée et surtout une diffusion en librairie. Dans les années 80, elle est devenue un périodique spécialisé à diffusion trimestrielle puis bimestrielle destinée aux « voileux » avides d’infos sur leur sport préféré et réalisée sous la férule passionnée et conjointe de Patrice Roynette et Pascal Faure.

La rançon du succès est qu’il fallut bientôt confier le timon à un vrai éditeur, en l’occurrence Claude Perdriel, homme de presse bien connu, notamment patron du Nouvel Observateur, et membre du club. La rédaction et la pub sis dans une pièce mitoyenne de l’UNCL dans les locaux prestigieux de l’Aéro Club de France ont déménagé près de la place de la Concorde : un endroit aussi fort agréable. Patrice Carpentier en était le rédacteur en chef épaulé par le talentueux Jean-Pierre Pacquier à la maquette, à qui succéda Denis Robert.

En 1989, « Course au Large » devint « Au Large », une publication plus largement consacrée à la mer. Elle n’aura qu’un temps. Patrice est parti courir le premier Vendée Globe et quand il revient, Claude Perdriel lui rétrocède le titre. Course au Large renaît de ses cendres sous la forme d’une lettre hebdomadaire diffusée uniquement par abonnement consacrée à l’actualité sportive et technique. Patrice est aux manettes épaulé bénévolement par l’excellent Olivier Péretié. Les deux compères se régalent et un public de mordus, Eric Tabarly fut un de leurs premiers abonnés, leur est fidèle jusqu’à l’apparition d’Internet et de l’info instantanée et gratuite.

A la fin des années 90, le titre est repris par Olivier Goubault à Rennes. La « Lettre » » poursuit vaille que vaille sa parution à laquelle s’ajoute une nouvelle publication : « les Cahiers de Régate ». De nouveau Patrice abandonne son job pour le Vendée Globe qu’il termine premier des 50 pieds et onzième au scratch. A son retour, Pierre Giboire, gérant de la société de communication Mer et Media à Rennes et amoureux du titre relance la parution du magazine Course au Large qui n’aura jamais été aussi beau. Patrice en assure la rédaction en chef jusqu’à ce qu’il reparte pour un troisième Vendée Globe, en 2004… Et quand il s’en revient de sa cinquième giration planétaire (deux Whitbread et trois VG !) on le retrouve tout aussi évidemment à la rédaction de Course au Large.

Chemin faisant, Pierre Giboire et son compère Fabrice Thomazeau reprennent à leur compte la parution du mensuel « Bateaux ». L’opportunité est intéressante de diversifier l’offre mais à la différence de Course au Large seul sur son créneau, Bateaux se mesure à des titres solidement installés sur le marché de la plaisance et peine à (re)trouver sa place.

En 2015, l’éditeur rennais jette l’éponge. Les deux titres sont cédés séparément. Et c’est de nouveau un passionné, Ludovic Sorlot, déjà éditeur de « Cup Legend » et d’autres magazines de niche, qui reprend le flambeau et perpétue la diffusion de cette belle revue Course au Large comptant parmi ses rédacteurs un certain… Patrice Carpentier, très probablement la seule personne au monde à posséder l’intégralité des publications Course au Large. Et pour cause !

 

LE DIRAISON VENU EN VOISIN

Stéphane Le Diraison, concurrent du dernier Vendée Globe à bord du 60 pieds Compagnie du Lit-Boulogne Billancourt, un puissant plan Finot Conq conçu à l’origine pour Alex Thompson, est venu raconter son aventure en ce même « mardi de l’UNCL » après le speech de Didier et Patrice sur la Saga Course au Large.

La première remarque est que ce marin raconte bien. Il faut dire que son aventure autour du monde n’a pas été un long fleuve tranquille. Avec son vieux bateau, il s’est battu pour figurer aux avant-postes de son groupe jusqu’au moment où son mât s’est cassé « dans des conditions qui n’avaient rien d’extraordinaire ». Bref la méchante et mauvaise surprise quand cela vous arrive à plus de 700 milles de la côte australienne. L’ingénieur, régatier, coureur au large très expérimenté a trouvé les ressources pour ériger un gréement de fortune et rallier cahin-caha Melbourne après bien des péripéties qui ont tenu son public en haleine. Son bateau a été rapatrié sur un cargo pour être réceptionné en France mi-mars.

Stéphane n’en a pas fini avec le règlement de ce coûteux sinistre mais se projette d’ores et déjà sur le prochain tour du monde en solitaire. Trois options sont envisageables : vendre le bateau actuel pour en racheter un autre plus performant, garder le bateau existant pour l’optimiser à moindre frais, soit complètement le transformer avec de nouveaux appendices… « La carène est une très bonne base, avec un fort potentiel d’évolution. Dans tous les cas, l’objectif final est bien de boucler la boucle lors du prochain Vendée Globe », pouvait-on lire à son sujet dans la dernière livraison du magazine Course au Large. Stéphane Le Diraison associe toutes les qualités pour séduire un sponsor : capacité technique, expérience de la course au large adossée à un palmarès flatteur, goût naturel pour communiquer et raconter avec sobriété et simplicité une aventure hors du commun.

L’UNCL le remercie de sa présence et lui souhaite bon vent.

 

Quelques photos de notre soirée :

DSC_0013

 

DSC_0007

 

DSC_0014_1

 

DSC_0008

 

 

DSC_0019

 

Sans titre

UNCL : Un Atelier de préparation au Fastnet avec Nicolas Lunven

L’UNCL organise un atelier de préparation à la prochaine Fastnet Race. Il sera animé par NICOLAS LUNVEN et se déroulera en deux temps  selon les modalités ci-dessous :

  • 11 mai – 19h45 à l’UNCL : un atelier présentant le Fastnet, son terrain de jeu, les pièges, les coups souvent favorables, les points à surveiller.
  • 24 à 48h00 avant le départ, les participants à l’atelier du 11 mai recevront deux mails. Un premier 2 ou 3 jours avant le départ qui permettra d’appréhender la situation générale (petit temps / vent fort, les coups potentiels à jouer, les pièges, les points clés, etc…) et le second la veille du départ avec une analyse plus fine notamment du début de course. Des propositions de routage seront faites sur la base de 2 ou 3 polaires types représentatives de l’ensemble de la flotte. Par exemple une polaire type Sun Fast 3200 / JPK 10.10 / A35, une autre type KER 39/ Grand Soleil 43, et éventuellement une troisième.

Attention, Inscrivez-vous vite !

Réservation uniquement via la boutique UNCL (règlement de la participation aux frais de 30€) :

 

L’équipe « Animation » de l’UNCL
Xavier Cruse, Maxime de Mareuil et Marie-Christine Lobrichon

 

Courrier_Leon_RSH2015

Hommage du Yacht Club de France à Géry Trentesaux : Remise du Prix du Conseil 2016 par le président Yves Lagane

 

Mercredi 1er février 2017, le Président du Yacht Club de France, Yves Lagane, a remis  à Géry Trentesaux le « Prix du Conseil 2016 pour récompenser « la victoire toutes classes du sens marin et de l’art de vivre en mer ».

Le Président a notamment rappelé l’impressionnant curriculum vitae de Géry :

  • 4 participations à des ADMIRAL ‘S CUP dont trois sous les couleurs hollandaises,
  • 3 Solitaires du FIGARO (qui s’appelait encore l’AURORE) chaque fois dans les dix premiers et même troisième en 1984,
  • SYDNEY-HOBART dont la dernière en 2015 gagnée en IRC4 à bord du JPK Courrier du Léon, un des plus petits concurrents de la flotte, classé second toutes classes
  • COMMODORES’CUP dont deux victorieuses en 2002 et 2006
  • 13 FASTNET dont 4 victoires de Classes, 1 victoire au classement général et 1er dans la classe sur 90 bateaux en 2015
  • 4 victoires toutes classes de COWES DINARD
  • Une participation à la ROUTE du RHUM en Class40 en 2006
  • Plusieurs participations au TOUR de FRANCE à la VOILE

Mais il faut aussi mentionner les multiples titres de Champion du RORC, la China Cup de Hong Kong, les Spi Ouest France, les Grand Prix de l’École Navale, les Scottish Series, la MIDDLE SEA RACE, le championnats du monde de J80, plus récemment les Régates Royales en DRAGON en 2016…

 

« De cet inventaire impressionnant,  a ajouté Yves Lagane, on dégage aisément une dominante « course au large » et une passion de composer en régate avec un bateau, un équipage et les éléments naturels. C’est pour nous l’exemple d’une recherche permanente d’un idéal d’excellence.

Mais au-delà du sens marin nous voulons également honorer l’art de vivre avec la mer. Humanité, enthousiasme, énergie, humilité. Vous êtes également un passeur. Vous accompagnez des équipages de jeunes en mettant à leur disposition votre J80 et votre DIAM 24 ou quand vous soutenez le projet IMAGINE dont le but  est de construire un monde meilleur en mettant en valeur les héros humbles ou anonymes.  »

 

Image : Courrier du Léon / Rolex Sydney – Hobart 2015

ENVSN

Un MOOC Météo Marine gratuit sur le site de l’ENV

l’École Nationale de Voile et des Sports Nautique (ENVSN) proposera au mois de mars un module de cours météo en ligne gratuit sur son site. Les cours sont proposés par Claire de Nomazy qui est responsable des cours météo à Quiberon et qui a dèjà animé les stages MÉTÉO proposés par l’AvRM (Association des Voiliers RM).

 

 

Les inscriptions sont ouvertes depuis le 16 janvier : Inscrivez-vous ICI !

UNCL_LOGO_1376

Décès de Nicole Cocatrix

L’UNCL a appris avec tristesse la disparition de Nicole Cocatrix qui a travaillé de nombreuses années au Secrétariat de l’UNCL.

Elle avait mis tout son dévouement au service du Club.

Tous ceux qui l’ont connue se souviennent de sa gentillesse et de son accueil chaleureux.

L’UNCL

 

Samsara_OTVD3

Odile Tran Van Dom nous a quittés.

Odile Tran Van Dom nous a quittés lundi dernier à l’hôpital de Sens suite à une longue maladie. Elle avait fait construire le très beau trois quart tonner « SAMSARA » dans les années 1977, l’UNCL avait rendu hommage à cette grande dame en sa présence en organisant le 6 septembre dernier une petite rétrospective de l’histoire du bateau.

Le regretté Gilles Gahinet, mais aussi Phillipe Pallu , Daniel Andrieu, Christian Venot, Sylvain Rosier, jean Paul RIOU, Philippe Girardin et beaucoup d’autre s’étaient immergés dans l’aventure Samsara pour faire naviguer le rêve d’une personne qui n’avait aucune raison rationnelle de se lancer dans une aventure comme celle de la construction d’un bateau de compétition.

Sa découverte de la voile avec son équipage l’ont menée à de nombreux beaux résultats en régate et notamment à l’arrivée d’un FASTNET 1979 de légende.

L’origine « indochinoise » de sa naissance et la fidélité à la terre de France où elle avait trouvé refuge comme psychologue et psychanalyste, ont réuni dans la réalisation de ce voilier l’accomplissement de ses rêves d’enfance sur le port de SAÏGON.

Les obsèques d’Odile Tran auront lieu au crématorium de Joigny 3 boulevard Lesire-LACAM  89300 JOIGNY le vendredi 20 janvier à 15h30.

 

Didier Dardot

 

 

tour_du_monde_sodebo_uncl

Le père Noel des coureurs s’appelle Thomas Coville.

Moins de 50 jours pour une giration planétaire, c’est tout simplement inouï et arriver le jour de Noël ne fait que contribuer à un mythe qui va se construire progressivement.

Les analyses ne vont pas manquer de détailler par le menu comment Thomas en est arrivé là. En attendant, je crois qu’il faut rendre hommage à au moins 3 personnes clés : Patricia Brochard bien sûr, la co-présidente de Sodebo qui a su accompagner depuis 17 ans Thomas, c’est le cas de le dire contre vents et marées ; Jean-Luc Nélias qui , avec Thierry Douillard et Sam Davis, a su copiloter Sodebo à distance et trouver le chemin critique dans une météo certes bienveillante au départ mais qu’il a fallu gérer ensuite ; Oliver de Kersauson enfin car il faut rappeler que ce bateau n’est autre que Geronimo, un VPLP construit chez Multiplast et largement modifié pour devenir Sodebo Ultim.

Rappelons que ce sont 6500 miles qui le séparent du leader du Vendée Globe, parti le même jour de Thomas Coville, alors que Francis Joyon, lors de son record, s’extirpait péniblement du pot au Noir. Bref, Extraordinaire, Exceptionnel, Extatique.

Cet hommage rendu par l’UNCL à Thomas Coville est là pour rappeler qu’à l’époque de la course Open, de la première Route du Rhum (1976) jusqu’au Vendée Globe 2000, l’UNCL a contribué aux légendes nées de ces grandes aventures océaniques, avant que les classes ne s’organisent et structurent les flottes mono et multi.

Pour conclure, dans notre pays qui fait plus souvent preuve de psychopathie collective que de confiance en soi, soyons fiers de ceux qui, comme Thomas, représentent la créativité, le talent et la résilience !

P Sérénon

bandeaupresse

Communiqué : L’Europe hisse les voiles à Marseille en 2017 !

Le Marseille 2017 IRC European Championship, organisé conjointement par l’Union Nationale de la Course au Large, le Cercle Nautique et Touristique du Lacydon, la Société Nautique de Marseille et l’Union Nautique de Marseille se déroulera à Marseille du 5 au 9 juillet 2017.

Annoncé officiellement par Jean-Philippe Cau (Président de l’UNCL) à l’occasion du Nautic de Paris, en présence d’Yves Lagane, président du Yacht Club de France, d’Antoine Croyère, Président de la Société Nautique de la Trinité, de Michael Boyd, Commodore du RORC, de Riccardo Provini, de l’Unione Vela d’Altura Italiana et des trois présidents de clubs marseillais (photo ci-dessous), ce grand rassemblement accueillera l’élite européenne de la voile habitable. Tous les bateaux jaugés IRC et dont le TCC est supérieur ou égal à 0.900 sont invités à participer au Marseille 2017 IRC European Championship, ouvert aux Classes IRC 0, 1, 2, 3 et 4.

De gauche à droite : Riccardo PROVINI (UVAI – IRC Italie), Michel LAMBERTI (UNM), Gérard LARI (CNTL), Raymond LAMBERTI (SNM), Michael BOYD (RORC), Jean-Philippe CAU (UNCL), Yves LAGANE (Yacht Club de France)

De gauche à droite : Riccardo PROVINI (UVAI – IRC Italie), Michel LAMBERTI (UNM), Gérard LARI (CNTL), Raymond LAMBERTI (SNM), Michael BOYD (RORC), Jean-Philippe CAU (UNCL), Yves LAGANE (Yacht Club de France)

Après un premier galop d’essai qui s’est déroulé à Cork (Irlande) en 2016, Marseille s’apprête à accueillir un plateau réunissant plus de 1500 marins. L’épreuve devrait voir un contingent important de concurrents anglais se déplacer dans le sud de la France, tout autant que d’Italiens. Présence également attendue d’Espagnols, de Russes, de Suisses…

« On a la prétention d’attirer au moins une centaine de bateaux pour disputer ce titre de champion d’Europe, se félicite Jean-Philippe Cau. Sportivement, cet événement est quelque chose d’important car c’est un championnat d’Europe labellisé, qui sera de grande qualité, tant au niveau de son plateau que de son organisation. C’est aussi et surtout une reconnaissance pour la jauge IRC (6000 bateaux dans le monde), au niveau national et surtout international. Enfin, le choix de Marseille n’est pas un hasard. Les clubs nautiques locaux trustent les récompenses à l’échelon national et offrent généralement un accueil hors pair aux concurrents lorsqu’ils organisent un évènement. Nous allons avoir cinq jours de régate de très haut niveau, dans les rades sud et nord et une fête à terre magnifique, dont les marseillais ont le secret… »

En cette année 2017, où Marseille est capitale du Sport et à quelques semaines de l’attribution des JO 2024 où la ville accueillerait les épreuves de voile, en cas de victoire de la candidature parisienne, l’attribution de ce championnat d’Europe sonne comme une véritable reconnaissance.

« Nous sommes fiers d’accueillir ce grand rendez-vous de l’IRC, se félicite Michel Lamberti, porte parole des trois clubs marseillais, qui se sont associés avec l’objectif d’obtenir l’organisation de cette épreuve prestigieuse. L’association des trois clubs, CNTL, SNM et UNM a joué en faveur de la sélection de Marseille. A nous, désormais, de mettre en avant nos atouts, naturels d’une part, avec cette rade extraordinaire que l’on nous envie, et techniques d’autre part, à travers notre savoir-faire pour l’organisation de régates, à la fois en mer et à terre. »

 

Le programme

Les bateaux devront être à quai, amarrés à la Société Nautique de Marseille, le 5 juillet, à 9h30 (dernier délai). La journée sera consacrée aux confirmations des inscriptions, inspections et contrôles de jauge.

Les quatre jours de la compétition se déclineront en parcours tactiques et côtiers, incluant une grande course.

La cérémonie d’ouverture se déroulera à l’UNM, mercredi 5 juillet, tandis que la cérémonie de remise des prix se tiendra au CNTL, le dimanche 9 juillet.

Les bateaux seront amarrés et regroupés chaque jour, sur les quais de la SNM.

 

 

Plus d’informations : www.uncl.com

Contact presse : Raphaël Mira – 06 16 26 01 78

Photo libre de droit

 

tahina_une

La Nautique reste Premier Club IRC en 2016 !

800 bateaux représentants plus d’une centaine de clubs ont participé aux Championnats IRC-UNCL 2016 en équipage. Créé en 2011, le prix du meilleur club IRC de l’année est un défi convivial lancé par L’UNCL  afin d’encourager l’esprit de club cher à l’UNCL. C’est aussi l’occasion d’honorer tous les clubs du littoral qui font rayonner nos Championnats, par leur implication aux côtés de l’UNCL en tant qu’organisateur, ou par la participation de leurs coureurs.

Glen Ellen 1034.4 points

Glen Ellen 352 points

Depuis sa création, le titre de meilleur club IRC de l’année est détenu par La Société Nautique de Marseille. Cette année encore La Nautique conserve son titre. Elle le doit aux excellents résultats de ses meilleurs régatiers et de ses bateaux de pointe en IRC. L’UNCL remettra le prix à Raymond Lamberti, président de La Nautique, lors de la Nuit de la Course au Large 2016, samedi 10 décembre à l’Aéro Club de France.

Le principe de ce classement est le suivant : les points des 3 meilleurs bateaux de chaque club obtenus sur les Championnats IRC-UNCL en équipage, sont cumulés. Nos Championnats prennent en compte les 4 meilleurs résultats en Manche et en Atlantique, les 5 meilleurs en Méditerranée. Les points des bateaux méditerranéens sont pondérés pour tenir compte de cette différence (multipliés par 4/5).

Avec 1034.4 points, La Nautique décroche la première place devant la Société Nautique de Saint-Tropez et le Cercle Nautique et Touristique du Lacydon.

4ème à 4 points du podium, le Centre Nautique de Lorient, Club du Champion de France des Équipages IRC 2016, Leclerc Hennebont, est le premier club de la façade Atlantique, tandis qu’à la 6ème place le Sport Nautique et Plaisance du Havre représente la Manche.

 

Classements des 10 premiers Clubs français en IRC en 2016

1.Société Nautique de Marseille10.34.4 points
2.Société Nautique de Saint-Tropez992.6 points
3.Cercle Nautique et Touristique du Lacydon960 ponits
4.Centre Nautique de Lorient956 points
5.Yacht Club de la Grande Motte906.4 points
6.Sport Nautique et Plaisance du Havre838 points
7.Société Nautique de La Trinité834 points
8.Union Nationale pour la Course au Large817.6 points
9.Société des Régates Rochelaises743 points
10.Cercle Nautique de Palavas691.2 points

image1

Jin Tonic Sequel 545 points

Jin Tonic Sequel 545 points

La SNM doit son leadership aux excellents résultats obtenus par Glen Ellen V, vainqueur du Championnat Méditerranée Équipages en IRC 2 (352 points après pondération), Jin Tonic Sequel  second en IRC 3 (345 points) et Tahina Socafluid, 5ème dans cette même classe (336 points).

Elle le doit aussi à l’assiduité de ses trois navires amiraux : 9 participations pour Glen Ellen V et 8 pour Jin Tonic Sequel et Tahina Socafluid !

image1

Tahina Socafluid 436 points

Tahina Socafluid 436 points

L’UNCL

Information : uncl@uncl.com

Images :

Glen Ellen et Jin Tonic Sequel par Michel Lamberti

Tahina Socafluid par Pierick Jeannoutot – www.pierik.fr