Retrouvez les actualités du club, toutes les news et évènements marquants de l’ Union National pour la Course au Large: Nuit de la Course au Large, Commodore’s Cup, Salon Nautique, etc…

Gascogne 45/5: 350 milles dans le Golf de Gascogne

Conçue essentiellement pour les Duos, la flotte la plus représentée (23 IRC1, 15 IRC2) et les Solos, l’épreuve était aussi ouverte aux équipages.

Retour sur cette édition à travers le récit du duo inédit (voir plus bas) composé de Patrice Carpentier et Alix, avec le JPK 9.60 Groupe 5 Planète Urgence.

 

MERCI ALIX

« En raison d’une météo incertaine et de mon obligation de rallier La Trinité sur Mer le 9 juin, décision fut prise à La Rochelle d’opter pour la 45/5 au lieu de la 45/11, initialement programmée, et ce faisant de nous mesurer aux nombreux concurrents rochelais. Jeudi, le 3 juin, mon camarade Jérôme Croyère apprend que sa femme doit subir une opération chirurgicale.

Après une rapide analyse météo, il nous apparaît impossible qu’il puisse sereinement effectuer la course. Il me faut rapidement trouver un(e) équipier(e) de substitution car le départ a lieu dans quelques heures. J’en avise immédiatement Xavier Dagault qui possède une voilerie éponyme à La Rochelle. Et tout aussi rapidement, une de ses employées prénommée Alix me dit qu’elle est partante avec non seulement le consentement mais plus encore les encouragements de son employeur. Le temps de rassembler ses vêtements de navigation et de pourvoir sa cambuse en aliments sans Gluten, la jeune Alix qui a une solide expérience de la navigation, moins de la régate hauturière, me rejoint à bord. Quelques mots suffisent à expliquer à cette élégante personne le maniement du bateau et la lecture du piano. Alix pige tout de suite et l’expérience montrera que point n’est besoin de répéter les choses. J’ai vraiment une chance inouïe de me retrouver avec une équipière de cette qualité qui parle volontiers de ses expériences, de sa vie à La Rochelle à bord d’un Romanée, et qui voue une adoration aux mammifères aquatiques, notamment les dauphins croisés dans le golfe de Gascogne et même un cachalot.

 

Dès la sortie du pertuis d’Antioche, le vent forcit comme prévu et c’est du tout droit vers la bouée météo située par 45°12 N et 5°W. Enfin du presque tout droit car chacun a son idée comment concilier une vitesse optimale avec la trajectoire recommandée. La nuit ressemble à un ballet lumineux oscillant entre le blanc, le vert et le rouge au gré des caps suivis avec parfois des situations bord à bord du meilleur effet… Le jour se lève tôt, merci mois de juin. Il fait beau mais le vent mollit et devient variable en direction. D’une position dessous la flotte, on se retrouve plutôt au dessus car je ne tiens pas à tirer un bord pour contourner la bouée météo. Les voiliers croisés à ce point de ralliement me rassurent. Le ciel bleu est de rigueur durant la journée mais le vent devient carrément évanescent en fin d’après midi, perturbé par une houle résiduelle pour le parcours retour. On s’occupe avec de fréquentes manœuvres entre le grand spi bleu lourd, le spi rouge un peu moins grand mais plus léger, notre magnifique Code 0 tout neuf, et le foc (on ne peut plus décemment qualifier de génois cette voile d’avant IRC devenue riquiqui avec le temps). Un bateau que je surveille de près à l’AIS est le J 99 de l’ami Grassi accompagné de sa fille Amélie (un des rares « autres » équipages mixtes de la course !). Il serre le vent de très près avec son spi et il va plus vite que notre JPK 9.60. La nuit n’apporte pas de changement notable sinon que les « grands » voiliers disparaissent de notre AIS comme s’il y avait en permanence un peu plus de pression devant ou tout simplement parce qu’ils vont naturellement plus vite… ?

Le vent forcit enfin dans l’après midi de samedi en prenant de la droite. C’est au reaching serré que la partie s’achève à belle allure nous permettant de couper la ligne d’arrivée en tout début de nuit alors que les voiliers plus loin derrière vont souffrir d’un nouveau ramollissement. Nous finissons 3ème en TR des « doubles » de notre groupe (23 partants) et aussi 3ème en TC car le JPK 10.10 SNA-Numerobis de Jean Passini et Dominique Dubeau a fait une course remarquable et finit loin devant, et le SF 3200 Pour Aster Bretagne de Pascal et Eric Chalaux, crédité d’un TCF de 0.982 alors que notre « mobylette » certes un peu gonflée accuse 0.992, s’adjuge la deuxième place sur le podium.

Voir article : Gascogne 45/5 ET Cap 45/11 2021 : Des régatiers HEUREUX !

A la lecture des résultats, je ne peux m’empêcher de tirer un grand coup de chapeau au solitaire Alex Ozon, une fois encore imbattu toutes catégories confondues à bord de son SF 3300 Sapristi, sinon par le grand Akela 50 mené en équipage (60 voiliers en tout étaient au départ de la 45/5 !).  

J’ai été enchanté par ces deux jours et demi de navigation en compagnie d’Alix et je salue tout le travail accompli par Etienne Chabry et son équipe de la SRR. »

Patrice Carpentier

Groupe 5 Planète Urgence

Crédit Photo : Christophe Breschi

christophe@breschi-photo-video.com

La CAP 45/11 : un format qui fait mouche

Les régatiers qui ont participé à cette épreuve inscrite aux Championnats UNCL 2021 Manche – Atlantique sont heureux. Le format proposé avec un passage de ligne plutôt que de bouée ou WP ouvre bien le jeu et rend la régate encore plus intéressante. Le parcours loin des côtes de 750 milles, pour les novices, est plus rassurant et permet donc plus facilement de se lancer.

Retour sur cette première édition à travers le récit du duo vainqueur, Ludovic Menahes et David Le Goff, qui monte sur la première marche du podium après plus de cinq jours en mer avec leur JPK 10.10 Adeosys.

« Parti, jeudi 16h de la Rochelle, pour une course au large de 750 miles, on va en faire 950 !

Jeudi 3 juin :
Le départ se passe très bien, on sort bien devant. On sait qu’il faut aller vite pour ne pas se faire marcher dessus par les gros ratings. Passage de la pointe d’Oléron sous génois en tête de la flotte. Puis on envoie le Code 0 pour aller au plus vite vers le bas de l’anticyclone qui est installé dans le milieu du Golfe de Gascogne.

Le début de soirée se passe bien, on tient les Figaro 2 et le 3300, mais le vent monte et sans ballast, on ne peut rivaliser.

Vendredi 4 juin :
Toujours sous code 0, la descente va au mieux (190 miles parcouru en 24h). Vers 15h, le vent commence franchement à disparaître. Il va falloir encore plus plonger vers le Sud. Envoi du spi… et vers 19h, alors que l’on commence à buter contre le 1er système météo, on aperçoit les gros ratings (on comprend qu’on est 1er en réel), en train de chercher à descendre péniblement, on plonge encore plus. Mais freinés par la molle devant, les autres, nous reviennent dessus. Patrick ISOARD « Santosha pour Uship », nous passera un petit appel « Salut, les gars, je vous passe le bonjour, tout se passe bien… je commence à voir votre bateau, on arrive » (car ils sont tous un peu regroupé derrière ». Ce ne sera pas son seul appel !

1h après, c’est reparti, on se sauve à nouveau et on part pour une grande descente sous spi vers le Cap Ortegal.

Samedi 5 juin :
Toujours sous spi, on va parcourir en 24h plus de 200 miles, avec au passage 4h de surf à 12 nœuds. On a ce qu’on était venu chercher. Mais on va à nouveau ralentir car en fin d’après-midi, on a fait un peu trop de nord dans notre route. On voit à nouveau les bateaux derrière. Et Patrick, nous passe son petit appel !

Dimanche 6 juin :
A 7h, toujours 1er des 2 flottes, on coupe la longitude des 11° au point 44°28.275N – 10°59.978. Et c’est parti pour une remontée qui va se faire au près…sur 400 miles… ! 

Toute la journée, on va prendre de l’avance, le bateau marche tout seul au près, toujours dans nos polaires (100%), c’est top. Mais… une nouvelle bulle va nous arrêter vers 18h. Et quelques heures après… Patrick à nouveau la VHF !
On ressort le code 0, on accepte de replonger plus Sud pour s’extraire des basses pressions et on repart.

Lundi 7 juin :
On est encore reparti. Mais la météo est compliquée. Aucun fichier Grib n’est en phase avec la réalité, on comprend que l’anticyclone devant a été coupé en 2 et a formé une longue dorsale, on ne sait plus par où on va vraiment pouvoir passer.  Plus les heures avancent plus le bateau ralenti, mais on a peu de solutions, à moins de faire du sud. Option non retenue, on rentre à la Trinité, on ne retourne pas en Espagne.

Les heures qui passent dans la molle sont pénibles. (Nouvel appel de Patrick !)

Mardi 8 juin :
On n’arrive pas à aller dans l’Est, impossible, et là, on voit Pierrick « ZEPHYRIN », qui 10 miles plus au sud, arrive, lui, à faire de l’Est. On vient de perdre notre 1ère place en réel après 5 jours en tête.

Il va falloir attendre le milieu de journée pour repartir et plus on monte plus le vent forcit, c’est parti pour une remontée au près débridé de 130 miles. 

Pierrick prend l’extérieur de Belle-Ile, il peut se retrouver sans vent, on passera donc par l’intérieur surtout que l’on doit arriver à la bonne heure pour avoir le courant avec nous. 

Il finira finalement 49 minutes devant nous. Et arrivés au ponton, on apprendra que Blue Oscar est arrivé, il y a 2 heures. Problème d’émission de sa position… donc avons-nous été 1er réel pendant 5 jours sur 6 ?!

Au final, super transat, surtout que c’était notre première. On a pu valider pleins de points et surtout découvert que l’on pouvait passer beaucoup de temps à la table à carte à analyser notre routage et que lorsque tout va tout seul, le pilote sait faire le boulot… il va falloir amener des films et des livres pour les prochaines.

On finira 1er des doubles, 2ème au scratch et 3ème réel. 

Merci aux organisateurs d’avoir proposé ce format original. C’est un succès.
Merci à Patrick, d’avoir sans cesse mis la pression 😉

Grand Bravo à Pierrick PENVEN en solo – doublé Brestois, quoi… 😉

Petit clin d’œil à TECHNIQUE VOLIES et son code 0 sans câbles (#Herewesail)

Dommage que le suivi de course à terre n’ait pas fonctionné pour les personnes qui acceptent nos absences ! »

ADEOSYS, Ludo & David

Crédit Photo : Christophe Breschi

christophe@breschi-photo-video.com

Newsletter de l’UNCL : La gazette qui vous vient du large

Voici la newsletter de l’UNCL, nous vous invitons à la découvrir et à la partager. Vous y trouverez différentes informations concernant la vie du club mais également les actualités de nos championnats et de la voile en générale.

Editorial : Tous sur l’eau !

Anne de BAGNEAUX-SAVATIER, Présidente

Article à la UNE

Projet Class 30

 

La vie de l’UNCL

Les Ateliers et Keynote de l’UNCL – Accéder aux supports de présentation

Les nouveaux membres UNCL 2021

Philippe HARTZ : nouveau membre du club !

 

News de l’IRC

Défi Pure Océan

Cape2Rio 2023

Tangon de Foc :  Questions / Réponses

IRC RECORDS

 

Vie des Clubs

Le COYCH : Un club formateur

 

Championnats UNCL 2021

Calendriers des Championnats UNCL 2021

Règlements des Championnats UNCL 2021

Actualités des Championnats UNCL 2021

Crédit Photo : @Didier Ravon / @UNCL

Le Commando Marine Philippe Hartz, nouveau membre UNCL !

Par Anne de Bagneaux-Savatier

Philippe Hartz, Commando Marine, s’élance sur le circuit Figaro, à bord de « Marine Nationale-Fondation de la mer » !

Philippe Hartz est un Marin aguerri aux compétences précieuses, avec ses 17 ans d’engagement dans la Marine nationale, et après avoir servi au sein du Commando Trépel et du Commando Hubert, est actuellement « maitre de cours » pour les nageurs de combat de l’Ecole de plongée de la Marine.

Premier skipper parrainé par la Marine nationale depuis Eric Tabarly, Philippe Hartz a fait ses preuves de marins en décrochant aux côtés d’Adrien Hardy, en 2000, les titres de champion de France et d’Europe en série 420 !

Il nous raconte son projet et ses premières épreuves Solo et Double du circuit Figaro :

« Mon projet a démarré le 4 janvier 2021 lorsque l’Etat Major de la Marine a validé son soutien pour me détacher sur le circuit professionnel du Figaro, afin de faire rayonner notre institution. Anne de Bagneaux-Savatier, Présidente de l’UNCL, qui est réserviste dans la Marine nationale (RC), a très vite pris connaissance de mon projet, et m’a tout de suite personnellement soutenu… Et c’est tout naturellement que j’ai adhéré à l’UNCL !

Ces 4 derniers mois ont été très intenses et instructifs à plus d’un titre : Je savais faire de la voile, j’apprends aujourd’hui à faire du Solo au large.

Je retiens 2 choses qui peuvent aiguiller jeunes et moins jeunes qui voudraient se lancer dans un tel défi sportif !

Il ne s’agit pas que d’un défi sportif : La gestion d’un projet Figaro demande de puiser dans d’autres ressources que celles d’un bon navigateur. Il a fallu que j’apprenne en accéléré à gérer un réseau, démarcher des partenaires, créer une entreprise, gérer la préparation et les bobos d’un voilier, communiquer (alors que depuis 17 ans, je faisais tout pour rester dans l’ombre), etc… Bref, inutile d’être excellent partout, mais il faut surtout ne pas avoir de points faibles ! Cela tombe bien, c’est souvent ce que l’on disait dans mon ancien métier de Commando Marine : « Bon à rien, mais bon à tout ». J’étais un bon « voileux » à tout juste 21 ans, lorsque j’ai dû prendre de la distance avec le monde de la voile, mais la Marine nationale a fait de moi un bon marin !

Il serait surement intéressant de rédiger un mémo pour tout coureur qui voudrait se lancer dans le monde professionnel pour lui déminer le terrain. Cette idée doit être une déformation de militaire avec ce que l’on appelle les RETEX (Retours d’Expériences).

« A cœur vaillant, rien d’impossible ». Le défi était osé d’imaginer début janvier, que je serais au départ de la Solo Maitre Coq le 18 mars dernier ! Mais j’y ai toujours cru, et j’étais convaincu que j’y arriverais. Mais je n’y serais jamais parvenu seul, et c’est grâce à des personnes de tous horizons, proches comme inconnus, que j’ai pu prendre le départ de ma saison Figaro !

Sur la Solo Maitre Coq, mes objectifs étaient simples : Ne pas casser, être à l’arrivée, et ne pas être dernier !

Sur la Sardinha Cup, avec mon co-skipper Benoît Hochart, nous nous sommes même offert un passage en tête sur une 1re marque.

J’embarque Adrien Hardy pour le Tour de Bretagne !  

J’aimerais également pouvoir organiser un évènement au profit des blessés et pupilles de la nation en octobre, en immersion dans le monde de la course au large à Lorient.

Chers amis de l’UNCL, prestigieux club, je vous souhaite à tous un bon déconfinement maritime, un bon vent et une bonne mer, en attendant de vous retrouver, je l’espère, pour un bon rafraichissement à Cowes ou à Cherbourg, à la Rolex Fastnet Race ! »

 

 

En effet, souhaitons tous à Philippe Hartz, notre nouveau membre de l’UNCL pas tout à fait ordinaire, vous l’avouerez,  une passionnante première saison Figaro, grâce à ses partenaires  que sont la Marine nationale et la Fondation de la Mer, ainsi que Spliethoff-Sevenstar (Armateur spécialisé dans le transport de yachts), TechnicAtome, (propulsion nucléaire navale), Hydroption (intelligence énergétique en B2B), Preligens (Intelligence Artificielle dans le domaine de la sécurité), l’ACEF (Association du Crédit et de l’Epargne de Fonctionnaires) et International (peintures et enduits maritimes) !

Sur le circuit Figaro, aux différentes étapes des différentes épreuves, surtout, allez encourager Philippe au nom de l’UNCL, car il portera fièrement le Guidon UNCL !

 

Anne de Bagneaux-Savatier

Présidente UNCL

Décollage réussi pour le (futur) Class 30 !

Sport / régate / course au large / voilier école / architecture navale/ industries nautiques
Mardi 18 mai 2021

Plus de vingt-cinq dossiers de candidature venant de tous les horizons de la planète voile ont abouti sur la boite mail dédiée de L’Union Nationale pour la Course au Large – UNCL –, organisateur avec le soutien de son partenaire britannique le Royal Ocean Racing Club – RORC –, en réponse à l’Appel à Projets du futur Class 30. Ce succès incontestable du concours visant à donner naissance au Voilier Ecole de Course au Large international de demain confirme la pertinence du projet qui fédère dans son sillage des ténors de l’architecture navale et des chantiers parmi les plus en vue. La consécration de ce concours est le ralliement du Storm Trysail Club américain qui soutient désormais l’initiative aux USA et renforce ainsi le cercle des organisateurs et le potentiel de diffusion du futur monotype.

Un accueil empreint de passion
Acteur incontournable et maintes fois couronné de la communauté de la course au large, Michel Desjoyeaux résume bien cet enthousiasme et son retentissement au niveau national : « Participer à la conception d’un support accessible et attractif afin de recréer une dynamique de course en équipage chez les jeunes actifs m’apparait comme une évidence. Cette voie de formation d’équipiers a disparu de nos jours car il n’y a plus de support adapté et adéquat. Avant le passage au Diam 24, le Tour de France à la Voile représentait souvent les premières expériences de navigations hauturières en course pour de nombreux équipiers. Ce sont ces équipiers qui aujourd’hui délaissent les régates et qu’il faut reconquérir avec ce nouveau monotype qui se doit d’être performant et attractif. C’est pour cela que nous avons décidé de candidater avec CT Mer Forte »

Le Jury se renforce
La principale nouveauté concerne la composition du Jury qui a évolué depuis le lancement du projet : aux 4 membres de l’UNCL et 3 membres du RORC vient de s’adjoindre un nouveau membre qui représente le Storm Trysail Club basé à Larchmont, NY, au nord de New-York City. Ce Club américain, très convivial, est le club de course de référence aux Etats-Unis en matière de course offshore, partageant ainsi les mêmes valeurs et expériences que le RORC et l’UNCL. Il rayonne depuis Larchmont (NY) grâce à ses 12 stations réparties sur les plans d’eau les plus connus de la côte Est, des grands lacs, de Floride et de Californie où il exploite aujourd’hui une flotte de 8 Figaro 2. Cet apport renforce la dimension internationale du projet, les organisateurs du concours ayant souhaité dès le départ que les projets français ne dépassent pas la moitié des propositions.

Huit équipes retenues
Conformément au programme annoncé, le Jury International a étudié tout début mai les demandes de candidature provenant de 9 nationalités différentes et effectué une présélection en fonction d’une grille de critères pondérés, incluant la compréhension affichée du projet, les références dans la conception et production de bateaux similaires, mais aussi la prise en compte de principes d’éco-conception ou la capacité à innover. Au final, six équipes architectes/chantiers ont été retenues sur la base d’un nouveau bateau à concevoir, incluant de grands noms de l’architecture et de la construction navale mondiale, ainsi que deux autres équipes avec des bateaux existants, proches du cahier des charges, qui doivent travailler à des évolutions pour être conformes, notamment sur l’aspect budgétaire. Les différents dossiers d’avant-projets des candidats sont attendus pour la mi-juin.

Toutes les infos sur le Concours d’Appel à Projets
Renseignements, Cahier des charges, Présentation du Projet : sur demande par mail à class30@uncl.com

 

L’UNCL c’est
Un Club de passionnés et de coureurs ouvert à tous ceux qui sont concernés par la pratique et le développement de la régate et de la course au large. L’Union Nationale pour la Course au Large est née en 1971 de la fusion de l’U.N.C., crée en 1913 et du G.C.L., créé en 1960. Club affilié à la Fédération Française de Voile, l’UNCL a plus de 250 membres et son bon fonctionnement repose sur un grand nombre de bénévoles qui assurent son organisation et sa direction. Avec le RORC, l’UNCL a créé la jauge CHS (Channel Handicap System), aujourd’hui IRC (International Rating Certificate).L’UNCL assure le développement d’un Championnat annuel IRC UNCL Méditerranée et Manche-Atlantique en s’appuyant sur les régates organisées par les grands Clubs du littoral et la co-gestion de la jauge IRC.
Son siège social est situé 41 Avenue Foch 75016 Paris.
Présidente 
: Anne de Bagneaux-Savatier
Vice-Présidents
: Jean-Philippe Cau, Yves Ginoux
Président Association de Propriétaires de bateaux jaugés IRC, PropIRC
: Philippe Serenon

 

Le RORC c’est
Un club unique et exclusif, fondé en 1925, dédié à l’encouragement des navigations sur de longues distances ainsi que d’autres formes de courses, régates et activités liées au yachting.
Les membres du Royal Ocean Racing Club constituent un vaste réseau de marins qui bénéficient de deux Club-houses exemplaires, situés dans le centre de Londres et dans la capitale de la voile au Royaume-Uni, Cowes.
Avec l’UNCL, le RORC a créé la jauge CHS (Channel Handicap System), aujourd’hui IRC (International Rating Certificate).
Commodore
 : James Neville
Vice-Commodore
 : Eric de Turckheim

 

Le Storm Trysail Club c’est
Fondé en 1938 à Larchmont, NY, ce Club est réservé aux marins qui ont connu des conditions de tempête et sont capables de commander un voilier dans de telles conditions. Son but est d’encourager la croisière hauturière tout comme la régate et la course au large. Le Club est organisé en 12 « académies » réparties dans les principaux centres de voile des Etats-Unis.
Le STC est connu pour être à l’avant-garde du développement de nouveaux événements, de solutions de temps compensé (jauges et handicap), de conception de bateaux et de procédures de sécurité.
Commodore
 : Edward Cesare
Vice-Commodore
 : Ray Redniss

Relations Presse
Maguelonne Turcat
+33 6 09 95 58 91
magturcat@gmail.com

Photo
Didier Ravon

Union Nationale pour la Course au Large : Dessinons le futur !

Sport / régate / course au large / voilier école / architecture navale
Vendredi 23 avril 21

L’Union Nationale pour la Course au Large – UNCL – avec le soutien de son partenaire le Royal Ocean Racing Club – RORC – lance un Concours avec Appel à Projets inédit destiné à donner naissance au Voilier École de Course au Large international de demain. Son but : assurer la formation des générations montantes et garantir la pérennité des plus belles épreuves au large.

Nom de code : Class 30 One Design
Partager la passion de la mer, c’est partager un mode de vie respectueux de l’environnement au travers d’une école de courage individuel et collectif, dans un espace de liberté régit par les lois de la nature. Ce sont ces valeurs fortes, affichées par la course océanique, et soutenues par l’enthousiasme populaire manifesté pendant les grandes épreuves océaniques, que souhaitent encourager de concert les deux Clubs associés de longue date et acteurs majeurs de la course au large. C’est ainsi que s’est imposée l’idée du Class 30 One Design
Le cahier des charges de l’Appel à Projets autour de la conception du Class 30 Design, ouvert à tous les cabinets d’architecture, aux chantiers navals et aux groupements architecte/chantier sans restriction à travers le monde, est destiné à donner naissance à un bateau de régate entre 9m et 9,60m (30 et 32 pieds) fun et sécurisant, pouvant embarquer jusqu’à 6 équipiers à la journée et 4 à 5 pour une navigation de plusieurs jours, avec prise en compte des principes d’éco-conception dès l’origine du design.

Un bateau, trois versions
Afin de répondre aux attentes des Clubs de voile, Associations, Comité d’Entreprises et Propriétaires qui souhaitent naviguer sur un bateau performant, simple et économique, le concept du Class 30 0D se décline en 3 versions, susceptibles de régater ensemble sous la jauge IRC afin de compenser les différences d’équipements et de performances, mais aussi de leur ouvrir l’accès à toutes les plus grandes régates nationales et internationales qui utilisent la jauge IRC.
A noter que l’UNCL et le RORC ont lancé et gèrent la jauge CHS, renommée IRC depuis 1999, système de calcul de handicap dont le but est de permettre à des bateaux aux caractéristiques différentes de régater ensemble. A ce jour, ce sont plus de 44 000 bateaux à travers le monde qui ont régaté en IRC depuis son origine.
Class 30 Club : la version de base, simplifiée mais performante, pour la formation d’équipiers à la course au large et la régate monotype à un prix d’appel prêt-à-naviguer particulièrement compétitif pour la version « Club » permettant son acquisition par le plus grand nombre.
Class 30 One Design : à partir de la version Club à laquelle ont été ajoutés des modules d’équipements (électronique, modules navigation et cuisine, ballasts …) destinés à étendre le domaine d’utilisation et les performances pour la course au large. La version Class 30 One Design permet de régater en monotype, en duo ou en équipage, et d’être compétitif en IRC.
En Option : Class 30 Olympic : dans une version évoluée, le Class 30 OD pourrait concourir pour être retenu dans la perspective éventuelle d’une épreuve de course au large en duo mixte aux Jeux Olympiques notamment par la possibilité d’embarquer des équipements vidéo et de télétransmission en plus d’équipements spécifiques à définir suivant le cahier des charges de World Sailing.

Concevoir et partager
Constituer un réservoir de jeunes équipiers formés à la régate en équipage, promouvoir une pratique de la voile plus collective que consumériste ou encore permettre d’aborder les contraintes météo et les aspects de la navigation au large sont les bases de la démarche de ce nouveau bateau.
Afin de devenir à terme le support d’une activité de régate monotype, les règles de la Class 30 OD sont établies et gérées par l’UNCL avec pour objectif d’obtenir rapidement un statut de Classe Internationale auprès de World Sailing, la construction pouvant être confiée à différents chantiers licenciés, en France comme à l’étranger.
Dès le 2ème semestre 2022, un circuit de régates réservées au Class 30 OD et intégrées à des épreuves existantes sera proposé sur les 3 bassins (Manche, Atlantique et Méditerranée), avec des épreuves en rade mais également des courses au large. L’objectif est de mettre sur pieds dès 2023 un circuit complet animé et organisé par la Class 30 OD qui s’achèvera en fin de saison par une Finale regroupant les meilleurs équipages.
Un challenge spécial est prévu pour les jeunes équipages (moins de 30 ans) ouvrant la possibilité d’une participation au financement de la saison suivante du gagnant de la Finale.

Caractéristiques techniques (extrait), version « Club »
·       Longueur hors-tout comprise entre 30 et 32 pieds (entre 9 m et 9,60 m),
·       Hauteur sous barrots minimale de 1,75 m sur un mètre devant la descente,
·       Tirant d’eau limité à 2,20 m pour une quille fixe (ou 2,40 m pour une quille relevable), avec possibilité de réduire le tirant d’eau lors du stockage à terre,
·       Cockpit pouvant accueillir 5 à 6 adultes,
·       Gréement simple avec mât en alu posé sur le pont,
·       Jeu de voiles de base : une grand-voile équipée de 2 ris, un génois sur mousquetons, un tourmentin et un spi symétrique ou asymétrique sur bout dehors,
·       Pas d’électronique en configuration de base (utilisation d’une tablette étanche),
·       Emménagements : 4 bancs simples sur contre-moule,
·       Point de levage central par sangle.

Toutes les infos sur le Concours d’Appel à Projets
Renseignements, Cahier des charges, Présentation du Projet : sur demande par mail à class30@uncl.com
Tous les architectes et chantiers qui le souhaitent doivent faire acte de candidature par mail auprès de l’UNCL avant la date du 6 mai 2021.

L’UNCL c’est
Un Club de passionnés et de coureurs ouvert à tous ceux qui sont concernés par la pratique et le développement de la régate et de la course au large. L’Union Nationale pour la Course au Large est née en 1971 de la fusion de l’U.N.C., crée en 1913 et du G.C.L., créé en 1960. Club affilié à la Fédération Française de Voile, l’UNCL a plus de 250 membres et son bon fonctionnement repose sur un grand nombre de bénévoles qui assurent son organisation et sa direction. Avec le RORC, l’UNCL a créé la jauge CHS (Channel Handicap System), aujourd’hui IRC (International Rating Certificate).
L’UNCL assure le développement d’un Championnat annuel IRC UNCL Méditerranée et Manche-Atlantique en s’appuyant sur les régates organisées par les grands Clubs du littoral et la co-gestion de la jauge IRC.
Son siège social est situé 41 Avenue Foch 75016 Paris.
Présidente : Anne de Bagneaux-Savatier
Vice-Présidents : Jean-Philippe Cau, Yves Ginoux
Président Association de Propriétaires de bateaux jaugés IRC, PropIRC : Philippe Serenon


Le RORC c’est
Un club unique et exclusif, fondé en 1925, dédié à l’encouragement des navigations sur de longues distances ainsi que d’autres formes de courses, régates et activités liées au yachting.
Les membres du Royal Ocean Racing Club constituent un vaste réseau de marins qui bénéficient de deux Club-houses exemplaires, situés dans le centre de Londres et dans la capitale de la voile au Royaume-Uni, Cowes.
Avec l’UNCL, le RORC a créé la jauge CHS (Channel Handicap System), aujourd’hui IRC (International Rating Certificate).
Commodore : James Neville
Vice-Commodore : Eric de Turckheim


Relations Presse
Maguelonne Turcat
+33 6 09 95 58 91
magturcat@gmail.com

Photo
Didier Ravon

Nos meilleurs Vœux pour 2021 !

Embarquons pour 2021 !

Chers amis,

Je vous souhaite à tous beaucoup de belles navigations pour cette nouvelle année, qui sera, nous l’espérons tous, plus sereine que la précédente… Heureusement, la résilience du marin qui regarde toujours vers le large, au-delà de son horizon et des difficultés, n‘est plus à démontrer !

Notre club est exceptionnel !

Que ce soit en initiant et en confortant depuis des décennies la Course au Large, riche d’aventures personnelles et collectives, ou que ce soit en créant avec l’aide de Jean Sans et le RORC, et en diffusant ensemble la jauge IRC, devenue la plus importante jauge à handicap mesurée mondiale, l’UNCL a donné à beaucoup de marins l’occasion de se dépasser, que ce soit entre 3 bouées ou entre 3 océans …

Cette année, l’UNCL fêtera ses 50 ans !

Ce riche héritage doit toujours être conforté et développé. Vous, les membres et futurs membres de l’UNCL, vous êtes notre raison d’être, notre socle et notre plus beau pavillon !

Dès ce début d’année, dès que cela sera possible, nous viendrons à vous, en régions, pour mieux nous connaitre, et partager idées, aventures et expériences, et développer ce superbe réseau UNCL. Il est notre richesse commune, et nous devons être encore plus de membres, ce qui nous rendra plus forts. Notre réseau de passionnés peut et doit s’élargir, et nous devons tous en être les meilleurs ambassadeurs. L’UNCL a besoin de vous !

Grâce à l’Escale UNCL située au 41 avenue Foch à Paris, dans les superbes locaux du Yacht Club de France, ainsi qu’aux grands Clubs du littoral, notre réseau de passionnés a vraiment les moyens de se développer. Ces derniers, acteurs indispensables du milieu maritime, sont très actifs à nos côtés pour organiser et promouvoir la Course au Large.

Dans le même esprit, la nouvelle épreuve transatlantique sans escale, Cap-Martinique dans laquelle l’UNCL est partie prenante, fait le plein !

Que cette nouvelle année nous permette, tous ensemble, de continuer à faire briller les deux mille vingt et une facettes de la Course au Large, et je vous souhaite à tous, une belle année pleine de sel, d’aventures, de rencontres et de joies partagées !

Soyons fiers d’être membres de l’UNCL !

 

 Anne de BAGNEAUX-SAVATIER, Présidente

Email : annedebagneaux-savatier@uncl.com

Tél : + 33 (0)6 81 51 82 35

 

Crédit photo : Natalia Bogdanovska

 

Unique et engagée, la nouvelle transat Cap-Martinique affiche complet

Carton plein pour la Cap-Martinique ! Pour sa première édition, cette nouvelle transatlantique affiche déjà complet avec 55 bateaux au départ de la Trinité sur Mer le 18 avril prochain.

Transat d’ouverture de l’année 2021, la Cap-Martinique est ouverte aux amateurs et se dispute en solitaire ou en double. L’arrivée sera jugée à Fort-de-France, en Martinique, à partir du 6 mai 2021. Elle constitue un trait d’union entre la Bretagne et la Martinique, réputée pour sa forte culture maritime, sa richesse naturelle préservée et son accueil chaleureux.

L’Atlantique non-stop

Pour beaucoup cette traversée en course représente l’aventure d’une vie, surtout sur ce format sans escale si rarement offert. Plus de 40 ans après la première Route du Rhum, l’engouement des passionnés pour les grandes chevauchées océaniques est intact. Cette Cap-Martinique l’entretient à sa manière en ouvrant les portes de l’océan à un public de marins confirmés, impatients de déjouer les systèmes météo qui jalonneront ce parcours sans escale entre les côtes bretonnes et « l’île aux fleurs ». Ils sont ainsi 25 solitaires et 30 duos de redoutables régatiers pouvant prétendre à la victoire. En solitaire ou en double, cette transat inédite se courra aussi “en solidaire”; chaque bateau doit, selon l’avis de course, faire la promotion d’une cause. Ainsi, 55 associations caritatives ou engagées dans la défense des océans, le social, l’enfance ou l’environnement apporteront un supplément d’âme à cette épreuve XXLarge.

L’UNCL à la manœuvre

Côté organisation, le duo formé par Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau, deux membres actifs de l’UNCL est une garantie de solidité. Voilà deux ans que ces deux complices, régatiers de premier ordre, mettent leur expérience et leur énergie dans la création de l’épreuve dont ils rêvent. La Cap-Martinique se déroule ainsi selon la jauge IRC qui permet de faire courir ensemble des bateaux de taille et de conception différente


SAVE THE DATE

Une conférence de presse de présentation de l’événement sera organisée le 8 février, dans l’après midi, à Paris en présence des principaux acteurs de la Cap Martinique. Une  invitation vous sera communiquée prochainement.


Crédits photos : D. Ravon – Ready Prod – A. Dujoncquoi – CMT Martinique

Photos HD sur demande à matthieu@sillages-communication.com

Communiqué de presse, le 19 janvier 2021

Nouvelle présidence à l’UNCL

L’UNCL accueille une nouvelle Présidente

L’UNCL a élu à sa présidence à la mi-décembre 2020 pour une durée de trois ans, Anne de Bagneaux-Savatier, précédemment Secrétaire générale de l’UNCL, et membre du Comité directeur depuis plus de 20 ans.

Anne de Bagneaux-Savatier succède à Jean-Philippe Cau, ancien Président de l’UNCL après cinq années à sa tête entre 2015 et 2020.

Anne est la seconde femme à la tête du club après Catherine POURRE, Présidente de 2014 à 2015. En succédant à Jean-Philippe Cau à la barre de l’UNCL, c’est donc également le deuxième yacht club qu’Anne de Bagneaux-Savatier préside, à l’instar de l’un de ses prédécesseurs, Philippe Court, qui avait présidé l’UNCL, puis le Yacht Club de France.

 

COMMUNIQUE de PRESSE – 5Janvier 2021

L’Union Nationale pour la Course au Large, yacht club qui a créé et qui gère avec le Royal Ocean Racing Club la jauge IRC, jauge internationale utilisée sur les plus grandes épreuves telles que le Fastnet, la Giraglia, Sydney-Hobart,a élu à sa présidence à la mi-décembre 2020, Anne de Bagneaux-Savatier, précédemment Secrétaire générale de l’UNCL, et membre du Comité directeur depuis plus de 20 ans.

Biologiste océanographe, Master Essec, 1èrefemme Président en 164 ans de la Société des Régates du Havre, club doyen d’Europe continentale fondé en 1838, dont elle est Présidente d’honneur depuis 2007, Anne de Bagneaux-Savatier, qui est par ailleurs Capitaine de Frégate de la Marine nationale (RC), connait bien la mer, les marins, les clubs et les régates!

Belle-fille, épouse et mère d’officiers de marine marchande et de régatiers, Anne de Bagneaux-Savatierest depuis 1995, fondatrice et Présidente de l’Association Drakkar, qui a créé et organisé au Havre de nombreuses épreuves de voile en solitaire, en double et en équipage, notamment des épreuves du circuit Figaro,amenant ainsi de nombreux skippers de la Course au Large à régater sur le fameux et très technique plan d’eau du Havre!

En succédant à Jean-Philippe Cau à la barre del’UNCL, c’est donc le deuxième yacht club qu’Anne de Bagneaux-Savatier préside, à l’instar de l’un de ses prédécesseurs, Philippe Court, qui avait présidé l’UNCL, puis le Yacht Club de France.

Newsletter de l’UNCL : La gazette qui vous vient du large

Voici la newsletter de l’UNCL, nous vous invitons à la découvrir et à la partager. Vous y trouverez différentes informations concernant la vie du club mais également les actualités de nos championnats et de la voile en générale.

L’édito: Embarquons pour 2021 !

 

Article à la UNE

Championnats UNCL 2020, une participation record des duos-solos, et un attrait grandissant pour l’offshore.

La vie de l’UNCL

Retour sur les cinq années de présidence de Jean-Philippe Cau

Nouveau Bureau 2021

Keynotes de l’UNCL : IRC 2021, mode d’emploi

Les Ateliers et Keynotes de l’UNCL – Accéder aux supports de présentation

News de l’IRC

Des génois et des bateaux volants ! Deux nouveautés majeures dans l’IRC 2021.

REVUE UNCL 2021

CAHIER TECHNIQUE IRC – Règle IRC 2021

Vie des Clubs

Le championnat d’Europe IRC 2021

Ocean Globe Race 2023

Championnats UNCL 2021

Programme des Championnats UNCL 2021

Crédit Photo : @Didier Ravon / @UNCL