Retrouvez les actualités du club, toutes les news et évènements marquants de l’ Union National pour la Course au Large: Nuit de la Course au Large, Commodore’s Cup, Salon Nautique, etc…

Remise des prix spéciaux de la Mairie de la Trinité sur mer aux coureurs de la Cap Martinique

A l’occasion de la Cap Martinique, 1ère Transatlantique au départ de la Trinité sur mer, partie en avril 2022 vers la Martinique, la commune de la Trinité sur mer, a choisi de remettre un prix spécial aux coureurs en tête en temps compensé à l’issue du 1er jour de course dans les deux catégories représentées : Solo et Double.

Les deux 1ers équipages, en tête au bout de 24h de course, étaient respectivement en solo Patrick Isoard sur un Sun 3200 qui soutenait l’association Enfants du Mékong, qui œuvre à la scolarisation des enfants pauvres en Asie du Sud-Est grâce aux parrainages avec la mission d’aimer et de secourir les enfants en leur offrant un avenir grâce à l’instruction et en double, et le tandem Patrice Carpentier – Frédéric Hoarher sur un JPK 9,60, qui soutenait Planète Urgence, association engagée qui œuvre pour préserver les forêts et la biodiversité, promouvoir le développement local des communautés et la sensibilisation à l’environnement.

Chacun de ces coureurs présente une histoire originale avec la mer : Patrice Carpentier, qui a traversé l’Atlantique une quarantaine de fois et réalisé 5 tours du monde en course dont trois en solitaire est bien connu des concurrents, il excelle également dans l’art d’écrire sur ces régates dans de nombreux supports liés à la mer ou à la Course au large. Il a ramené par la mer son bateau à l’issue de la course. Frédéric Hoarher, son équipier, qui vit aux Antilles, passionné de mer et d’aéronautique, avait été emballé par un aller-retour aux Açores au départ de Lorient, avec son frère en 2015.

Patrick Isoard, patron des shipchandlers Uship à la trinité et au Crouesty, est un animateur local des régates notamment par la création des « Courses des potes » qui permettait aux coureurs d’aller s’entrainer dans l’attente de la réouverture du programme de régates officielle après le confinement. Il a la particularité d’avoir participé à deux transats en solo en 2021-2022 : la Transquadra, puis la Cap Martinique !

C’est dans la salle des fêtes de la Mairie de la Trinité sur mer que ces prix, de très beaux tableaux, ont été remis aux deux coureurs trinitains, tous deux membres de l’UNCL et sociétaires de la SNT et très présents et actifs dans la course au large, à la Mairie par le Maire, Mr Yves Normand, son Maire Adjoint et marin professionnel Mr Yves le Blevec, en présence de l’organisateur de la Cap Martinique, Jean-Philippe Cau.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est bandeau-CPM-2022-1030x442.png.
ENGAGES
DUO :
KUTTEL Adrien, HEGIE Gerry (JPK 10.30 / Sentinel Ocean Alliance)
CARPENTIER Patrice, HOAHER Frédéric (JPK 9.60 / Planète Urgence)
DELEMAZURE Alexandre, WEIL Emmanuel (Figaro 2 / Project Rescue Ocean)
DERVILLE Victor, FIGEAC Gauthier (Ofcet 32 / Énergie Jeunes)
MONTECOT Jacques, LAFITE Samuel (Figaro 2 / Loire Odyssée)
AMEDEO Jacques, TAILLIANDIER Brice (JPK 110 / Te Mana o te Moana)
BURGAUD Olivier, PONTU Sylvain (JPK 10.80 / Contre Vents et Cancers)
GERARD Ludovic, BROSSAY Nicolas (JPK 10.80 / Pure Ocean)
TROUSSEL Olivier, BAUCHER Benoit (JOD 35 / Nidcap)
PAUL Patrick, PAUL Maxime (JPK 10.10 / Association Sainte Bernadette)
GACH Philippe, D’ALLARD Thierry (Pogo 30 / Association Fegaye)
PERON Alain, CHAVIGNY Jean-Marc (JPK 10.10 / Un papillon contre l’eczéma)
MENAHES Ludovic, LE GOFF David (JPK 10.10 / Karrgreen)
CADIOU Loeiz, DELAMARRE Hervé (JPK 10.10)
DE WITTE Tristan, DUTREUX Marcel (JPK 10.10 / Entreprise du Patrimoine Vivant)
SAUZIERES Philippe, VALRAUX François (JPK 10.80 / A Tree for You)
CHERIAUX Jean-François, CHEVALIER Patrick (JPK 10.10 / Les Apprentis d’Auteuil)
FROMENT Quentin, FROMENT Vianney (Figaro 2 / Le Rocher, Oasis des Cités)
WATINE Nicolas, ROCHARD Rémy (A 35 / Choisir l’Espoir)
JACOBSON Robert Rosen, HENDRICKX Gijs (Sun Fast 3300)
D’ABOVILLE Eric, DE LAMINAT Sébastien (JPK 9.60 / Parrains Marins)
AMALRIC Séverine, AMALRIC Pierre-Henri (Figaro 2 / L’Envol)
BARSOTTI Pierre, BOUTHORS Etienne (JPK 9.60 / La Ligue contre le cancer)
FISH Deb, DAVIES Rob (Sun Fast 3600 / Disasters Emergency Committee)

SOLO :  JOB Even (Figaro 2 / Oc&aïa)
VIAN Régis (A 31 / Espérance Banlieues)
HENRARD Stéphane (Opium 39 / Kick Cancer)
ISOARD Patrick (Sun Fast 3200 / Enfants du Mékong)
TOUGERON Frédéric (First 36.7 / Radis)
BEHAGHEL Marc (JPK 10.30)
BODIN Stephane (JPK 10.30 / Les Blairoudeurs)
KELBERT Jean-Pierre (JPK 10.30)
THOMAS Eric (Pogo 30 / Imagine for Margo)
OZON Alexandre (Sun Fast 3300 / Les voiles de l’espoir)
HAMON Jean-François (Sun Fast 3300 / Architectes sans Territoire)
DOMENECH-CABAUD Laurent (Figaro 2 / AVF – Végécantines)
CHATAIGNER Hervé (JPK 10.30 / Scolioses et Partage)
CORET Pascal (Pogo 30 / CDC Développement)
LEFORT Etienne (A 35)
FOLLIN Adrien (Sun Fast 3300)
 

La Cap Martinique en chiffres :

0 bouteille plastique autorisée à bord
1 plan de gestion des déchets
1 ou 2 : le nombre d’équipiers à bord
9 : le nombre de jours d’ouverture du village départ à la Trinité sur Mer
1er mai : la date de départ pour tous
19 mai : la date probable d’arrivée des premiers
19 à 22 : le nombre de jours de mer de la plupart des concurrents
30 à 40 pieds (10 à 12 mètres environ) la longueur des bateaux
3 800 miles (7 000 km) à parcourir non-stop

Presse organisation :
Matthieu Honoré (pour Disobey)
+336 30 54 42 90
matthieu@sillages-communication.com

Crédits photos : D. Ravon – Ready Prod – A. Dujoncquoi – CMT Martinique

Photos HD sur demande à matthieu@sillages-communication.com

Drheam Cup 2022 – Grand Prix de France de Course au Large : combat de jpk 1080 dans la catégorie IRC Doubles

Article rédigé par Ludovic Gérard

Se tenant tous les deux ans en alternance avec le Fastnet, la Drheam Cup a vu cette année un record de participation avec 125 bateaux au départ. A côté des Class 40 en force, on pouvait retrouver des Ocean Fifty, Ultime, Imoca, Rhum Multi, Rhum mono, Grand Monocoque, Figaro 3, IRC équipage et IRC double, catégorie très appréciée des amateurs éclairés que nous sommes, et dans laquelle concourraient 12 bateaux représentant toute la famille JPK sur 19 partants.

Ville accueil pour le départ, Cherbourg en Cotentin a mis les moyens encore pour la course, avec les bateaux regroupés, un village et des animations sur la « plage verte » sur le port. Accueil très chaleureux du port, des locaux pouvant venir voir les bateaux, et de l’organisation sont les ingrédients de base pour de tels événements.

Un prologue est organisé vendredi 15, avec des enfants embarqués sur les class 40, et offre un premier spectacle aux cherbourgeois devant le port, par 15 nœuds de vent et un grand soleil.

Départ dimanche pour les parcours de 600 ou 1000 milles selon les classes.

Après un parcours en rade, la flotte s’est donc élancée dimanche 17 juillet pour traverser la manche sous un grand soleil, vent de secteur d’Est 15-20 nœuds. Le parcours de 600 milles nous emmène virer Shambles puis longer la cote anglaise jusque Wolf Rock, en jouant avec les courants de marées assez forts et un vent parfois plus faible.  Il Corvo mène alors la flotte, suivi de Raging Bee 2, et nous – Solenn for Pure Ocean  – , à la bataille avec deux figaro 2 et un J99 notamment.

La descente dans la nuit de lundi à mardi vers le way point virtuel Drheam Cup au large à l’WSW de Ouessant sera un peu éprouvante pour la flotte avec la traversée d’un front dépressionnaire finalement plus actif qu’attendu. Vents variables, très variables, pluies fortes et orages pimentent cette partie du parcours. Nous revenons alors sur les copains de Raging Bee, le combat amical entre 1080 fait rage !

A partir de mardi midi, la flotte attaque le leg le plus long du parcours avec 200 milles jusque Rochebonne. Les stratégies divergent entre les bateaux de la flotte et nous nous en sortons plutôt bien sous code zero au début en passant par le Nord, puis en revenant sous spi par vent d’ouest sur la route directe, ce qui nous permet de mettre quelques précieux milles à Raging Bee 2.

La remontée au près vers la Trinité jeudi matin s’effectuera dans un vent mollissant, voire une pétole comme la baie de Quiberon peut en réserver, mettant à rude épreuve nos nerfs, en voyant les « petits ratings » en 960, 1010 et J99 notamment revenir … pour finalement subir eux aussi la pétole, ouf !

Mon co-skipper et ami Nicolas Brossay et moi remportons donc cette Drheam Cup en réel et compensé, pour notre plus grand plaisir après la victoire en double dans la Cap Martinique, suivis de près par Raging Bee, puis Delnic et Cavok 4.

Bravo à Stephane Bodin et sa fille Romane en formation course au large sur Wasabii (1030) qui finissent 10ème !

Je retiens de cette course un très beau parcours, très intéressant, une super organisation, un accueil très chaleureux à Cherbourg et la Trinité sur mer, et une bagarre de chaque instant face à Raging Bee 2 sachant que nous nous sommes aperçus que nous avions les mêmes vitesses au près et au portant !

La suite pour nous est de retourner à Marseille, la prochaine grande course étant la Rolex Middle Sea Race, en double, fin octobre.

Ludovic Gérard

Résultats :

Crédit photo : © Thierry Martinez

Alexandre Ozon, vainqueur (catégorie Solo) de la première édition de la Cap-Martinique

Alexandre Ozon remporte aujourd’hui la première édition de la Cap-Martinique. Depuis le départ de La Trinité-sur-Mer il y a 20 jours, le skipper du Sun Fast 3 300, déjà vainqueur en février de la Transquadra, a surclassé ses concurrents.

Pendant la première partie de course, il est resté au contact d’Alexandre Bodin (A40 Architectes) mais a réussi à prendre l’avantage après le passage de Madère. Dans les alizés, le marin charentais n’a eu de cesse de creuser son avance tout en prenant le temps de partager avec la terre une joie communicative. Seul Jean-Pierre Kelbert (SNSM Morbihan) a réussi à tenir le rythme mais pas suffisamment pour l’emporter en temps compensé, selon la règle en vigueur dans cette transat IRC. En tenant compte des ratings des différents bateaux, Ozon termine avec une avance de seulement 1h 40 min et 49 sec sur son concurrent direct Jean-Pierre Kelbert. 

La seule erreur de Kelbert est d’avoir tardé à réduire la toile au Cap Finisterre (Portugal), il y a deux semaines mais ces quelques milles perdus de l’autre côté de l’Atlantique lui coûtent la victoire aujourd’hui. Thibaut Derville, co-organisateur de la Cap-Martinique avec Jean-Philippe Cau, se réjouit de cette arrivée dans un mouchoir de poche : « On savait qu’Alexandre était un grand marin et il a su le rappeler aujourd’hui. Il a maitrisé sa course de bout en bout et son duel avec Jean-Pierre Kelbert a été magnifique. On ne pouvait pas espérer une plus belle arrivée pour la première édition de la Cap-Martinique. Bravo à Alexandre, à Jean-Pierre et à tous les marins qui vont arriver !Nous les attendons de pied ferme à Fort-de-France »

Alexandre Ozon, 43 ans, vit en Charente Maritime et s’entraîne à La Rochelle. Comme tous les concurrents de la Cap-Martinique, Alexandre est un skipper amateur. Pour cette transat, il porte les couleurs de l’association Trophée Estuaire Rose qui accompagne des familles touchées par le cancer.

Interview d’Alexandre Ozon après l’arrivée :

Comment peut-on qualifier cette première édition de la transat Cap-Martinique en 3 mots ? 
Inédite. Très rapide car 19 jours c’est très rapide ! Et puis Martinique car c’est le top d’arriver ici !

Quelle analyse faites-vous de votre de votre parcours ?
J’ai fait 2-3 petits coups stratégiques qui ont été bons où j’ai été plutôt performant en vitesse. Je n’ai jamais eu de problème. Tout s’est bien enchaîné. Certains concurrents ont fait des erreurs que je n’ai pas fait. Il y a eu la bagarre avec Jean-Pierre (Kelbert, 2èmeen solo). Pendant un petit moment, on ne s’est pas lâché. Le plus dur finalement sur cette transat, c’est l’éloignement de la famille. Je suis parti de chez moi depuis février cette saison. Ne pas voir femme et enfants pendant un mois c’est quand même un petit peu long. Mentalement, psychologiquement et physiquement, enchainer comme ça, c’est un peu dur quand même. 

Que retenez-vous de positif ?
Le bateau est super ! Faire de tels surfs sur des bateaux comme ça, c’est quand même génial ! On a eu du soleil et du beau temps même presque trop (rires). Quand je voyais la température de l’eau à 29°, c’est quand même extraordinaire.

Pouvez-vous nous parler un peu plus de la cause que vous défendez ? 
Je défends Estuaire Rose. C’est une association créée au départ pour les enfants hospitalisés atteints du cancer mais aussi pour les femmes maintenant. L’objectif est d’apporter un peu de support pour les familles et pour les enfants. Il faut qu’on puisse aider un peu plus les associations, ou en tout cas à faire sortir les malades un peu de leur quotidien. La voile est un super support pour ça. 

Et pouvez-vous nous parler aussi de vos sponsors ?
J’ai un super sponsor que j’adore, c’est Polaris. Il y a aussi OTC Finances, Sailcloud, Sailgrib, NKE qui m’ont aidé. Et puis surtout pour moi, mon gros sponsor c’est Jeanneau. Jeanneau me prête le bateau, ils me font confiance. Et il y a la voilerie Star Voiles.

Vainqueur de la Transquadra, de la Cap-Martinique, c’est quoi la suite ?
Alors, j’ai un super copain qui s’appelle Stéphane Bodin (engagé sur la Cap-Martinique en solo sur A40 Architectes) avec qui je me bagarre depuis très longtemps. On aimerait peut-être se faire une Transat Jacques-Vabre en Class40. C’est un projet car c’est pas encore fait !

Alexandre Ozon
Trophée Estuaire Rose

  • A lire également : Ludovic Gérard et Nicolas Brossay vainqueurs en double
  • Site internet : https://cap-martinique.com/

    L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est bandeau-CPM-2022-1030x442.png.
    ENGAGES
    DUO :
    KUTTEL Adrien, HEGIE Gerry (JPK 10.30 / Sentinel Ocean Alliance)
    CARPENTIER Patrice, HOAHER Frédéric (JPK 9.60 / Planète Urgence)
    DELEMAZURE Alexandre, WEIL Emmanuel (Figaro 2 / Project Rescue Ocean)
    DERVILLE Victor, FIGEAC Gauthier (Ofcet 32 / Énergie Jeunes)
    MONTECOT Jacques, LAFITE Samuel (Figaro 2 / Loire Odyssée)
    AMEDEO Jacques, TAILLIANDIER Brice (JPK 110 / Te Mana o te Moana)
    BURGAUD Olivier, PONTU Sylvain (JPK 10.80 / Contre Vents et Cancers)
    GERARD Ludovic, BROSSAY Nicolas (JPK 10.80 / Pure Ocean)
    TROUSSEL Olivier, BAUCHER Benoit (JOD 35 / Nidcap)
    PAUL Patrick, PAUL Maxime (JPK 10.10 / Association Sainte Bernadette)
    GACH Philippe, D’ALLARD Thierry (Pogo 30 / Association Fegaye)
    PERON Alain, CHAVIGNY Jean-Marc (JPK 10.10 / Un papillon contre l’eczéma)
    MENAHES Ludovic, LE GOFF David (JPK 10.10 / Karrgreen)
    CADIOU Loeiz, DELAMARRE Hervé (JPK 10.10)
    DE WITTE Tristan, DUTREUX Marcel (JPK 10.10 / Entreprise du Patrimoine Vivant)
    SAUZIERES Philippe, VALRAUX François (JPK 10.80 / A Tree for You)
    CHERIAUX Jean-François, CHEVALIER Patrick (JPK 10.10 / Les Apprentis d’Auteuil)
    FROMENT Quentin, FROMENT Vianney (Figaro 2 / Le Rocher, Oasis des Cités)
    WATINE Nicolas, ROCHARD Rémy (A 35 / Choisir l’Espoir)
    JACOBSON Robert Rosen, HENDRICKX Gijs (Sun Fast 3300)
    D’ABOVILLE Eric, DE LAMINAT Sébastien (JPK 9.60 / Parrains Marins)
    AMALRIC Séverine, AMALRIC Pierre-Henri (Figaro 2 / L’Envol)
    BARSOTTI Pierre, BOUTHORS Etienne (JPK 9.60 / La Ligue contre le cancer)
    FISH Deb, DAVIES Rob (Sun Fast 3600 / Disasters Emergency Committee)

    SOLO :  JOB Even (Figaro 2 / Oc&aïa)
    VIAN Régis (A 31 / Espérance Banlieues)
    HENRARD Stéphane (Opium 39 / Kick Cancer)
    ISOARD Patrick (Sun Fast 3200 / Enfants du Mékong)
    TOUGERON Frédéric (First 36.7 / Radis)
    BEHAGHEL Marc (JPK 10.30)
    BODIN Stephane (JPK 10.30 / Les Blairoudeurs)
    KELBERT Jean-Pierre (JPK 10.30)
    THOMAS Eric (Pogo 30 / Imagine for Margo)
    OZON Alexandre (Sun Fast 3300 / Les voiles de l’espoir)
    HAMON Jean-François (Sun Fast 3300 / Architectes sans Territoire)
    DOMENECH-CABAUD Laurent (Figaro 2 / AVF – Végécantines)
    CHATAIGNER Hervé (JPK 10.30 / Scolioses et Partage)
    CORET Pascal (Pogo 30 / CDC Développement)
    LEFORT Etienne (A 35)
    FOLLIN Adrien (Sun Fast 3300)
     

    La Cap Martinique en chiffres :

    0 bouteille plastique autorisée à bord
    1 plan de gestion des déchets
    1 ou 2 : le nombre d’équipiers à bord
    9 : le nombre de jours d’ouverture du village départ à la Trinité sur Mer
    1er mai : la date de départ pour tous
    19 mai : la date probable d’arrivée des premiers
    19 à 22 : le nombre de jours de mer de la plupart des concurrents
    30 à 40 pieds (10 à 12 mètres environ) la longueur des bateaux
    3 800 miles (7 000 km) à parcourir non-stop

    Presse organisation :
    Matthieu Honoré (pour Disobey)
    +336 30 54 42 90
    matthieu@sillages-communication.com

    Crédits photos : D. Ravon – Ready Prod – A. Dujoncquoi – CMT Martinique

    Photos HD sur demande à matthieu@sillages-communication.com

    L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 800px-Logo-UNCL.jpg.

    Ludovic Gérard et Nicolas Brossay vainqueurs en double

    Ludovic Gérard et Nicolas Brossay (Solenn for Pure Ocean) viennent de remporter la première édition de la Cap-Martinique en double. Les Marseillais sont arrivés en deuxième position en temps réel, derrière l’équipage Delemazure et Weil (Project Resue Ocean). Ils ont bouclé le parcours en 20 jours, 1 heures et 23 minutes. En temps compensé, ils terminent ainsi avec près de 4 heures d’avance sur Tristan de Witte et Marcel Dutreux (Entreprises du Patrimoine Vivant). La bagarre est toujours ouverte pour la troisième place.

    Quelle analyse faites-vous de votre course ?
    « Oui nous sommes satisfaits. Deuxième en temps réel, 1er en temps compensé à priori. C’est une course de portant, donc beaucoup de spi. Notre bateau était moins optimisé pour nous dans ces conditions. Il a fallu compenser ce déficit de vitesse par des bons choix tactiques. On a fait de belles trajectoires je pense, tout du long de la course, avec des choix stratégiques importants à certains moments. Il y a eu vraiment des passages clés où l’on s’est dit « maintenant, il faut qu’on décide, il faut qu’on y aille ! » Les choix faits étaient des bons choix. Il y avait une grosse concurrence. A chaque fois qu’on reprenait 1 mille à un concurrent, il le voyait, donc il remettait du charbon et nous reprenait 2 milles derrière ! Finalement, on n’a pas arrêté de se bagarrer avec tous :  les Figaros 2, les JPK 10.10 qui vont très vite aussi avec des petits Ratings. Donc oui, très belle course. On est fiers d’avoir fait une transat en tout cas et puis très heureux d’être arrivés en Martinique. On a vécu une aventure exceptionnelle. 20 jours de mer, c’est énorme. Avec Ludo, nous nous sommes régalés. Le résultat est là à priori donc on devrait être assez satisfaits. »
     
    En 3 mots comment définiriez- vous cette transat Cap-Martinique ?
    « Alors, on va dire engagée. Le kiff tout le temps, on a vraiment pris énormément de plaisir pendant 3 semaines. Et fatigante parce que pendant 3 semaines on n’a pas arrêté de mettre du charbon. »
     
    Le moment qui vous a le plus marqué ?
    « Madère est très sympa. Avec l’accélération du vent dans cette zone, on a fait quelques petites sorties de piste qui m’ont permis de prendre un bain quand le bateau s’est couché. On a piqué des fous rires. On a vraiment bien rigolé. Et sinon, il y a tous les souvenirs en mer.  Hier soir avec les dauphins qui venaient au coucher du soleil jouer avec l’étrave, ça c’est juste magnifique ! Cela montre à quel point c’est beau l’océan et qu’il faut absolument le préserver. C’est le sens de notre engagement avec la fondation Pure Ocean. »

    Ludovic Gérard & Nicolas Brossay
    Solenn for Pure Ocean

    Site internet : https://cap-martinique.com/

    ENGAGES
    DUO :
    KUTTEL Adrien, HEGIE Gerry (JPK 10.30 / Sentinel Ocean Alliance)
    CARPENTIER Patrice, HOAHER Frédéric (JPK 9.60 / Planète Urgence)
    DELEMAZURE Alexandre, WEIL Emmanuel (Figaro 2 / Project Rescue Ocean)
    DERVILLE Victor, FIGEAC Gauthier (Ofcet 32 / Énergie Jeunes)
    MONTECOT Jacques, LAFITE Samuel (Figaro 2 / Loire Odyssée)
    AMEDEO Jacques, TAILLIANDIER Brice (JPK 110 / Te Mana o te Moana)
    BURGAUD Olivier, PONTU Sylvain (JPK 10.80 / Contre Vents et Cancers)
    GERARD Ludovic, BROSSAY Nicolas (JPK 10.80 / Pure Ocean)
    TROUSSEL Olivier, BAUCHER Benoit (JOD 35 / Nidcap)
    PAUL Patrick, PAUL Maxime (JPK 10.10 / Association Sainte Bernadette)
    GACH Philippe, D’ALLARD Thierry (Pogo 30 / Association Fegaye)
    PERON Alain, CHAVIGNY Jean-Marc (JPK 10.10 / Un papillon contre l’eczéma)
    MENAHES Ludovic, LE GOFF David (JPK 10.10 / Karrgreen)
    CADIOU Loeiz, DELAMARRE Hervé (JPK 10.10)
    DE WITTE Tristan, DUTREUX Marcel (JPK 10.10 / Entreprise du Patrimoine Vivant)
    SAUZIERES Philippe, VALRAUX François (JPK 10.80 / A Tree for You)
    CHERIAUX Jean-François, CHEVALIER Patrick (JPK 10.10 / Les Apprentis d’Auteuil)
    FROMENT Quentin, FROMENT Vianney (Figaro 2 / Le Rocher, Oasis des Cités)
    WATINE Nicolas, ROCHARD Rémy (A 35 / Choisir l’Espoir)
    JACOBSON Robert Rosen, HENDRICKX Gijs (Sun Fast 3300)
    D’ABOVILLE Eric, DE LAMINAT Sébastien (JPK 9.60 / Parrains Marins)
    AMALRIC Séverine, AMALRIC Pierre-Henri (Figaro 2 / L’Envol)
    BARSOTTI Pierre, BOUTHORS Etienne (JPK 9.60 / La Ligue contre le cancer)
    FISH Deb, DAVIES Rob (Sun Fast 3600 / Disasters Emergency Committee)

    SOLO :  JOB Even (Figaro 2 / Oc&aïa)
    VIAN Régis (A 31 / Espérance Banlieues)
    HENRARD Stéphane (Opium 39 / Kick Cancer)
    ISOARD Patrick (Sun Fast 3200 / Enfants du Mékong)
    TOUGERON Frédéric (First 36.7 / Radis)
    BEHAGHEL Marc (JPK 10.30)
    BODIN Stephane (JPK 10.30 / Les Blairoudeurs)
    KELBERT Jean-Pierre (JPK 10.30)
    THOMAS Eric (Pogo 30 / Imagine for Margo)
    OZON Alexandre (Sun Fast 3300 / Les voiles de l’espoir)
    HAMON Jean-François (Sun Fast 3300 / Architectes sans Territoire)
    DOMENECH-CABAUD Laurent (Figaro 2 / AVF – Végécantines)
    CHATAIGNER Hervé (JPK 10.30 / Scolioses et Partage)
    CORET Pascal (Pogo 30 / CDC Développement)
    LEFORT Etienne (A 35)
    FOLLIN Adrien (Sun Fast 3300)
     

    La Cap Martinique en chiffres :

    0 bouteille plastique autorisée à bord
    1 plan de gestion des déchets
    1 ou 2 : le nombre d’équipiers à bord
    9 : le nombre de jours d’ouverture du village départ à la Trinité sur Mer
    1er mai : la date de départ pour tous
    19 mai : la date probable d’arrivée des premiers
    19 à 22 : le nombre de jours de mer de la plupart des concurrents
    30 à 40 pieds (10 à 12 mètres environ) la longueur des bateaux
    3 800 miles (7 000 km) à parcourir non-stop

    Presse organisation :
    Matthieu Honoré (pour Disobey)
    +336 30 54 42 90
    matthieu@sillages-communication.com

    Crédits photos : D. Ravon – Ready Prod – A. Dujoncquoi – CMT Martinique

    Photos HD sur demande à matthieu@sillages-communication.com

    Class 30 One Design™ : Ca y est ! On peut passer commande du « chaînon manquant » abordable et fun, 100% Made in France !

    Excellente nouvelle pour le bateau imaginé et conçu à l’initiative de l’Union Nationale pour la Course au Large, du RORC en Angleterre et du Storm Trysail Club aux USA pour servir de support à l’initiation comme à la pratique de la course au large, dont la première apparition à flot est prévue pour la fin de l’année. Avec la remise de l’Avant-Projet Définitif par VPLP et Multiplast au terme de neuf mois d’études, de recherche et de développement, les commandes sont maintenant possibles. Dans l’objectif, une participation des premiers monotypes Class 30 One Design™ au Spi Ouest-France 2023.

    Fin de la phase d’études détaillées et envoi de bons de commande aux réservataires

    C’était bien entendu la partie immergée de l’iceberg, mais son importance est prépondérante pour l’avenir de la classe toute entière « Notre choix a été de prendre un peu plus de temps pour la partie études de manière à pouvoir entamer la construction directement avec la série » explique Yves Ginoux, secrétaire général de l’UNCL, en charge du Projet. Le bateau est maintenant entièrement défini techniquement, commercialement (prix de base de la version Club sans voiles 94 500 euros HT, version One Design sans voiles 132 500 euros HT + options) et le planning de réalisation est validé. Quelques belles nouvelles sont encore apparues : grâce à sa puissance et sa stabilité, les versions Club et One Design sont homologables CE en catégorie A4, une configuration avec 4 équipiers très appréciable dans des épreuves océaniques ou au large comme la Fastnet Race par exemple. Pour la vélocité et le fun, le déplacement réduit de 2 700 kg associé à une surface de spi importante de 105 m2 permettent d’anticiper de belles glissades.

    Les 25 réservataires confirmés qui ont assuré leur place dans l’ordre de production vont recevoir début mai une proposition de contrat de vente. Les premiers bateaux seront livrés en fin d’année et le rythme de production sera ensuite d’un bateau par semaine à partir de janvier 2023.

    Pour recevoir plus d’informations sur le bateau et les prix de vente proposés : class30@uncl.com

    Un avant programme de régates pour le nouveau monotype

    Pour cette année de démarrage, une liste de 13 épreuves sont inscrites au programme en Manche et en Atlantique et 10 épreuves en Méditerranée, entre le 7 avril et la fin octobre, avec des régates pour les Class 30 Club et One Design en monotypie sur les principales courses 2023, dont celle du RORC avec le Fastnet par exemple. Le programme inclus des épreuves en double et/ou en équipage, pouvant comporter une classe réservée au Class 30.

    A noter du 14 au 20 juillet le projet de « Démo Class 30 Tour » une course de 5 jours ouverte aux équipages au départ de Lorient, ainsi que la « Grande Finale Class 30 » sur 4 jours prévue pour les doubles comme pour les équipages à Lorient ou à la Trinité.

    Le « Class 30 Tour » est d’ores et déjà prévu au programme de 2024.

    Voir préprogramme en PJ

    Ils ont dit :

    Géry Trentesaux, président de l’UNCL extrait d’une interview réalisée par Ouest-France

    (J Guyader) « On a tous bénéficié, je parle des gens de ma génération, d’une formation à partir du Tour de France à la voile, ou de la Solitaire du Figaro. Et il n’y avait pas de meilleure école au monde que ces deux filières. Et ça, aujourd’hui ça manque. Le Figaro est devenu un peu élitiste, et le Tour n’existe plus. Les jeunes ne pratiquent plus le large comme nous, on le pratiquait. J’ai fait des Tour de France, mais aussi les courses du RORC en famille. Et on pense qu’il y a un chaînon manquant entre le day boat (sortie à la journée), comme le J80, et les bateaux de course au large. Dans le temps, il y avait le half-ton, un bateau de 9 m avec cinq équipiers à bord, sur lesquels on faisait des milles et des milles. Ce que l’on veut avec le Classe 30 c’est un bateau qui soit abordable pour les jeunes, mais aussi pour les quadras. »

    Yann Penfornis, Multiplast Groupe Carboman

    « Après 9 mois d’échanges avec l’UNCL et le RORC nos équipes et celles de VPLP viennent de remettre l’Avant-Projet Définitif (APD) pour ce monocoque de 30’. Outre le devis de poids, les études de stabilité, les plans de voilures, structures, pont et appendices, ainsi que les valeurs de rating IRC, ce document intègre les prix de vente des 2 versions (Club et One Design) avec un site de production en Bretagne Sud.

    Ce dernier point est un motif de satisfaction supplémentaire car, suite aux confirmations de commandes de la part des Clubs et des propriétaire, construire cette série de bateaux à quelques km du site historique de Multiplast et de chez VPLP facilitera la production et la mise au point de ce nouveau monotype.»

    Rappel

    Class 30 Club : version de base, simplifiée mais performante, pour la formation d’équipiers à la course au large et la régate monotype à un prix d’appel prêt-à-naviguer particulièrement compétitif permettant son acquisition par le plus grand nombre.

    Class 30 One Design™ : version Club à laquelle sont ajoutés des modules d’équipements (mât et bout-dehors carbone, pack électronique complet, modules navigation et bloc cuisine, …) destinés à étendre le domaine d’utilisation et les performances pour la course au large. La version Class 30 One Design permet de régater en monotype, en duo ou en équipage, et d’être compétitif en IRC.

    Points clefs du projet Class 30 One Design™ :

    – Un bateau sur lequel il est agréable de naviguer : à la barre ou au rappel, sur une carène qui mouille peu, avec un grand cockpit pour manœuvrer en équipage

    – Une conception qui permet de tenir l’objectif de coût :

    Des formes simples et peu de surface développée

    Un principe de structure et d’assemblage adapté à une production en série monotype

    Un plan de pont et de gréement sans superflu

    – Une part importante donnée à l’éco-conception, avec une réflexion globale sur la construction mais aussi sur les usages et la manière de naviguer

    – Une carène puissante et polyvalente pour un bateau évolutif dans toutes les allures

    – Un plan de pont léger, efficace et accessible pour prioriser les réglages dynamiques et l’apprentissage de la navigation en équipage

    L’UNCL c’est

    Un Club de passionnés et de coureurs, ouvert à tous ceux qui sont concernés par la pratique et le développement de la régate et de la course au large. L’Union Nationale pour la Course au Large est née en 1971 de la fusion de l’U.N.C., crée en 1913 et du G.C.L., créé en 1960. Club affilié à la Fédération Française de Voile, l’UNCL a plus de 250 membres et son bon fonctionnement repose sur un grand nombre de bénévoles qui assurent son organisation et sa direction. Avec le RORC, l’UNCL a créé la jauge CHS (Channel Handicap System), aujourd’hui IRC (International Rating Certificate).

    L’UNCL assure le développement d’un Championnat annuel IRC UNCL Méditerranée et Manche-Atlantique en s’appuyant sur les régates organisées par les grands Clubs du littoral et la co-gestion de la jauge IRC.

    Son siège social est situé 41 Avenue Foch 75016 Paris.

    Président : Géry Trentesaux au 11/12/2021 (à la suite de la Présidence d’Anne de Bagneaux-Savatier)

    Secrétaire Général : Yves Ginoux

    Président Association de Propriétaires de bateaux jaugés IRC, PropIRC : Philippe Sérénon

    Le RORC c’est

    Un club unique et exclusif, fondé en 1925, dédié à l’encouragement des navigations sur de longues distances ainsi que d’autres formes de courses, régates et activités liées au yachting.

    Les membres du Royal Ocean Racing Club constituent un vaste réseau de marins qui bénéficient de deux Club-houses exemplaires, situés dans le centre de Londres et dans la capitale de la voile au Royaume-Uni, Cowes.

    Avec l’UNCL, le RORC a créé la jauge CHS (Channel Handicap System), aujourd’hui IRC (International Rating Certificate).

    Commodore : James Neville

    Vice-Commodore : Eric de Turckheim

    Le Storm Trysail Club c’est

    Fondé en 1938 à Larchmont, NY, ce Club est réservé aux marins qui ont connu des conditions de tempête et sont capables de commander un voilier dans de telles conditions. Son but est d’encourager la croisière hauturière tout comme la régate et la course au large. Le Club est organisé en 12 « académies » réparties dans les principaux centres de voile des Etats-Unis.

    Le STC est connu pour être à l’avant-garde du développement de nouveaux événements, de solutions de temps compensé (jauges et handicap), de conception de bateaux et de procédures de sécurité.

    Commodore : Edward Cesare

    Vice-Commodore : Ray Redniss

    Toutes les infos sur le Class 30

    class30@uncl.com

    Illustration : (c) VPLP Design

    Relations Presse

    Maguelonne Turcat

    +33 6 09 95 58 91

    magturcat@gmail.com

    Newsletter de l’UNCL : La gazette qui vous vient du large

    Voici la newsletter de l’UNCL, nous vous invitons à la découvrir et à la partager. Vous y trouverez différentes informations concernant la vie du club mais également les actualités de nos championnats et de la voile en générale.

    L’édito: Jubilé

    A un mois de l’ouverture du village de la Cap-Martinique à La Trinité sur Mer : 40 élus !

    Petit retour en arrière ; Depuis l’ouverture des inscriptions lors du Nautic 2019, 83 équipages se sont identifiés sérieusement en franchissant la première étape des inscriptions pour la première édition de la Cap-Martinique. 

    30 mois plus tard, ils sont 40 sur le pied de guerre, bien décidés à se réaliser dans l’accomplissement de cette première transat directe, en course et engagée.

    Premier constat, une Cap-Martinique, cela se mérite et l’investissement est important. Il faut arriver à concilier vie personnelle et professionnelle avec ce défi sportif très chronophage… On le sait tous, la vie n’est pas un long fleuve tranquille et la Cap-Martinique est quand même un Océan à traverser en course.

    Unique et engagée, on vous le dit et c’est marqué sur l’affiche !

    Chapeau bas à tous ces compétiteurs qui sont à la hauteur des causes soutenues.

    Les Duos :

    KUTTEL Adrien, HEGIE Gerry (JPK 10.30 / Sentinel Ocean Alliance)
    CARPENTIER Patrice, HOAHER Frédéric (JPK 9.60 / Planète Urgence)
    DELEMAZURE Alexandre, WEIL Emmanuel (Figaro 2 / Project Rescue Ocean)
    DERVILLE Victor, FIGEAC Gauthier (Ofcet 32 / Énergie Jeunes)
    MONTECOT Jacques, LAFITE Samuel (Figaro 2 / Loire Odyssée)
    AMEDEO Jacques, TAILLIANDIER Brice (JPK 110 / Te Mana o te Moana)
    BURGAUD Olivier, PONTU Sylvain (JPK 10.80 / Contre Vents et Cancers)
    GERARD Ludovic, BROSSAY Nicolas (JPK 10.80 / Pure Ocean)
    TROUSSEL Olivier, BAUCHER Benoit (JOD 35 / Nidcap)
    PAUL Patrick, PAUL Maxime (JPK 10.10 / Association Sainte Bernadette)
    GACH Philippe, D’ALLARD Thierry (Pogo 30 / Association Fegaye)
    PERON Alain, CHAVIGNY Jean-Marc (JPK 10.10 / Un papillon contre l’eczéma)
    MENAHES Ludovic, LE GOFF David (JPK 10.10 / Karrgreen)
    CADIOU Loeiz, DELAMARRE Hervé (JPK 10.10)
    DE WITTE Tristan, DUTREUX Marcel (JPK 10.10 / Entreprise du Patrimoine Vivant)
    SAUZIERES Philippe, VALRAUX François (JPK 10.80 / A Tree for You)
    CHERIAUX Jean-François, CHEVALIER Patrick (JPK 10.10 / Les Apprentis d’Auteuil)
    FROMENT Quentin, FROMENT Vianney (Figaro 2 / Le Rocher, Oasis des Cités)
    WATINE Nicolas, ROCHARD Rémy (A 35 / Choisir l’Espoir)
    JACOBSON Robert Rosen, HENDRICKX Gijs (Sun Fast 3300)
    D’ABOVILLE Éric, DE LAMINAT Sébastien (JPK 9.60 / Parrains Marins)
    AMALRIC Séverine, AMALRIC Pierre-Henri (Figaro 2 / L’Envol)
    BARSOTTI Pierre, BOUTHORS Etienne (JPK 9.60 / La Ligue contre le cancer)
    FISH Deb, DAVIES Rob (Sun Fast 3600 / Disasters Emergency Committee) 

    BEHAGHEL Marc, PINTA Guillaume (JPK 10.30/Aura France)

    Les Solos :

    JOB Even (Figaro 2 / Oc&aïa)
    VIAN Régis (A 31 / Espérance Banlieues)
    GAUDRU Philippe (Sun Fast 3600/El Camino de l’espoir)
    ISOARD Patrick (Sun Fast 3200 / Enfants du Mékong)
    TOUGERON Frédéric (First 36.7 / Radis)
    BODIN Stéphane (JPK 10.30 / Les Blairoudeurs)
    KELBERT Jean-Pierre (JPK 10.30)
    THOMAS Éric (Pogo 30 / Imagine for Margo)
    OZON Alexandre (Sun Fast 3300 / Les Voiles de l’espoir)
    HAMON Jean-François (Sun Fast 3300 / Architectes sans Territoire)
    DOMENECH-CABAUD Laurent (Figaro 2 / AVF – Végécantines)
    CHATAIGNER Hervé (JPK 10.30 / Scolioses et Partage)
    CORET Pascal (Pogo 30 / CDC Développement)
    LEFORT Etienne (A 35)
    FOLLIN Adrien (Sun Fast 3300)

    La Cap Martinique en chiffres :

    0 bouteille plastique autorisée à bord
    1 plan de gestion des déchets
    1 ou 2 : le nombre d’équipiers à bord
    9 : le nombre de jours d’ouverture du village départ à la Trinité sur Mer
    1er mai : la date de départ pour tous
    19 mai : la date probable d’arrivée des premiers
    19 à 22 : le nombre de jours de mer de la plupart des concurrents
    30 à 40 pieds (10 à 12 mètres environ) la longueur des bateaux
    3 800 miles (7 000 km) à parcourir non-stop

    Presse organisation :
    Matthieu Honoré (pour Disobey)
    +336 30 54 42 90
    matthieu@sillages-communication.com

    Crédits photos : D. Ravon – Ready Prod – A. Dujoncquoi – CMT Martinique

    Photos HD sur demande à matthieu@sillages-communication.com

    Bilan de la Transquadra 2021-2022

    La Transquadra 2021-2022 aura été une édition exceptionnelle à bien des titres

    Tout d’abord parce que la pandémie de Covid 19 s’est invitée et a, non seulement reporté le départ de 13 mois, mais a aussi sérieusement perturbé l’escale de Funchal et le programme à l’arrivée en Martinique. Ainsi, le confinement à bord, en attente de résultat de test, à l’arrivée à Funchal, a été assez dur à vivre : rester coincé parfois 12h à bord après neuf jours de mer, avec restaurants et bars ouverts à portée de voix restera un assez mauvais souvenir. De même, la réception de remise des prix, d’abord annulée puis organisée en mode restreint au dernier moment, ne restera pas dans les mémoires le meilleur évènement de l’épreuve. Un grand bravo néanmoins à l’organisation qui a pu jouer avec les difficultés et a su organiser au mieux cette très belle régate.

    Ensuite parce que deux dépressions successives sont venues perturber les alizés et ont barré la route du Sud lors de la seconde étape, obligeant les concurrents à monter plus au Nord que la plupart ne le désiraient. Adieu le soleil et la chaleur et des surfs sur la belle houle longue de l’Atlantique. Au lieu de çà, une première semaine à jouer avec les deux dépressions avec leur cortège de nuages, d’humidité et de vents variables. Et une seconde semaine, avec un alizé puissant, et une mer très peu ordonnée.

    Enfin parce que, même si la participation reste élevée, 80 bateaux au total, il n’y aura aucun solo au départ de Marseille, les deux seuls en lice partiront finalement de Lorient.

    Mais revenons sur la première étape. Côté Atlantique, scénario pas inhabituel, avec une sortie du golfe de Gascogne passant par une dorsale à négocier, puis des alizés portugais soutenus jusqu’à Madère. A ce jeu classique, les « vieilles coques » raflant les plus belles places, JPK10.10 premier en double et en solo, SF3200 second en double. Côté Méditerranée, scénario classique également avec beaucoup de vent faible, et un bon flux de NE une fois Gibraltar passé. Là encore les « vieilles coques dominent » Figaro2 premier, SF3200 second, JPK10 .10 troisième.  Les belles carènes récentes des JPK10.30 et SF3300 seraient elles moins performantes ?

    La seconde étape montrera que non, avec la victoire en solo et en duo atlantique, avec une belle avance, d’un SF3300 et d’un JPK10.30, le second en duo étant aussi un JPK10.30. Même si en duo méditerranée, un JPK10.10 réussit à finalement l’emporter d’une courte tête sur un … Figaro2. Un grand coup de chapeau aux solitaires, dont 6 se classent dans es 15 premiers en temps réel, soit devant beaucoup de doubles, une vraie performance.

    Mais dans cette seconde étape, si le bateau et sa préparation ont bien sur contribué, les places sur le podium se sont jouées sur le choix de la route et l’endurance des équipages. L’analyse des routes montre que plus on passait Nord, plus on allait vite, et la route supplémentaire était largement compensée. Cette route très Nord a permis d’éviter les clames entre les deux dépressions et d’avoir un meilleur angle pour la descente dans l’alizé la deuxième semaine. Côté physique, la mer très désordonnée et le vent très rarement inférieur à 20noeud et souvent autour des 30 nœuds, ont mis les organismes à rude épreuve. Les trais étaient tirés à l’arrivée et les vêtements beaucoup plus larges qu’au départ…

    Côté matériel, les bateaux ont plutôt bien supporté ce vent soutenu pendant deux semaines. Moins de 10 abandons sur cette seconde étape, dont un sur rupture de mat, beaucoup de spis hors d’usage  et de petits bobos à l’arrivée, mais au final assez peu de grosse casse.

    Côté bateaux, près de la moitié de la flotte étaient des Sun Fast, et un quart des JPK. Il reste peu de place pour les autres. L’épreuve passera-t-elle un jour en monotypie ? Au final, un accueil très chaleureux aux étapes, une organisation méritante face aux difficultés, une épreuve difficile mais maitrisée par les concurrents, bref une très belle Transquadra

    Article rédigé par Bruno Maerten, membre du bureau de l’UNCL.

    Site internet Transquadra : https://www.transquadra.com/

    A lire aussi : Transquadra : Noël Racine et Ludovic Sénéchal, Alex Ozon vainqueurs en double et en solitaire

    A lire aussi : L’UNCL et la Transquadra 2021-2022 : Un grand cru !

    A lire aussi : Transquadra : Retour sur cette deuxième étape à bord de Shamrock V

    Membership 2022

    Dès son élection en Décembre dernier, notre Président, Géry Trentesaux, a fixé comme axe prioritaire l’élargissement de l’influence de l’UNCL par l’accroissement du nombre de ses membres. Pour cela, il a nommé et intégré dans son bureau Bruno Maerten comme responsable du Membership.

    Les actions entreprises depuis le début de l’année ont donc été : faire revenir les membres qui nous ont quitté récemment, attirer de nouveaux membres en développant un argumentaire puis en envoyant des mailing ciblés, sensibiliser puis faire participer l’ensemble du comité Directeur à cette mission.

    Trois mois plus tard, les résultats sont là : 17 membres qui n’avaient pas renouvelé en 2020 et avant, sont revenus, 34 nouveaux membres nous on rejoint (et d’autres arrivent). Cela porte le total de nos membres à près de 240 à fin mars, soit déjà plus que l’an dernier en fin d’année. L’objectif de 300 fixé par le Président semble pouvoir être dépassé !

    Pour cela, toutes les énergies doivent être mobilisées. Chers membres, parlez de l’UNCL à vos amis, équipiers, coéquipiers, concurrents,… L’UNCL est un très beau Club où l’on fait de belles rencontres, et qui a besoin du support de tous pour progresser.

    Pourquoi rejoindre l’UNCL ?

    VOUS VOULEZ

    Etre acteur de la vie des régates et de la course au large,

    Rencontrer ceux qui partagent votre passion, partager vos expériences,
    Rencontrer de grands marins, les écouter et apprendre 

    Contribuer à l’organisation sportive des courses à la voile à l’échelon national et international

    Participer à la vie de l’IRC

    Avoir un lien direct avec l’équipe qui gère cette jauge internationale et ses évolutions

    Réaliser des tests, participer à des formations

    Vous perfectionner

    Participer aux ateliers et Keynotes de l’UNCL animés par des pros

    Préparer vos courses avec des pros dans un cadre organisé

    Rejoindre un club convivial dans un cadre prestigieux

    Participer aux évènements de l’UNCL, rencontres, apéros, nuit de la Course au Large

    Echanger avec vos pairs sur vos bassins de navigation

    ADHEREZ A L’UNCL !

    Vos avantages      Réductions sur les certificats IRC (nouveau, modification, renouvellement)

                                 Réductions sur les ateliers UNCL

                                 Réduction sur votre abonnement Course au Large

                                 Accès au Yacht Club de France (bureau UNCL, bar, salons, restaurant)

    L’adhésion est modique (50 à 150€ selon âge) et permet à l’UNCL de travailler pour vous à de nombreux projets (jauge, class30, organisation de régates, actions de formation, etc..)

    Vous avez entre 41 et 65 ans

    Vous faites une revalidation de certificat annuelle pour votre bateau de 10m

    Vous vous abonnez à Course au large

    Voua participez à deux ateliers par an  ….. l’adhésion vous coûte 50€ !

    Devenir membre : https://www.uncl.com/le-club/devenir-membre

    Crédit photo : @Didier Ravon

    The « Famous Project » d’Alexia Barrier : Un défi 100% féminin !

    Alexia Barrier, navigatrice, finisher du Vendée Globe 2020, et membre de l’UNCL depuis le One Ocean Summit. Alexia s’engage sur un nouveau projet, The Famous Project. Un équipage international, des femmes de 18 à 50 ans, pour un défi planétaire, pur et ultime : le Trophée Jules Verne !

    L’UNCL sera aux côtés d’Alexia et des navigatrices engagées dans ce fantastique et historique projet !

    Créé en 1992 par Florence Arthaud et Titouan Lamazou, sur l’idée originale d’Yves Le Cornec, c’est une épreuve ouverte à tout voilier, sans limite de taille ni de nombre d’équipiers.

    Depuis 1998, avec la tentative de Tracy Edwards, il y a 24 ans, aucun équipage féminin ne s’est engagé sur le record !

    « Alors que je suis en course à la Transat Jacques Vabre, en novembre 2021, à bord de Groupe Sétin – 4myplanet, je décide de lancer « The Famous Project ». Dans la vie, il y a les commentateurs et les acteurs, je fais partie de la deuxième catégorie. »

    Des pionnières créent un sillage : Inspiration et empowerment

    L’un des fondements des engagements d’Alexia : Se donner les moyens de réaliser ses rêves, et surtout de montrer aux filles, jeunes femmes et aux femmes, qu’elles peuvent elles aussi aller au bout de leurs rêves. Et pour Alexia, le Trophée Jules Verne est « un défi planétaire unique et extraordinaire, qui défie les idées préconçues sur les possibilités humaines. Une occasion révolutionnaire d’ouvrir les portes aux générations futures, en s’engageant à encourager les femmes, à soutenir la science et à améliorer l’éducation. »

    Le cinq majeur : « Quand les femmes se soutiennent, des choses incroyables arrivent. »

    Et alors que “The Famous Project » était en création, des skippers de renommées internationale étaient enthousiasmées à l’idée de faire partie du projet, comme les Françaises Marie Riou et Marie Tabarly, Joan Mulloy, la première Irlandaise à avoir participé à la Solitaire du Figaro, Sarah Hastreiter, l’Américaine aux sept sommets et sept océans, et l’Anglaise Dee Caffari, la seule femme à avoir bouclé le tour du monde à la voile dans les deux sens. 10 femmes feront partie de l’équipe navigante.

    Un programme sportif, social et environnemental

    “Nous avons les meilleurs experts de la discipline (Paul Larsen, Brian Thompson, Giovanni Soldini, Jonny Malbon, Sidney Gavinet) à nos côtés pour les deux premières années du programme qui se fera sur un MOD70 (multicoque de 21 mètres), pour ensuite passer à l’Ultime début 2024 en vue d’une tentative de record fin 2024”, raconte Alexia.

    Outre le programme sportif, Alexia souhaite que « The Famous Project» soit aussi un projet engagé :      

    • Scientifique : Avec l’association 4myplanet, créée par Alexia Barrier, partenaire de l’UNESCO pour laquelle Alexia est Ambassadrice, qui est un leader dans le soutien des scientifiques, et qui collecte des données inestimables sur les océans à travers le monde,
    • Educatif : Chaque année, 4myplanet réalise un kit pédagogique qui est distribué à plus de 100 000 enfants de tous les horizons.

    « Nous recherchons un budget de 8 millions d’euros sur 4 ans. Soit deux fois moins qu’un budget pour un projet gagnant sur le Vendée Globe. Des retombées internationales et une histoire authentique et inclusive à proposer à nos partenaires.  De 1 million d’euros à 50 000 euros par an, vous pouvez faire partie du Famous Project, et il y a même une place dédiée pour notre Time Keeper ! ”

    Une campagne de crowdfunding, appelée « The Famous Project powered by women », est lancée sur la plateforme HelloAsso !

    Anne de Bagneaux-Savatier