Le calme après la tempête pour les arrivées de la première édition de la Corsica Med

Corsica Med – 28 Juin- 4 Juillet

Le départ de l’étape retour de la Corsica Med a finalement été donné vendredi 2 juillet à 10 heures, 24 heures plus tard que l’horaire initialement prévu en raison des violentes rafales enregistrées dans le port de Macinaggio qui rendaient difficile la sortie des concurrents. Après le fort coup de vent, ce sont bel et bien les calmes meurtriers de l’été méditerranéen que les concurrents de cette première édition ont dû affronter. Pour finir, c’est avec un parcours réduit au passage à une ligne virtuelle située dans le sud du Cap d’Arme sur l’île de Porquerolles qu’a été jugée l’arrivée. Pour une grande partie de la flotte, le final a s’est déroulé dans cette nuit de samedi à dimanche sous un ciel chargé et dans une brume bien peu estivale, avant l’arrivée au CNTL-Marseille qui avait prévu un accueil chaleureux et personnalisé pour chacun.

BLUE 007

Etienne Boyer et Dominique d’Andrimont, vainqueurs en IRC Duo sur Blue 007
Au sein de la classe la plus représentée dans cette première édition, Etienne Boyer et Dominique d’Andrimont, qui ont franchi la ligne d’arrivée à bord de leur JPK 10.10 Blue 07 ce dimanche matin à 2h03, sont presque surpris de leur résultat final. Etienne Boyer raconte « La course 1 était assez simple, si ce n’est un petit intermède avec la Marine Nationale, mais nous nous sommes passés à l’intérieur des îles. Globalement la course était assez linéaire et nous avons un petit rating, donc on a suivi les autres et ça s’est assez bien passé. Le retour était évidemment beaucoup plus compliqué. Nous étions assez bien partis, mais nous sommes restés très au large. Ca a bien payé sur 80% de la régate, mais sur la fin c’était plus difficile parce que les bateaux qui sont allés à terre ont eu beaucoup de mal à y aller, mais ensuite ils sont bien revenus. Le vent était très changeant, très instable et avec de forts calmes. Donc on s’est fait un petit peu peur parce que les autres revenaient très fort ».

Eric Merlier sur Télémaque 3 s’impose en IRC Solo
Vainqueur de la Massilia 2018, et de la Duo Max 2014, Eric Merlier sur Télémaque 3 rajoute une belle médaille à son très beau palmarès de coureur en équipage réduit en franchissant la ligne à 3h36, dans une brume à couper au couteau. « Je suis ravi, évidemment ! D’abord, je voudrais remercier l’organisation, parce qu’ils ont fait un sacré boulot. Il a fallu composer avec la météo et s’adapter pour décaler le deuxième départ. La course aller a été évidemment plus facile que la course retour, mais sur la manche aller je finis second en temps réel, alors qu’au retour je remporte le réel et le compensé, et ça c’est encore mieux ! Au retour, il y a eu des moments super agréables, et des moments difficiles pour les nerfs. C’est le propre des courses en solitaires : ça nous fait passer par des états tantôt difficiles, et tantôt de vraies joies. Quand on retrouve le vent, on a une sensation formidable. Ça a été une très belle course, et finalement comme les duos étaient dans les mêmes timings que nous, on se mesurait à eux également. La beauté de ces courses au large, c’est qu’il faut faire avec tous les éléments différents : la chaleur la journée, la brume, trop de vent ou pas assez. Il y a vraiment eu une très bonne ambiance sur cette première Corsica Med : on a eu un super accueil à Macinaggio, dans cet endroit très agréable avec des gens vraiment très accueillants. »

Belle victoire de Gilles Caminade sur Chenapan IV en IRC Equipage
S’ils ne couraient pas dans la même catégorie, l’équipage du Ker 40 Chenapan IV mené par Gilles Caminade et Dimitri Deruelle et le duo du Class40 HBF – Reforest’action de Kito de Pavant et Gwen Gbick ne se sont pas moins tiré une bourre mémorable pour les honneurs du temps réel, (c’est Kito qui remporte deux fois les honneurs de la ligne) dans la première comme dans la deuxième course. « Etape aller : injustice ! Puisque Kito a réussi à finir, et nous sommes restés dans deux heures et demi de pétole, et les autres concurrents de notre classe arrivent comme des fleurs. L’accueil en Corse était vraiment réussi : nous avons été très bien reçus. Le retour a été une responsabilité difficile pour le comité. Au bout de deux heures de course, nous avons pris une option à terre. On a cru qu’elle n’allait pas fonctionner, mais elle a fini par payer ! »

Erik Lacoste sur Delos remporte l’OSIRIS Equipage
C’est un habitué des podiums de la célèbre Duo Max qui a signé sa place de premier au général en coupant la ligne d’arrivée avec son équipage à 1 heure 30 ce dimanche, mais Erik Lacoste signe sur Delos sa toute première victoire « La première étape, c’était vraiment incroyable : des conditions de navigation idylliques, comme on en rêve dans nos souhaits les plus inaccessibles, une arrivée magnifique sur l’île de Beauté, et un accueil formidable, digne de la légendaire hospitalité de nos amis Corses ! Sur le retour, puisque la régate est la régate – et pas seulement une partie de plaisir – on a eu des conditions délicates, avec une alternance de vent médium, de régimes météo changeants, de petit temps, d’options délicates. A un moment donné, on a pu penser qu’on avait fait le choix des rois, mais quelques heures plus tard nous avons compris que tout était à refaire, et que ce choix n’était pas le bon. Je dois avouer que nous avions choisi une option plutôt à terre, mais un peu par dépit, parce qu’en arrivant sous la cote Corse, nous sommes restés une heure derrière alors que nos adversaires avaient touché une veine de vent, mais on s’est battu dans la bulle avec acharnement, et finalement on est sortis. Voilà ! On est très heureux de cette victoire, parce que quand on ne gagne pas, on met la même énergie, mais pas avec la même satisfaction ! C’est tout le charme de la régate. »

Alcazar Rodriguez sur Shikito et Matteo Bandiera sur Anywave Ocean, doubles vainqueurs en mini : proto et série
Inscrits respectivement en proto et en série, les deux bateaux Shikito Sailing Team skippé par l’Espagnol Alcazar Rodriguez-Alejandro en série et Anywave Ocean skippé par l’Italien Matteo Bandiera ont mis à profit cette course au large en Méditerranée pour entrer dans leur découverte du support et des contraintes de la classe : c’est en effet sans aucune communication possible avec l’extérieur qu’ils ont dû faire cette épreuve, conduisant les organisateurs a adapter leur programme à la météo.

LES RESULTATS (extrait)

IRC Duo
Course 1 :  Cntl-Marseille / Macinaggio
Ludovic Gérard, Nicolas Brossay,  Solenn For Pure Ocean (JPK 10.80)
Etienne Boyer, Dominique d’Andrimont, Blue 007 (JPK 10.10)
Emmanuel Santelli, Sophie Santelli, Magic Sea – SH
Course 2 :  Macinaggio/ Cntl-Marseille
Kito de Pavant, Gwen Gbick, HBF – Reforest’Action (Class 40)
Jonathan Bordas, Gerald Boess, Jubilee
Etienne Boyer, Dominique d’Andrimont, Blue 007 (JPK 10.10)
Général IRC Classe Duo
1) Etienne Boyer, Dominique d’Andrimont, Blue 007 (JPK 10.10)
2) Jonathan Bordas, Gerald Boess, Jubilee
3) Ludovic Gérard, Nicolas Brossay,  Solenn For Pure Ocean (JPK 10.80)

IRC Solo
Course 1 :  Cntl-Marseille / Macinaggio
Eric Merlier, Télamaque 3 (JPK 10.30)
Michel de Bressy, Figolo (Figaro Bénéteau 2)
Course 2 :  Macinaggio/ Cntl-Marseille
Eric Merlier, Télamaque 3 (JPK 10.30)
Michel de Bressy, Figolo (Figaro Bénéteau 2)
Général IRC Groupe Solo
1) Eric Merlier, Télamaque 3 (JPK 10.30)
2) Michel de Bressy, Figolo (Figaro Bénéteau 2)

IRC Equipage
Course 1 :  Cntl-Marseille / Macinaggio
Jacques Silve, Architeuthis2 (Dufour 36)
Pierre Saracco, Magic Freeman (Figaro Bénéteau 2)
Gilles Caminade, Chenapan IV (Ker 40)
Course 2 :  Macinaggio/ Cntl-Marseille
Gilles Caminade, Chenapan IV (Ker 40)
Jacques Silve, Architeuthis2 (Dufour 36)
Pierre Saracco, Magic Freeman (Figaro Bénéteau 2)
Général IRC Equipage
1) Gilles Caminade, Chenapan IV (Ker 40)
2) Jacques Silve, Architeuthis2 (Dufour 36)
3) Pierre Saracco, Magic Freeman (Figaro Bénéteau 2)

CERCLE NAUTIQUE ET TOURISTIQUE DU LACYDON
Franck Recoing, président
Francis Habert, responsable de la communication
Florence Baudribos, vice-présidente
Yves Ginoux, vice-président, responsable du pôle voile

CLUB NAUTIQUE DE MACINAGGIO
Isabelle Murzilli, présidente du CNM, vice-présidente ligue Corse voile
Municipalité de Rogliano et son port Macinaggio
Collectivité de Corse

CORSICA MED
Directeur de Course, Mathias Louarn
Présidente du Comité de Course, Florence Baudribos
Président du Jury, Tom Grainger

Site CNTL-Marseille https://www.cntl-marseille.com/
Les résultats : https://www.facebook.com/CorsicaMed

Photos
Yohan Brandt (HD sur demande)

Relations Presse
Maguelonne Turcat
06 09 95 58 91

Duo Cat Amania 2021: Philippe Girardin et Gwen Thomas vainqueurs sur Hey Jude

Cette grande classique autrefois connue sous le nom des « Vieux Safrans » réunit chaque année une cinquantaine de duos d’amateurs éclairés de plus de 40 ans *, sur un joli tracé à escales en Bretagne Sud. 6 parcours côtiers sont disputés en une semaine. Elle s’est jouée cette année du 19 au 25 juin dernier.

La cuvée 2021 de la Duo Catamania emmenait les coureurs naviguer direction Est, avec un programme au départ de La trinité sur Mer, puis passages par le Crouesty, Lorient la Base, Concarneau, Locmiquelic, Port Haliguen et un final à La Trinité le vendredi 25 juin !

Revivez la 4e journée de la Duo Cat Amania à bord de Chacastal 3 de François Badatcheff et Marc Carre

La semaine aura ravi les coureurs grâce à une organisation toujours impeccable de la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer (SNT), des conditions variées, un niveau relevé sans jamais oublier l’ambiance tant plébiscitée. « C’est une belle semaine de régate qui se termine, » explique Gilles Bricout, le Président du Comité de Course : « Nous avons pu courir six belles étapes malgré des conditions pas si simples. Pendant cette dernière journée, nous avons construit un parcours qui a permis aux concurrents de naviguer sur toutes les allures ».

Ils étaient 55 duos sur la ligne de départ le 20 juin dernier. Pour ce premier jour de course et dans un vent un peu oscillant, les équipages devaient relier La Trinité-sur-Mer au port du Crouesty en réalisant un parcours de 34 milles dans la baie de Quiberon. Après six heures de navigation et un leadership incontesté sur tout le parcours, Philippe Girardin et Gwen Thomas, sur Hey Jude, remportent cette première manche en temps réel et en temps compensé. Ils ont su creuser l’écart dès le départ et s’imposer face à une flotte engagée. Avec l’ouverture de la course à des plus petites unités, les écarts sont assez importants mais la motivation des coureurs reste la même, à l’image de Bertrand Albe et Loïc Ricolleau, sur Alhea un First 31.7, qui ont tenu bon et coupent la ligne avec plus d’1h45 d’écart avec le J120 des premiers.

Jacques Montecot, skipper de Loire Odyssée Pecab : « C’était une belle première journée ! Nous avons pris un bon départ mais surtout, nous avons bien joué au moment de la pétole. Nous avons été sur les réglages tout le temps pour faire avancer quoi qu’il arrive le bateau et le positionner sur la droite d’où le vent devait arriver. Et ça a payé, nous avons été dans les premiers à toucher de l’air. Je participe à la Duo Cat-Amania chaque année et comme toujours le niveau est très bon et l’ambiance est géniale. Nous nous amusons comme des fous, on ne lâche rien et c’est jouissif ! »

Pour la deuxième journée de course, la météo n’a pas gâté les équipages.

Après un début au moteur qui a mené les concurrents du port du Crouesty à la Teignouse, le Comité de Course a lancé une manche vers 13h00. Direction les Birvideaux sous le soleil et dans un vent qui s’est maintenu aux alentours de 10 nœuds et qui a permis un beau départ sous spi. 16 milles à parcourir direction L’île de Groix où le Comité de Course a mis en place l’arrivée. Avec des conditions compliquées, la flotte s’est étendue et les écarts se sont creusés entre les concurrents. Les premiers à avoir coupé la ligne sont Stéphane Bodin et David le Goff sur le JPK 10.30 Wasabii, après 3h de course. Cette belle performance leur permet de remonter au classement général provisoire dont la tête est toujours tenue par Philippe Girardin et Gwen Thomas (Hey Jude) qui ont coupé la ligne en deuxième position.

Stéphane Bodin, skipper de Wasabii : « C’était une chouette journée et nous sommes ravis. Nous avons pris un super départ et ensuite c’était facile, il suffisait de garder une bonne vitesse. Tout le monde dit que le JPK 10.30 ne marche pas dans le petit temps, ce n’est pas vrai !! J’ai déjà participé à la Duo Cat Amania sept ou huit fois mais c’est la première fois avec ce bateau. Je l’ai acheté avec l’objectif de courir la Transquadra et la Cap Martinique en 2022. Avec mon partenaire Davis le Goff, ça fonctionne très bien. Je fais partie du centre d’entraînement de La Rochelle, je voulais venir me mesurer aux Bretons. La Duo Cat Amania rassemble les meilleurs en IRC, c’est donc un super moyen de jauger le bateau avant les transats. »

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas à la Duo Cat Amania 2021. Pour ce troisième jour de course, le vent a été soutenu tout au long du parcours, Gilles Bricout, le Président du Comité de Course en a même profité pour rallonger le parcours prévu. Ce sont donc 46 milles que les 55 duos ont parcouru entre Lorient et Concarneau, en contournant tout d’abord l’île de Groix puis en passant par l’archipel des Glénan. Des conditions musclées avec un vent de 20-25 nœuds allant jusqu’à 30 nœuds à l’arrivée, qui ont ravi les coureurs, très affûtés après une saison hivernale riche en entraînements.

Le match est très ouvert et ce sont Olivier Burgaud et Sylvain Pontu sur le JPK 10.80 Contre Vents et Cancers Gustave Roussy qui remportent la manche du jour et montent ainsi sur la première marche du podium provisoire devant Philippe Girardin et Gwen Thomas (Hey Jude). Ces deux duos sont à couteaux tirés et prennent déjà une confortable avance sur leurs concurrents au général provisoire.

Olivier Burgaud et Sylvain Pontu sur le JPK 10.80 Contre Vents et Cancers Gustave Roussy

Quatrième jour de course pour la Duo Cat Amania 2021, 53 duos ont quitté Concarneau pour Locmiquélic. En effet, deux bateaux étaient non partants ce matin. Les concurrents ont parcouru 40 milles via les Glénan et Men Tréas avant de s’engager dans le chenal de Lorient pour rallier Locmiquélic, le tout dans un vent aux alentours de 10 nœuds le matin et 5 nœuds l’après-midi.

Le podium du jour est exclusivement composé de Sun Fast 3200 avec en première place Alain Roland et Stéphane Ayrault (Tikocco 6), suivis de Jean-François Nouel et Cédric Huchet (Hakuna Matata) et de Loïc Blons et Stéphane Letertre (Delta Voiles Bretagne) qui réalisent leur plus belle performance de la semaine.

C’est sous un magnifique soleil que les 54 équipages de la Duo Cat Amania 2021 ont abordé cette cinquième et avant-dernière journée de course. 41 milles depuis Locmiquélic avec pour destination Port-Haliguen en passant par les Chats, les Birvideaux, les Galères et le passage du Béniguet, de quoi profiter pleinement des conditions idéales. Mise à part une petite pétole au niveau des Chats, le vent a été de la partie tout au long de la journée, avec un départ sous spi dans 8/10 nœuds et l’arrivée dans 15 à 18 nœuds au niveau de Quiberon.

Ce sont Jean-François Cheriaux et Henri Lefebvre sur le JPK 10.10 Ad Hoc qui remportent la manche du jour. Philippe Girardin et Gwen Thomas (Hey Jude) coupent la ligne en tête mais ne prennent que la deuxième place du classement du jour. Au général provisoire, Philippe Girardin et Gwen Thomas (Hey Jude) ont repris le leadership devant Olivier Burgaud et Sylvain Pontu (Contre Vents et Cancers Gustave Roussy).

Faute de vent, le départ de la sixième et dernière journée a été donné deux heures plus tard que prévu. Un parcours de 25 milles de Port-Haliguen à La Trinité-sur-Mer. Une dernière manche décisive et âprement disputée entre les deux duos de tête au classement général provisoire, Olivier Burgaud et Sylvain Pontu (Contre Vents et Cancers Gustave Roussy) et Philippe Girardin et Gwen Thomas (Hey Jude). Ce sont ces derniers qui l’emportent après une âpre bagarre avec leurs copains tout au long de la semaine. Les très réguliers Loïc Blons et Stéphane Letertre (Delta Voiles Bretagne) maintiennent leur troisième place sur le podium face à des adversaires qui n’auront pas réussi à les faire frémir.

 

Philippe Girardin et Gwen Thomas (Hey Jude)

Philippe Girardin et Gwen ThomasHey Jude : « Notre victoire ne s’est pas jouée à grand-chose. Nous avons essayé de diminuer nos défauts et d’exploiter le bateau à 100% sur ses qualités. Nous naviguons ensemble depuis très longtemps et nous nous connaissons par cœur, nous sommes toujours d’accord. Nous tenons à souligner la qualité exceptionnelle de l’organisation de cette régate ainsi que le travail du Président de Comité de Course Gilles Bricout, qui prend toujours les bonnes décisions. On voit qu’il domine son sujet, c’est un vrai marin. Nous avons eu la chance d’avoir eu comme concurrent Olivier Burgaud, un très bon ami et un excellent coureur. Nous avons joué toute la semaine pour la première place du podium et, même si j’aurais été ravi qu’Olivier gagne, je suis encore plus content de remporter une nouvelle fois la Duo Cat Amania. »

Classement Duo Catamania :

https://www.duocatamania.com/classements-2021.html

Photo : @studioleguillou

Coup d’envoi de la Rolex Fastnet Race 2021

La 49ème édition de la Rolex Fastnet Race, dont le coup d’envoi sera donné de Cowes le 8 août prochain, s’annonce une nouvelle fois très disputée. Et pour la première fois de son histoire, cette course mythique organisée par le RORC (Royal Ocean Racing Club), mettra le cap sur la France avec une arrivée à Cherbourg. Les plus rapides sont attendus dès le 9 août dans le port Normand, après avoir bouclé un parcours de 695 Milles Nautiques.

Un plateau d’exception attendu

Cette édition rassemble des concurrents représentant 25 nations. Des anglais bien présents et des français en nombre.

Plus de 450 bateaux seront sur la ligne de départ, dont 400 IRC Equipages, duos et solos, en lice pour la Fastnet Challenge Cup et défendre leur classement ou leur titre aux Championnats UNCL Manche Atlantique 2021.

Les bateaux français ont gagné trois des quatre dernières éditions et ces anciens vainqueurs seront à nouveau présents : Alexis Loison (2013) à bord du JPK 10.30 Léon, Géry Trentesaux (2015) à bord du Class 40 Courrier Redman d’Antoine Carpentier. Enfin, Didier Gaudoux, vainqueur en 2017 avec son JND Lann Ael 2.

En dix ans, le nombre de duos a doublé sur la Rolex Fastnet Race.

L’année 2020 et le contexte sanitaire ont encore accéléré cette tendance et ce sont les équipages doubles qui ont cumulé le plus d’heures en mer au cours de la saison. Cette nouvelle édition marque un nouveau tournant avec 89 bateaux engagés contre 64 il y a seulement deux ans.

Un certificat de jauge en temps et en heure

L’UNCL attire l’attention des coureurs sur la date limite de présentation du certificat IRC à l’organisation (29/07/2021 -12h00, heure anglaise). Les dernières demandes de certificat IRC (nouveau certificat, revalidation ou modification) devront être adressées au Centre de Calcul IRC ( irc@uncl.com ) au moins 5 jours ouvrés avant cette date, soit avant le jeudi 22/07/2021 – 13h00 heure française. Passée cette date, le Centre de Calcul ne traitera aucune demande.

LIEN VERS L’AVIS DE COURSE :

https://www.rolexfastnetrace.com/downloads/2021_docs/2021_rolex_fastnet_race_notice_of_race.pdf

 

An IRC certificate in due time

The UNCL draws the competitors’ attention to the deadline for submitting the IRC certificate to the organisation (29/07/2021 -12h00, English time). The last requests for an IRC certificate (new certificate, revalidation or amendment) shall be sent to the French IRC Centre de Calcul (irc@uncl.com ) at least 5 working days before this date, this means before Thursday 22/07/2021 – 13:00 French time. After this date, the French IRC Centre de Calcul will not process any requests.

Pour la première fois, la Rolex Fastnet Race s’achèvera en France. Cherbourg accueillera l’arrivée de la course en 2021 et 2023.

Bien habitué à accueillir de grands événements nautiques, de la Solitaire du Figaro au Tour de France à la Voile, en passant par – plus récemment, la Drheam Cup – le port historique situé au sommet de la pointe du Cotentin, offrira un spectacle et une ambiance de bord de mer d’une ampleur sans précédent.

Dans un contexte sanitaire toujours compliqué du fait de la pandémie, l’association Arrivée Fastnet Cherbourg met tout en oeuvre pour pouvoir accueillir la course dans les meilleures conditions possibles et travaille d’ores et déjà sur la mise en place de protocoles sanitaires stricts afin de garantir les conditions de sécurité nécessaires à l’arrivée à Cherbourg.

Crédit photos :

© Kurt Arrigo/Rolex

© JM Enault

Gascogne 45/5: 350 milles dans le Golf de Gascogne

Conçue essentiellement pour les Duos, la flotte la plus représentée (23 IRC1, 15 IRC2) et les Solos, l’épreuve était aussi ouverte aux équipages.

Retour sur cette édition à travers le récit du duo inédit (voir plus bas) composé de Patrice Carpentier et Alix, avec le JPK 9.60 Groupe 5 Planète Urgence.

 

MERCI ALIX

« En raison d’une météo incertaine et de mon obligation de rallier La Trinité sur Mer le 9 juin, décision fut prise à La Rochelle d’opter pour la 45/5 au lieu de la 45/11, initialement programmée, et ce faisant de nous mesurer aux nombreux concurrents rochelais. Jeudi, le 3 juin, mon camarade Jérôme Croyère apprend que sa femme doit subir une opération chirurgicale.

Après une rapide analyse météo, il nous apparaît impossible qu’il puisse sereinement effectuer la course. Il me faut rapidement trouver un(e) équipier(e) de substitution car le départ a lieu dans quelques heures. J’en avise immédiatement Xavier Dagault qui possède une voilerie éponyme à La Rochelle. Et tout aussi rapidement, une de ses employées prénommée Alix me dit qu’elle est partante avec non seulement le consentement mais plus encore les encouragements de son employeur. Le temps de rassembler ses vêtements de navigation et de pourvoir sa cambuse en aliments sans Gluten, la jeune Alix qui a une solide expérience de la navigation, moins de la régate hauturière, me rejoint à bord. Quelques mots suffisent à expliquer à cette élégante personne le maniement du bateau et la lecture du piano. Alix pige tout de suite et l’expérience montrera que point n’est besoin de répéter les choses. J’ai vraiment une chance inouïe de me retrouver avec une équipière de cette qualité qui parle volontiers de ses expériences, de sa vie à La Rochelle à bord d’un Romanée, et qui voue une adoration aux mammifères aquatiques, notamment les dauphins croisés dans le golfe de Gascogne et même un cachalot.

 

Dès la sortie du pertuis d’Antioche, le vent forcit comme prévu et c’est du tout droit vers la bouée météo située par 45°12 N et 5°W. Enfin du presque tout droit car chacun a son idée comment concilier une vitesse optimale avec la trajectoire recommandée. La nuit ressemble à un ballet lumineux oscillant entre le blanc, le vert et le rouge au gré des caps suivis avec parfois des situations bord à bord du meilleur effet… Le jour se lève tôt, merci mois de juin. Il fait beau mais le vent mollit et devient variable en direction. D’une position dessous la flotte, on se retrouve plutôt au dessus car je ne tiens pas à tirer un bord pour contourner la bouée météo. Les voiliers croisés à ce point de ralliement me rassurent. Le ciel bleu est de rigueur durant la journée mais le vent devient carrément évanescent en fin d’après midi, perturbé par une houle résiduelle pour le parcours retour. On s’occupe avec de fréquentes manœuvres entre le grand spi bleu lourd, le spi rouge un peu moins grand mais plus léger, notre magnifique Code 0 tout neuf, et le foc (on ne peut plus décemment qualifier de génois cette voile d’avant IRC devenue riquiqui avec le temps). Un bateau que je surveille de près à l’AIS est le J 99 de l’ami Grassi accompagné de sa fille Amélie (un des rares « autres » équipages mixtes de la course !). Il serre le vent de très près avec son spi et il va plus vite que notre JPK 9.60. La nuit n’apporte pas de changement notable sinon que les « grands » voiliers disparaissent de notre AIS comme s’il y avait en permanence un peu plus de pression devant ou tout simplement parce qu’ils vont naturellement plus vite… ?

Le vent forcit enfin dans l’après midi de samedi en prenant de la droite. C’est au reaching serré que la partie s’achève à belle allure nous permettant de couper la ligne d’arrivée en tout début de nuit alors que les voiliers plus loin derrière vont souffrir d’un nouveau ramollissement. Nous finissons 3ème en TR des « doubles » de notre groupe (23 partants) et aussi 3ème en TC car le JPK 10.10 SNA-Numerobis de Jean Passini et Dominique Dubeau a fait une course remarquable et finit loin devant, et le SF 3200 Pour Aster Bretagne de Pascal et Eric Chalaux, crédité d’un TCF de 0.982 alors que notre « mobylette » certes un peu gonflée accuse 0.992, s’adjuge la deuxième place sur le podium.

Voir article : Gascogne 45/5 ET Cap 45/11 2021 : Des régatiers HEUREUX !

A la lecture des résultats, je ne peux m’empêcher de tirer un grand coup de chapeau au solitaire Alex Ozon, une fois encore imbattu toutes catégories confondues à bord de son SF 3300 Sapristi, sinon par le grand Akela 50 mené en équipage (60 voiliers en tout étaient au départ de la 45/5 !).  

J’ai été enchanté par ces deux jours et demi de navigation en compagnie d’Alix et je salue tout le travail accompli par Etienne Chabry et son équipe de la SRR. »

Patrice Carpentier

Groupe 5 Planète Urgence

Crédit Photo : Christophe Breschi

christophe@breschi-photo-video.com

Gascogne 45/5 ET Cap 45/11 2021 : Des régatiers HEUREUX !

Le départ de la Gascogne 45/5 et de la première édition de la Cap 45/11 a été donné le 3 juin dernier en baie de La Rochelle.

Deux courses, une même ligne de départ et deux parcours hauturiers simples dessinés pour les IRC Duos et Solos.

Avec le report à 2022 de la Cap Martinique, la SRR, la SNT et l’UNCL se sont associés pour organiser ensemble cette nouvelle course au large, la Cap 45/11 qui s’élançait en même temps que la traditionnelle Gascogne 45/5.

Un retour aux affaires qui a fait mouche puisque 85 bateaux étaient au départ, toutes voiles dehors, créant une belle animation dans la baie Rochelaise.

Il a fallu jouer avec Eole en prenant des options audacieuses, réussies ou perdantes, comme on le constate sur les classements de ces deux courses.


750 milles pour la Cap 45/11

La première édition de la Cap 45/11 vient de s’achever à la Trinité-sur-Mer. Les premiers concurrents ont donc mis un peu moins de 6 jours à boucler ce parcours inédit.

Les premiers à s’élancer de La Rochelle étaient les 7 duos et 10 solos IRC de la Cap 45/11 pour un long parcours de 750 milles qui leur demandaient d’aller virer la bouée météo située par 45°N de latitude et 5°W de longitude, puis de couper la longitude 11W, là où ils le souhaitaient avant de remonter vers la ligne d’arrivée à la Trinité-sur Mer.

La principale marque de parcours était la 11è longitude, c’est à dire que les coureurs devaient prendre une droite et non un point comme c’est le cas habituellement. Cette innovation a ouvert le champ des possibles avec une foule d’options déployée par les 21 concurrents.

 « C’est génial, il y a eu tout un tas de choix en matière de stratégies car il y a quand même eu 230 milles d’écart Nord Sud au moment de chercher la longitude. Le concept fait l’unanimité » se réjouissent Thibaut Derville et Jean Philippe Cau.

Les faibles conditions météo ont très vite créé de grands écarts entre les premiers et les derniers. Le suspens était intense entre le groupe des sudistes qui ont plutôt privilégié une navigation le long du Cap Finistère et 3 bateaux (Ad Hoc, Project Rescue Ocean et Oceanvox) qui avaient opté pour une route plus nord. Une option audacieuse.

En temps réel, ce sont David Alonso et Thomas Salisbury qui franchissent la ligne en premiers à bord d’un Sun Fast 3300 en un peu moins de 6 jours de course après près de 1000 Milles parcourus, mais le grand vainqueur est Pierrick Penven qui s’impose en temps compensé sur son Sun Fast 3200. Le Brestois, habitué à naviguer en solo, est allé chercher le vent au plus près de la Gascogne et cette option a payé :

« C’était une super course, super intense » explique le skipper de Zephyrin qui a prévu de participer à la prochaine Transquadra. « C’est une excellente préparation, cela permet de valider pas mal de choses avant la transat. Le fait d’aller chercher une longitude a ouvert le jeu. On pouvait faire ce qu’on voulait, ce qui a demandé beaucoup de réflexion » explique -t-il.

Du côté des Duos, le JPK 10.10 Adeosys de L. Menahes et D. Le Goff montent sur la première marche du podium après plus de cinq jours en mer. Ils sont suivis au classement par Blue Oscar, le Sun Fast 3300 de David ALONSO et Tomas CUNAT SALISBURY. Ces derniers ont franchis la ligne d’arrivée premiers en temps réel dans le groupe des duos avec deux heures d’avance seulement sur Adeosys qui a mené en temps réel la course pendant 5 jours et perdu sa place dans la dernière nuit ! L’autre JPK 10.10 ROGER PRADIER OUTDOOR LIGHTING – SEC, mené par Tristan DE WITTE et Marcel DUTREUX clôture le podium à la troisième place.

 

Une belle, longue et fatigante épreuve qui a malheureusement mis les marins en face d’une fâcheuse réalité, comme nous le relatent Brice et Jacques sur Nambas :

« Il y a des objets que l’on n’aimerait jamais rencontrer en mer, et pourtant la mer est une décharge où l’on trouve de tout à la dérive. Le skipper de Zéphirin a du plonger pour dégager du matériel de pêche pris dans sa quille. Nous sommes passée à quelques mètres d’un embrouillamini de filets pris dans de vieilles aussières, de flotteurs et j’en passe ! Des objets en tout genre, un fût dont on pouvait voir dur le couvercle le sigle « produit dangereux », une latte en plastique, un madrier en bois…

Et au milieu de tout ça, les dauphins, permanents compagnons de voyage qui continuent à nous ravir.Dernière nuit en mer, devant nous Belle Isle est à 13h. Quelle belle navigation, même si la pétole de la nuit dernière nous a un peu fatigués, tant nous devions en permanence surveiller les réglages et les caprices d’elle. Notre JPK va bien. Nous n’avons qu’une vague idée de notre classement, mais nous savons que nous marchons pas trop mal. Merci aux organisateurs d’avoir eu l’idée de cette course. Les conditions très douces l’ont rendue plus facile … Le 11ème méridien c’est loin ! »

Pierrick Penven : vainqueur en solo sur la Cap 45/11

« C’était une super course, super intense avec beaucoup d’options. La météo nous a mis plusieurs dorsales sur la route, des grosses, des petites, … Il y a eu des choses très contrastées. Cette course est une excellente préparation avant d’attaquer une transat. Le fait de devoir aller chercher une longitude (et non une marque) change beaucoup de choses. Ça demande beaucoup de réflexion car on peut faire ce que l’on veut. »

La Cap 45/11 a démontré le bien-fondé de son concept et va vite trouver sa place dans le calendrier des Championnats UNCL Manche – Atlantique 2021.

Informations et résultats complets : http://srr-sailing.com/s/11972/45.5

 

 

Gascogne 45/5: 350 milles dans le Golf de Gascogne

Conçue essentiellement pour les Duos, la flotte la plus représentée (23 IRC1, 15 IRC2) et les Solos, l’épreuve était aussi ouverte aux équipages.

Ces derniers se sont élancés avec les 16 solos, suivis de la flotte des duos IRC1, puis des duos IRC2 en quatrième départ, pour un parcours de 350 milles qui leur demandait d’aller virer la même bouée météo dans le Golf de Gascogne avant de revenir vers La Rochelle.

Là aussi, le manque de vent a vite créé des écarts. Les options sud ou nord se sont vites dessinées et des petits groupes se sont créés. Après une première nuit difficile, selon les témoignages de certains coureurs, la flotte de la 45/5 se dirigeait lentement vers La Rochelle. Sur l’ensemble du plan d’eau les conditions sont calmes et les vitesses affichées de 5 à 6 nds. Seul Akela reste rapide avec une moyenne de 7 nds. Derrière, la pétole s’installe. Ils seront plusieurs à en faire les frais et abandonner.

Et le premier, toutes classes confondues en temps réel est Akela, l’Akela 50 d’Hervé D’Arexy et son équipage, qui a franchi la ligne à 12H01 le 5 juin, dans quelques petits noeuds de vent. A 40 nautiques derrière, ses poursuivants les plus proches ont mis de longues heures pour achever leur course.

Un coup de chapeau au solo Alexandre Ozon sur son Sun Fast 3300 Sapristi qui s’impose dans sa catégorie, devant Festa 2 un autre Sun Fast 3300 mené par Jean François Hamon et devant le JPK 10.30 Wasabi de Stéphane Bodin.

Chez les double IRC1, Sna-Numerobis mené par Jean Passini et Dominique Dubeau, l’emporte devant Pour Aster Bretagne (Pascal Bernede et Eric Chalaux), Patrice Carpentier et Jaekel Alix sur le JPK 9.60 Group 5 sont eux en troisième position.

Le duo composé d’Eric Guigne et Tanguy Caron sur leur Sun Fast 3600 Ose Ladybug prend la tête de la flotte des IRC2, suivis du JPK 10.80 Timeline (Jérome Huillard d’Aignaux /Jean Baptiste Vezin) suivi d’un autre Sun Fast 3600 Spritz mené par Bertrand Le Marec et Yann Dube.

Treize bateaux répartis dans les différentes catégories ont abandonné. Tous sont arrivés à bon port.

Le club Rochelais a de nouveau résonné des retrouvailles des régatiers. Et une fois la course refaite, on commençait à parler de la suite de la saison et des projets 2022.

Les organisateurs étaient heureux d’avoir pu mettre en commun, dans le contexte actuel, leurs forces et leurs moyens pour offrir aux passionnés de course offshore une opportunité de naviguer au large dans les meilleures conditions.

Une belle montée en puissance et un entraînement parfait pour les doubles et les solos qui partiront fin août sur la Transquadra ou au printemps prochain sur la Cap-Martinique.

La Cap 45/11 a démontré le bien-fondé de son concept et va vite trouver sa place dans le calendrier des courses IRC.

Informations et résultats complets : http://srr-sailing.com/s/11982/45.11

Au Large de Saint Tropez : Quelle édition !

Une belle aventure qui consacre le Duo Adrien et Robin Follin sur THE SURFRIDER GM5 et Arnaud Vuillemin sur JUBILATIONS en Solo

Après le report et l’annulation de plusieurs courses, cette 11ème édition de l’épreuve, organisée par la Société Nautique de Saint-Tropez (SNST), a enfin permis aux concurrents de retrouver leurs marques et de s’entraîner en compétition.

Trente-deux voiliers IRC répartis en deux groupes, 11 solos et 21 doubles, se sont élancés le mercredi 2 juin pour un parcours de 400 nautiques de Saint-Tropez – tour de Corse par l’Ouest, Bonifacio et retour, avec des conditions très variables. Une météo capricieuse qui, passant du petit temps à 30 nds, a permis à chacun de faire preuve de stratégie. Une très bonne mise en jambe pour les marins mais également pour le bateau et toutes les combinaisons de voiles ont été utilisées.

La première nuit de traversée fut la plus difficile avec une zone de dévent liée aux montagnes corses, et quelques abandons sont à noter. La remontée par le versant Est puis le retour du Cap Corse jusqu’à Saint-Tropez fut moins fastidieuse mais trèss combative.

Hormis pour HBF Reforest Action, le Class 40 de Kito de Pavant largement premier en temps réel, le suspens était à son comble tout au long de la course avec une flotte homogène jusqu’au bout et la majorité des voiliers se sont succédés à l’arrivée le soir et la nuit du samedi 5 au dimanche 6 juin 2021.

En double la victoire revient au Sun Fast 3300 Surfrider GM5 avec les frères Adrien et Robin Follin, suivi du Sun Fast 3200 Epsilon et du JPK 10.10 Télémaque 2 :

« C’est une très belle course, je suis content de cette première épreuve qui l’est aussi avec notre nouveau Sun Fast 3300. C’est également notre première course en double avec mon frère Adrien, et nous nous sommes bien débrouillés ! Avec des conditions météo difficiles car très variables, nous avons été audacieux dans nos choix tactiques et cela s’est révélé payant ! Que du positif ! »

Chez les solitaires, c’est le JPK 10.10 Jubilations d’Arnaud Vuillemin qui gagne en temps compensé devant Télémaque 3 avec Eric Merlier et Furtif de Gérard Guilly :

« 400 Nautiques, c’est une sacrée aventure, je suis heureux de finir premier en temps compensé ! Ce qui est dur, c’est le sommeil qu’il faut gérer. Après une mer démontée dans les bouches au Sud Corse, je vais m’asseoir et je me suis assoupi pendant, je ne sais pas, deux heures. Je n’entendais pas l’alarme qui sonnait et le bateau est parti en marche arrière. Je me suis réveillé en sursaut et j’ai fait demi-tour et repris la course. »

 

Lors de la remise des prix, les concurrents ont fait part de leur bonheur d’avoir participé à cette première épreuve de la saison inscrite au calendrier des Championnats IRC Méditerranée, et tous ont apprécié le travail de la SNST qui a oeuvré efficacement pour l’organisation et le suivi de la course jour et nuit.

Remise des prix SNST 2021

Classements : http://www.societe-nautique-saint-tropez.fr/snst/evenements/aulargedest-tropez/

 

Classement temps réel :

Doubles : HBF REFOREST ACTION (Kito de Pavant – Gwen Gbick) SN GRAU DU ROI

Solos : SOLENN FOR PURE OCEAN (Ludovic Gérard) CNTL

 

Classement final en temps compensé :

Groupe DOUBLES :

SURFRIDER GM5 (FOLLIN Adrien et FOLLIN Robin) CN SAINTE MAXIME

EPSILON (RAMEIL Jean – OLGIATI Christophe) CN Marine TOULON

TELEMAQUE 2 (HENRI Sébastien – BORDES-LARIDAN Victor) SNMarseille

Groupe SOLOS :

JUBILATIONS (VUILLEMIN Arnaud) YC CAMPOLORO

TELEMAQUE 3 (MERLIER Eric) YC EMBIEZ

FURTIF (GUILLUY Gérard) SR ANTIBES

 

Prochains rendez-vous le 16 juin pour le départ de la Rolex Giraglia Cup Offshore et le 28 juin pour la Corsica Med organisée par le CNTL.

Retrouvez le programme complet des Championnats UNCL 2021 Méditerranée ci-dessous :

https://www.uncl.com/courses/mediterranee/mediterranee-equipages/#toggle-id-1

 

Organisation :
Société Nautique de Saint-Tropez

Président : Pierre Roinson
Directeur du Comité de Course : Georges Korhel

 

Communication:

Chloé de Brouwer
Chargée de communication

Accréditations- photos et images vidéos sur demande par mail: communication@snst.org

Photos : Société Nautique de Saint-Tropez

Au large de Saint-Tropez : bon départ pour la flotte des solos et des doubles

Communiqué de Presse SNST
2 juin 2021 

Initialement prévue en avril et reportée pour les classes solos et duos sur le parcours de 400 nautiques, la course « Au Large de Saint-Tropez » est enfin partie ce mercredi 2 juin 2021 !
Avec un vent d’est de 6/8 nœuds, les trente-deux voiliers répartis en deux groupes, ont pris un bon départ à midi devant la Ville de Saint-Tropez.

En lice, beaucoup de navigateurs amateurs, des habitués de courses transatlantiques, des champions en IRC et quelques marins professionnels comme Kito de Pavant ou encore le jeune espoir Robin Follin… vont se mesurer sur un parcours de 400 Nautiques (Saint-Tropez-Tour de Corse par Bonifacio et retour).
Rien n’est joué d’avance dans une épreuve au large et au regard des conditions météorologiques de ces prochains jours qui annoncent un petit temps, chacun devra faire preuve de stratégie tant pour compenser son rating que pour optimiser sa navigation.

Après le report et l’annulation de plusieurs courses, cette première épreuve de l’année pour la Société Nautique de Saint-Tropez – la première de la région- permet enfin aux concurrents de retrouver leurs marques et de s’entrainer en compétition.

Pour ceux qui restent à quai, les balises embarquées à bord permettent de suivre la course en direct sur le lien suivant : http://yb.tl/les400_2021

Entrevues sur le ponton avant le départ au 2 juin 2021

Frédéric Ponsenard sur COCO (Dehler 30 OD): Membre UNCL
4ème participation Pour plus de solos !
« Les raisons de ma participation c’est d’abord et avant tout de se retrouver tous ensemble à naviguer (bonheur décuplé par cette sortie de crise)Pour les projets, personnellement, c’est la transquadra en solo (cinquième participation) dont je prendrai le départ cette année de Lorient, par manque de concurrents en Méditerranée …  Je participe avec un nouveau voilier que j’ai adapté au niveau de la voilure pour les alizés (il va participer à la prochaine Transquadra).  

Même si mon bateau a un rating élevé, je le trouve beau et agréable à naviguer. 
La course Au Large de Saint-Tropez est l’une des rares où l’on voit pas mal de solos ! ça fait plaisir. Habituellement la classe des solos est faible en Méditerranée, c’est dommage, il en faudrait plus qui participent aux courses ! 
La fragilité du navigateur en solitaire fait que les liens se resserrent entre nous. On se contacte pour évoquer nos expériences, se donner des infos …
Il y a une telle ambiance entre nous sur les pontons, c’est sympa, on se retrouve entre potes Humainement, c’est plus chaleureux. »
 
Kito de Pavant et Gwenaël Gbick sur HBF REFOREST ACTION (Tizh 40)
« Petit déjeuner copieux ce matin avec Gwen avec les yeux rivés sur les derniers fichiers météo reçus . La zone de pluie s’éloigne dans l’est et nous laisse espérer un départ au sec…
Et avec un peu de vent ,5 /10 noeuds de Nord-Est, voir plus pour les plus optimistes…Une fois dégagés de la baie de St Tropez nous devrions accélérer en direction des bouches de Bonifacio où nous attend un flux d’Est soutenu.
Mais la 1ere nuit va être compliquée avec une zone de devent liée aux montagnes corses. Cette zone est plus ou moins étendue selon le timing et des écarts importants pourraient se créer dès cette 1ere difficulté.
Après le passage des bouches, il va falloir accrocher le wagon de vent de Sud qui pourrait nous amener rapidement au Cap Corse si les cheminots ne se mettent pas en grève.
Une fois le rocher de la Giraglia passé
On pourra compter du du vent de Nord est irrégulier jusqu’à St Tropez
Ça c’est la théorie…
On vous racontera la version officielle au fur et à mesure. »

Ludovic Gérard sur SOLENN FOR PURE OCEAN (JPK10.80) : Membre UNCL

Préserver les océans !
« Habitué de faire les courses en double, je me teste pour la première fois en solitaire. Je prépare la Transat Cap Martinique et ainsi cette épreuve me permettra de me qualifier et de voir si je peux la faire en solo…  Depuis deux ans, je cours pour la Fondation Pure Océan pour promouvoir la préservation des océans. Nous sommes plusieurs coureurs à soutenir l’association et à en être les ambassadeurs. L’objectif étant bien entendu de lever des fonds et de trouver des mécènes pour cette cause.
Une campagne de distribution de sacs « la goutte bleue » est en cours tout le mois de juin. Ce sac permet de ramasser les déchets dans la nature, la plage et en mer. »

Eric Merlier sur TELEMAQUE 3 (JPK 10.30) : Membre UNCL
A participé à toutes les éditions en solo depuis 2016Vainqueur de l’édition 2018 en solo
« Enfin on va re naviguer ! courir avec les copains, se faire plaisir. C’est la plus belle course, la plus sympa et en même temps la plus dure ! Le parcours Saint-Tropez- Tour de Corse- Saint-Tropez est à la fois magique et compliqué mais on vient pour ça : se faire plaisir et se faire mal. Cette année, le report de la course de trois mois va changer la donne. La course devrait être plus facile car les journées sont rallongées et il fait beaucoup moins froid par rapport au mois de mars. Déjà qu’habituellement, la course n’est jamais la même chaque année mais cette année, ce sera encore différents avec les conditions.
Il y a un niveau de folie à cette épreuve, une course à rebondissement où tout le monde est potentiellement un adversaire dangereux »

Facebook de l’épreuve : https://www.facebook.com/AuLargedeSaintTropez
Lien du tracking de la course : http://yb.tl/les400_2021

Organisation :
Société Nautique de Saint-Tropez

Président : Pierre Roinson
Directeur du Comité de Course : Georges Korhel

Nouveau Port- BP 72
83992 Saint-Tropez
LD : 0033(0)4 94 97 90 34

www.societe-nautique-saint-tropez.fr/
www.lesvoilesdesaint-tropez.fr/

Communication: 

Chloé de Brouwer
Chargée de communication

Accréditations- photos et images vidéos sur demande par mail: communication@snst.org

Photos : Société Nautique de Saint-Tropez

Au large de Saint-Tropez : J- 2 ! Les concurrents enfin sur le pont, prêts à en découdre

Rubrique: Voile/ Course au large

Communiqué de Presse 31 mai 2021

Photos : Société Nautique de Saint-Tropez

A deux jours du départ de la course au Large de Saint-Tropez 2021, l’heure est aux derniers préparatifs pour les trente-deux voiliers engagés.

32 voiliers sont inscrits à cette belle épreuve au large qui cette année se court en double ou en solitaire sur un parcours de 400 nautiques sans escale (Saint-Tropez, tour de corse et retour).

Sous la houlette de Georges Korhel, le comité de course ne ménage pas ses efforts pour que l’épreuve se déroule dans les meilleures conditions et dans le respect des consignes sanitaires ! Ainsi, les confirmations d’inscription sont dématérialisée et se feront uniquement par e-mail. Il n’y aura pas d’accueil à la SNST (à l’exception du briefing en deux groupes (les duos puis les duos) le 1er juin 2021).

Les concurrents qui s’amarrent dès ce 31 mai 2021 au Port de Saint-Tropez, doivent respecter les règles de distanciation physique, port du masque, gel hydro alcoolique et ne pas faire de rassemblement.

Après l’annulation de plusieurs épreuves ces derniers mois, tous les marins, amateurs et professionnels, ont hâte de retrouver la mer, la compétition, impatients de prendre le départ de la course au Large de Saint-Tropez, le 2 juin vers midi…

Du côté des concurrents, l’engouement est au rendez-vous !

Premières entrevues :

Kito de Pavant et Gwenaël Gbick sur HBF REFOREST ACTION (Tizh 40) Port Camargue – Première participation Kito (habitué des : « il y avait au moins une course au large que je n’avais pas faite (Au large de Saint-Tropez) … et voilà c’est fait !C’est notre première course de l’année avant de participer à la Rolex Giraglia et la Corsica Med, Palerme Monaco. Puis ce sera au tour de la Transat Jacques Vabre en Normandie.

Nous avons besoin de s’entrainer, d’être en compétition, de subir les conditions météo… On est là pour ça !!!

Sur cette épreuve, on est un peu le vilain canard car notre bateau est plus gros mais avec un rating épouvantable. Mais c’est le jeu : sauver le rating ! et si les conditions sont bonnes, on peut y arriver, ça devient intéressant et c’est sympa de gagner (à la quadra solo, nous avions réussi à gagner quatre manches…).

En lice, il y a de bons bateaux avec de bons ratings, on va jouer avec ça et nous espérons qu’on ne va pas se faire claquer par la pétole… Pour cette épreuve Au large de St-Tropez, j’aimerais bien un jour voir plusieurs Class 40 en lice. Cette course pourrait faire partie d’un circuit de la Classe. » Gwenaël Gbick « ce qui est intéressant en Méditerranée c’est qu’il y a toujours du suspens avec les conditions météo… »

Antoine et Julien Lacombe sur BIDIBULLE POWERED BY COR2ED (JPK 10.10) – Première participation : « Nous sommes en pleine préparation pour la Transquadra qui partira le 13 Août prochain de Marseille. Notre participation aux 400 miles de Saint Tropez en plus d’être la parfaite course de préparation est aussi qualificative pour la TSQ. C’est notre première participation et nous ferons tout notre possible pour être à la hauteur de la réputation grandissante de cette belle course. »

Damien Despierres BLUEONE (First 31,7) – Première participation – Port Camargue : « Je viens à cette épreuve pour m’amuser et me confronter aux copains. J’ai participé à la Quadrasolo (Marseille-Porquerolles) en 2020 que j’ai remporté avec ce bateau. Mon objectif est de faire un bon classement pour le Championnat IRC de Méditerranée Solo. Nous n’avons quasiment pas navigué ces derniers mois donc c’est un peu plus compliqué d’autant que ce sera ma première longue course en solo… »

Frédéric Ponsenard sur COCO (Dehler 30 OD) – 4ème participation – « Les raisons de ma participation c’est d’abord et avant tout de se retrouver tous ensemble à naviguer (bonheur décuplé par cette sortie de crise) Pour les projets, personnellement, c’est la transquadra en solo (cinquième participation) dont je prendrai le départ cette année de Lorient, par manque de concurrents en Méditerranée … »

Jean Rameil Christophe Olgiati SUR EPSILON (Sun Fast 3200) – Première participation pour l’équipage en double Après presque un an sans régater en IRC – « Epsilon a participer à la Quadrasolo 2020), la Société Nautique de Saint-Tropez lance la saison. C’est une formidable épreuve en Duo tant sur le plan sportif qu’humain sur un plan d’eau remarquable. Christophe et moi avons hâte de prendre le départ puis Epsilon va enchaîner avec la Giraglia et la Quadrasolo. Merci d’avance à la SNST !»

Guy Claeys sur EXPRESSO (JPK 10.30) Membre de la Société Nautique de Saint-Tropez, Guy est un sérieux adversaire puisqu’il a déjà remporté plusieurs courses de Méditerranée en solo et duo (3 fois vainqueur en double du championnat IRC de Méditerranée et une fois en solo) :  « Voilà la réouverture de la saison voile régates 2021 qui démarre avec les 400 nautiques de mon club SNST, j’ai hâte de prendre le départ. Il y a pas mal de bons concurrents à cette belle épreuve qui tourne autour de la corse avec plein de variations. Ensuite, je prendrai part à la Rolex Giraglia en double avec mon équipière Sandrine et à la Corsica Med qui part de Marseille fin du mois de juin en direction de Macinaggio, avec un retour en solo. Bref que de la belle voile avec mon spi aux couleurs de la Société Nautique de Saint-Tropez, ça promet ! »

Romain et Jean-Marie Vidal et sur JASON (J99) La Grande Motte – Première participation : « Après la frustration, nous sommes heureux de pouvoir à nouveau naviguer en compétition. Nous avons acheté un bateau pour refaire la Transquadra (participation en 2014-2015) mais la course a été reportée. Ce sera notre première épreuve avec ce voilier que je trouve élégant et maniable même si le rating est moins bon que les JPK par exemple. Le but est de se faire plaisir et de participer à une course qui n’est pas des plus faciles car le Tour de Corse peut être difficile surtout pas petit temps… »

Laurent Camprubi SUR JEANNE (JPK 10.30) Troisième participation, 2 fois deuxième (battu en 2016 de 15 secondes, en 2019 de 3 secondes… – « C’est peut-être pour cette année) Ce sera ma seule régate avec mon JPK 10.30 pour 2021 car j’ai la chance d’avoir intégré le Team Full Save de Jean-Pierre Balmes pour participer à la prochaine Transat Jacques Vabre en Class 40. Le bateau actuellement en chantier à La Ciotat sera mis à l’eau vendredi prochain, et je consacrerai donc les prochaines semaines à la préparation de ce beau projet ! »

Arnaud Vuillemin sur JUBILATIONS (JPK10.10) – 5ème participation – « IMPATIENT, c’est le mot pour reprendre les régates, enfin ! Les 400 nautiques, ce sera la reprise pour moi et mon bateau « Jubilations ». Cette régate est le dernier gros rendez-vous avant le départ du bateau pour Lorient et la Transquadra que je fais en solo cette fois-ci. Mes dernières régates en solo en IRC datent de 2019 avec de beaux podiums sur le championnat IRC solo et une place de 2ème du championnat. Mais ces résultats datent un peu maintenant, j’ai un peu le trac de la reprise… »

Emmanuel et Sophie Santelli sur MANUREVA CALVI (JPK 10.10) – première participation – « Cela fait plusieurs années que nous souhaitions faire la course et là, c’est bien tombé ! Nous sommes naviguons en couple (mariés). Nous avons gagné les Voiles sur King of Blue en 2020, le Championnat IRC en équipage avec Guy Claeys en 2017, le championnat du monde de J70 en 2017 et nous faisions partie de l’équipage sur le TP52 Alizee de Laurent Camprubi qui a aussi remporté le championnat IRC de Méditerranée en 2018. C’est notre première course avec ce bateau donc on va voir le résultats de notre hiver… »

Caroline Petit et Emmanuelle Blivet sur MOOGLI (Dufour 36) – Première participation – Saint-Tropez Membre de la société nautique depuis plus de 20 ans, Caroline Petit a d’abord navigué avec son père, Jacques, avant de reprendre les rênes toute seule. Elle a désormais son bateau, basé à Saint-Tropez, un Dufour 36 performance dénommé Moogli : « Avec ma Co-équipière, Emmanuelle Blivet, nous avons le projet de participer en double à la TRANSQUADRA, course transatlantique qui aura lieu en Aout 2021 et février 2022 en 2 étapes. Marseille Madère puis Madère Martinique. Ces 400 Milles font office de Prologue et d’entrainement. Nous formons le seul équipage féminin sur ces courses. »

Jean-Luc Hamon et Patrick Rouvier sur RAGING BEE (JPK 10.10) – Première participation à cette course : « Nous avons hâte de régater car notre dernière course date de 2020 ou nous avons participé à la Middle Sea Race (3ème en IRC 6).  Nous devrions poursuivre ensuite en équipage à la Rolex Giraglia et les épreuves du Championnat IRC. Nous avions remporté le championnat IRC de Méditerranée en équipage en 2019 et c’est la première fois qu’on naviguera en duo. »

Nicolas Mourard sur WASABII (Figaro 2) – remière participation : « J’ai participé à d’autres courses au large comme la QuadraSolo, la DuoMax mais c’est la première avec ce bateau, un Figaro 2 que j’ai trouvé à l’abandon en Martinique et retapé entièrement depuis un an. Nous allons lui donner une 2ème vie ! Cette course me permet de qualifier ma personne et le voilier en vue de la course Transatlantique Cap Martinique qui se déroulera en mai 2022. Je suis heureux d’être là, de retrouver mes copains de régate. De belles conditions sont annoncées pour mon bateau… »

 

Facebook de l’épreuve : https://www.facebook.com/AuLargedeSaintTropez

Instagram : lanautiquesainttropez

 

Organisation :

Société Nautique de Saint-Tropez

Président : Pierre Roinson

Directeur du Comité de Course : Georges Korhel

Communication:

Chloé de Brouwer

Chargée de communication

 

Report du Championnat d’Europe IRC 2021

Malgré les mesures de déconfinement annoncées, les contraintes sanitaires générales imposées aux organisateurs pour la reprise des manifestations nautiques en équipages à partir du 9 juin ne permettent pas l’accueil et l’organisation par le COYCH du Championnat d’Europe IRC en rade de Hyères sur les dates annoncées du 22 au 27 juin 2021.

Nous sommes donc contraints avec regrets de reporter l’organisation de l’épreuve à l’Automne 2021. Les dates précises vous seront communiquées prochainement.

Nous espérons vous retrouver encore plus nombreux et vous souhaitons à toutes et tous une belle reprise de la navigation en équipage.

Site internet du COYCH : https://www.coych.org/regate/europeen-irc-2021/

Sportivement,

L’équipe d’organisation

LES REGATES NAPOLEON – 2éme EDITION DU MARDI 25 AU DIMANCHE 30 MAI 2021

L’association Corsica Classic Yachting a l’honneur d’ouvrir le bal des régates en Corse en cette année 2021. Cette deuxième édition des Régates Napoléon réunit les plus beaux voiliers classiques – et modernes – dans l’enceinte du port Tino Rossi à Ajaccio durant 5 jours, du mardi 25 au dimanche 30 mai 2021.

Cette jeune régate sur le circuit de Méditerranée – jauge CIM et IRC -, devient, suite à toutes les annulations des épreuves amateurs d’avril et mai, la première régate de la saison pour les habitables amateurs.

En raison des restrictions sanitaires, seulement 50 régatiers privilégiés auront la chance de goûter aux joies de la navigation en course lors de cette épreuve. La condition sine qua non d’entrée en Corse requiert un test PCR  négatif obligatoire, et fait foi de passeport sanitaire pour tous les participants à la régate.

Grâce au soutien de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Corse, de la Région de Corse et de la ville d’Ajaccio, cet événement dédié à l’art de la navigation et à l’art de vivre pourra voir le jour et ouvrir la saison d’été.

Le fait que la Chambre de Commerce et d’Industrie de Corse soit le partenaire officiel de cet évènement s’est avéré être une évidence. L’association est particulièrement heureuse d’avoir pu travailler en partenariat avec le soutien de la CCI de Corse qui a su s’adapter aux attentes d’une telle manifestation.

Le concept ? Réunir des passionnés de yachting et de la Corse, sur un stade nautique 5 étoiles à une période de l’année où le vent thermique souffle à plein régime pour profiter du soleil et des longues soirées du mois de mai au cœur de la ville impériale.

Les Régates Napoléon invitent les voiliers classiques comme les voiliers modernes à venir concourir dans le golfe d’Ajaccio. Une épreuve inédite pour des passionnés avec des conditions de navigation impériales…

Dans un calendrier 2021 chargé en festivités historiques, les régates sont aussi l’occasion de commémorer le bicentenaire de la disparition de Napoléon dans sa ville natale, la cité impériale. L’occasion aussi de mettre à l’honneur à travers un patrimoine exceptionnel, la longue tradition de nautisme à Ajaccio, où Napoléon amerrit si souvent. Et c’est une flotte historique qui rejoint l’édition 2021 des Régates Napoléon avec en guest star, le légendaire 15mj, SY Tuiga, vaisseau amiral du Yacht Club de Monaco construit en 1909  par le chantier naval William Fife sur le Firth of Clyde en Écosse.

Au programme, 5 jours de régates dans le Golfe d’Ajaccio, avec une flotte amarrée au quai d’Honneur du port Tino Rossi et des animations à terre dans le respect des mesures sanitaires en vigueur.

Les Régates Napoléon sont placées sous le patronage du Yacht Club de France :Créé en 1867 sous l’égide de Napoléon III, le Yacht Club de France a compté parmi ses membres l’explorateur Jean-Baptiste Charcot, Jules Verne et Eric Tabarly. Depuis un siècle et demi, le Yacht Club de France poursuit sa mission de promotion de la navigation de plaisance sous toutes ses formes, en partageant les valeurs traditionnelles du marin : compétence, responsabilité, respect, solidarité, humilité et savoir vivre. Sa prestigieuse « Tape de Bouche », en bronze et bois, sera remise, lors de la cérémonie de clôture, à l’équipage se distinguant pour ces valeurs.

Corsica Classic Yachting Association

www.corsica-classic.com

PROGRAMME :

Lundi 24.05 :

Accueil de la flotte Port Tino Rossi

Mardi 25.05 :

9h – 17h Inscription
19h  – Présentation des équipages cocktail et diner de bienvenue.

Mercredi 26.05 :

10h – Briefing
12h – Départ régate I
19h – Remise des prix Trophée de la ville d’Ajaccio, cocktail.

Jeudi 27.05 :

10h – Briefing
12h – Départ régate II
19h – Remise des prix Collectivité de Corse, cocktail, Port Tino Rossi.

Vendredi 28.05 :

10h – Briefing
12h – Départ régate III
19h – Remise des prix partenaires, cocktail, Port Tino Rossi.

Samedi 29.05 :

10h – Briefing
12h – Départ régate IV
19h – Remise des prix partenaires, cocktail, Port Tino Rossi.

Dimanche 30.05 :

10h – Briefing
12h – Départ régate V
19h – 21h Remise des prix Chambre de Commerce et d’Industrie de la Corse, cocktail, diner de gala Port Tino Rossi.