La Duo Demi Clé 2019, une belle participation et de beaux vainqueurs !

Organisée par L’ACL (Atlantic course au large) , cette 5eme édition de la Duo Demi clé , course en double semi-hauturière, les 4 et 5 mai à Port Louis, enregistrait 32 concurrents au départ.

Cette année encore, les participants étaient de très haut niveau pour cette manche du championnat UNCL Duo Manche-Atlantique , avec un parcours de nuit. Régate de haut niveau , donc ; 33 bateaux inscrits , 32 classés . 4 pays de l’Union Européenne représentés ( Belgique, Suisse , Italie, Allemagne) C’est un record !!!

Une bonne douzaine de bateaux peuvent espérer remporter le championnat. Pour cette édition, sur la Demi Clé on retrouvait parmi les concurrents, de nombreux habitués, le vainqueur de l’année dernière AD HOC , un double vainqueur CAVOK et le vainqueur du spi Ouest 2019 LS RESA… Le duo François Moriceau et Christophe Waubant à bord du JPK 10.10 MARY remporte cette 5 eme édition de la Duo Demi Clé 2019 devant le JPK 10.30 LEON de Jean-Pierre Kelbert et Loic Merlin ainsi que le Sun Fast 3200 ZEPHIRIN composé du duo Pierrick Penven et Thomas Meunier.

Résumé de la Course

Samedi à 16H05, ce sont 32 bateaux qui prenaient le départ, après cette entrée en matière ensoleillée quoique tonique dans un vent frais de force 5, les concurrents prenaient la direction de la pointe de Penmac’h avec BOUZNIK de François Valraud en tête. Surveillée de près par notre bateau accompagnateur, toute la flotte menée par 3 Figaro 2 -Groupe 5, Ali et C Magic- passait l’archipel de Glénan vers 19h30 .

A 1H15, à un rythme effréné, les Figaro 2 toujours en tête devant les IRC double, étaient déjà de retour à Groix. Le pointage à Bastresse à 2H donnait CMAGIC, ALI, GROUPE 5, LS RESA, CIAO CIAO. Au passage des Birvideaux, pas de gros changement mais les Figaro 2 perdaient un peu de terrain.

Les Chats à 5H20 ! Le vent molissant, ça se corsait et rien n’était joué pour le classement final avec des Figaro 2 moins à l’aise dans ces conditions et des IRC qui revenaient très fort.

A quelques encablures de l’arrivée, le Sun Fast CIAO CIAO de Paolo Mangione prenait la tête avec le JPK 10,80 LS RESA dans son tableau arrière. Beau suspense et belle bagarre finale pour remporter le classement au temps réel !

A 6H37 le Sun Fast CIAO CIAO franchissait la ligne en vainqueur et remportait cette cinquième édition de la Duo Demi clé devant LS RESA, GROUPE 5, LEON, C MAGIC, TIP, MARY, ALI, OCEANOVOX, PAPILLON CONTRE L’ECZEMA etc.. Une belle victoire en famille pour Paolo Mangione et Mattéo son fils en temps réel.

le Voilier Ciao Ciao lors de l’arrivée de la Duo Demi Clé 2019. Vainqueur en temps réel

De nombreux partenaires fidèles, une vingtaine de bénévoles ont contribué au succès de la Duo Demi clé cinquième du nom , 1er événement de la fête de la mer de notre cité maritime Port Louis. Cette année encore, l’esprit convivial et sportif de cette édition a été au rendez-vous… Vivement l’édition 2020 ! Félicitations a Michel Borne et Sylvain Pontu pour cette très belle édition !!

Le trio gagnant sur le podium: Mary, Léon, Zephirin autour des organisateurs, de Michel Borne et du Depute de la mer, venu en voisin: Jimmy Pahun

Tous les Classements sur : https://www.atlantic-course-au-large.com/

Contact
Sylvain.pontu@gmail.com

www.facebook.com/courseduodemicle

Retrouvez toutes les images réalisées par @Piwisy Armor ici : http://piwisyarmor.over-blog.com/2019/05/duo-demi-cle-2019.html?fbclid=IwAR0p5sg_tlIBC8HchDQ2B3u8xlHJkSTP7IiXM4e-ukT2DFPQVEZwe1w0SRU

Communiqué de presse : Duo Demi Clé

WALILI, HOKUA, AMARYS et PROJET ENVOL remportent les 900 Nautiques 2019

La 10ème édition de la course au large « Les 900 Nautiques » organisée par la Société Nautique de Saint-Tropez a connu pas mal de rebondissements et confirme son statut de grande course au large, la plus longue sans escale en Méditerranée ! Du départ retardé face aux prévisions météorologiques difficiles entre les îles et le continent et la neutralisation de la course pour les solitaires et les duos à mi-parcours, la course et l’arrivée des Imoca à Saint-Tropez… cette course de guerriers a offert toutes les conditions de navigation et n’a pas déçu les amateurs de grandes sensations !

Première grande course au large en Méditerranée sans escale, Les 900 Nautiques lance la saison du Championnat UNCL Solo et Duo et lance les équipages dans le grand bain.

Sur la trentaine de voiliers inscrits, face à l’avis de grand vent annoncé sur le parcours, vingt-huit voiliers ont pris le départ dimanche 24 mars 2019. Entre petit temps et gros temps, les concurrents n’ont pas chômé et face au vent tenace d’Est et à la forte houle depuis le sud de la Corse, la direction de course menée par Georges Korhel a décidé de neutraliser la course et d’établir un classement à la porte sous l’île pour les groupes solos et duos. Ainsi, dans le groupe des solitaires, Franck Paillet sur HOKUA VILLE DE LA LONDE l’emporte pour la seconde année (victoire en 2017) devant Laurent Camprubi sur ALKAID 3 et Arnaud Vuillemin sur JUBILATIONS. Du côté des équipages en double, le duo père fils, Richard et Marius Delpeut, remporte la victoire sur WALILI devant le duo beau-père / beau fils, Olivier Romand et Julien Bour sur JOOPE et le tandem Damien Lapauw et Yannick Blandin sur STARDUX.  Du côté des équipages, l’équipe d’Eric Vinay sur AMARYS a réussi à terminer et se classe premier !

Dans le groupe des IMOCA, Clément Giraud sur PROJET ENVOL prend la première place du podium devant Hugues et Jean-Guillem Destremau sur FACEOCEAN. Marius Delpeut reçoit le Trophée perpétuel Lionel Péan offert au plus jeune concurrent de la flotte. Une très belle course au large qui prend un bel essor ! Un très bon entrainement et une validation pour les futures courses transatlantiques, les solitaires et cette année les coureurs de la classe IMOCA !

« C’est une course de sangliers ! » Hugues Destremau sur FACEOCEAN

« On a vécu nos 40ème rugissants ! » Frank Paillet vainqueur en solitaire

« C’est une course de Bucheron ! » l’équipe d’AMARYS vainqueur en équipage

« C’est la seule course au large en Méditerranée, un véritable challenge où rien n’est jamais gagné ou perdu d’avance ! »

WALILI, HOKUA, AMARYS et PROJET ENVOL remportent les 900 Nautiques 2019

Lors de la remise des prix, en présence du Directeur de course, Georges Korhel, du Président du comité de course, Jean-Pierre Mannetstatter, du Président du Jury, Jean André Cherbonel, du représentant IRC de Méditerranée, Yves Ginoux et du parrain de l’épreuve, Lionel Péan, le Président de la Société Nautique de Saint-Tropez, Tony Oller a tenu à remercier son équipe, les bénévoles, le comité de course ainsi que tous les concurrents qui « viennent pour en prendre plein la face mais qui aiment ça ». Avec une pensée toute particulière pour l’équipage en double de Bernard Couston et Pierre Ortolan qui, suite au démâtage du voilier, ont été pris en charge par la SNSM de Bonifacio avant d’être hélitreuillés en mer par l’escadron de Solenzara au Nord de la Sardaigne.  Georges Korhel a ensuite transmis un message de Pierre Ortolan « merci à tous les coureurs et organisateurs pour leur soutien ! A bientôt sur l’eau.»


Trophée Perpetuel Lionel Péan à Maruis Delpeut

Lorsque l’ancien Président de la Société Nautique de Saint-Tropez, André Beaufils, a demandé à Lionel Péan d’être le parrain de la course au large, il n’a pas hésité une seule seconde. Investi depuis la première édition, Lionel Péan a décidé de créer un Trophée perpetuel Lionel Péan destiné au plus jeune équipier. Le Trophée est un sextant appartenant à sa famille et où sera gravé chaque année le nom du plus jeune participant. Cette année, c’est le co-équipier et fils de Richard Delpeut, Maruis Delpeut (23 ans) qui verra son nom en premier gravé sur le coffret en bois. Le trophée restant au Club, il a reçu une assiette gravée Trophée Lionel Péan.

Ils ont dit :

Frank Paillet sur HOKUA-VILLE DE LA LONDE

« C’est la seule course au large en Méditerranée et un véritable challenge envers toi-même ! Rien n’est jamais gagné ou perdu d’avance ! Je suis content de gagner pour la seconde fois cette course. Comme disait Eric Merlier qui a gagné en 2018 « c’est une course qui se mérite ». Nous avons vécu un peu nos 40ème rugissants comme peuvent le rencontrer les coureurs au large. Cette année, Bonifacio était très hostile mais j’ai de la chance car la Corse me réussit souvent et me porte chance ! (plusieurs victoires corses). Cette victoire me donne plus de motivation à participer au championnat Solo en IRC et récupérer mon titre acquis en 2017. 

Richard Delpeut, vainqueur en duo sur WALILI avec :

« Très content d’avoir pris le départ malgré la météo incertaine ! Très belle navigation pour une première avec mon fils où on a eu aussi bien du petit temps que du gros temps ! La cerise sur le gâteau c’est de gagner la course !

Eric Vinay, vainqueur en équipage sur AMARYS:

« Bravo et merci !! C’est une très belle course de bucherons ! On était venu pour préparer une transat et on n’est pas déçu ! Nous avons tout eu : le plaisir de la navigation (avec des moments plus difficiles), un très bon accueil du Club et le parcours… On s’est régalé ! On s’attentait à ça (difficile) donc on est très heureux !

Clément Giraud, premier groupe IMOCA

« Je suis content d’avoir testé le bateau dans des conditions dures, alors que je suis encore en phase de découverte. Il y a quelques bricoles à faire mais rien de grave. J’ai testé toutes les configurations de voiles et déchiré légèrement mon J2 (la voile d’avant la principale du bateau). Je suis aussi satisfait du rythme que j’ai trouvé. C’était l’un de mes objectifs. J’ai un peu forcé à un moment, quand j’ai manœuvré toute la nuit, mais j’ai pu retrouver le rythme après. Je dois progresser vraiment sur la navigation pure. Faire la relation entre les fichiers météo, les routages et les conditions réelles. Surtout en Méditerranée où on n’a jamais le vent annoncé… Je dois me faire davantage confiance en stratégie, en tactique ».

Hugues et Jean-Guillem Destreau sur FACEOCEAN :

« Ça a été une vraie course de sangliers! Une super épreuve avec des conditions variées. On a vu de la grosse brise au tout petit temps et découvert des paysages magnifiques. Avec trois IMOCA de la Région Sud sur cette édition, On espère voir les bretons et les autres nous rejoindre dès l’année prochaine. Merci à l’organisation qui a su trouver un parcours adapté à une météo très capricieuse »

Retour en images sur le passage au niveau des Lavezzi lors des 900 miles de St Tropez avec JOOP, le Sun Fast 3200 qui termine 2ème en duo avec Olivier Romand et Julien Bour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accréditation Presse sur demande : chloe.debrouwer@snst.org
Photos libres de droit avec copyright SNST

Sites internet :

http://www.societe-nautique-saint-tropez.fr/

http://lesvoilesdesaint-tropez.fr/

Facebook(s) SNST :

www.facebook.com/societenautique.desainttropez

www.facebook.com/VoilesDeSaintTropezOfficiel

www.facebook.com/900NautiquesSNST/

www.facebook.com/DamesdeSaintTropez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’édition 2019 de la Douarnenez – Horta – Douarnenez s’ouvre aux amateurs IRC

Course habituellement réservée à la Classe Figaro, l’édition 2019 qui se déroulera du 21 juillet au 18 août, au départ et à l’arrivée de Douarnenez, accueille pour la première fois les IRC et Figaro 2 en équipages, doubles et solitaires, en parallèle des tout nouveaux Figaros 3.

Habituellement le grand rendez-vous estivale de tous les ténors de la Classe Figaro, l’édition 2019 innove puisqu’en parallèle de la Douarnenez Horta Solo qui accueille les nouveaux monotype Figaro Bénéteau 3, une épreuve inédite s’ouvre aux amateurs de la classe IRC et aux Figaros 2, qui s’élanceront la veille des solitaires, le 26 juillet. Une excellente alternative à la Transat AG2R qui n’accueillera pas les régatiers amateurs comme l’a annoncé Course au Large.

Cela va permettre à nombre d’équipiers amateurs de découvrir le charme des Açores et pour nombre d’entre eux, de servir de galop d’essai avant la prochaine Transquadra en 2021. Vingt places tout rond. C’est le nombre qui a été fixé par l’organisateur de la Douarnenez Horta – Douarnenez pour les croiseurs IRC en raison des capacités limitées de la marina d’Horta mais aussi pour en faciliter l’organisation comme nous l’explique l’organisation de course : « cela permettra à la direction de course de veiller efficacement sur la flotte et d’anticiper les éventuels changements météo plus efficacement. »

Les inscriptions sont ouvertes : 20 places disponibles

Sont admis à courir les équipages, les doubles et les solitaires en possession d’un certificat IRC valide pour 2019. Chaque catégorie fera l’objet d’un classement spécifique qui sera régie par les règles de la jauge IRC 2019. Les bateaux IRC admissibles doivent être d’une longueur minimum de 8,50m.

François Séruzier, directeur de la course :

« Le fait de vouloir organiser en parallèle de l’épreuve en Figaro Bénéteau 3, une deuxième course réservée aux IRC et aux Figaro Bénéteau 2 ne peut être que bénéfique pour tout le monde. L’escale d’Horta promet d’être riche en échanges de tous bords. »

Les coureurs bénéficieront du savoir-faire d’une équipe d’organisation rompue aux plus grandes épreuves ainsi qu’une ambiance qui marie l’équilibre entre une équipe professionnelle et un pool de bénévoles au savoir-faire indéniable. Une convivialité exemplaire tant au départ, qu’à l’escale et à l’arrivée.

 

Le parcours en 2 étapes :

Au départ de Douarnenez, 2400 milles aller – retour vers une destination mythique Les Açores.

  • Un parcours offrant une variété de situations météo
  • Des étapes tactiques toujours riches d’enseignements
  • Un véritable parcours hauturier idéal pour préparer la Transquadra

La flotte IRC et Figaro Bénéteau 2 sera accueillie dans l’enceinte du Port-Rhu, aux côtés des navires du patrimoine. De nombreuses animations conviviales seront mis en place avant le départ à Douarnenez. L’arrivée à Horta se fera dans un cadre exceptionnel, ou la marina mettra tout en place pour accueillir les régatiers dans les meilleures conditions possibles. Une découverte de l’île de Faial sera proposée aux concurrents durant l’escale pendant les Fêtes de la Mer de l’île, ambiance garantie.

Cette épreuve qui offre un parcours unique sera à regarder de près, elle pourrait rapidement rejoindre les 19 autres épreuves au programme du Championnat UNCL Manche – Atlantique.

Retrouvez toutes les informations sur le site de la course : https://www.douarnenez-horta.com/

Informations pratiques  >> non définitives

Ouverture des inscriptions : 20 places disponibles
Publications des Instructions de Course : 20 juin 2019
Présence des bateaux à Douarnenez : 21 juillet 2019
Départ étape 1 pour les IRC  et Figaro Bénéteau 2 : 26 juillet 2019
Arrivée prévue à Horta : à partir du 2 août 2019
Départ étape 2 : vendredi 9 août 2019
Arrivée prévue à Douarnenez : à partir du 15 août 2019
Remise des prix de l’épreuve : samedi 17 août 2019

 

 

 

 

La Société Nautique de la Trinité sur Mer (SNT), une référence pour nos régates en habitables

La SNT qui est l’un des clubs de voile le plus dynamique en France, organise trois belles épreuves inscrites au Championnat UNCL 2019 Manche – Atlantique Overall et Duo.

Le Spi Ouest-France Destination Morbihan : l’incontournable de debut de saison!

Première épreuve de la saison en IRC organisée par le journal Ouest-France et la Société Nautique de La Trinité-sur-Mer, le Spi Ouest-France est devenu au fil des ans la plus grande régate de voiliers habitables d’Europe au printemps, mêlant amateurs et professionnels, monocoques et multicoques, monotypes et voiliers de série IRC et Osiris Habitable.
En 2018, le Spi a fêté ses 40 ans et près de 400 voiliers ont émargé pour prendre part aux régates organisées dans la baie de Quiberon.

Le Spi Ouest-France se déroulera du 18 au 22 avril 2019 à La Trinité-sur-Mer.

Armen Race by Uship 2019 : Une vraie course au large

Sixième épreuve du Championnat UNCL, qui aura lieu du 30 mai au 2 Juin 2019, cette course est une invitation au large. Le parcours de 320 milles nautiques en équipage ou en double et sans escale, vous emmènera le temps d’un week-end, celui de l’Ascension, en direction la pointe de Penmar’ch et de l’Archipel des Glénan. Le départ et l’arrivée se feront au port de la Trinité sur Mer, facilitant ainsi l’organisation pour les participants. Le parcours sera le même pour toutes les classes IRC, double et équipages ce qui permettra d’avoir un classement OVERALL. Un équipage DUO parviendra-t-il a remporté ce classement ? Cette épreuve est qualificative pour le Fastnet.

La Trinité – Cowes by Actual : une histoire franco-anglaise

La Trinité-Cowes est une invitation à participer à la fameuse course du RORC « Cowes-Dinard » le 12 et 13 Juillet 2019 prochain. Elle espère bien attirer aussi quelques concurrents de Bretagne Nord et quelques anglais. Cette seconde édition se déroulera du 7 au 9 juillet 2019, est ouverte à toutes les classes admises par le RORC pour courir « Cowes-Dinard », en particulier les IRC, les Class40, les Multi… En double ou en équipage, cette épreuve de 350 milles aura pour Directeur de Course Yves Le Blévec.

Malgré les conditions très légères rencontrées lors de la première édition en 2018, tous les concurrents ont aimé le parcours, d’ailleurs d’une simplicité biblique. Une ligne de départ avec le passage de La Teignouse, une ligne d’arrivée. Full stop !

Accueil chaleureux de nos amis du RORC à Cowes en prime…

A noter que L’Armen Race, La Trinité – Cowes et Cowes Dinard comptent pour le Trophée SNT de la course au large

Toutes les inscriptions se font en ligne auprès de la SNT via le lien suivant :

 

Retour en image sur les éditions 2018 du Spi Ouest France et de l’Armen Race

Championnat du monde IRC/ORC 2020

Le Congrès des courses Offshore (ORC), qui s’est tenu à Sarasota en Floride l’été dernier, en coopération avec le Royal Ocean Racing Club (RORC) et l’Union National pour la Course au Large (UNCL), partenaires fondateurs du système de Jauge IRC, ont validé l’accueil de cette compétition par Le New York Yacht Club (NYYC) à Newport, aux États-Unis en 2020.

Ce sera le premier championnat du monde offshore organisé aux États-Unis depuis le championnat du monde IMS en 2000, également organisé par le New York Yacht Club. Les dates retenues sont du 25 septembre au 3 octobre 2020, sous réserve de légères modifications en attendant l’examen par un groupe de travail formé de membres représentant les trois partenaires pour commencer la planification détaillée.

NYYC in 2000 – photo Daniel Forster/New York Yacht Club

« La course au large fait partie de l’ADN du New York Yacht Club », a déclaré le commodore Philip A. Lotz. « Notre Yacht Club situé au bord de l’eau à Harbour Court, combiné aux conditions de navigation exceptionnelles et aux infrastructures maritimes de qualités, offrent ce que nous considérons comme l’un des meilleurs sites de course au large. Le club est très heureux d’accueillir ces Championnats du Monde IRC/ORC dans sa ville natale en 2020. »

A cette occasion, la société Peter & May, spécialisée dans les solutions de transports maritime, premier fournisseur logistique de bateaux de courses pour tous les grands évènements nautiques dans le monde, se prépare à accueillir un grand nombre de coureurs pour ces Championnats du monde IRC/ORC.

Peters & May

« Nous sommes en train de monter deux cargos charters qui permettront de transporter les voiliers de courses mâtés et quillés pour le Mondial IRC/ORC 2020 prévu à Newport (US). Cela permettra de transporter tous les bateaux européens (Nord et Sud) dans de très bonnes conditions logistiques et financières. Pour les voiliers au Sud, un cargo partira de Méditerranée, le port serait Nice ou Gênes. Concernant les voiliers au Nord, le départ se fera par le port de Southampton », nous confie Christine Briand, responsable des évènements sportifs au sein de l’entreprise Peter & May.

Pour tous renseignements supplémentaires, veuillez adresser un mail à l’adresse suivante : christine.briand@petersandmay.com

Le groupe de travail composé des représentants des deux jauges internationales IRC/ORC travaillent actuellement sur les documents de course qui seront communiqués prochainement.

Jean-Luc Van den Heede remporte la Golden Globe Race 50 ans après la première édition

Jean-Luc Van den Heede, célèbre figure de la navigation française en solitaire, a déjà accompli par cinq fois le tour du monde. Il détient le record de vitesse du tour du monde à la voile, en solitaire et sans escale, contre vents et marées et vient de rajouter à son palmarès la Golden Globe Race, une course autour du monde de 30 000 miles, sans escale, sans assistance et en solitaire.

Jean-Luc VDH, 73 ans, 214 jours de mer, monté de multiples fois dans son mat pour bricoler son gréement, résistant aux bernacles, moins de 6 nœuds de moyenne quand Spindrift est à 21 et un tour du monde aux alentours de 40 jours, tout ceci semble sorti d’un autre temps. Et de fait, c’est sorti d’un autre temps puisque la GGR se courrait dans les conditions du Globe Challenge.

Beaucoup a été écrit sur cette course revival, certains la trouvant inepte, la FFV s’y opposant au nom de la sécurité et de ce putain de principe de précaution qui tue les initiatives comme les idées.

Fort heureusement, l’esprit de liberté et de responsabilité individuelle a été plus fort et a permis de renouer avec ce qui est l’essence même de la décision d’un marin de larguer les amarres. En ces temps où le monde numérisé nous fait voir de nouvelles facettes de l’obscurité de l’âme humaine dans une sorte de schizophrénie collective, qu’il est bon de voir que quelques individus ont la détermination de s’affronter au réel dans quasiment le plus simple appareil.

Et tant mieux si ce long voyage ne démontre rien, n’a pas d’objectif ni d’autre sens que l’envie d’une poignée de jusqu’au boutistes d’aller se confronter à eux-mêmes, dans des conditions que la raison pousse à éviter. Car ne nous y trompons pas : avant d’être une aventure maritime, c’est un voyage intérieur et l’histoire, si elle a fait de Robin Knox Johnson un héros, a aussi démontré que tout le monde n’est pas en mesure de l’accomplir (Donald Crawhurst).

Mais VDH l’a fait, alors oui, je l’avoue, j’ai autant d’admiration si ce n’est plus pour VDH que pour François Gabart. Car il faut de sacrées qualités d’Homme (ou de femme, bravo à Susie Goodall) et de marin pour accomplir un tel exploit. Cela aura-t-il un grand retentissement public ? Je le souhaite si c’est pour en tirer des leçons de vie et pas si c’est pour la gloriole personnelle que d’ailleurs VDH n’a jamais recherchée.

Alors, Monsieur VDH, je pense que nombreux sont les membres de l’UNCL qui sont comme moi bouche bée devant un tel exploit. Félicitations et si d’aventure, vos pas vous guident jusque sur les bords d’une Seine bien docile comparativement à ce que vous avez vécu sur tous les océans du monde, nous serions ravis de vous y recevoir simplement. Entre marins.

Toutes les informations de la course : https://goldengloberace.com/fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Philippe SERENON

Président de l’Association des propriétaires de bateaux IRC.

Photo Credit: Christophe Favreau/GGR/PPL

Franck Dubray/Ouest-France

 

Une compétition 100 % Sun Fast en IRC

Les inscriptions pour la première édition de la Sun Fast World Cup sont désormais ouvertes

A l’occasion de la sortie de leur nouveau Sun Fast au printemps 2019, Jeanneau a annoncé la création de la Sun Fast World Cup, compétition en IRC qui se tiendra à la Trinité sur Mer les 6 et 7 avril prochains. Plan d’eau connu de tous les marins, des équipages internationaux se réuniront à bord de Sun Fast 3200 et Sun Fast 3600, bateaux réputés au sein de nos championnats IRC. L’UNCL accueille avec enthousiasme ce nouvel évènement permettant aux nombreux propriétaires de Sun Fast de se mesurer entre eux à travers une belle compétition.

Près de 50 équipages internationaux, composés de 4 à 5 personnes, sont attendus à la Trinité-sur-Mer pour cette World Cup dédiée à la gamme Sun Fast. Vous êtes propriétaire d’un Sun Fast 3200 ou 3600 ? Rendez-vous sur https://www.snt-voile.org/snt-shop/221-Sun_Fast_World_Cup.html pour vous inscrire en ligne !

Atelier IRC

A cette occasion, l’UNCL organisera prochainement un Atelier IRC dans nos locaux sur le thème des Sun Fast 3200 et 3600 avec l’appui du chantier Jeanneau. En effet, Daniel Andrieu accompagné d’un représentant du chantier Jeanneau seront présents pour répondre à toutes les questions de propriétaires et procéder à une analyse détaillée de la flotte. Nous communiquerons plus en détail prochainement.

La Régate Blanche : l’occasion de bien commencer l’année en IRC

La Régate Blanche….Une première… dont le départ sera donné le 1er Février à Antibes et organisée par nos amis de la Société des Régates d’Antibes.

Sans escale, La flotte ira virer l’ile de Porquerolles, offrant au Solo, Duo et Equipage un parcours de 120 miles le long des sommets immaculés des montagnes.

Troisième régate de l’année, hors Championnat UNCL, cette course offrira un bon support de préparation pour les skippers qui souhaitent participer aux 1ere courses au large des clubs voisins.

Retrouvez toutes les informations ici https://sr-antibes.fr/

Retrouvez le Calendrier des Régates IRC 2019 ici https://www.uncl.com/courses/liste-des-regates/

 

Transquadra Madère – Martinique : 10e édition !

La Transquadra se renouvèle toujours et encore avec le soutien de l’Union Nationale pour la Course au Large ! Après Lorient comme nouvelle ville de départ de la flotte Atlantique en 2017, la nouveauté de cette édition anniversaire, la 10e, vient de la Méditerranée : Marseille accueillera la flotte des sudistes ! Plusieurs quadrasailors ont déjà été séduits par cette perspective, 20 à 25 bateaux sont espérés au départ de la cité phocéenne en juillet 2020.

Rendez-vous au Nautic, ce samedi 15 décembre, à 11h30 sur le stand Bretagne, pour la présentation de cette édition anniversaire !

27 ans, 9 éditions à son actif, et la Transquadra Madère – Martinique n’a de cesse de se renouveler ! Après trois éditions au départ de Barcelone, la flotte des sudistes sera accueillie en 2020 par la Société Nautique de Marseille, un club aussi dynamique que coutumier des flottes IRC puisqu’il organise déjà la Quadra Solo et, bien sûr, la SNIM.

Se rapprocher géographiquement des coureurs

La Transquadra Madère – Martinique a toujours été extrêmement bien reçue à Barcelone. Cependant la distance entre le port catalan et les sites de navigation français, italiens et suisses n’a pas facilité la mobilisation des quadrasailors méditerranéens ces dernières années. Il devenait impératif de se rapprocher géographiquement des coureurs tricolores, mais aussi transalpins et helvètes.

« Au fil des éditions, le nombre des concurrents au départ de Barcelone se réduisait, tandis que des coureurs nous demandaient d’organiser un départ depuis un port français afin de pouvoir s’entrainer sur le plan d’eau du début de l’étape.  Nous nous sommes donc rapprochés de Marseille et de « La Nautic » avec qui le contact a été immédiatement facile et constructif. La Transquadra Madère – Martinique y a reçu un accueil très enthousiaste ! », explique Frank Lang, président de la Transquadra.

Immédiatement conquis !

Pierre Sathal, Président de la Société Nautique de Marseille : « Nous avons été immédiatement conquis par l’idée d’accueillir la flotte méditerranéenne de la Transquadra à Marseille. C’est un projet passionnant ! Frank Lang et Mico Bolo sont venus chez nous lors de la dernière Quadra Solo en aout dernier, ils ont eu l’occasion de rencontrer des coureurs… la mayonnaise à l’air de prendre puisque nous avons déjà quelques demandes d’inscription. Notre objectif est de réunir plus de 20 bateaux. »

Logique

La Transquadra à Marseille… Marseille, futur site olympique des Jeux de 2024 pour la voile… Jeux Olympiques qui accueilleront pour la première fois de leur histoire une épreuve de course au large. « Tout cela a du sens, et répond à une même logique », conclut Frank Lang.

Lorient, deuxième !

Sur la côte Atlantique, après une première édition réussie à Lorient, tout est en train de se remettre en place pour un deuxième départ de la Transquadra Madère – Martinique depuis la ville aux cinq ports.

Christophe Baudry, directeur de Lorient Grand Large : « Toute l’équipe de Lorient Grand Large est très heureuse que la Transquadra Madère-Martinique ait pris ses marques à Lorient l’an dernier. Nous leur apportons tout notre soutien pour la prochaine édition. »

Enfin, à Madère comme en Martinique, là aussi, les regards sont dores et déjà tournés vers 2020 et 2021.

 

Les « rouges » vous donnent rendez-vous au Nautic, ce samedi 15 décembre, à 11h30 sur le stand Bretagne, pour la présentation de cette 10e édition de la Transquadra Madère – Martinique !

 

La Transquadra Madère – Martinique

Transat dédiée aux marins amateurs de plus de 40 ans

10e édition (créée en 1993)

3800 milles de course

2 étapes : Lorient ou Marseille / Madère – Madère / Martinique

2 départs : juillet 2020 et février 2021

Arrivée en mars 2021, au Marin

 

www.transquadra.com

Crédit photos  SNMarseille : @Pierrik – Transquadra 2017/Lorient La Base : @FrançoisvanMalleghem

Contact presse : Catherine Ecarlat 06 79 54 22 83 catherine@ecarlat.fr

Contact course : Martine Huchet martine@transquadra.com

Les Voiles de St-Barth Richard Mille : Un rendez-vous incontournable des Caraïbes

Alors que les eaux turquoise de l’île-paradis des Caraïbes se préparent à accueillir la 10e édition du 14 au 20 avril, l’épreuve est fière de porter aujourd’hui un nouveau nom : Les Voiles de St. Barth Richard Mille.

L’esprit unique de sportivité et de convivialité qui anime la course, sur l’eau comme à terre, rassemble chaque année un nombre croissant de concurrents, parmi lesquels des sommités de la planète voile. On peut citer notamment les français Lionel Péan, Loic Peyron, Marc Guillemot ou Bertrand De Broc et côté international : Ken Read, Cam Lewis, Terry Hutchinson…

La qualité du plateau est aujourd’hui exceptionnelle et l’épreuve pleinement ancrée dans le patrimoine des grands rendez-vous véliques des Caraïbes.

Benoît de Froidmont, Président de l’International Maxi Association, l’explique parfaitement : “Je dirais que les Voiles de St. Barth Richard Mille sont un subtil mélange de Saint-Tropez et de Porto Cervo, version Caraïbes. A terre on y retrouve le charme de Saint-Tropez et un esprit de fête hors du commun. Sur l’eau on navigue dans un paysage d’îlots paradisiaques, un peu comme à la Maddalena. St. Barth, c’est un superbe plan d’eau qui offre des conditions de navigation et de vent excellentes pour les Maxi Yachts. Ce type de parcours plait beaucoup car ils sont variés et techniques. Pour gagner il faut allier la tactique à la navigation, ce qui justifie un tel engouement”.

De nouveaux venus des quatre coins du monde sont également attendus : le First 40 La Réponse, de Grande Bretagne, le Ker 60 Phoenix de Pologne, Summer Storm, un Martin 49 en provenance des Etats-Unis, le Grand Soleil Cachondo de Puerto Rico, les français Jean-Pierre Dick avec son JP 54 The Kid et Pierre Jerome Baitallard avec Sao Bernardo, un shipman de 63 pieds. Enfin, on pourra compter sur la présence de la Belgique, avec Amalia et son skipper Alexis Guillaume, un habitué des Voiles.

De nombreux voiliers de la Route du Rhum pourraient également se joindre à l’événement après leur arrivée en Guadeloupe, comme le TS 42 de Bertrand de Broc Pampero, le TS 42 Guyader Gastronomie ou encore Royan, le Trimaran du Team Delhumeau. Affaire à suivre ! « Pour cette édition anniversaire, la dixième, nous avons lancé une invitation à l’ensemble des participants historiques pour venir revivre la magie des Voiles de St. Barth Richard Mille et souffler ensemble ses 10 bougies » dévoile François Tolède.

Programme 2019 : https://www.lesvoilesdesaintbarth.com/programme/

La jauge IRC pour les Maxi et les Maxi 72

La jauge IRC est utilisée dans de nombreuses régates à travers le monde, comme la Giraglia ou la Rorc Caribbean 600 et est utilisée lors de plusieurs championnats nationaux, comme en France à travers le Championnat UNCL, regroupant plusieurs centaines de bateaux jaugés IRC. Proposer la Jauge IRC aux Maxi et Maxi 72 qui participent à d’autres courses tout au long de l’année représente un gain de temps et une économie financière non négligeable. En effet la logistique liée à ces grosses unités est très lourde, et c’est dans un but de facilitation que l’organisation a choisi cette démarche.

« Elle permettra une homogénéité avec le circuit des Maxi et des Maxi 72 », explique le directeur de course Luc Poupon. « Nous sommes très attachés à ses classes et ils nous le rendent bien. Nous avons de la chance d’avoir tous les ans au moins 3 Maxi 72 sur les 6 à concourir dans le monde. Pareil pour les Maxi comme Rambler 88, que nous avons le plaisir de retrouver chaque année. La logistique est énorme pour eux, nous en avons conscience. Si nous pouvons leur faciliter les choses, nous le faisons ! »

Copyright : © Christophe Jouany