ROLEX MIDDLE SEA RACE : Elusive récidive lors de cette 41ème édition !

Le voilier Elusive2, un First 45 maltais, après une très belle victoire lors de l’édition 2019, récidive pour remporter cette 41ème édition de la Rolex Middle Sea Race.

Organisée par le Royal Malta Yacht Club, la Rolex Middle Sea Race a fêté cette année sa 41ème édition. Elle est un véritable défi pour les équipages qui doivent régulièrement user de stratagèmes pour faire face aux conditions souvent changeantes et exigeantes.

Le départ  a été donné samedi 17 octobre. En raison de la crise sanitaire, seuls 50 bateaux sont venus prendre le départ de cette course mythique. Parmi les partants, 10 équipages français dont le Multi 50 Primonial, le Class 40 Made in Midi de Kito de Pavant, The Kid Mermaid, le JP54 de JP Dick, l’Ultim Emotion 2, les IRC Teasing Machine, Aminata, Hakuna Matata (SF3200), Jubilee (J109), RAGING BEE (JPK1010), et Tonnerre de Glen (Ker56). Il fallait également compter sur des équipiers française embarqués sur d’autres bateaux dont Benjamin Schwartz navigateur sur le VO70 I Love Poland et qui a fait des merveilles à bord avec la première place en temps réel en monocoque.

Elusive 2 – premier Overall

Le Voilier ELUSIVE 2, remporte pour la deuxième année consécutive cette course de légende. Le First 45 maltais devient le deuxième bateau à gagner consécutivement deux éditions juste derrière le voilier Nita IV, qui remporta trois éditions entre 1978 et 1980. Elusive 2 rentre un peu plus dans l’histoire de cette course qui fait fantasmer tant de marins !

Tonnerre de Glen, du pôle course de la SNM, remporte cette édition 2020 en IRC 3. Une performance a saluer car l’équipage mené par Dominique Tian décroche également la seconde place au classement Overall ! Ils portent haut les couleurs du club de la Société Nautique de Marseille et du pôle course mis en place depuis plusieurs années maintenant.

Selon Eric Daher, le capitaine du bateau, c’était une course fantastique. «C’est notre troisième Rolex Middle Sea Race», a-t- il expliqué au magazine Course au Large. « Notre premier objectif était de continuer à performer, car nous avons remporté notre classe deux fois auparavant. Notre autre objectif était de saisir nos opportunités si le temps était bon pour nous. Nous l’avons fait. »

Cette course est magnifique et chacun retiendra les paysages avec les volcans, Messine et ses courants, les falaises abruptes des îles italiennes, les couchers et levers de soleil, les températures ambiantes agréables. Ce n’est pas un hasard si de nombreux bateaux de toutes contrées se retrouvent à Malte en octobre !

Plusieurs voiliers sont encore en course et devraient franchir la ligne d’arrivée durant les prochaines heures.

Site internet : https://www.rolexmiddlesearace.com/news/?year=2020&month=#

Crédit photo : @Curt Arrigo Rolex

Les premiers résultats connus :

Overall

1 – Elusive 2 – First 45 / Podesta Family

2 – Tonnerre de Glen – Ker 46 / Dominique Tian (FRA)

3 – Ton Ton Laferla – Dufour 44R / Jonathan Gambin

IRC 1

1 – Aragon – Maerten 72 / ANDRIES VERDER/ARCO VAN NIEUWLAND

2 – Wild Joe – RP60 / Marton Jozsa

3 – I Love Poland – VO70 / Konrad Lipski

IRC 2
1 – Balthasar- Swan 50 / Louis Balcaen

2 – Freccia Rosa – TP 52 / Vadim Yakimenko

3 – Teasing Machine – NMYD54 / Eric de Turckheim (FRA)

IRC 3
1 – Tonnerre de Glen – Ker 46 / Dominique Tian (FRA)

2 – Katsu – Aquila 45 / Carl-Peter Forster

3 – Ben Estates Comanche Raider III – Farr 45 / Ramon Sant Hill

IRC 4
1 – Elusive 2 – First 45 / Podesta Family

IRC 5
1 – Ton Ton Laferla – Dufour 44R / Jonathan Gambin

2 – Buran – J122E / Alexey Moskvin

Le Grand Prix de Palavas : avant dernière étape de la saison

Le Grand Prix de Palavas a été reporté au 24 et 25 Octobre et maintient ses dates.

A ce jour, 16 voiliers sont d’ores et déjà inscrits a cette avant dernière étape de la saison. Le Grand Prix de Palavas, est organisé par le Cercle Nautique de Palavas. Initialement prévu en mars 2020, il a été reporté au 24 et 25 octobre et maintient ses dates.

Cette épreuve s’inscrit dans le calendrier des Championnats UNCL 2020 en équipages et sera l’avant dernière étape de la saison. Elle se court sur un weekend dans une ambiance conviviale et festive, principalement sur des parcours construits de type bananes.

Retrouvez tous les documents de course pour le Grand Prix de Palavas 2020, les inscriptions restent ouvertes !

Retrouvez ici l’Avis de Course : https://www.uncl.com/wp-content/uploads/2020/10/Grand-Prix-Palavas-2020-Avis-de-Course.pdf

Avenant a l’Avis de Course : https://www.uncl.com/wp-content/uploads/2020/10/AVENANT-N°1-AC-GPP-2020.pdf

Fiche d’inscription : https://www.uncl.com/wp-content/uploads/2020/10/Fiche-Inscription-GPP-2020.pdf

Site internet : http://www.cercle-nautique-palavas.com/grand-prix-de-palavas/

 

Retrouvez ici les Calendriers des Championnats UNCL 2020

Retrouvez ici le Règlement des Championnats UNCL 2020

Retour sur la première édition de la Coupe Napoléon

Du 8 au 11 octobre se déroulait la première édition de la Coupe Napoléon organisée par la Société des Régates d’Antibes.

C’était une première pour cette course au large destinée à devenir un des grands rendez-vous méditerranéen du Championnat UNCL.

Avec une demande croissante des coureurs pour les courses hauturières, elle vient compléter les épreuves inshore, comme la Sanaryenne, et s’inscrit parfaitement dans le calendrier des Championnats IRC Méditerranée.

La Société des Régates d’Antibes (SRA), a su peaufiner un beau parcours entre Antibes, les îles à l’Est et Nord Est de la Corse, et retour Antibes. 50 voiliers étaient alignés, et les IRC équipage, double et solo ont largement répondu présent.

Le parcours initial (Antibes-Elbe et retour) fut réduit, l’heure limite d’arrivée reculée et le départ avancé : l’organisation a tout fait pour que cette course soit une réussite malgré l’absence de vent annoncé.

Le départ fut donné le 8 octobre à 9h30. Horaire très matinal qui permet de profiter de vent thermique. Il était bien présent et la flotte de 51 bateaux a pu profiter d’un flux de nord de 10 nœuds pour rapidement quitter la baie de la Salis.

La tempête Alex avait fait des dégâts et on pouvait rencontrer sur l’eau des forêts de troncs d’arbres. Dans la première nuit le POGO 12.50 ZEF2 d’olivier Leroux était contraint à l’abandon suite à une collision avec un gros morceau de bois.

Bruno MAERTEN (Shamrock V) qui a couru en Duo La Coupe Napoléon nous raconte ce passage délicat : « cette première nuit nous gratifiera d’un 7/8 noeuds pendant 2 bonnes heures. Mais cette première nuit sera aussi marquée, a près de 50miles au large, par la traversée d’une zone très étendue (plusieurs miles) de débris végétaux, certains troncs d’arbre faisant plus de 10m de long. Impossible d’éviter les collisions et les branches coincées sans les safrans. Ca fait du bruit, et mal au ventre pour le bateau. »

Au passage de la Giraglia, le vent mollissait et une guerre tactique s’engageait. Les plus rapides se détachaient, Chenapan 4, Albator et Team42 faisaient le trou mais les poursuivants se battaient à tous les niveaux de la flotte.

Finalement ce retour sera plus rapide que l’aller, un flux de wsw a 8-10 noeuds s’établissant dans la matinée de samedi. Le gros de la flotte prend la route directe, quelques éclairés partent plus sud très tôt, rares sont ceux partis au Nord. Mais tout le monde retraversera la zone de débris, le “champ de mines”. Encore quelques coups sur les quilles et les safrans.

La deuxième nuit, Chenapan4 de Gilles Caminade et Albator de Benoit Briand se détachaient pour arriver le 10 octobre à 13h15 et 13h30.

En double, sur 18 voiliers engagés, le Sun Fast 3200 Addiction de Jean Gonon et Thierry Bouchard termine premier devant l’expérimenté Expresso, deuxième, le nouveau JPK 1030 de Guy Claeys.

Côté équipage, sur les 31 voiliers répartis en 4 classes, le puissant Ker 40 Chenapan IV de Gilles Caminade termine premier tout comme l’A 40 Biche de Philippe Chenus en IRC 2, l’A 35 Les Minots de la Nautique en IRC 3 et le J 92 Madecennale de Pierre Couillabin.

Belle régate, beau match à tous les niveaux de la flotte. Le dernier concurrent passera la ligne le 11 octobre à 4h du matin.

Shamrock V qui termine loin des premiers, à cause, entre autres, d’un bord au Sud trop tardif nous dit quoi retenir de cette première édition : « La SRA est un super club de passionnés, qui a monté une bien belle épreuve. La pétole en méditerranée çà peut être persistant, même en automne. La course au large c’est vraiment bien, on apprend à chaque course, même si ça fait mal … On reviendra ! »

Coup de chapeau aux Minots de la Nautique

Après s’être affuté et avoir bien dompté leur monture dans des régates inshore, avec de très belles victoires lors du Brescou d’Or et du Trophée Dominique Semac, qui les propulsent très tôt en tête du Championnat en IRC 3, la première course au large se présente pour cet équipage de bizuths.

Ce n’est pas un problème pour eux, leur manque d’expérience laisse vite parler leur enthousiasme et l’insouscience de la jeunesse. Après une première nuit difficile, ils réalisent une belle remontée au petit matin, qui les propulse en tête du classement jusqu’à leur arrivée à 17h29.

Encore bravo à l’organisation. Pour les concurrents engagés, cela aura été quasiment une Giraglia mais au départ d’Antibes.

Site internet du Yacht Club de la  SRA : http://sr-antibes.fr/2-uncategorised/897-la-coupe-napol%C3%A9on.html

Contact : regates@sr-antibes.fr

MÉDITERRANÉE : Mer de contrastes !

Retour sur la 10ème édition de la SANARYENNE, huitième épreuve des Championnats UNCL 2020 Méditerranée équipage et double. Cette nouvelle édition avait à coeur de faire participer le plus grand nombre de régatiers en équipage ou duo, dans le cadre exceptionnel de la baie de Sanary. 

A l’issue d’une semaine à la météo variée aux Voiles de St Tropez, la flotte IRC se scinda en deux, la plus grosse partie rejoignant Antibes pour la Coupe Napoléon, l’autre partant vers l’Ouest courir La Sanaryenne. La reprogrammation du championnat Méditerranée ne laissant que peu de weekends pour régater avait contraint à cette séparation de la flotte sur deux épreuves radicalement différentes, l’une offshore et l’autre inshore :  Abondance de biens ne nuit pas !

Si la Coupe Napoléon partie jeudi virer la Giraglia s’est déroulée dans des vents évanescents, la Sanaryenne plus tardive a eu une météo plus tonique, obligeant le comité à annuler les courses de Dimanche après deux manches courues le samedi. Le vent était au rendez-vous dès le 1er départ avec un solide 20 nœuds pour une banane suivi d’un côtier pour aller virer l’île verte (La Ciotat).

L’Absolutly d’Yves Ginoux, champion d’Europe IRC 2019, a dominé de la tête et des épaules, battant son record sous spi à 17,7 Knts : Pas mal pour un « vieux » 36 ‘ ! Les duos ont enregistré 33 Knts à l’anémo en tournant l’ile verte mais n’ont pas rechigné à envoyer leurs spis. La descente ne fut pas celle du Lauberhorn mais ils n’ont pas trainé sur les bosses !

Les duos ont enregistré 33 Knts à l’anémo en tournant l’ile verte mais n’ont pas rechigné à envoyer leurs spis. La descente ne fut pas celle du Lauberhorn mais ils n’ont pas trainé sur les bosses ! La classe duo était la plus fournie confirmant une tendance de fond vers l’équipage réduit. Pierre Perdoux sur son JPK 10.10 Ilogan, remporta cette série particulièrement disputée.

Ce sont donc deux membres du CNTL de Marseille qui l’emportent dans chaque classe. Bravo à eux !

Sur l’eau, l’organisation fut parfaite sous la houlette de Christophe Barrue, Sanaryen, en charge de la base nautique de Hyères assisté de deux invités de l’UNCL sur le bateau comité.

Malgré des accès au port toujours en travaux, la capitainerie de Sanary accueillit avec beaucoup de gentillesse et compétence tous les bateaux sur la panne A, créant ainsi une ambiance comparable à celle des autres courses IRC.

A terre, une solution originale avait été adoptée pour éviter l’écueil de la réglementation Covid, tout en étant parfaitement conforme aux respects des gestes barrière : Une « monnaie événementielle » avait été créée sous forme de tickets valables dans tous les restaurants du quai Esmenard. Il y eut une belle ambiance et les restaurateurs ont parfaitement joué le jeu. Il faut dire qu’en cette période morose, les navigants heureux de cette belle journée ont mis un peu de vie dans la soirée.

Faire renaître la Sanaryenne dont c’était le 10ème anniversaire mais seulement la 5ème édition, était une gageure dans les conditions sanitaires actuelles et avec un port en chantier. Mais le pari a été réussi et l’ensemble des participants, organisateurs et coureurs ont été ravis et se sont donné rendez-vous l’an prochain, la Sanaryenne ayant vocation à s’installer durablement dans le championnat IRC.

Par Philippe Serenon.

Site internet du Yacht Club de Sanary : https://www.sanary-voile.fr/index.php/news-reader/la-sanaryenne-276.html

Contact : contact@sanary-voile.fr

 

 

 

 

La Duo Sail est reprogrammée du 24 au 25 Octobre

Initialement prévue le 26 et 27 Septembre 2020, le fort Mistral a contraint le Yacht club du CNTL à  reporter l’épreuve aux 24 et 25 Octobre 2020.

C’est l’ultime rendez-vous pour venir récolter les derniers points manquant pour sacrer le Champion de la saison 2020 duo. Depuis la première édition en 2011, une trentaine de bateau y participe chaque année.

Les meilleurs double de méditerranée se retrouveront de nouveau sur le plan d’eau Marseillais.

Deux journées de course rythmées par l’été indien, les 24 et 25 Octobre 2020.

Des parcours côtiers ou tactiques sont au programme de cette régate.

Avis de course : https://www.cntl-marseille.com/wp-content/uploads/2020/09/AC_DuoSail20-report%C3%A9.pdf

Site internet : https://www.cntl-marseille.com/duo-sail-2020/

Spi-Ouest-France Destination Morbihan : La flotte IRC est venue en nombre

Ils étaient 105 en baie de Quiberon du 24 au 27 septembre et les résultats aux Championnats UNCL Manche Atlantique 2020 sont maintenant connus.

Traditionnellement courue le week-end de Pâques, la Société Nautique de la Trinité sur Mer et le journal Ouest France, les organisateurs, sous l’égide de la FFV, ont bataillé dur pour maintenir cette 42è édition dans le contexte compliqué de la crise sanitaire. Et ça a marché !  Les comités de course, pilotés par Christophe Gaumont, sont parvenus à multiplier les manches, 88 au total, sur 5 parcours. 330 équipages impatients d’en découdre étaient au rendez-vous de cette incontournable compétition.

Du beau monde mêlant amateurs éclairés et professionnels, monocoques et multicoques, Osiris, monotypes et voiliers de série IRC.

La flotte des IRC était largement la plus représentée avec 47 équipages et 61 Duos. Dernière étape du Championnat UNCL Manche-Atlantique 2020, l’enjeu de cette régate était de taille pour maintenir son bon classement ou grignoter quelques places. Ça a bataillé dur, le niveau était très élevé dans ces deux catégories avec des équipages affutés et des bateaux très bien préparés.

La première journée de régates, un temps retardé pour laisser passer l’orage, s’est déroulée dans des conditions très musclées.

Le coup d’envoi est finalement donné à 14h. Départ à l’anglaise sous spi pour la flotte IRC, direction le rocher de la Vieille à contourner avant un long bord de près jusqu’au large de Quiberon. Le spectacle est magnifique, 20 nds de vent, une mer creusée, et des rafales à 35 nds qui provoquaient de gros coups de gîte. Les régatiers ont été secoués d’entrée. C’était un long parcours sportif qui demandait beaucoup de manœuvres. A ce jeu-là, le redoutable Raging Bee prend vite le dessus et s’impose net et sans bavure dans sa catégorie IRC A, où pourtant le niveau est très élevé.

Toujours très fédérateur, et comme lors de l’Atlantique Le Télégramme, Louis Marie Dussère a combiné à bord de son JPK 1080 un équipage mélangé de jeunes loups du match racing et de copains expérimentés des courses au large. Cocktail gagnant !

En IRC double, la plus grosse flotte en présence, la lutte a été magnifique, surtout dans ces conditions comme en témoigne Alexandre Ozon, vainqueur de l’épreuve sur Sapristi son Sun Fast 3300: « Nous nous sommes bagarrés sur un parcours bien long et manœuvrant où il ne fallait surtout pas rater les transitions….vent moyen de 26 27kts… Et nous finissons 1er en réel et 1er en compensé… Nous sommes contents et kapoute »

Un refus de priorité au passage du Rocher de la Vieille contraint Adeosys, le JPK 10.10 de Ludovic Menahes et David Le Goff, à abandonner, génois déchiré. « Cela va nous coûter plus de 10 places au général car avec l’abandon, on marquera 61 points (c’est plus que pour 3 manches cumulées !!!) »

Grand coup de chapeau à Léon, le JPK 1030 mené par le duo Jean Pierre Kelbert et Fred Duthill, qui très en retard sur la ligne de départ a fait une remontée spectaculaire et pris la 4ème place lors de la première manche. Une vraie « remontada »! Comme nous le raconte Jean-Pierre Kelbert: « Le départ est lancé 4mn 30 avant que nous n’arrivions enfin sur la ligne. La flotte est déjà loin et descend sous spi vers le rocher de la Vieille. A Houat nous sommes déjà revenus en milieu de paquet et le passage du rocher de la Vielle est chaud car les multi croisent aussi en même temps alors que le vent re-grimpe à plus de 25 nds . C’est vraiment limite casse bateaux mais bon on sort du chaudron pour un bord de près assez serré à la bordée vers Méaban à 7 milles de là. Fred règle, je barre et on passe pas mal de monde au vent. On doit être dans les 10 à Méaban et on décide d’envoyer le spi lourd et on reprend encore 3/4 places. A suivre du près costaud jusqu’à sud Quiberon puis Bugalet avec des claques à plus de 30/35 nds. Fred gère les bascules de vent nickel mais le dernier coup à gauche était de trop. Dommage on venait de passer Sapristi le SF 3300 de mon meilleur ennemi Alex Ozon. « wasabi » le JPK 1030 de Stéphane Bodin s’est aussi rapproché et la manche est encore potentiellement jouable. Le dernier bord est court et pas assez ouvert pour spier. Alex va très vite sur ce bord et creuse sur nous. Sur la ligne c’est « Sapristi » qui claque devant « wasabi » quand pour nous c’est quelques secondes qui nous manquent pour faire 3. Nous sommes à la fois contents et très frustrés car les conditions étaient vraiment pour nous ».

Seconde journée du Spi Ouest-France dans la Baie de Quiberon plus clémente, mais avec un départ de régates retardé, Les pêcheurs artisanaux de Lorient ayant bloqué le port de La Trinité-sur-Mer. A 13h30 le comité de course donnait les top départs sur chacune des cinq zones réparties dans la baie. Départ toujours sous spi à l’anglaise, dans un tout petit vent paresseux Nord de 6 à 8 nds. Il fallait bien prendre les bascules et trouver les bons couloirs de pression. Le vent va monter et très vite, la flotte se scinde dans le groupe de tête. Les stratégies s’affinent. Les Sun Fast (Sapristi, Festa 2, What Else) prennent l’option gauche, les JPK (Aileau et Léon) celle de droite. Sapristi s’échappe et remporte cette deuxième manche qui le place en tête du classement provisoire IRC duo devant Léon et What Else. Raging Bee2 maintient sa position en IRC A devant Qualiconsult (le Milan 41 de Jacques Pelletier) et Pen Koent, tandis que Leclerc Hennebont, le JPK 1180 de Richard Fromentin prend la tête en IRC B, devant Musix (J122E de Philippe Baetz) et Codiam le Grand Soleil de Jean Claude Nicoleau.

Beaucoup de casse pour cette troisième et dernière journée de course chez les duos. C’était chaud et même très chaud car le bord sous spi étant court, forcément la flotte est groupée pour passer la marque, chacun demandant de l’eau à la bouée. Confusion, panique, des bateaux se percutent fort et restent bloqués pendant que le reste de la flotte défile.

Sapristi en tête très tôt, confirme sa première position au classement général IRC double devant Leon , qui après un départ à l’abattée peu après le départ, réalise encore une formidable remontée suivi par Whatelse.

Au final, en équipage IRC A Raging Bee 2 s’impose devant l’inoxydable Pen Koent et Qualiconsult, le 41 dessiné par Jacques Valer et construit chez Capelle de Jacques Pelletier.

IRC B, C’est Tiger le MMW33 de Quentin Anne avec Fabien Delahaye à la barre suivi du grand Soleil de Gildas Delon Cap Solidaires En Peloton et du trinitain Yves le Goff sur son A35 Realax.

La 42 ème édition du Spi Ouest France Destination Morbihan a été une réussite tant en mer, qu’à terre. L’organisation de la Cap Martinique 2021 était présente et a remis une bouteille de rhum pour les Duos IRC qui terminaient premiers en temps réel à chaque manche. Un avant-goût de la saison prochaine !

 

Les vainqueurs des Championnats UNCL Manche – Atlantique 2020 sont maintenant connus.

Avec le Trophée des Minquiers qui se courait le même week-end pour les équipages, Le Spi clôt la saison 2020 des Championnats UNCL Manche Atlantique. Les jeux sont faits et nous pouvons dès à présent annoncer les vainqueurs.

L’UNCL se félicite de la régularité de participation des bateaux sur ses Championnats malgré un contexte sanitaire compliqué et un programme chamboulé. Les clubs se sont particulièrement investis pour maintenir leur course en s’accordant intelligemment entre eux sur les changements de calendrier.

Les résultats cette année reflètent bien les forces en présence avec un haut niveau dans les Championnats UNCL 2020 Manche – Atlantique.

SAPRISTI - Alexandre Ozon

Alexandre Ozon : En cette année bien particulière, le niveau était très relevé, faire du bateau n’était pas une priorité mais un bel échappatoire…

Au classement Duo, aux trois des meilleures des 6 manches, les Sun Fast raflent les trois premières marches du podium.

  • 1er : Sapristi, le Sun Fast 3300 d’Alexandre Ozon et Cédric Pouligny (Régates de Royan), 279 points.
  • 2ème : Festa 2, le Sun Fast 3300 de Jean François Hamon (YCCA), 270 points
  • 3ème : Georgia Pour le Conservatoire du Littoral, le Sun Fast 3200 de Penny Aubert, 268 points.

Au classement Overall, aux trois des meilleures des 5 manches courues après l’annulation de la Round the Ireland Race et Cherbourg Race, la tendance s’inverse et ce sont les JPK qui prennent la main.

  • 1er: Fastwave 6, le JPK 11.80 d’Eric Fries (UNCL), 264 points
  • 2ème : Raging-Bee 2, le JPK 10.80 de Pierrick Letouze (YCC), 257 points.
  • 3ème : Leclerc-Hennebont, le JPK 11.80 de Richard Fromentin (CNL), 250 points.

Ces deux catégories de bateaux comptent pour plus de la moitié de la flotte des Championnats UNCL Manche Atlantique 2020 Overall, avec 31 Sun Fast et 41 JPK. Voiliers audacieux et puissants, parfaitement adaptés à la course en solo, en double ou en équipage, ils se sont livrés à de véritables duels sur toutes les manches, avec succès !

Félicitations aux coureurs et organisateurs pour avoir permis le maintien des Championnats UNCL 2020 et on à déjà hâte d’être en 2021 !

 

Trophée Sémac 2020 : un beau week-end de régates à Marseille

L’UNM a organisé les 5 et 6 septembre derniers le Trophée Sémac, course IRC en équipages, auquel se sont joints les Duos IRC. 52 équipages étaient présents pour ce qui constituait la reprise officielle des régates en équipage sur le plan d’eau marseillais après de longs mois d’abstinence.

Le beau temps était également de la partie avec deux belles journées de vent d’ouest modéré 10 à 20 kn qui a permis au comité de course de lancer 5 manches sur le week-end.

A cette occasion la mise en œuvre de briefings par VHF et d’une communication dématérialisée par WhatsApp du tableau officiel ont permis de limiter les zones de regroupement et les risques sanitaires qui en découlent.

Dans la Classe Duo (9 Bateaux), la lutte fut très serrée mais SOLENN le JPK 10.80 de Ludovic Gérard du CNTL l’emporte, à égalité de points devant ILOGAN le JPK 10.10 de Pierre PERDOUX, récent vainqueur de la Quadra Solo Duo, HATHOR V le JPK 10.10 de Paul Van Gaver complète le podium.

En IRC 1-2 (9 bateaux) c’est le très régulier First 40 RIVAS Yachting de Paul Rivas du CN Palavas qui s’impose devant CONFLUENCE le GP 42  de Jean-Pierre Joly et JIVARO le J133 de Yves Grosjean. A noter la présence de nouvelles et belles unités dont c’était la première apparition avec CHENAPAN 4 le Ker 40 de Gilles Caminade ou JACANDA 3 le MAT 11.80 de Philippe Comte.

En IRC 3-4 (17 bateaux) Les Minots de la Nautique, le A35 skippé par Victor Bordes et son très jeune équipage de laséristes (moyenne d’âge 18 ans !) l’emporte devant l’expérimenté équipage d’ABSOLUTELY II le Mumm 36 de  Yves Ginoux, RAGING BEE le JPK 10.10 de Jean-Luc Hamon finissant 3ème et ROSTANBAR 2 de Philippe Mazoyer à la 4ème place.

Il faut saluer l’initiative de la SNM qui a su confier un de ses très bon bateau de l’Ecole de Voile doté d’un jeu de voiles neuf, l’ancien et bien connu A35 JIN TONIC, à cet équipage enthousiaste et performant des Minots de la Nautique qui amène sa jeunesse et sa bonne humeur sur le plan d’eau pour au final remporter le Trophée Sémac.

Malgré les contraintes sanitaires et quelques problèmes informatiques liés au logiciel Freg, l’UNM a su organiser une régate IRC de très haut niveau pour des équipages qui étaient impatients et ravis de pouvoir se mesurer dans la magnifique rade de Marseille.

Site internet de l’UNM : https://www.unm1882.fr/

Crédits photos : Pierick Jeannoutot  https://photos.google.com/share/AF1QipMeKdps2g4clW9im53jd8X0UKMYiic6kfa3IoYu6gUccaqA9aoLHPa2JIyB6up7UQ?key=bVRaMHVfRnQ3ZHJ2TVBrbS1LQzNYcWNPSmtaZmlR

Par Yves Ginoux

Atlantique Le Télégramme, une édition réussie

Toutes les équipes du CNL étaient sur le pont pour organiser l’Atlantique Le Télégramme 2020. Un beau programme de 3 jours, sportif et festif, qui s’est joué du 11 au 13 septembre, à Lorient La Base.

Une organisation parfaite qui a su rassembler de nombreuses séries (120 bateaux inscrits, sans compter les 19 Imoca du Défi Azimut), et d’agréables festivités à terre, à la plus grande joie des spectateurs venus nombreux admirer le spectacle dans la Rade de Lorient. Les règles sanitaires ont toutes été bien respectées et n’ont pas gâché la fête.

Cette épreuve phare de Lorient inscrite aux Championnats UNCL 2020 Manche-Atlantique pour les IRC duo et overall, a rassemblé de nombreux coureurs qui ont répondu à l’appel. La série reine toujours bien représentée avec 25 Duos : Des 3300 des JPK 10.30, des 3200, 3600, figaro 2, JPK 10.10, X34, pogo30 etc… Bref, super plateau pour de belles batailles sur l’eau.

La confrontation s’annonce riche d’enseignements sur un plan d’eau pas toujours des plus simples.

Trois jours pour en découdre, et où les manches bien tracées se sont enchaînées sous le soleil et dans un vent assez léger (4 à 16 nds). Les parcours construits pour les IRC équipages demandaient beaucoup de manœuvres, ce qui favorisait les petites unités. Parcours côtiers pas très variés mais bien tordus où rien n’est simple. Il fallait savoir jouer avec ces vents variables, et de la tactique dans le dévent de Groix. Confrontations riches d’enseignements.

A ce jeu, le niveau était très élevé chez les Duo, avec un trio de tête très expérimenté : Sapristi (Sun Fast 330 – SRR) mené par Alexandre Ozon et Cédric Pouligny, Georgia (Sun Fast 3200) Penny Aubert, Joe Lacey et Festa 2 (Sun Fast 330) Jean François Hamon, Maxime Paul.

Dès la première bouée de dégagement, le combat faisait rage entre Georgia et Sapristi, comme nous le confirme Penny Aubert « Quel WE !  Tous derrière sur les deux 1ères manches…  je garde en tête le passage au vent de la 1ère manche avec Alex Ozon… un grand moment pour notre petit Sun Fast 3200… qui va vite. Alex, qui ne fait pas de quartiers se sort à merveille du vent. Festa qui régate très bien fait 3 au General ! »

BFD pour un départ anticipé sous drapeau noir lors de la 4ème et dernière manche (3 rappels généraux dont deux sous drapeau noir pour faire partir toute la flotte IRC regroupée), Georgia prendra finalement la 2ème place (comme à l’Armen) derrière Sapristi, « le 3200 Georgia  nous a quand même tous impressionné malgré qu’on connaisse bien Penny qui est à coup sûr toujours dans les bons coups et avec une excellente vitesse. Dommage qu’il se soit enflammé sous noir, ce qui le prive d’aller bagarrer jusqu’au bout… » écrit Alex Ozon.

C’est ce dernier qui remportera la victoire. « Tout roule à merveille et nous poursuivront sans aucune erreur jusqu’à arriver devant tous les duos et équipages sauf les 3 gros gros IRC mais devant les gros IRC Jusqu’à « péter » la manche toute classe… Après avoir fait 2 l’an dernier en Sunfast 3600, nous gagnons en Sunfast 3300. C’était la régate des Sunfast avec 4 victoires de  manche, 2 par le 3200 de Penny Aubert tout juste magistral, et 2 par le 3300 Sapristi et le 3300 Festa. Podium Sunfast complet »

Mention spéciale à Adeosys, le JPK 1010 de Ludovic Menahes et David Le Goff, en préparation pour la Cap Martinique 2021 qui réalise deux manches de deux.

Côté IRC Equipage ça a bataillé jusqu’au bout !  Les passages de bouées étaient toujours aussi chauds et les victoires toujours aussi serrées. Le premier jour 4 bananes de 1,2 miles courtes et intenses où les gros IRC sont sous pression pour arriver à creuser suffisament sur des manches très courtes et une rentrée au port à 21:00 ce jour là. Avec le vent de Nord Ouest les deux premières journées, l’option était de partir sur la droite du plan d’eau dès le coup d’envoi. Pen Koent, le First 40.7 du Costarmoricain Emmanuel Le Men (YC Val André) tire son épingle du jeu et remporte un quatrième titre devant Tiger, le MMW33 de Marc Menesguen et Fastwave 6 le tout nouveau JPK 11.80 d’Eric Fries.

« Il a fait super beau on a manqué un peu de vent, samedi, alors que nous, on préfère des conditions un peu plus ventées mais au final, ça s’est plutôt bien passé », lâche Samuel Marsaudon.

Pour sa première course en rade de Lorient, un terrain de jeu qu’il découvre, Raging Bee prend la septième position du classement overall. Plutôt habitué au solo et double, Louis Marie Dussère le skipper du JPK 10.80 apprend à naviguer en équipage : « Notre projet, on l’a appelé « objectif Fastnet 2021 ». On a décidé de faire une année complète d’équipage. C’est une année de transition » Un équipage 100 % cherbourgeois qui mélange l’expérience et la jeunesse. « C’est un mixte d’anciens et de jeunes loups ».

L’ouverture cette année à trois nouvelles classes (Mini, J 80, Belouga et Caravelle) a séduit, avec une cinquantaine d’inscrits et un spectacle à portée de vue dans la rade de Lorient.

Le spectacle était aussi du côté des Imoca

Trois Pen Duick (le II, le III et Le Pen Duick I) ont accueilli samedi sur la ligne de Lorient les trois héroïnes des 48 heures du Défi Azimut. Il fallait au moins ça pour féliciter comme il se doit les trois dauphines de Jérémie Beyou, vainqueur sur Charal. Par ordre d’entrée en scène et toutes trois sur leur Imoca ancienne génération : Samantha Davies (Initiatives Cœur), Isabelle Joschke (MACSF) et Clarisse crémer (Banque Populaire X).

Dimanche soir le Centre Nautique de Lorient avait le sourire. Pari réussi ! L’UNCL et tout le monde de la voile ne peuvent que s’en féliciter.

Les classements provisoires aux Championnats UNCL 2020 Manche-Atlantique s’affinent

Dans le programme Duo, la Société des Voiles Rochelaise ne nous a toujours pas, à ce jour, communiqué ses résultats. Quoi qu’il en soit, On peut d’ores et déjà voir se profiler des leaders dans les différentes séries. En Duo, après 4 épreuves disputées, Adeosys (JPK 1010), Georgia (Sun Fast 3200) et Mécanique Expertises (JPK 1030) prennent les commandes.

Le classement overall, quant à lui, après 5 compétitions met en tête deux JPK 11.80, Fastwave et Leclerc Hennebont, suivis du J 112 Musix. Pour l’AT, le classement overall tient compte des deux parcours côtiers du samedi et dimanche où tous les IRC ont pu régater ensemble.

Informations Atlantique le Télégramme : https://www.cnlorient.org/?mode=evenements&idEvenement=5689&modeEvenement=resultats

Crédit Photo : Antoine Louce Photographie

Rendez-vous du 24 au 27 septembre à la Trinité sur Mer pour la nouvelle édition du Spi Ouest France Destination Morbihan, prochaine manche des Championnats UNCL 2020 Manche Atlantique !

Retrouvez ici les Calendriers des Championnats UNCL 2020

Marseille Horizon 2024 : 110 bateaux attendus !

Les organisateurs de Marseille Horizon 2024, le Cercle Nautique et Touristique du Lacydon et la Société Nautique de Marseille, peuvent se réjouir. 110 bateaux participeront à la course du 18 au 20 septembre sur le futur plan d’eau des Jeux Olympiques avec un plateau mêlant équipages, duos, solos, spécialistes et amateurs.

IRC : De la régate en rade et de la navigation côtière

Après des mois de diète imposée, retrouver les plans d’eau de régate est un besoin vital pour les régatiers engagés sur des bateaux IRC, une jauge de course internationale créée en 2000 par l’UNCL et le RORC permettant de classer différents types de bateaux ensemble grâce à un système de handicap. Pour les IRC, jusqu’à la classe 3 inclue, comme pour les duos et les solos, une grande course est prévue avec un départ possible soit le vendredi 18, soit le samedi 19 en fonction des conditions météo. Un programme qui n’a ps manqué d’attirer les ténors de la spécialité en équipage, comme le champion Méditerranée en titre en IRC 0, Arobas 2, un bateau initialement construit sur une coque de TP52. Depuis 2016, c’est Gérard Logel et son équipage qui le mènent, et qui ont également accroché à son étrave le titre ORC classe 1 de la Middle Sea Race l’an dernier.

Un autre bateau est attendu avec intérêt par les observateurs et craint par ses concurrents : c’est Daguet 3, le Ker 46 de Frédéric Puzin, qui arrive de l’autre côté de la planète auréolé de sa récente victoire dans la Sydney Hobart, mythique course qui relie l’Australie à la Tasmanie. Plusieurs Class 40 ont également prévu d’être présents lors de cet évènement.

Nombre de solos et duos ont également répondus à l’appel, n’hésitant pas à inclure ce rendez-vous automnal, partie intégrante des Championnats UNCL 2020 Méditerranée, dans leurs programmes de courses remaniés, confirmant la bonne tenue des ces spécialités en Méditerranée.

 

A terre : une convivialité responsable
Les grands rassemblements, les accolades, les embrassades ne sont plus d’actualité. C’est la base de la distanciation sociale imposée par les mesures en vigueur, et un changement de paradigme pour les manifestations sportives. Face à cette réalité, les organisateurs de MH2024 ont cherché le plus de réponses possibles dans le but d’éviter les regroupements et les zones de passage obligées pour un grand nombre de personnes. De la confirmation des inscriptions, limitée à un équipier par bateau, à la remise des prix, réduite aux trois premiers du classement, en passant par l’éloignement physique des tableaux officiels pour chacune des classes : tout le cheminement des participants a été étudié dans ce sens. Le port de masques, fournis par l’organisation au moment de l’inscription, est de même obligatoire dès le débarquement des équipiers, c’est-à-dire sur les pontons également.

Sur l’eau : trois zones de course en rade nord et sud
Dès 9 heures du matin le premier jour, les coureurs sont attendus sur les deux sites des clubs en fonction de leurs catégories pour un briefing-masqué afin de recevoir les dernières informations de leurs comités de course. La flotte se rendra ensuite sur les différentes zones de course attribuées à chaque classe : une première zone en rade nord pour les IRC 0 à 3, placée sous la responsabilité de Philippe Faure, comité de course international, et les deux autres en rade sud, une pour les IRC 4 et les Osiris, sous le contrôle de Dominique Giorgi et la troisième pour les monotypes ainsi que les duos et les solos, dirigée par Hervé Chastel de la FFV. Au programme un savoureux mélange de parcours côtiers et de parcours construits suivants la météo et les classes, menu qui laissera la priorité à une grande course pour les IRC 0 à 3 et les solos et duos soit le vendredi, soit le samedi, en fonction des conditions et des prévisions du moment. Les organisateurs n’en font pas secret : faire naviguer tout le monde au maximum est sûrement la solution pour faire accepter au mieux l’absence de festivités à terre et garantir une large réussite de cette régate d’un genre nouveau.

* Toutes les conditions sanitaires en vigueur lors de la régate seront imposées aux concurrents, aux arbitres, aux bénévoles et aux personnels des clubs organisateurs. Elles pourront évoluer en fonction des recommandations gouvernementales.

Marseille Horizon 2024
Face aux contraintes d’une situation sanitaire inédite, et afin d’offrir aux régatiers le meilleur programme possible à la suite de l’annulation de la Massilia Cup et de la Snim 2020, les chefs de file des deux principales Délégations de Service Public du Vieux Port – le Cercle Nautique et Touristique du Lacydon et la Société Nautique de Marseille – ont inscrit un rendez-vous commun totalement novateur au calendrier de la Fédération Française de Voile du vendredi 18 au dimanche 20 septembre 2020 : Marseille Horizon 2024. L’événement sera parrainé par Lili Sebesi, membre de l’équipe de France de voile, et François Jambou, vainqueur de la Mini Transat 2019.

Michel Graveleau, Président du Cercle Nautique et Touristique du Lacydon
«  Ne pouvant réaliser deux grandes régates comme c’est de coutume, l’émergence d’une régate commune s’est imposée comme une solution évidente. Le message est simple : l’amour de la mer, l’engouement pour les sports nautiques des clubs marseillais et l’intérêt général des coureurs priment sur tout le reste. Ensemble, une grande manifestation est possible »

Pierre Sathal, Président de La Société Nautique de Marseille
« A année exceptionnelle, régate exceptionnelle. Notre Vieux-Port de Marseille et notre magnifique rade vont connaître un grand week-end de voile. Notre objectif est d’accueillir ensemble le maximum de bateaux pour cette régate commune exceptionnelle. Belle préparation en vue de l’accueil des Jeux Olympiques : Vive Marseille Horizon 2024 ! »

 

Retrouvez ici l’Avis de Course : https://www.uncl.com/wp-content/uploads/2020/06/AC_MarseilleHorizon2024_OK-1.pdf

Retrouvez ici les Calendriers des Championnats UNCL 2020

Retrouvez ici les Règlements des Championnats UNCL 2020

 

La régate est ouverte aux classes :
IRC solo
IRC double
IRC équipage
OSIRIS
Monotypes, Surprise, J 70, Grand Surprise
Sportboats

Reports en 2021
* La 39ème édition de la Massilia Cup, ouverte aux IRC, OSIRIS et Sportboats, organisée par le Cntl, initialement prévue du 27 au 29 mars 2020, est reportée du 19 au 21 mars 2021.
* La 55ème Semaine Nautique Internationale de la Méditerranée, ouverte aux IRC et Monotypes, organisée par la Société Nautique de Marseille, initialement prévue du 10 au 13 avril 2020, est reportée du 2 au 5 avril 2021.

Relations Presse : Maguelonne Turcat magturcat@gmail.com

Dossier Presse : https://www.uncl.com/wp-content/uploads/2020/09/Dossier-de-Presse-Marseille-Horizon-2024.pdf

Nuit de l’Armen Race Uship 2020: Organisation réussie pour la SNT qui a mené son bateau comité Kadarn jusqu’à Lorient

Avec une saison quelle que peu chamboulée, et des dates reportées, 117 bateaux ont pu s’élancer au départ de la Trinité pour une course attendue de tous.

Cette épreuve, organisée par la SNT, s’inscrit dans les Championnats UNCL Manche Atlantique 2020. Elle s’est jouée le week end du 5 et 6 septembre dans des conditions agréables, bien qu’un vent un peu instable en direction ait pu perturber quelques équipages. L’organisation de la SNT fut parfaite malgré les règles sanitaires contraignantes. Toute l’équipe de la SNT fut au rendez-vous avec un accueil des concurrents par Anne-Laure et Monique, une coordination par Françoise, laquelle sera présente dès potron-minet, à 7h au bureau, pour saisir et publier les résultats accessibles dès 9h ! D’excellents parcours avaient été préparés par Gilles, enfin les arrivées étaient pointées par Jean-François et son équipe très présent à la VHF « Tout bien fait ».

Pour l’ensemble des coureurs, un parcours bien dessiné de 115 milles enroulait les îles du Morbihan, Belle Île et Groix, avant l’arrivée officielle à Lorient. Parcours plus rallongé pour les Multi 2000, qui les faisait descendre jusqu’à Sud Guérande et friser les Glénans.

La flotte IRC était bien présente avec 75 bateaux alignés. Cette épreuve rassemblait les équipages et les duos, catégorie reine, celle la plus représentée avec 51 voiliers, tous très affutés.

Le jeu était ouvert avec des conditions de navigation variées et parfois compliquées. Il fallait rester attentif. Entre 8 et 16 nœuds avec parfois des claques à 20 nœuds et une mer assez formée sur l’ensemble de la course.

La ligne de départ était longue et orientée 20° bâbord amure. Dès le départ, la flotte se scinde en deux avec des options plus ou moins payantes.

Un passage de la Teignouse sous spi au largue serré (intéressant pour la configuration des voiles d’avant) avant une descente toujours sous spi vers la bouée des Galères pour ensuite enrouler Belle île sur Tb et basculer sur une allure de près dans la remontée vers Groix : « Notre briefing météo réalisé avec Pierre Le Roy nous a été utile avec l’anticipation des variations de vent. Il fallait bien repérer les heures et amplitudes des bascules liées aux brises thermiques pour aller du bon côté et se positionner correctement par rapport à la flotte. Pierre court par ailleurs en mini et … cherche un sponsor ! » nous confie Penny Aubert.

En tête de flotte, la course se joue sur le bord de près vers l’ile de Groix où la rotation à anticiper va atteindre 20/25°. Une bonne partie de la flotte privilégie la terre ce qui n’était pas la bonne option et prend donc du retard avec ceux qui sont partis à gauche.

A Pen Men, un duel de virements de bord entre Un Papillon contre l’eczéma et Georgia se dessine. Sous Solent, Georgia relance moins bien et Papillon prend l’avantage se faisant repasser ensuite à l’envoi du spi !
Au portant, ensuite, rotation nord, à droite avec le thermique entre Groix et Belle île, bien anticipé par Papillon qui se positionne pour récupérer la pression et prend de l’avance sur ses concurrents directs.

Nouveau passage de la bouée des Galères puis largue avec un duel toujours aussi serré entre le trio de tête : Groupe 5 de Patrice Carpentier, à ce moment encore largement en tête, Papillon puis Georgia au coude à coude avec Ciao-Ciao de Paolo Mangione, vainqueur de l’édition 2018.

Deuxième bord de près entre Groix et Belle île avec un important clapot qui obligeait les barreurs à rester très concentrés pour garder leur cap et une vitesse intéressante. Penny Aubert précise : « Le rôle de l’équipier était important pour garder une bonne vitesse, il devait bien ouvrir les voiles après chaque arrêt buffet pour faire repartir le bateau qui tapait dans les vagues. »

Entre Pen Men et l’arrivée, les écarts se creusent et Papillon prend définitivement le large devant Georgia pour passer la ligne d’arrivée en tête.

Informations insolites durant la course :

D’aucuns ont recherché certains bateaux comme Galatée a l’AIS (obligatoire) et a rappellé aux voiliers l’obligation des gilets pour les doubles et que l’AIS soit en marche en permanence durant la course. Petit moment d’animation très sympa à la VHF de la part de Patrice.
Un MOB qui s’était déclenché de manière intempestive a été l’objet d’échanges attentifs entre les coureurs vigilants sur la sécurité.
Léon et Mécaniques Expertises ont tricoté la ligne d’arrivée une maille à l’envers puis une maille à l’endroit…

Au classement IRC double, la palme revient au tandem Alain Peron-Jean-Marc Chavigny sur leur JPK 1010 Un Papillon contre l’eczéma, également 1er overall.
Il s’impose devant le Sun Fast 3200 Georgia de Penny Aubert avec Joe Lacey et l’A35 Galatée de Jean-Louis Goblet et Fanny Adam.
En IRC équipage, c’est Philippe Baetz sur Musix son J112 qui tire son épingle du jeux et l’emporte après 17:53:25 de course. Il devance ainsi Louis-Marie Dussere (Raging Bee 2) et Yves Loday (Codiam) avec Jean-Claude Nicolleau.

En Multi 2000, R Guillemot l’emporte sur Hallucine suivi de Christian Guyader sur Guyader Mext et H Le Reste sur Quick Silver. En Osiris, Joke de S Blévin est suivi d’Alix de R Prime et de Miss J de F Guillemot. Au scratch toutes catégories, c’est sans surprise que Le Cigare Rouge de Jean-Marie Patier l’emporte. Il était accompagné pour l’occasion de ses anciens tours du Mondistes : Jean Luc Van Den Heede et Catherine Chabaud.

Cinq équipages ont dû abandonner, et un seul est arrivé hors temps.

Une belle course ensoleillée, avec un vrai plaisir de naviguer qui se terminait à Lorient et un retour vers la Trinité ou leur port d’attache pour les autres .
La SNT prévoit la prochaine édition les 13 et 16 mai 2021.

Retrouvez ici les Calendriers des Championnats UNCL 2020

Rendez-vous le 11 septembre à Lorient pour l’Atlantique Télégramme de Lorient, prochaine épreuve inscrite au calendrier des Championnats UNCL Manche Atlantique 2020.

@Crédit Photo : Yvon Bellec