GASCOGNE 45 5 2022 : LA formidable devenue classique de la Rochelle

Idée, née du team Transquadra de la rochelle, avec son coach Marc Reine, organisée par la Rochelle Nautique sous l’égide de la FFV, la 45 5 ambitionne d’emmener les coureurs à 170 miles à l’ouest dans le golfe de Gascogne, au nord de l’Espagne en aller-retour vers la fameuse bouée météo, 45 5.

Les organisateurs ont réussi à attirer 39 bateaux, malgré une année Transquadra puis Cap Martinique qui se déroule en même temps. L’organisation est à la hauteur de l’épreuve pilotée par la Rochelle Nautique : Etienne Chabry à l’organisation, Dominique Flayac aux contrôles sécurité, François Seruzier, Directeur de course, Patrick Maurin, Président du Comité de Course et Bernard Bonneau, Président du Jury.

Le départ donné le jeudi 5 mai à 16h, près des Minimes s’est réalisé dans des conditions météo parfaites, vent de 12 à 18 nœuds d’ouest, avec une rotation de 25° à droite, a permis la sortie du pertuis rochelais de tous les coureurs précédés par Kriter VIII, bateau amiral de la flotte. Après passage d’Antioche, au sud de Chassiron, Fripouille, l’excellent 3300 est le 1er à plonger sous code alors que l’ensemble de la flotte continue au près débridé tribord amure.

La plupart des bateaux passent progressivement sous code ou A3 pendant la nuit et font route directe dans un vent variable en direction de la bouée à virer, 45 5.

Le retour s’effectue au près babord amure, avec un vent très variable en force et en direction, permettant de naviguer sur un seul bord jusqu’à proximité d’Oléron permettant la reprise de service des voiles asymétriques grâce à une rotation gauche du vent à 5 – 10 miles du phare d’Antioche permettant à nouveau de naviguer vite à plus de 8 nœuds.

Pour finir une traversée du pertuis d’Antioche sous spi asymétrique et symétrique pour certains jusqu’à la ligne d’arrivée malgré un gros refus à ½ mile de la ligne d’arrivée située à la bouée des Minimes. Les premiers bateaux arrivent à 15h30, les suivant s’échelonnant jusqu’à dimanche matin.

Très belles performances de Juzzy, Thomas Bonnier, en double, suivi d’Eric Poyet sur Faribole. La suite du classement s’avère serrée. Mispik 7 de Benoit Fagart l’emporte en équipage. Vari, barré par Yann Jestin arrive à 16h 28mn et l’emporte en solo.

A noter la présence remarquée de Wilfrid Clerton qui passe la ligne d’arrivée en tête sur Kriter VIII à 15h24.

La sécurité était un des points clés, bien préparée, avec visites de sécurité et conformité de tous les bateaux avant le départ sous l’égide de Dominique Flayac, mise à disposition de balises de tracking par François Seruzier. Le port de la brassière avec longe obligatoire pendant toute l’épreuve, la veille permanente AIS et VHF, l’Iridium Go, conseillé. L’organisation a été rigoureuse et précise.

A terre, une prestation exceptionnelle, qui réalise un sans-faute depuis l’accueil des concurrents jusqu’à la remise des prix, le dimanche 8 mai à midi.

En effet, la convivialité est le maitre mot de cette régate originale avec un accueil des plus sympathiques avec des repas d’équipages très réussis. L’accueil avant et après la course par l’équipe de choc, était réalisé par Brigitte Apolda, Marie Flayac, Anne Phelipon Viviane Maurin et Jean-Claude Barré, tous bénévoles, qui proposaient, jour et nuit en continu, huîtres fraîches, entrecôtes frites pour les équipages au fil de leur arrivée dans une ambiance très conviviale très réussie.

Pour Brigitte Apolda, double casquette avec les contrôles sécurité et l’accueil au club « Les contrôles ça m’apprend plein de choses et notamment les contacts avec les coureurs et favorisent les rencontres, retrouver et reconnaître les coureurs dans le club a l’occasion des repas ».

Jean Claude Barré, à l’origine de cet accueil maintenant bien reconnu comportant huitres – qu’il a ouvertes toute la soirée – entrecôtes frites à toute heure au fil des arrivées des coureurs, organisation véritablement unique !

Viviane Maurin, Marie Flayac et Anne Phelippon avec Brigitte et Jean-Claude, assurent avec chaleur, gentillesse et disponibilité l’accueil et la prise en charge de tous les concurrents.

Paroles de concurrents :

Jérôme Apolda et Yan Sibé, sur Fastlane Élan 350 soulignent :

« un nombre de dauphins joueurs incroyables ! L’un d’entre eux faisait un flap dans l’eau avec sa nageoire à proximité du barreur.

Très beau temps, avec un vent de mer agréable dans un golfe de Gascogne peu agité.

La fin de course en cuillère pour rentrer dans le pertuis d’Antioche sous génois puis A3 » aura été un bon moment pour Philippe Triem sur Phu Cam.

A noter la présence d’équipages familiaux dont Alix Lefevre sur le Sun 3200 Kiralamur était l’une des trois femmes à participer à cette 45 5 avec son père, Pierre. Elle a aimé le départ « Tu sais pas trop où tu vas, ni ce qui va se passer… c’est très sympa. »

Partenaire de la 45 5 et de là Duo Cat Amania, Grassi bateaux est présent, pour Olivier « l’arrivée et l’accueil des femmes avec les huîtres, course chouette 100% La Rochelle. Cette course ouvre la saison avant l’Ar Men et la Duo. »

A venir également la prochaine course en solo : la fameuse course des Iles.

Clin d’œil à Henri Laurent qui a mis à disposition son Sun Fast 3200, Cœur de Chauffe, qui faisait hôtel pour Etienne Chabry et a permis d’accueillir tout le matériel de con voyage de concurrents !

Au total une course très réussie, organisée par la Rochelle Nautique avec Etienne Chabry omniprésent, en amont et tout au long de l’épreuve. Une réussite cette belle course, à l’année prochaine !

Site internet de l’épreuve : https://www.larochellenautique.com/gascogne_45_5/

Article rédigé par Penny Aubert et Alain Roland

40 équipages et 500 marins au départ de la Porquerolle’s Race 2022

Dans 10 jours sera donné le coup d’envoi de la deuxième édition de la Porquerolle’s Race, organisée par le Yacht Club de Porquerolles (YCP), du mercredi 25 au dimanche 29 mai. Le nombre d’inscrits continue de s’étoffer et pas moins de 40 équipages représentant près de 500 marins sont inscrits à ce jour. Ces derniers retrouveront avec bonheur les eaux de la baie de Hyères, après la frustration des deux dernières éditions annulées pour raisons sanitaires.

La deuxième édition de la Porquerolle’s Race renoue donc avec la compétition au plus haut niveau de l’IRC. A quelques trois semaines du début de l’épreuve, 40 équipages ont déjà pris date pour ce nouveau rendez-vous inscrit au calendrier du Championnat UNCL Méditerranée et organisé durant le week-end de l’Ascension. La liste des inscrits va continuer à s’étoffer dans les jours qui viennent et les organisateurs espèrent réunir une cinquantaine de voiliers sur la magnifique baie de Hyères.
Les parcours seront de types construits ou côtiers et le programme s’annonce intense dans une zone de navigation réputée pour le haut niveau sportif de ses régates. Le programme à terre sera également soutenu par de nombreuses festivités, dans un esprit convivial qui contribue comme à son habitude, au charme des régates organisées par le Yacht Club de Porquerolles.

Parmi les inscrits, plusieurs Class40′ et l’emblématique 12 MJI French Kiss.
La Porquerolle’s Race est ouverte à tous les monocoques jaugés IRC, à l’exception des sportboats. On note cette année la présence de plusieurs Class 40 au départ, ces monocoques réputés pour leur vélocité au grand large. Mais la course accueille également lors de chaque édition des voiliers mythiques à l’image cette année du 12 MJI French Kiss skippé lors de l’America’s Cup 1987 par Marc Pajot. Ce dernier s’était hissé à l’époque en demi-finale de la Coupe Louis Vuitton à Fremantle (Australie). Nul doute que la présence de French Kiss en baie de Hyères fera aussi le spectacle lors de la Porquerolle’s Race 2022.

Programme de la Porquerolle’s Race 2022

Le mercredi 25 mai prochain sera consacré à la validation des inscriptions. Puis, à partir du jeudi 26 mai, les équipages prendront part à quatre jours de régates intenses, jusqu’au dimanche 29 mai où seront connus les vainqueurs de la Porquerolle’s Race. Une nouvelle édition marquée par la volonté constante du YCP de professionnaliser toujours son organisation.


Informations Championnat UNCL 2022 Méditerranée en équipages : Méditerranée en équipages

©-Eric-Vally-YC-Porquerolles

Contact événement
Yacht Club de Porquerolles
Aurélie Lhuillier
0494583449
yachtclub-porquerolles@wanadoo.fr

Au large de Saint-Tropez : top départ le 1er juin !

Du 1 au 5 juin 2022 pour les 600 et 400 Nautiques

Créée par la Société Nautique de Saint-Tropez en 2010, la fameuse « Course au large » de la Société Nautique de Saint-Tropez va s’élancer le 1er juin 2022. Ouverte aux équipages, aux solitaires depuis 2015 et aux équipages doubles depuis 2016, cette épreuve se court avec la jauge IRC. 

À la suite du report de la course en 2021 au mois de juin qui a séduit les concurrents notamment la Class40 de Méditerranée, le comité de course dirigé par Georges Korhel a modifié la date de l’épreuve initialement organisée au mois de mars.

La possibilité de choisir sa course, 400 ou 600 Nautiques en solo, duo ou en équipage et les magnifiques parcours proposés en Méditerranée décidés la veille en fonction de la météo, séduisent les amateurs de course au large ! Ainsi, pour l’heure et à moins de 20 jours de l’évènement, le plateau de concurrents s’annonce très compétitif. 
Cette épreuve est idéale pour les amateurs ou les professionnels qui participent pour la plupart à d’autres grandes épreuves comme le Vendée Globe, la Transquadra, le Figaro, la Route du Rhum, etc. A l’image de Louis Burton lors de la première édition en 2010, Alexia Barrier, Clément Giraud, Sebastien, Hugues et Jean-Guillem Destremau, Adrien et Robin Follin, Lionel Péan, et tant d’autres…Cette épreuve compte notamment pour le Championnat UNCL Méditerranée dans les trois catégories et fait désormais partie du Trophée Class40 Méditerranée 2022. Une vingtaine de voiliers prendront le départ le 1er juin devant le Port de Saint-Tropez. Du beau sport en perspective pour ces férus du large que l’on pourra suivre en ligne grâce aux balises embarquées à bord ! 

Les ténors du large et des courses en IRC 

En lice, pas moins de cinq Class 40 pour un parcours de 600 Nautiques en solo ; sur son HBF REFOREST ACTION, le navigateur Kito de Pavant qui a participé en 2021 a entraîné avec lui ses adversaires, CENTRAKOR avec Mikael Mergui, FULLSAVE avec Jean-Pierre Balmes, PRENDRE LA MER AGIR POUR LA FORET avec Mathieu Claveau et un habitué de la régate, Laurent Camprubi qui courra cette année sur le Class40 GROUPE BERKEM. Quelques voiliers en équipage seront sur le même parcours de 600 nautiques, KIA ORA avec Emmanuel Pironneau et le Swan 55 avec Valérie Bertaux Fumat NAKAMAL qui participera avec ce bateau à l’Ocean Globe Race… 

Sur le parcours de 400 nautiques, on comptabilise pour le moment trois participants en solo, neuf en duo et trois en équipage. Parmi eux, les plus fidèles de l’épreuve, Richard Delpeut qui fera la course en duo avec son fils comme en 2021 sur son JPK10.30 WALILI tout comme Romain Vidal et son fils sur le J99, JASON. Le multiple champion en IRC, le JPK 10.10 EXPRESSO avec Guy Claeys de la Société Nautique de Saint-Tropez sera confronté aux autres duos sur CALLISTO avec Arnaud Vuillemin, JOOPE avec Olivier Romand, NABLA avec Pascal Caussil, RAGING BEE avec Jean-Luc Hamon, SENSATION 2 avec Thibaut Garnotel, TELEMAQUE 2 avec le jeune duo dont Sébastien Henri, et un nouveau dans la course PNEUMA avec Andrzej Rozycki. Chez les Solos, fidèle et déjà vainqueur de l’épreuveEric Merlier sera à nouveau sur la ligne de départ avec son JPK 10.30 TELEMAQUE 3 face à Nicolas Mourard sur WASABII et Michel de Bressy sur FIGOLO, deux Figaro 2.
Du côté des équipages, trois nouveaux voiliers entrent dans la course avec le Dufour 36 Performance ARCHITEUTHIS2 avec Jacques Silve, le RM 1070 CHAAC avec Emmanuel Unguran et le X442 TEHOANUI mené par Christophe Charbonnier.  

Ce qu’ils en disent :

Kito de Pavant : « En 2021 il annonçait sa participation « J’ai eu la chance de faire beaucoup de courses dans ma vie : des Vendée Globe, Route du Rhum, Transat Jacques Vabre et là, c’est une grande première, s’amuse Kito de Pavant. Il s’agit d’une nouvelle course pour nous …ca s’annonce passionnant ! ». 
Effectivement peu après: « j’ai fait une demande pour l’ensemble des coureurs méditerranéens pour que les 600 milles de Saint-Tropez puissent être qualificatifs pour la Route du Rhum et nous avons eu l’accord de la direction de course. L’épreuve est désormais inscrite au Championnat Class40, c’est une bonne chose ! ».

Christophe Charbonnier : « TeHoaNui, le grand ami en Tahitien. Nous serons très heureux de participer à cette belle course en Méditerranée. Entre vieux copains et plus jeunes équipiers, nous veillerons cependant à faire marcher notre vénérable, mais merveilleuse, monture au mieux, et toujours dans la bonne humeur. »


Valérie Bertaux Fumat : Nakamal et son équipage sont heureux de participer aux 600 nautiques organisé par la Société Nautique de Saint Tropez.

Nakamal est inscrit à L’Ocean Globe Race (OGR) qui célèbrera le 50ème anniversaire de la Whitbread originale de 1973, qui fut la première course en équipage autour du monde. 

Le parcours se déroule en quatre étapes via les trois caps (Bonne espérance, Leeuwin et Horn), pendant huit mois, sur des voiliers hauturiers dessinés avant 1988, sans technologie, sans ordinateur, et sans satellite. Seuls, le travail d’équipe, la détermination, les cartes et les sextants seront autorisés, dans l’esprit de la course originelle. 

​L’histoire de Nakamal est indissociable de celle de son armateur, Arnaud Lizop. Après avoir appris la voile auprès de Marc Linski, à Marseille, il double le cap Horn en 1973, à bord de Pen Duick III, quelques semaines avant le passage de la première course autour du monde en équipage : la Whitbread qu’il rejoint à Rio. Il est alors âgé de vingt ans.​ »

Organisation :

Société Nautique de Saint-Tropez
Nouveau Port- BP 72 
83992 Saint-Tropez

Tel : 0033(0)4 94 97 30 54 

http://www.societe-nautique-saint-tropez.fr/

Facebook(s) SNST : www.facebook.com/societenautique.desainttropez

Facebook de l’épreuve : https://www.facebook.com/900NautiquesSNST/

Chloé de Brouwer
Chargée de communication

Communiqué de presse 1
photos libres de droit avec copyright SNST : https://photos.app.goo.gl/9MK1PB4bngFqMoLQA

Nouveau Port- BP 72 
83992 Saint-Tropez

LD : 0033(0)4 94 97 90 34 
 
www.societe-nautique-saint-tropez.fr/
www.lesvoilesdesaint-tropez.fr/

Corsica Med : Départ lundi de la Saison 2 pour le Cntl-Marseille et le Club Nautique de Macinaggio !

Sport/Voile                                         
Communiqué de Presse
28 Avril 2022



Personne n’a échappé au charme de la première édition : ni les concurrents, ni les organisateurs de cette course au large en équipage, solitaire et double, ouverte aux IRC, OSIRIS, Class40, Mini, qui relie le Continent et la Corse ! Au départ du Cntl-Marseille, cette épreuve recrée une véritable équipée hauturière alliant le challenge de la double traversée à l’irrésistible séduction de l’île de Beauté et du Cap Corse. Si les dates et les parcours ont un peu évolué, le concept est inchangé. Avec plus de 55 bateaux au départ du deuxième acte, dont les contrôles de sécurité commencent ce jeudi 28, la course confirme son attrait et sa pertinence.

Du pied du Château…
Pour la toute première fois, un départ de course à la voile sera donné à partir du Château d’If ; le monument historique le plus célèbre de toutes les îles de la rade de Marseille doit une partie de sa notoriété à un prisonnier imaginaire nommé Edmond Dantès, dont les péripéties ont été comptées avec talent par Alexandre Dumas à la fin du XIXème siècle. Dans la réalité, la forteresse édifiée sur une position stratégique par François 1er en 1527, et qui a constitué longtemps la défense avancée sur la mer de la cité, est un décor de théâtre insensé. « Les courses au large doivent être identifiables par des points très remarquables » explique Samuel Cartier, responsable des événements nautiques du Cntl-Marseille « Les équipages vont faire la Middle Sea Race parce qu’elle  fait le tour de la Sicile et du Stromboli, et parce qu’elle part avec un grand coup de canon dans le port de La Valette. Ça fait deux ans que nous faisons des lignes entre la cardinale Sourdaras et un bateau mouillé au pied de l’îlot, alors on s’est dit que ça aurait pas mal d’allure de faire un départ avec le comité de course sur le Château d’If. » La complicité de l’administratrice des monuments historique a fait le reste. L’histoire de la Corsica Med s’écrit dorénavant au son d’un coup de canon tiré du légendaire fort au trois tours, solidement défendu de hauts remparts munis de plates-formes d’artillerie.

…Au parfum des asphodèles
De la première édition, il reste un souvenir impérissable du côté de l’Ile de Beauté, comme le raconte Isabelle Murzilli, présidente du Club Nautique de Macinaggio, élue au conseil de gestion du Parc Marin, et indiscutable pilier fondateur de l’organisation et de la réussite de l’épreuve «  Je crois que personne ne peut s’imaginer le bonheur que nous avons eu l’an dernier. J’attendais cette épreuve depuis des années, et quand enfin les responsables du Cntl étaient venus en octobre, le Covid a annulé la course. Ce n’est pas possible de savoir l’émotion, quand le premier bateau est arrivé à la Giraglia… On croyait tous que c’était encore La Rolex Cup ! Et puis l’ambiance qu’il y a eu, et même s’il y a eu le Libeccio… et là je peux vous dire que d’ores et déjà il y a une surprise qui les attend de nouveau ! » L’idée d’origine de la Corsica Med est de proposer un rendez-vous hauturier à toutes les catégories d’habitables au départ de Marseille, mettant à l’honneur les rivages de la Métropole Aix-Marseille-Provence et ceux du parc naturel marin du cap Corse et de l’Agriate. La promesse d’une inoubliable étape insulaire en partenariat avec la commune de Rogliano Macinaggio en est une partie intégrante. Au rang des nouveautés, un décalage d’un mois puisque la première édition a eu lieu en juin au lieu de mai en 2022. « Cette année c’est encore mieux, parce c’est le printemps, ils auront les odeurs des asphodèles en plus de celles du maquis ».

Un plateau garni
L’étape insulaire est donc sur la feuille de route de la plupart des catégories, puisque la Corsica Med l’a mise au programme des OSIRIS, qui courent en équipage, des IRC, en solo, en double ou en équipage, comme des Class40.
Belles bagarres en vue parmi les 7 duos engagés, principalement des JPK1010 habitués du circuit, voire même revenu tout récemment de la Transquadra, espérant que le Figaro 2 If skippé par Christine Mora saura tirer parti d’un départ « à ses armes ».
Chez les solos, Eric Merlier, sur Telemaque 3, aura en tête de réitérer sa victoire de l’an dernier face à un redoutable concurrent : Michel Sastre sur Blue 007, vainqueur en titre de la toute première Mini Med en 2018 sur son Mni 6.50 Dame Argo.
Du côté des équipages, Erik Lacoste sur Delos, un Dehler 38 du pôle course du Cntl, vient défendre son titre. La météo pourrait jouer les juges de paix entre le plus grand des engagés, Jivaro le J113 de Yves Grosjean et Equinox le « petit » Dufour 334 Trophy de Christophe Delaporte.
Chez les Class40, quatre bateaux prendront le départ de cette édition – obligatoirement en double pour cette série – parmi lesquels deux qui viennent de boucler la Transat Jacques Vabre, HBF Reforestation de Kito de Pavant et FullSave de Jean-Pierre Balmes. Ils visent tous deux une participation à la Route du Rhum, tout comme Prendre la mer, Agir pour la Foret de Mathieu Claveau. On peut noter que la Corsica Med fait partie du tout jeune Trophée Méditerranée destiné aux bateaux de cette classe.

33 mini sur 500 milles
Grosse fréquentation des Ministes à cette deuxième édition de la Corsica Med, puisque pas moins de 33 bateaux y sont inscrits. Dans le viseur pour beaucoup d’entre eux, mettre une course de plus de 500 milles sans escale et en solitaire dans leur escarcelle pour se pré-qualifier pour les courses de niveau A. « J’espère que les conditions seront bonnes, parce qu’on a eu un début de saison très compliqué, en Méditerranée comme en Atlantique, avec des réductions de parcours des annulations pour cause de vent trop fort. » explique Annabelle Moreau, secrétaire de la Classe Mini. Deux courses de niveau A occupent les esprits : cette année, comme toutes les années paires, la course océanique les Sables-les Açores-Les Sables, et les années impaires, la Mini Transat.
Parmi les engagés, certains ont déjà eu l’occasion de faire la mythique traversée de l’Atlantique : Dorel Nacou sur son proto Vamonos (en 2017), Davide Lusso (qui avait pris le départ en 2013 avant d’abandonner) qui court à bord de Viper, et enfin Djemila Tassin, sur Antistene, qui a bouclé la traversée en 2021 et caracole cette année à la troisième position du classement provisoire Méditerranée. On attend avec intérêt quelques « habitués » comme Alpha Diakaté sur Shamrock.


Point météo :
Le début de course s’annonce avec des petits airs sur les deux premiers jours, suivi d’un petit flux de sud, sud-est basculant au nord-ouest le week-end du 7 et 8.


Programme prévisionnel
Jeudi 28 avril
Accueil des bateaux au Cntl-Marseille

Vendredi 29 avril
10h00 Début des contrôles de sécurité et confirmation des inscriptions (des contrôles de sécurité peuvent effectués avant le 29 avril en accord avec l’organisateur)

Samedi 30 avril
09h00 Suite des contrôles de sécurité et confirmation des inscriptions
12h00 Heure limite d’arrivée des bateaux au CNTL
14h00 Briefing sécurité et skipper en salle Bouveyron (présence obligatoire-émargement)
21h00 Contrôle des feux de navigation

Dimanche 1er mai 2022
19h30 Briefing Météo en salle Bouveyron (présence obligatoire-émargement)
Fin des contrôles de sécurité
20h30 Présentation des participants (présence obligatoire) – Apéritif dinatoire (CNTL)

Lundi 2 mai 2022
10h00 Ouverture de l’émargement
11h00 Bateau en configuration course
11h30 Clôture de l’émargement – Sortie du port pour les Mini 6.50

13h00 Départ Corsica Med
1)    Mini 6.50
2)    IRC, OSIRIS Marseille Macinaggio et Class40
Pour cette deuxième catégorie (les mini ne font pas escale) :
Temps de course approximatif étape 1, entre 24 et 35 heures : arrivées possibles à Macinaggio entre mardi 3 milieu de journée et mercredi 4 au matin en fonction des conditions météo

Mercredi 4 mai
19h Remise des prix de la Ville de Macinaggio, Réception Corsica Med.
Jour et heure confirmés à la fermeture de la ligne d’arrivée à Macinaggio.
Entre le 4 & 5

Jeudi 5 mai (ou autre date en fonction de la météo)
9h00 Émargement,
11h00 Départ Corsica Med Macinaggio-Marseille IRC et OSIRIS, ainsi que Class40
jour et heures confirmés par avenant.

Vendredi 6 & samedi 7mai
Arrivée à Marseille (temps de course entre 24 et 35 heures approximativement)
Palmarès et remise des prix au Cntl-Marseille dès que possible

 
Les parcours

3 parcours différents sont au programme des différentes catégorie
1) Pour les IRC, solo, duo ou équipage, comme pour les OSIRIS 440 milles
Etape 1 : Départ Marseille, jusqu’à Macinaggio
Etape 2 : départ Macinaggio, tour de Capraia retour Marseille
2) Pour les Class40 616 milles
Etape 1 : Marseille, marque virtuelle au nord Sardaigne, remontée le long de la Corse – escale à Macinaggio –
Etape 2 :  redépart vers le Cap Corse, tour de l’île d’Elbe par le sud, retour Marseille
3) Pour la classe Mini 6.50 (pas d’escale) 520 milles
Départ Marseille, les îles Sanguinaires (golfe Ajaccio), Cap Corse, tour de Capraia, tour de Gorgona, retour Marseille


Cercle Nautique et Touristique du Lacydon
Franck Recoing, président du CNTL
Yves Ginoux, vice-président, responsable pôle voile
Francis Habert, responsable de la commission communication
Samuel Cartier, responsable des événements nautiques


Club Nautique de Macinaggio
Isabelle Murzilli, présidente du CNM, élue au conseil de gestion du Parc Marin


Corsica Med
Directeur de Course, Mathias Louarn
Comité de Course, Florence Baudribos
Président du Jury, Tom Grainger
Présidente du Comité Technique, Hélène Silve

www.cntl-marseille.com
suivi des trackers en temps réel sur le site du club, onglet « régates », rubrique « Corsica Med »  
Facebook – CNTL-Marseille
Twitter – @CNTLMarseille
Instagram – cntlmarseille

Photo
Yohan Brandt

Relations Presse
Maguelonne Turcat
06 09 95 58 91

44 ème SPI OUEST France du 14 au 18 avril : Retour à la tradition et aux fondamentaux pour ce Week end Pascal.

Près de 2400 marins seront attendus sur le plan d’eau de la baie de Quiberon au départ de La Trinité sur Mer.

Ce sera aussi l’occasion de retrouver le village et ses animations, de suivre les vidéos des compétitions diffusées en direct ou différées sur grand écran, de profiter de la réouverture du chapiteau, de découvrir les partenaires du spi Ouest France, d’échanger entre coureurs, membres de la SNT club organisateur de la partie sportive et les 200 bénévoles présents sur le site. 

Course majeure de la voile Française connue par le nombre de séries et de participants le Spi Ouest France est devenu une des plus grande régate de voiliers habitables d’Europe mêlant professionnels et amateurs, monocoques et multicoques, bateaux de série IRC et prototypes IRC , croiseurs Osiris.

Le spi Ouest France première épreuve de la saison du bassin Atlantique reste un rendez-vous incontournable pour la construction navale. Les chantiers présenteront leurs dernières nouveautés.

Bien qu’en plein préparatif de Transat IRC Cap Martinique qui partira le 1er mai de La Trinité, les Duos seront présents.  

Les fidèles du Spi Ouest France aiment revenir chaque année sur des bateaux historiques ce qui justifie la création d’un classement spécifique UNCL Vintage pour les Half Tonner.

Majoritaire en nombre les flottes monotypes habitables et sports boat animent particulièrement le plan d’eau. Les jeunes aux dents longues se mesurent aux expérimentés leader de classes. La relève pour les années à venir est bien là.

Rond spécifique et voile spectacle pour les Foiler Easy to Fly. Ambiance Coupe de l’America sur ce support spécifique qui amène des régatiers de renommée internationale.

Au total 20 séries seront représentées sur 5 ronds de la baie de Quiberon, 400 bateaux participeront, 120 départs seront donnés, 30 arbitres veilleront au bon déroulement des régates sur le plan d’eau.

Dimanche 17 avril une sortie du port des 400 bateaux sous voile est organisée sous forme de grande parade avec comme invitée d’honneur la flotte des Pen Duick. Tout est fait pour rassembler les marins d’exception. En plus d’une régate reconnue, le Spi Ouest France devient un évènement culturel maritime, une grande fête de la voile accessible au public.

Crédit Photo : @SNT

A un mois de l’ouverture du village de la Cap-Martinique à La Trinité sur Mer : 40 élus !

Petit retour en arrière ; Depuis l’ouverture des inscriptions lors du Nautic 2019, 83 équipages se sont identifiés sérieusement en franchissant la première étape des inscriptions pour la première édition de la Cap-Martinique. 

30 mois plus tard, ils sont 40 sur le pied de guerre, bien décidés à se réaliser dans l’accomplissement de cette première transat directe, en course et engagée.

Premier constat, une Cap-Martinique, cela se mérite et l’investissement est important. Il faut arriver à concilier vie personnelle et professionnelle avec ce défi sportif très chronophage… On le sait tous, la vie n’est pas un long fleuve tranquille et la Cap-Martinique est quand même un Océan à traverser en course.

Unique et engagée, on vous le dit et c’est marqué sur l’affiche !

Chapeau bas à tous ces compétiteurs qui sont à la hauteur des causes soutenues.

Les Duos :

KUTTEL Adrien, HEGIE Gerry (JPK 10.30 / Sentinel Ocean Alliance)
CARPENTIER Patrice, HOAHER Frédéric (JPK 9.60 / Planète Urgence)
DELEMAZURE Alexandre, WEIL Emmanuel (Figaro 2 / Project Rescue Ocean)
DERVILLE Victor, FIGEAC Gauthier (Ofcet 32 / Énergie Jeunes)
MONTECOT Jacques, LAFITE Samuel (Figaro 2 / Loire Odyssée)
AMEDEO Jacques, TAILLIANDIER Brice (JPK 110 / Te Mana o te Moana)
BURGAUD Olivier, PONTU Sylvain (JPK 10.80 / Contre Vents et Cancers)
GERARD Ludovic, BROSSAY Nicolas (JPK 10.80 / Pure Ocean)
TROUSSEL Olivier, BAUCHER Benoit (JOD 35 / Nidcap)
PAUL Patrick, PAUL Maxime (JPK 10.10 / Association Sainte Bernadette)
GACH Philippe, D’ALLARD Thierry (Pogo 30 / Association Fegaye)
PERON Alain, CHAVIGNY Jean-Marc (JPK 10.10 / Un papillon contre l’eczéma)
MENAHES Ludovic, LE GOFF David (JPK 10.10 / Karrgreen)
CADIOU Loeiz, DELAMARRE Hervé (JPK 10.10)
DE WITTE Tristan, DUTREUX Marcel (JPK 10.10 / Entreprise du Patrimoine Vivant)
SAUZIERES Philippe, VALRAUX François (JPK 10.80 / A Tree for You)
CHERIAUX Jean-François, CHEVALIER Patrick (JPK 10.10 / Les Apprentis d’Auteuil)
FROMENT Quentin, FROMENT Vianney (Figaro 2 / Le Rocher, Oasis des Cités)
WATINE Nicolas, ROCHARD Rémy (A 35 / Choisir l’Espoir)
JACOBSON Robert Rosen, HENDRICKX Gijs (Sun Fast 3300)
D’ABOVILLE Éric, DE LAMINAT Sébastien (JPK 9.60 / Parrains Marins)
AMALRIC Séverine, AMALRIC Pierre-Henri (Figaro 2 / L’Envol)
BARSOTTI Pierre, BOUTHORS Etienne (JPK 9.60 / La Ligue contre le cancer)
FISH Deb, DAVIES Rob (Sun Fast 3600 / Disasters Emergency Committee) 

BEHAGHEL Marc, PINTA Guillaume (JPK 10.30/Aura France)

Les Solos :

JOB Even (Figaro 2 / Oc&aïa)
VIAN Régis (A 31 / Espérance Banlieues)
GAUDRU Philippe (Sun Fast 3600/El Camino de l’espoir)
ISOARD Patrick (Sun Fast 3200 / Enfants du Mékong)
TOUGERON Frédéric (First 36.7 / Radis)
BODIN Stéphane (JPK 10.30 / Les Blairoudeurs)
KELBERT Jean-Pierre (JPK 10.30)
THOMAS Éric (Pogo 30 / Imagine for Margo)
OZON Alexandre (Sun Fast 3300 / Les Voiles de l’espoir)
HAMON Jean-François (Sun Fast 3300 / Architectes sans Territoire)
DOMENECH-CABAUD Laurent (Figaro 2 / AVF – Végécantines)
CHATAIGNER Hervé (JPK 10.30 / Scolioses et Partage)
CORET Pascal (Pogo 30 / CDC Développement)
LEFORT Etienne (A 35)
FOLLIN Adrien (Sun Fast 3300)

La Cap Martinique en chiffres :

0 bouteille plastique autorisée à bord
1 plan de gestion des déchets
1 ou 2 : le nombre d’équipiers à bord
9 : le nombre de jours d’ouverture du village départ à la Trinité sur Mer
1er mai : la date de départ pour tous
19 mai : la date probable d’arrivée des premiers
19 à 22 : le nombre de jours de mer de la plupart des concurrents
30 à 40 pieds (10 à 12 mètres environ) la longueur des bateaux
3 800 miles (7 000 km) à parcourir non-stop

Presse organisation :
Matthieu Honoré (pour Disobey)
+336 30 54 42 90
matthieu@sillages-communication.com

Crédits photos : D. Ravon – Ready Prod – A. Dujoncquoi – CMT Martinique

Photos HD sur demande à matthieu@sillages-communication.com

Bilan de la Transquadra 2021-2022

La Transquadra 2021-2022 aura été une édition exceptionnelle à bien des titres

Tout d’abord parce que la pandémie de Covid 19 s’est invitée et a, non seulement reporté le départ de 13 mois, mais a aussi sérieusement perturbé l’escale de Funchal et le programme à l’arrivée en Martinique. Ainsi, le confinement à bord, en attente de résultat de test, à l’arrivée à Funchal, a été assez dur à vivre : rester coincé parfois 12h à bord après neuf jours de mer, avec restaurants et bars ouverts à portée de voix restera un assez mauvais souvenir. De même, la réception de remise des prix, d’abord annulée puis organisée en mode restreint au dernier moment, ne restera pas dans les mémoires le meilleur évènement de l’épreuve. Un grand bravo néanmoins à l’organisation qui a pu jouer avec les difficultés et a su organiser au mieux cette très belle régate.

Ensuite parce que deux dépressions successives sont venues perturber les alizés et ont barré la route du Sud lors de la seconde étape, obligeant les concurrents à monter plus au Nord que la plupart ne le désiraient. Adieu le soleil et la chaleur et des surfs sur la belle houle longue de l’Atlantique. Au lieu de çà, une première semaine à jouer avec les deux dépressions avec leur cortège de nuages, d’humidité et de vents variables. Et une seconde semaine, avec un alizé puissant, et une mer très peu ordonnée.

Enfin parce que, même si la participation reste élevée, 80 bateaux au total, il n’y aura aucun solo au départ de Marseille, les deux seuls en lice partiront finalement de Lorient.

Mais revenons sur la première étape. Côté Atlantique, scénario pas inhabituel, avec une sortie du golfe de Gascogne passant par une dorsale à négocier, puis des alizés portugais soutenus jusqu’à Madère. A ce jeu classique, les « vieilles coques » raflant les plus belles places, JPK10.10 premier en double et en solo, SF3200 second en double. Côté Méditerranée, scénario classique également avec beaucoup de vent faible, et un bon flux de NE une fois Gibraltar passé. Là encore les « vieilles coques dominent » Figaro2 premier, SF3200 second, JPK10 .10 troisième.  Les belles carènes récentes des JPK10.30 et SF3300 seraient elles moins performantes ?

La seconde étape montrera que non, avec la victoire en solo et en duo atlantique, avec une belle avance, d’un SF3300 et d’un JPK10.30, le second en duo étant aussi un JPK10.30. Même si en duo méditerranée, un JPK10.10 réussit à finalement l’emporter d’une courte tête sur un … Figaro2. Un grand coup de chapeau aux solitaires, dont 6 se classent dans es 15 premiers en temps réel, soit devant beaucoup de doubles, une vraie performance.

Mais dans cette seconde étape, si le bateau et sa préparation ont bien sur contribué, les places sur le podium se sont jouées sur le choix de la route et l’endurance des équipages. L’analyse des routes montre que plus on passait Nord, plus on allait vite, et la route supplémentaire était largement compensée. Cette route très Nord a permis d’éviter les clames entre les deux dépressions et d’avoir un meilleur angle pour la descente dans l’alizé la deuxième semaine. Côté physique, la mer très désordonnée et le vent très rarement inférieur à 20noeud et souvent autour des 30 nœuds, ont mis les organismes à rude épreuve. Les trais étaient tirés à l’arrivée et les vêtements beaucoup plus larges qu’au départ…

Côté matériel, les bateaux ont plutôt bien supporté ce vent soutenu pendant deux semaines. Moins de 10 abandons sur cette seconde étape, dont un sur rupture de mat, beaucoup de spis hors d’usage  et de petits bobos à l’arrivée, mais au final assez peu de grosse casse.

Côté bateaux, près de la moitié de la flotte étaient des Sun Fast, et un quart des JPK. Il reste peu de place pour les autres. L’épreuve passera-t-elle un jour en monotypie ? Au final, un accueil très chaleureux aux étapes, une organisation méritante face aux difficultés, une épreuve difficile mais maitrisée par les concurrents, bref une très belle Transquadra

Article rédigé par Bruno Maerten, membre du bureau de l’UNCL.

Site internet Transquadra : https://www.transquadra.com/

A lire aussi : Transquadra : Noël Racine et Ludovic Sénéchal, Alex Ozon vainqueurs en double et en solitaire

A lire aussi : L’UNCL et la Transquadra 2021-2022 : Un grand cru !

A lire aussi : Transquadra : Retour sur cette deuxième étape à bord de Shamrock V

Orlabay, nouveau centre d’entrainement de course au large de la Trinité sur mer

Orlabay est le nouveau centre d’entrainement, de formation et de perfectionnement à la navigation au large situé en Baie de Quiberon, basé à la Trinité sur mer.

Orlabay, ouvert aux coureurs professionnels et aux amateurs éclairés, ambitionne de réunir une dizaine de Class 40, 20 à 30 Mini 6.50, 20 à 30 IRC Double, plusieurs trimarans Ocean Fifty.

Le Centre Orlabay a pu voir le jour grâce au soutien de collectivités territoriales engagées, dont la communauté de communes AQTA, la commune de Trinité sur Mer et surtout la Compagnie des Ports du Morbihan, partenaire majeur, qui s’organise pour accueillir tous ces bateaux qui contribuent à créer l’activité ce cette filière nautique et économique avec des chantiers de 1er plan, comme Technologie Marine de Charlie Capelle, JPS de Nicolas Grolleau et de nombreuses autres entreprises liées au nautisme.

Ce centre s’inscrit dans la lignée de l’historique Pôle Finistère Course au Large, labellisé par le Ministère des sports et la FFV, et de l’Ecole Nationale de Voile à Quiberon. On a vu ensuite le développement du Centre d’Entrainement Méditerranée de la Grande Motte, puis en 2010, Lorient Grand large, le Centre d’Entrainement Mini de Concarneau et l’excellent groupe Transquadra de la Rochelle. De nombreux autres centres tendent à se développer sur le littoral, à Marseille, Douarnenez, Brest, le Crouesty, Roscoff, le Havre, Saint Gilles, les Sables d’Olonne, Granville, Cherbourg ou Ouistreham.

Orlabay, qui s’inscrit en partenaire de Lorient Grand Large, déploie les objectifs de la Région Bretagne qui souhaite faire rayonner le nautisme s’est créé avec l’appui de nombreux élus : Philippe Le Ray pour AQTA, Gérard Pierre, pour le Morbihan, Yves Normand et Yves Le Blevec, respectivement Maire et Maire Adjoint, de la Trinité sur mer.

Avec un noyau dur de coureurs, ils ont su se mobiliser autour d’Antoine Croyère, Président d’Orlabay et Daniel Souben, Responsable du centre et chargé de la mise en route d’Orlabay. Le centre s’appuie sur Gaëlle Brandin, et plusieurs entraineurs diplômés, titulaires d’un Brevet d’Etat ou d’un Brevet Professionnel, titulaires d’une assurance RC Pro, et d’une carte professionnelle du Ministère de la Jeunesse et des Sports, dont Vincent Kéruzoré pour les Minis et Fabien Delahaye pour les IRC.

Les coureurs se réjouissent d’avoir la présence de Daniel Souben, entraîneur connu et reconnu dans le monde de la régate et de la course au large, qui précise : « Orlabay est un centre d’entrainement légitime du fait de l’histoire de la baie de Quiberon : Caradec, Gahinet, Tabarly, Bourgnon, Moussy, Kersauzon, … étaient basés ici. Nous avons d’excellentes conditions pour travailler dans la baie, former les skippers et les équipages. Nous pouvons être très vite au large. Le site, avec la baie de Quiberon permet d’avoir une activité 10 mois sur 12, avec une volonté politique de ramener des coureurs de haut niveau et contribuer à développer une économie tournée vers la course : chantiers de haut niveau, voileries, gréeurs, matelotage, shipchandlers, etc … Cette filière dispose ainsi d’un véritable intérêt économique. »

Daniel Souben a appris à naviguer entre le Golfe du Morbihan et la Baie de Quiberon, il a grandi autour de cette dynamique Tabarly, Baron Bich, Peyron, et nombreux autres. Il a Plusieurs Préparations Olympiques à son actif en 470, Tornado, avec de nombreuses préparations à l’ENV, il a été coureur en Multicoques ORMA, a réalisé 10 ans de tour de France à la voile, a touché à beaucoup de supports et maitrise son sujet avec de très beaux résultats. Entraineur reconnu, avec l’Extreme Team Morbihan, qui a donné naissance à de nombreux coureurs qui se frottent à la course au large. Il a été entraineur de coureurs de 1er plan dont une équipe suisse en bateaux volants GC 32 et TF 35).

Orlabay, qui répond à une forte attente, a pu commencer son activité en février, à deux mois du départ de la 1ère transat au départ de la Trinité sur mer, la Cap Martinique le 1er mai pour les IRC double et solo, à huit mois de la Route du Rhum pour d’autres classes, et à un an et demi de la prochaine Mini-Transat, sans oublier les autres grands rendez-vous de la saison : Ar Men, Dhream Cup, …

Au programme :

Mini, ils sont déjà 25, avec une liste d’attente, faciles à sortir de l’eau, pilotés par Vincent Kéruzoré et probablement un autre entraineur à venir car de nombreux autres bateaux à venir, dont les 1ers bateaux sortis de chez Technologie Marine puis plusieurs commandés et livrés courant 2022 – 2023 permettant de développer une série, pour les Mini Transat 2023 puis 2025.

IRC – 20 bateaux réguliers, Fabien Delahaye entraine les trinitains rejoints par les lorientais qui viennent s’entrainer. Bonne dynamique du regroupement de bateaux qui s’était organisé au préalable. Seule difficulté : le nombre important de bateaux. Objectif Cap Martinique, Ar Men, Dhream Cup

Ocean Fifty – 2 puis 4 bateaux fin mars. Très belle série avec des bateaux attrayants, équipages pros, comme Erwan Le Roux ou semi-professionnels, reprenant les codes du circuit ORMA : courses en solo, en double et en équipage. Objectif Route du Rhum

Class 40 – 10 bateaux avec une liste d’attente, la série qui monte en course au large avec des leaders dont Antoine Carpentier qui ont en point de mire la Route du Rhum et la Normandy Chanel Race

Orlabay devra penser aux IMOCA, Armel Tripon avait su préparer son bateau à la Trinité.

A noter, l’opportunité portée par Yves Le Blevec, Maire Adjoint et vice-Président d’Orlabay, qui prépare le dossier de demande de disposer de plusieurs bouées d’attente à l’entrée de la rivière de Crac’h, ce qui permettrait d’avoir la possibilité d’entrainer des Ultims et accueillir des bateaux en fin de course à la Trinité. Autres points à travailler : l’infrastructure de stockage est encore à construire, mais il faut saluer l’opportunité de pouvoir transporter les bateaux matés vers les zones artisanales de Kerran ou de Kermarquer développée ces dernières années. Le développement du port étant limité, l’obtention des places au mole Caradec se réalisera probablement sur des critères de programme sportif. L’approche est d’aller au bout de la dynamique sportive.

Les centres d’entrainement sont des acteurs de terrain et proches des coureurs, facilitant les liens, justifiant un travail de concert avec l’UNCL qui porte la Course au Large et contribue à coordonner le développement des centres d’entrainement labellisés ou non vers la FFV et les instances internationales mais également à donner naissance à des courses comme la Cap Martinique, 1ère transat au départ de la Trinité sur mer.

Le centre aura, enfin, une mission de transmission avec les jeunes des écoles de sport de la Baie, en particulier celle de la SNT, la Société Nautique de La Trinité sur Mer.

Penny Aubert

40ème Massilia Cup 1-2-3 avril 2022 : Un final en apothéose !

« Tout vient à point pour qui sait attendre… » disait Rabelais au XVIème siècle. Les 80 concurrents ont été remerciés de leur patience avec une journée somptueuse pour le final de cette 40ème Massilia Cup. Un vent toujours orienté au Nord-Ouest d’une vingtaine de nœuds faiblissant comme prévu au fil de la journée, a permis aux trois comités de course d’enchaîner les manches sous un soleil radieux.

Sous le soleil exactement
Après deux journées aux abris dans un mistral carabiné, les concurrents de la 40ème Massilia Cup n’ont pas eu droit à la grasse matinée dominicale. Café, thé, jus de fruit et viennoiseries servis à l’heure du laitier, le traditionnel briefing sous la tente du CNTL – qui fête également ses 50 ans – volontairement « zappé », tout a été mis en œuvre afin de ne pas perdre de temps pour lancer les courses du jour. Désormais, les comités de course et l’organisation adressent via l’application WhatsApp les horaires, les avenants et les parcours, tout comme les résultats qui sont ainsi immédiatement transmis entre chaque manche.
Et pour les 40 ans de l’épreuve, les bouées géo positionnables autonomes permettent non seulement d’ajuster leur position à distance en fonction des variations du vent, mais également de pouvoir régater en rade Sud sur une zone de reproduction des poissons, jusque-là neutralisée afin de protéger les fonds marins. Le soleil est omniprésent, le froid encore piquant, et la houle résiduelle mal organisée et un fort courant, rappellent les stigmates de la tempête. Avec une précision suisse, les départs se succèdent dès 9 heures du matin. Côtier de 28 milles (52 kms) pour les solos, parcours construits pour les monotypes Surprise et J 70, les IRC 1, 2, 3, 4 et les Osiris. L’idée est de disputer un maximum de courses, notamment dans la série des Surprise qui disputent à cette occasion leur championnat de Méditerranée.
Corinne Aubert, présidente du comité de course de ce rond noir, dont le départ a lieu à quelques encablures du futur village olympique des Jeux de 2024 qui accueilleront les épreuves de voile, est bien décidée à boucler quatre courses pour valider le championnat. Pari réussi ! Mark Howelljones de Théoule l’emporte pour un petit point à l’issue de quatre manches serrées face au Suisse Arnaud Gavairon. En J70 sur ce même rond, Thomas Couturier du club voisin de la SNM, s’impose avec une belle avance sur le jeune lasériste d’Antibes Ian Garreta, et le Tropézien Oscar Péan, fils de Lionel premier Français vainqueur de la Whitbread il y a 36 ans.

Bagarres à tous les étages…
Dans la catégorie solo, Michel Sastre du CNTL s’impose en temps compensé face à Eric Merlier (JPK 10.30 Télémaque 3), à l’issue d’un parcours côtier raccourci à bord de son JPK 10.10 Blue 007 : « C’était une super course dans de super conditions » explique Michel Sastre, tout en pliant son génois. « Nous avons eu entre 20 et 23 nœuds de vent lors du bord de près sous GV et Solent jusqu’à Carry. J’ai décidé de virer à Ratonneau et ensuite c’était direct avec un retour sous spi et quelques empannages à négocier… Plusieurs fois, je me suis demandé ce que j’aurais fait hier (il y avait plus de 50 nœuds de vent). Je suis content, car j’ai ce bateau depuis trois semaines seulement, et je le découvre. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi puissant et rapide quand on sort du mini 650, qui est un véritable kart… »
Yves Ginoux reste un redoutable régatier depuis des lustres. A la barre de son Farr 36 Absolutely II, il s’impose en IRC 3. « C’est ma quinzième victoire dans la Massilia Cup » lance le vice-président du CNTL sourire en coin mais triomphe toujours modeste. « Cette 40ème édition a été un peu bousculée par le mauvais temps, mais aujourd’hui nous nous sommes rattrapés avec une magnifique journée. Je crois que les concurrents ont une fois de plus été compréhensifs et bien accueillis… » En IRC 0, 1, 2, Michel Gendron, fidèle parmi les fidèles de l’épreuve phocéenne l’emporte à nouveau, tandis qu’en IRC 4, Philippe Mazoyer avec sa régularité habituelle et trois places de second, glane un nouveau trophée. Enfin, en Osiris (OSR), Christophe Delaporte gagne cette « Massilia anniversaire », alors qu’en Osiris (OSD), Yvon Laout l’emporte devant 13 concurrents.


Ils étaient à la 40ème Massilia Cup :
Sébastien Audigane, Guillaume Bérenger, Gilles Caminade, Michel Cohen-Adet, Laurent Camprubi, Dimitri Deruelle, Nadège Douroux, Fred Duthil, Bernard Flory, Michel Gendron, Yves Ginoux, Jean-Pierre Laville, Jean-Paul Mouren, Pierre Ortolan, François et Marine Pailloux, Oscar Péan, Richard Sautieux, Lili Sebesi, Yves Silvestro, Philippe Serenon…


Classement général final (avant Jury) 
Solo :
1er : Blue 007/JPK 10.10 (Michel Sastre), 2ème : Télémaque 3/JPK 10.30 (Eric Merlier)… 3ème : Figolo/Figaro Bénéteau 2 (Michel de Bressy)…

IRC 0, 1, 2 :
1er : Adrénaline/Sydney 46 (Michel Gendron), 2ème : Jivaro/ J 133 (Yves Grosjean), 3ème : Chenapan IV/ Ker 40 (Gilles Caminade)…

IRC 3 :
1er : Absolutely II/Farr 36 (Yves Ginoux), 2ème : Les Minots de la Nautique/A 35 (Victor Bordes-Laridan), 3ème : Checkmate/Matt 1070 (Jean-Yves Le Gall)…

IRC 4 :
1er : Rostanbar 2/JPK 10.10 (Philippe Mazoyer), 2ème : Racing Bee/JPK 10.10 (Jean-Luc Hamon), 3ème : Magic Sea/JPK 10.30  (Emmanuel Santelli)…

Osiris (OSD) :
1er : Kick/Bavaria 38 Match (Yvon Laout), 2ème : Overdose Charly/Dehler 36 SQ (Luc Bardat), 3ème : Sagolat/ Grand Soleil 37 B (Brice Aqué)…

Osiris (OSR) :
1er : Equinox/ Dufour 334 Trophy (Christophe Delaporte), 2ème : Yelkouan/
J 111 (Philippe de Saignes), 3ème : Sapajou/ Grand Surprise (Arnaud Fournier)…

Surprise :
1er : Indigo (Mark Howelljones), 2ème : Allegretto (Arnaud Gaivairon), 3ème : Feel Good (Vincent Murgat),

J 70 :
1er : Confluence-Tack/Zappy J (Thomas Couturier), 2ème : Ligue Sud (Ian Garreta), 3ème : Société Nautique de St Tropez (Oscar Péan)…




La Massilia Cup 2022 – 40e édition – organisée par le CNTL
–               Parrainée par Sébastien Audigane
–               Du vendredi 1er au dimanche 3 avril
–               Ouverte aux IRC (solo et équipages), OSIRIS, IRC Vintage et Monotypes (Surprise, Grand Surprise  J70 et SB20)
–               Inscrite aux Championnats Méditerranée Equipages IRC, au Championnat Solo Méditerranée IRC – UNCL ainsi qu’au Championnat de France Voile Entreprise de la ligue Sud
–               Championnat de Méditerranée de la classe Surprise
–               100 bateaux


Cercle Nautique et Touristique du Lacydon
Franck Recoing, président du CNTL
Yves Ginoux, vice-président, responsable du pôle voile
Francis Habert, responsable de la commission communication
Samuel Cartier, responsable des événements nautiques

40ème Massilia Cup
Présidente du Comité de Course des Monotypes : Corinne Aubert
Présidente du Comité de Course des Solitaires : Florence Baudribos
Président du Comité de Course IRC, OSIRIS : Georges Korhel
Présidente du Comité Technique : Hélène Silve
Président du Jury : Tom Grainger

www.cntl-marseille.com
Facebook – page massilia cup
Twitter – @CNTLMarseille
Instagram – cntlmarseille


Relations Presse
Maguelonne Turcat 06 09 95 58 91
magturcat@gmail.com


Crédit Photo : @Yohan Brandt