Annulation du Championnat d’Europe IRC 2021

En raison de la crise sanitaire le Championnat d’Europe IRC 2021 n’a pu se tenir en juin dernier à Hyères. Le report de l’épreuve à l’automne avait alors été envisagé. Mais vu le grand nombre de régates déjà reprogrammées sur septembre et octobre, l’UNCL et le COYCH ont conjointement pris la décision d’annuler ce Championnat d’Europe IRC 2021. 

Nous espérons que l’ensemble des régatiers IRC sera présent sur les épreuves prévues et se retrouvera sur Novembre à Hyères du 11 au 14 novembre pour finir en beauté la saison de régates 2021 qui aura été bien perturbée par la crise sanitaire.

Bonne fin de saison à toutes et tous,

Site internet du COYCH : https://www.coych.org/regate/europeen-irc-2021/

Sportivement,

L’équipe d’organisation

 

Massilia Cup 2021 – Xavier Macaire, parrain d’une Massilia d’automne !

Sport/voile                                                    communiqué de presse – jeudi 19 août 2021

39e Massilia Cup – samedi 25 et dimanche 26 septembre 2021

Après deux longues années d’attente, les meilleurs régatiers de Méditerranée se retrouvent, enfin, sur la 39e Massilia Cup, organisée par le CNTL-Marseille, samedi 25 et dimanche 26 septembre. Le Figariste Xavier Macaire (Groupe SNEF), renouant avec le club de son enfance, parraine cette nouvelle édition, qui permettra à l’élite de l’IRC d’en découdre à l’occasion du championnat UNCL méditerranée.

Particularité de cette édition, les concurrents de la Duo Sail partageront le même plan d’eau pour déterminer la meilleure paire de marins du classement IRC double Méditerranée sur l’année 2021. Enfin, comme il est de tradition, le CNTL-Marseille accueillera les OSIRIS et fera la part belle à la monotypie avec les Grand Surprise, et la première apparition des J/70 sur l’épreuve, qui disputeront leur dernière manche de la Coupe de France. Près de 80 bateaux et 700 marins sont attendus sur le futur plan d’eau olympique.

 

Une Massilia d’automne sportive !

“Avec le calendrier qui est bouleversé depuis un an et demi, nous sommes conscients de faire bouger les lignes en organisant cette 39e Massilia Cup au début de l’automne : changement d’habitudes, calendrier 2021 resserré sur six mois au lieu de neuf mois, problèmes sanitaires, économiques… C’est une grande satisfaction de constater, au vu des premières inscriptions, une volonté importante de venir régater sur la Massilia Cup.“ Franck Recoing, le nouveau président du CNTL-Marseille est confiant sur la réussite de cette 39e édition qui se disputera sur deux jours “accueillie“ par la Duo Sail, dont c’est le créneau habituellement.

“La Massilia Cup va tenir un rôle majeur, avec un véritable enjeu sportif“, explique aussi Yves Ginoux, vice-président, responsable du Pôle Voile. “Les bateaux présents chez nous disputent le championnat méditerranée UNCL en IRC, en solo, duo et en équipage. Place au sport et à la compétition !“

Les habitués du mois de mars s’apprêtent à découvrir l’été indien sur la Massilia, qui ne sera pas à l’abri du mistral et encore moins d’un gros coup d’est, plus inhabituel au printemps.

Xavier Macaire, parrain de la Massilia 2021

Xavier Macaire, une pensée pour la Massilia avant la Solitaire…

Enfant du CNTL-Marseille, Xavier Macaire est revenu dans son club de toujours, il y a cinq ans. C’est la 2e fois qu’il parraine l’épreuve reine du club marseillais. La première fois, il était au beau milieu de l’Atlantique, pendant l’épreuve, cette fois, il sera présent et devrait même naviguer. D’ici là, tout le Club est derrière lui et son Groupe SNEF, pour lui souhaiter le meilleur sur la Solitaire dont le départ sera donné dimanche 22 de Saint-Nazaire.

Le talentueux skipper, qui a tiré ses tous premiers bords sur le bateau familial, un Westerly Berwick de 9m60, amarré dans le Vieux-Port au CNTL, a déjà terminé à la 2e place en 2013 et à la 3e place en 2015 de cette course prestigieuse. A noter également dans son palmarès des victoires sur la Solo Maître Coq en 2019, la Sardinha Cup en 2020, la Solo Guy Cotten en 2020 et 2021, et un titre de Champion de France Elite de course au large en solitaire. A noter qu’il participera à la Transat Jacques Vabre, à la fin de l’année, sur un Multi 50 aux côtés d’Erwan Le Roux.

 

La Duo Sail pour couronner la meilleure paire de marins

Créée en 2011, la Duo Sail a renforcé le rôle pionnier du CNTL dans les courses en doubles puisque cette épreuve – qui faisait suite à l’historique Duo Cup lancée en 1992 et toujours organisée à ce jour, ou à la célèbre Duo Max depuis 2004 – a ouvert la voie de la régate en double en Méditerranée en précédant le lancement en 2012 du championnat UNCL IRC.

Les meilleures “paires de marins“ se retrouvent fin septembre, sur le plan d’eau marseillais, pour une nouvelle et ultime étape du Championnat UNCL IRC Double. C’est souvent à cette occasion que le circuit détermine son duo vainqueur de la saison !

 

Espace course de la Massilia (pour les inscriptions en ligne) :

https://www.cntl-marseille.com/actualites/-massilia-cup-2021-726.htm

Site internet de la Massilia Cup :

https://www.cntl-marseille.com/content/MassiliaCup

Attention : majoration des frais d’inscription dès le 11 septembre 23h59

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le programme de la 38e Massilia Cup


Vendredi 24 septembre

10h : Ouverture des confirmations des inscriptions pour tous les groupes,

19h : Ouverture de la Massilia Cup, apéritif de bienvenue,

22h : Clôture des confirmations des inscriptions.

Samedi 25 septembre

A partir de 8h, petit déjeuner pour les équipages au village Massilia Cup,

9h Briefing skippers Massilia Cup IRC Solo et Duo Sail,

9h Briefing skipper Massilia Cup IRC et OSIRIS Equipage et Monotype,

11h Mise à disposition en mer : toutes classes, sauf les monotypes, pour une ou plusieurs courses,

11h15 Mise à disposition en mer pour les monotypes, pour une ou plusieurs courses,

A partir de 18h – After-Race, apéritif dinatoire pour les équipages                                                                                                                        

Dimanche 26 septembre

A partir de 8h, petit déjeuner pour les équipages au village Massilia Cup,

9h Briefing skippers Massilia Cup IRC Solo et Duo Sail,

9h Briefing skipper Massilia Cup IRC et OSIRIS Equipage et Monotype,

11h Mise à disposition en mer : toutes classes, sauf les monotypes, pour une ou plusieurs courses,

11h15 Mise à disposition en mer pour les monotypes, pour une ou plusieurs courses,

Dès que possible après la dernière régate : remise des prix et cocktail au Village Massilia Cup

 

CNTL

  • Franck Recoing, président du CNTL
  • Yves Ginoux, vice-président, responsable du pôle voile
  • Samuel Cartier, responsable des événements nautiques
  • Francis Habert, responsable de la commission communication

 

Facebook – page massilia cup

Twitter – @CNTLMarseille

Instagram – cntlmarseille

 

Possibilité d’interviews

Relations Presse

Raphaël Mira 06 16 26 01 78 – raphael.mira@op-presse.fr

Maguelonne Turcat

 

Photo : Yohan Brandt

Vidéo : Gilles Martin-Raget

 

Rolex Fastnet Race 2021 : une édition pas comme les autres !

De Patrice Carpentier

En raison du Covid, d’un nouveau parcours à destination de Cherbourg en Cotentin, et d’un vent musclé au départ, la Rolex Fastnet Race 2021 ne ressemblait pas aux précédentes éditions !

Compte tenu de la réglementation sanitaire britannique, nombreux furent les voiliers français et en provenance d’autres pays européens, à se regrouper dans le port de Cherbourg avant même le départ, de façon à rallier Cowes au dernier moment. Certains, ayant retenu une place dans une marina du Solent, sont partis le samedi matin pour une dernière nuit « tranquille », et d’autres plus tard pour rallier directement la ligne de départ dimanche matin. Le premier groupe fut étonné de découvrir un Cowes étonnamment calme la veille du départ de cet évènement emblématique habituellement marqué par une activité intense et festive !

Dimanche matin, le temps était pluvieux et le vent soutenu. En sortant dans le Solent pour se présenter sous voilure de tempête, tourmentin et voile de cape, à l’une des « gates » obligatoires de contrôle, on comprenait vite que le départ de la course face au vent dans un Solent rempli de plusieurs centaines de voiliers (337 pour être précis), ne serait pas une partie de plaisir. Mieux valait se mettre à l’abri dans la rivière de Cowes pour établir la voilure de circonstance, GV à 1 ris et foc ORC, avant de prendre son départ dans ce qui ressemblait peu ou prou à une fournaise balayée par 30 nds de vent et plus dans les rafales, et un méchant clapot. Le risque de collision était latent et quelques équipages furent contraints à l’abandon avant même le coup de canon. Et d’autres ensuite… Même si le RORC modifia opportunément l’ordre des départs pour éviter la dangereuse concentration des grands bateaux rattrapant les plus petits.

Le louvoyage en Manche fut tonique la première journée puis plus confortable quand le vent diminua. Des voiliers, la majorité des IRC qui représentent le 2/3 de la flotte, ont tricoté avec plus ou moins de bonheur le long des côtes britanniques jusqu’au DST des Scilly (les DST sont autant d’obstacles qui pimentent cette longue épreuve de désormais presque 700 nautiques en ligne droite). Les voiliers plus rapides, multicoques et IMOCA, ont poursuivi le bord tribord beaucoup plus au Sud en Manche, tel Apivia, le grand vainqueur en IMOCA, qui a été jusqu’au plateau des Minquiers avant de virer de bord.

En mer celtique, il a fallu encore tirer des bords avant de choquer les écoutes en direction du rocher du Fastnet avec là encore un DST à respecter, plus pour éviter que les descendants ne croisent les montants, que pour ne pas perturber un trafic commercial inexistant. Le vent avait tourné au NW pour le gros de la flotte IRC et c’est à bonne allure que les bateaux cinglaient de retour vers les Scilly. Un passage rendu compliqué par la présence d’une zone de calme à traverser – fallait-il passer au nord ou au sud du DST principal ? –. Selon l’heure de passage, la « bonne » option pouvait singulièrement changer. Globalement, il fallait mieux attaquer la Manche du côté des côtes britanniques plus et mieux ventées.

Ensuite ce fut un tout droit ou presque sous spi vent arrière, en direction de la pointe du Cotentin et un nouvel obstacle de taille : comment se positionner au niveau du DST des Casquets pour négocier au mieux Aurigny et dans la foulée le Raz Blanchard en fonction du (fort) courant à l’instant T ? Là encore, il y avait à gagner et à perdre ! L’arrivée à Cherbourg en Cotentin ajoute une nouvelle difficulté, et non des moindres, à ce Fastnet au format « saut d’obstacles ».

Les équipages Français s’imposent en IRC 3 et 4 (et en Double-Handed) et sont sur le podium en IRC 2. Saluons pour commencer la nouvelle victoire du JPK 10.30 Léon. C’était sans conteste le grand favori en IRC 3 et le duo normand, Alexis Loison/Guillaume Pirouelle, a une fois encore mené ce bateau à la victoire dans une catégorie particulièrement nombreuse et de haut niveau. Rappelons que Loison est rentré dans l’histoire de la course en remportant le classement toutes classes en 2013. S’il est respecté en France, Alexis est admiré en Angleterre pour cette incroyable victoire. C’était en effet la première fois qu’un équipage double (il était avec son père) remportait le Fastnet. Avec ce nouveau triomphe, Loison porte à cinq le nombre de ses titres sur la Rolex Fastnet Race… En IRC 3, il devance le duo mixte Henry Bomby (ancien de la Volvo) et Shirley Robertson (double championne olympique) à bord du Sun Fast 3300 Swell et un autre régional de l’étape, Raging-bee², le JPK 10.80 de Louis-Marie Dussère conduit en équipage.

En classe Double-Handed, on trouve Olivier Burgaud et Sylvain Pontu à la 3ème place sur leur JPK 10.80, derrière Léon et Swell. Au-delà du podium, il faut citer Ludovic Menahes et David Le Goff qui ont fait une super course sur leur JPK 10.10 Raphaël, mais ont joué de malchance sur la dernière portion en Manche. En IRC 4, on trouve aussi un équipage tricolore en tête d’affiche. Il s’agit du X 332 Trading Advice.com d’Alain Guelonnec. Depuis 4 éditions, ce sont toujours des Français qui ont remporté cette catégorie, mais c’est la première fois qu’un bateau de cette génération s’impose. Le X 332 a en effet été mis à l’eau en 2003 et son dessin date de 1990. Le skipper résume : « C’est dur à expliquer, nous sommes sur un vieux bateau. Les JPK étaient les favoris bien sûr mais avec ces conditions nous étions très rapides. Quand le vent est faible, ce bateau est fantastique ». François Charles, accoutumé aux places d’honneur sur le Fastnet se classe 3ème sur son Dehler 33 Sun Hill 3 (un voilier qui a lui aussi du mille sous l’étrave).

En IRC 2, le podium se compose de deux JPK 11.80 entre lesquels s’intercale un Oyster 48. Le premier des JPK est celui du britannique Thomas Keen qui s’adjuge la victoire au classement général IRC à l’issue d’une course quasi parfaite. L’autre 11.80 est Leclerc/Hennebont, celui de Richard Fromentin. Que ceux qui songent régater un jour sur un IRC Scow, notent que Palanad, premier Class40, aurait signé le deuxième temps compensé IRC toutes classes derrière le JPK de Thomas Keen à l’issue d’un parcours relativement équilibré entre le louvoyage, le reaching et le portant…

Un dernier mot pour féliciter l’organisation et l’accueil réservé par Cherbourg en Cotentin aux participants. Pour la première fois en 49 éditions (soit presque 100 ans !) que la course arrivait en France, les Normands ont mis le paquet. Bravo et merci à eux !

Site internet : https://www.rolexfastnetrace.com/fr/

Crédit photo : @ Paul Wyeth

De Patrice Carpentier, Membre de l’UNCL

SHAMROCK V – Premier à Funchal !

La 1ère étape de la Transquadra, pour la flotte au départ de Marseille, a été remportée avec une belle avance en temps réel et en temps compensé par le Figaro 2 SHAMROCK V à Bruno MAERTEN, membre du Comité Directeur de l’UNCL, associé à Olivier GUILLEROT. Le bateau est également membre du Pôle Course du CNTL à Marseille.

Equipage et bateau ont su mettre à profit le report de la course pour fiabiliser la préparation de la monture. A l’arrivée à Madère, le seul pépin technique enregistré sur SHAMROCK V concerne… sa cafetière !

Quand à Bruno et Olivier, qui partaient déjà tous deux sur des bases très solides, les entrainements répétés et assidus leurs ont permis d’élever encore le niveau de compétence et la coordination à bord. Leur « plongée » plein sud en Mer d’Alboran était l’option payante. C’est notamment l’avance acquise sur cette partie du parcours, juste avant Gibraltar, qui a permis à SHAMROCK de s’échapper à la sortie du Détroit.

Arriver à Funchal, se faire plaisir et faire une belle place si possible : Bruno et Olivier ont coché toutes les cases ! Victoire bien méritée pour le duo marseillais. Bravo à eux !

L’UNCL

 

Images : ©Transquadra

La Transquadra 2021 courue en IRC : l’ADN de l’UNCL

Comme depuis sa création, il y a 28 ans, la direction de la Transquadra a choisi de faire courir la 10ème édition de l’épreuve qui s’est élancée de Marseille (13 août) et de Lorient (18 août), sous la jauge IRC. Une règle internationale reconnue par World Sailing, adoptée à ce jour dans une quarantaine de pays à travers le monde et qui est devenue le socle de cette course transatlantique réservée aux skippers amateurs, en solitaire ou en double, de plus de 40 ans.

Pour faciliter le travail des organisateurs, le Centre de calcul de l’UNCL dirigé par Ludovic Abollivier, a tout mis en œuvre pour satisfaire les besoins des organisateurs. « Pour chaque bateau engagé, nous avons constitué et transmis au Comité Technique de la Transquadra un dossier précis avec l’ensemble des caractéristiques techniques que les concurrents nous ont transmis, explique Ludovic Abollivier. Puis, j’ai appelé personnellement chaque propriétaire afin de s’assurer que les données transmises et le certificat en résultant étaient corrects. » Imprimé sur le certificat IRC d’un bateau, son « rating » (TCC), appliqué au temps réel pour effectuer le parcours, permettra de calculer un temps compensé, et ainsi établir un classement équitable quel que soit le type de bateau.

La production de certificats de jauge, bien en amont de l’épreuve, a été efficace. Ce travail a été réalisé conjointement avec le Comité Technique de la Transquadra. Pendant de nombreuses semaines, Ludovic Abollivier et Jean-Noël Tourin, trésorier de l’association organisatrice, mais aussi président du Comité Technique de la course, ont travaillé de concert. Il fallait effectivement que tous les certificats soient édités avant la date limite fixée au 30 juin dernier. « Ce fut un vrai travail en commun reconnait Jean-Noël Tourin. Nous avons vérifié ensemble toutes les données des bateaux (mats, gréement, voiles) afin que le jour du départ, il n’y ait pas de soucis. » Résultat lors des deux départs, à Marseille, comme à Lorient, les organisateurs ont pu concentrer leurs efforts sur les vérifications de sécurité.

A bord de ces bateaux, une trentaine de membres de l’UNCL. Avec un seul leitmotiv, se faire plaisir, quel que soit le bateau sur lequel on court, en solitaire et en double. Même si certains comme Alexandre Ozon, vainqueur de la dernière édition, espère bien monter sur le podium. Et avec une surprise, la venue à Lorient de Bernard Mallaret, le sudiste venu se frotter aux fines barres de la côte Atlantique. « On cherche toujours la performance, avoue-t-il. Alors partir de Lorient était logique… » Une envie d’en découdre que tous les membres de l’UNCL partants, comme l’ensemble des concurrents, avaient chevillé au ciré au moment du coup de canon libérateur.

Les membres de l’UNCL engagés dans la Transquadra 2021 selon leur port de départ :

Lorient : Damien JENNER, Hervé CHATAIGNER, Yann JESTIN, Bernard MALLARET, Jérôme LESIEUR, Alain CAUDRELIER, Patrick ISOARD, Alain FEREC, Noël RACINE, Alexandre OZON, Stéphane BODIN, Philippe TRIEM, Julien LEBAS, Frederic PONSENARD, Paolo MANGIONE, Gerard QUENOT, Jérôme APOLDA, Frederic NOUEL, Pascal BERNEDE, Jean-François GOUTEUX, Fabrice TROPRES, Jean PASSINI, Jean-Marc TRIHAN, Bernard GRAFFAN, Bertrand FOURMOND, François HINCKER, Henri LAURENT.

Marseille : Bruno MAERTEN, Antoine LACOMBE, Caroline PETIT, Patrick VAN GAVER

 

Antoine Le Séguillon pour l’UNCL

Images: ©Transquadra

ROLEX FASTNET RACE 2021: Les arrivées se succèdent au port de Cherbourg

James Neville, le Commodore du RORC, un régatier averti engagé sur la Fastnet Race est arrivé dans la nuit de mercredi a jeudi premier en IRC 1 à bord d’INO XXX. La présidente de l’UNCL, Anne de Bagneaux Savatier était présente à son arrivée au port de Cherbourg pour féliciter cette belle performance.

Le Commodore est également deuxième du classement overall provisoire, une sacrée performance. INO XXX a franchi la ligne d’arrivée à 23 h34 dans la nuit de mercredi a jeudi avec un temps de course de 3 jours 10 heures 39 minutes et 58 secondes. Cette performance représente un travail de longue haleine, consistant à prendre de l’avance puis à la consolider à chaque occasion. « Nous sommes très heureux d’avoir tenu bon et d’être restés en tête de notre classe jusqu’au rocher », raconte Neville.

James Neville et son équipage s’imposent en IRC 1
(@ Paul Wyeth)

James Neville, le Commodore du RORC, premier de sa classe IRC 1 à bord d’INO XXX. La présidente de l’UNCL, Anne de Bagneaux Savatier était présente à son arrivée

Mais cette année, l’une des batailles les plus intenses était en IRC 3. Ici, le grand favori était sans conteste le JPK 1030 Léon, skippé par Alexis Loison, toujours en double, cette fois ci avec le Havrais Guillaume Pirouelle. Le duo remporte l’édition 2021 après le titre déjà acquis en 2019 avec Jean-Pierre Kelbert, patron du chantier JPK.

Cette année la bataille était bien plus serrée comme l’explique Alexis : « Peut-être parce que la météo était différente, et je pense que toutes les équipes en doubles ont beaucoup travaillés cette année pour être meilleur. Nous avons vu beaucoup de bateaux très bien préparés, surtout en IRC double.  Je suis très heureux de gagner à nouveau et très satisfait de notre performance. Nous avons poussé très fort à bord et c’est bon pour Guillaume et moi. Nous nous sommes bien entraînés ensemble toute l’année avec le Figaro, alors remporter la Rolex Fastnet Race dans notre catégorie est une grande réussite. » conclu Alexis Loison.

Victoire en IRC Double & IRC 3 pour le JPK 1030 Léon d’Alexis Loison, en duo avec Guillaume Pirouelle
@Paul Wyeth/pwpictures.com

Le voilier Winsome, du célèbre Harry Heijst, membre de l UNCL, du RORC et du Royal Yacht Squadron, habitué à truster les places d’honneur, ne devrait pas faillir à la tradition pour la 49ème édition de la Rolex Fastnet Race, qui arrivait pour la 1ère fois en France, à Cherbourg en Cotentin, qui a réussi un très bel accueil pour cette première édition !

Harry Heijst, membre de l UNCL

L’UNCL félicite l’ensemble de ses membres présents pour cette très belle édition de la Rolex Fastnet Race 2021.

Plus d’informations à venir…

Crédit photo : @ Paul Wyeth

BRESKENS SAILING WEEKEND organisera l’IRC European Championship 2022

L’IRC European Championship 2022 aura lieu à Breskens, Pays-Bas, pendant le Breskens Sailing Weekend. Cette 7ème édition consistera en 4 jours de régates à la fin du mois d’Août. Le nombre et la qualité des bateaux attendus devraient battre tous les records.

Breskens est la porte d’entrée de la voile aux Pays-Bas. La localisation de ce port est stratégique, entre Belgique et Hollande, à la sortie de l’estuaire de l’Escaut sur la Mer du Nord. L’IRC European Championship 2022 bénéficiera des 70 années d’expérience en termes d’organisation d’évènements nautiques et se déroulera sur un plan d’eau parmi les plus compétitifs en Europe. Des conditions météorologiques variées, parfois éprouvantes, et des courants changeants sont toujours à la carte ! Ce bassin de navigation offre par ailleurs de nombreux abris quand les conditions se corsent au large en Mer du Nord. Située à la sortie de l’Estuaire de l’Escaut et entre quelques bancs de sable, éloignée des ports et lignes commerciales, la marina s’ouvre directement sur le large.

Dans le Vlakte van Raan, le Walvishstaart et le Rassen, se sont tenues des compétitions nautiques parmi les plus acharnées, ce qui se perpétue de nos jours grâce à la Fondation que toutes les autorités nautiques locales ont su bâtir et préserver. Breskens est située à une courte distance de beaucoup de pays européens.

En plus de sa position centrale et de l’attrait touristique de sa région, Breskens dispose de tous les services et facilités attendus par les régatiers et d’une vie sociale agréable. C’est aussi l’épicentre gastronomique de la région du Zeeuws Vlaanderen.

Breskens est prête à accueillir les coureurs du 2022 IRC European Championship.

Des informations plus détaillées sur le Championnat seront disponibles dans les mois à venir, dont l’avis et les instructions de course, ainsi qu’un programme social varié et enthousiasmant.

Credit Photo: @Wacon Images / 2019 Breskens event

Virago remporte la Channel Race 2021

Les duos en IRC4 ont dominé le classement général de la Channel Race organisée par le Royal Ocean Racing Club. Tenue dans des airs légers à moyens, la course au large de 98 milles été remportée au général par le MG335 Virago de Jeffrey Knapman (aussi vainqueur du classement en double). Deuxième au classement général, le Sun Fast 3200 Cora, skippé par Tim Goodhew et Kelvin Matthews. Le Corby 25 Duff Lite de Gavin Doyle, a terminé troisième. Duff Lite avait 17 secondes d’avance sur William McGough & Christian Jeffery avec le J/109 Just So.

Félicitations à tous les gagnants dans chaque classe, Eric de Turckheim avec son NMYD54 Teasing Machine, Michael O’Donnell’s et son J/121 Darkwood, Ross Applebey sur son Oyster 48 Scarlet Oyster, Henry Bomby & Sam Matson et leur Sun Fast 3300 Swell, et enfin le Class40 Manic, skippé par Brian Thompson.

Lien vers les résultats complets

Partant de la Royal Yacht Squadron Line à marée descendante, la flotte de 80 bateaux du RORC est partie à l’ouest pour sortir du Solent. La route ingénieuse exigeait alors que la flotte franchisse une ligne virtuelle, au sud de Bournemouth, avant d’abattre pour passer sous le vent de St Catherine’s Point. Une deuxième ligne virtuelle, au sud de Littlehampton, était la seconde marque du parcours. La flotte a ensuite contourné la tour Nab, avant de terminer à Stokes Bay East au large de Gilkicker Point.

  Jeffrey Knapman’s MG335 Virago, racing with Tristan Kemp.
© Rick Tomlinson/RORC

« Il s’agit de notre première course en double, même si nous avions couru, ensemble et les uns contre les autres, plus jeunes dans des canots pneumatiques. » sourit Jeffrey Knapman, vainqueur au classement général. « Pour être honnête, les conditions convenaient vraiment à la configuration du bateau. Le no 2 est notre plus grand foc et était parfait pour les conditions en amont. Cette saison, nous avons un spinnaker beaucoup plus grand, ce qui augmente notre rating, mais augmente vraiment la puissance du bateau. » Jeffrey et Tristan ont réussi à dormir deux heures chacun dans la première moitié de la course. « Il est inhabituel de dormir autant, mais cela nous a aidés à être proactifs dans la dernière partie de la course, en particulier en restant attentifs aux changements de vent et a une mer imprévisible. Lorsque le Sun Fast 3200 Cora a terminé, nous avons calculé qu’ils avaient trois minutes d’avance sur nous en temps comprensé. Cela nous a vraiment incités à rattraper le temps perdu pour gagner dans notre catégorie, et au final, nous avons été très surpris de remporter la course au classement général! »

RORC Channel Race 2021
Teasing Machine

Eric de Turckheim’s French NMYD54 Teasing Machine © Rick Tomlinson/RORC

IRC 0
Teasing Machine, le NMYD54 français d’Eric de Turckheim a remporté l’IRC Zero après une bataille fascinante avec le Botin 52 britannique Tala de David Collins. Il remporte cette course avec les honneurs.
« Nous avons eu une bonne course qui a été très intéressante », a commenté Eric de Turckheim de Teasing Machine. « Les waypoint donnaient beaucoup d’options tactiques, surtout l’angle d’attaque et la stratégie avec les courants. La plupart des logiciels de routage fonctionnent en utilisant des points de cheminement, pas des lignes de longitude, aussi vous devez planifier beaucoup plus en avant pour la prochaine étape. Sur la première étape à l’ouest, Tala était sur un extrême sud, et nous étions sur l’autre extrême nord, mais nous avons terminé la course presque ensemble. Au final, Tala a été plus rapide que nous à l’arrivée, mais c’était une bonne course pour Teasing Machine. Place ensuite à la Rolex Fastnet Race, et j’ai vraiment hâte d’y participer. »

RORC Channel Race 2021
Darkwood

Michael O’Donnell’s J/121 Darkwood  © Rick Tomlinson/RORC

IRC 1
Le J/121 Darkwood de Michael O’Donnell est le vainqueur en IRC 1, avec trois minutes et 42 secondes d’avance sur le Français Jacques Pelletier et son Milon 41 L’Ange De Milon. Le troisième était l’éclectique britannique Azuree 46 de Colin Campbell.

« Pour nous, battre L’Ange De Milon, qui est une référence étant donné qu’ils ont remporté la dernière Rolex Fastnet Race, souligne vraiment notre performance », a commenté Michael O’Donnell’s. « Pour cette course, ils ont toujours été rusés, et nous avons passé tout notre temps à regarder par-dessus notre épaule. Elle était toujours en contact avec nous, jusqu’à l’arrivée. L’équipe de Pelletier est composée de formidables compétiteurs, et en temps compensé, nous n’avons que sept secondes par heure d’avance. Je suis sûr qu’ils seront l’un des bateaux à battre et que la bataille sera encore une fois difficile pour la grande course. Nous regardons le FAST40+ aussi, et nous sommes compétitifs dans des conditions où ils ne peuvent pas voler, probablement 14 nœuds de vent. Notre occasion se présente quand les conditions de vents sont un peu plus légères, et cette saison se déroule jusqu’à présent dans airs légers. Nous ne serions pas du tout mécontents si les conditions pouvaient être similaires pour la Rolex Fastnet Race. Cela dit, il faut bien naviguer. La course du RORC au printemps a été très utile, car nous avons sorti chaque voile, réalisés beaucoup de manoeuvres et le tout dans diverses conditions. »

RORC Channel Race 2021
Scarlett Oyster

Ross Applebey’s Oyster 48 Scarlet Oyster © Rick Tomlinson/RORC

IRC 2
Le voilier anglais Oyster 48 Scarlet Oyster de Ross Applebey a été le gagnant de la catégorie IRC 2. Deux JPK 11.80 britanniques se sont battus pour la deuxième place. Dawn Treader d’Ed Bell a remporté le duel avec seulement 17 secondes d’avance.

RORC Channel Race 2021
Swell

Henry Bomby & Sam Matson won IRC Three racing Sun Fast 3300 Swell © Rick Tomlinson/RORC

IRC 3
Le duo compose d’Henry Bomby & Sam Matson a remporté l’IRC 3 avec le Sun Fast 3300 Swell. Le J/109 JAGO de Mike Yates et Eivind Bøymo-Malm, a terminé deuxième, à seulement 26 secondes derrière. Le troisième en lice était le Sun Fast 3600 Diablo de Nick Martin. Nick Martin faisait la course en duo avec Calanach Finlayson.

Les Championnats du RORC et de l’UNCL se poursuivent dimanche 8 août avec la 49e édition de la Rolex Fastnet Race. Environ 400 bateaux prendront le départ de la course phare au large du Royal Ocean Racing Club.

Photos: Rick Tomlinson
Report: Louay Habib 

Le calme après la tempête pour les arrivées de la première édition de la Corsica Med

Corsica Med – 28 Juin- 4 Juillet

Le départ de l’étape retour de la Corsica Med a finalement été donné vendredi 2 juillet à 10 heures, 24 heures plus tard que l’horaire initialement prévu en raison des violentes rafales enregistrées dans le port de Macinaggio qui rendaient difficile la sortie des concurrents. Après le fort coup de vent, ce sont bel et bien les calmes meurtriers de l’été méditerranéen que les concurrents de cette première édition ont dû affronter. Pour finir, c’est avec un parcours réduit au passage à une ligne virtuelle située dans le sud du Cap d’Arme sur l’île de Porquerolles qu’a été jugée l’arrivée. Pour une grande partie de la flotte, le final a s’est déroulé dans cette nuit de samedi à dimanche sous un ciel chargé et dans une brume bien peu estivale, avant l’arrivée au CNTL-Marseille qui avait prévu un accueil chaleureux et personnalisé pour chacun.

BLUE 007

Etienne Boyer et Dominique d’Andrimont, vainqueurs en IRC Duo sur Blue 007
Au sein de la classe la plus représentée dans cette première édition, Etienne Boyer et Dominique d’Andrimont, qui ont franchi la ligne d’arrivée à bord de leur JPK 10.10 Blue 07 ce dimanche matin à 2h03, sont presque surpris de leur résultat final. Etienne Boyer raconte « La course 1 était assez simple, si ce n’est un petit intermède avec la Marine Nationale, mais nous nous sommes passés à l’intérieur des îles. Globalement la course était assez linéaire et nous avons un petit rating, donc on a suivi les autres et ça s’est assez bien passé. Le retour était évidemment beaucoup plus compliqué. Nous étions assez bien partis, mais nous sommes restés très au large. Ca a bien payé sur 80% de la régate, mais sur la fin c’était plus difficile parce que les bateaux qui sont allés à terre ont eu beaucoup de mal à y aller, mais ensuite ils sont bien revenus. Le vent était très changeant, très instable et avec de forts calmes. Donc on s’est fait un petit peu peur parce que les autres revenaient très fort ».

Eric Merlier sur Télémaque 3 s’impose en IRC Solo
Vainqueur de la Massilia 2018, et de la Duo Max 2014, Eric Merlier sur Télémaque 3 rajoute une belle médaille à son très beau palmarès de coureur en équipage réduit en franchissant la ligne à 3h36, dans une brume à couper au couteau. « Je suis ravi, évidemment ! D’abord, je voudrais remercier l’organisation, parce qu’ils ont fait un sacré boulot. Il a fallu composer avec la météo et s’adapter pour décaler le deuxième départ. La course aller a été évidemment plus facile que la course retour, mais sur la manche aller je finis second en temps réel, alors qu’au retour je remporte le réel et le compensé, et ça c’est encore mieux ! Au retour, il y a eu des moments super agréables, et des moments difficiles pour les nerfs. C’est le propre des courses en solitaires : ça nous fait passer par des états tantôt difficiles, et tantôt de vraies joies. Quand on retrouve le vent, on a une sensation formidable. Ça a été une très belle course, et finalement comme les duos étaient dans les mêmes timings que nous, on se mesurait à eux également. La beauté de ces courses au large, c’est qu’il faut faire avec tous les éléments différents : la chaleur la journée, la brume, trop de vent ou pas assez. Il y a vraiment eu une très bonne ambiance sur cette première Corsica Med : on a eu un super accueil à Macinaggio, dans cet endroit très agréable avec des gens vraiment très accueillants. »

Belle victoire de Gilles Caminade sur Chenapan IV en IRC Equipage
S’ils ne couraient pas dans la même catégorie, l’équipage du Ker 40 Chenapan IV mené par Gilles Caminade et Dimitri Deruelle et le duo du Class40 HBF – Reforest’action de Kito de Pavant et Gwen Gbick ne se sont pas moins tiré une bourre mémorable pour les honneurs du temps réel, (c’est Kito qui remporte deux fois les honneurs de la ligne) dans la première comme dans la deuxième course. « Etape aller : injustice ! Puisque Kito a réussi à finir, et nous sommes restés dans deux heures et demi de pétole, et les autres concurrents de notre classe arrivent comme des fleurs. L’accueil en Corse était vraiment réussi : nous avons été très bien reçus. Le retour a été une responsabilité difficile pour le comité. Au bout de deux heures de course, nous avons pris une option à terre. On a cru qu’elle n’allait pas fonctionner, mais elle a fini par payer ! »

Erik Lacoste sur Delos remporte l’OSIRIS Equipage
C’est un habitué des podiums de la célèbre Duo Max qui a signé sa place de premier au général en coupant la ligne d’arrivée avec son équipage à 1 heure 30 ce dimanche, mais Erik Lacoste signe sur Delos sa toute première victoire « La première étape, c’était vraiment incroyable : des conditions de navigation idylliques, comme on en rêve dans nos souhaits les plus inaccessibles, une arrivée magnifique sur l’île de Beauté, et un accueil formidable, digne de la légendaire hospitalité de nos amis Corses ! Sur le retour, puisque la régate est la régate – et pas seulement une partie de plaisir – on a eu des conditions délicates, avec une alternance de vent médium, de régimes météo changeants, de petit temps, d’options délicates. A un moment donné, on a pu penser qu’on avait fait le choix des rois, mais quelques heures plus tard nous avons compris que tout était à refaire, et que ce choix n’était pas le bon. Je dois avouer que nous avions choisi une option plutôt à terre, mais un peu par dépit, parce qu’en arrivant sous la cote Corse, nous sommes restés une heure derrière alors que nos adversaires avaient touché une veine de vent, mais on s’est battu dans la bulle avec acharnement, et finalement on est sortis. Voilà ! On est très heureux de cette victoire, parce que quand on ne gagne pas, on met la même énergie, mais pas avec la même satisfaction ! C’est tout le charme de la régate. »

Alcazar Rodriguez sur Shikito et Matteo Bandiera sur Anywave Ocean, doubles vainqueurs en mini : proto et série
Inscrits respectivement en proto et en série, les deux bateaux Shikito Sailing Team skippé par l’Espagnol Alcazar Rodriguez-Alejandro en série et Anywave Ocean skippé par l’Italien Matteo Bandiera ont mis à profit cette course au large en Méditerranée pour entrer dans leur découverte du support et des contraintes de la classe : c’est en effet sans aucune communication possible avec l’extérieur qu’ils ont dû faire cette épreuve, conduisant les organisateurs a adapter leur programme à la météo.

LES RESULTATS (extrait)

IRC Duo
Course 1 :  Cntl-Marseille / Macinaggio
Ludovic Gérard, Nicolas Brossay,  Solenn For Pure Ocean (JPK 10.80)
Etienne Boyer, Dominique d’Andrimont, Blue 007 (JPK 10.10)
Emmanuel Santelli, Sophie Santelli, Magic Sea – SH
Course 2 :  Macinaggio/ Cntl-Marseille
Kito de Pavant, Gwen Gbick, HBF – Reforest’Action (Class 40)
Jonathan Bordas, Gerald Boess, Jubilee
Etienne Boyer, Dominique d’Andrimont, Blue 007 (JPK 10.10)
Général IRC Classe Duo
1) Etienne Boyer, Dominique d’Andrimont, Blue 007 (JPK 10.10)
2) Jonathan Bordas, Gerald Boess, Jubilee
3) Ludovic Gérard, Nicolas Brossay,  Solenn For Pure Ocean (JPK 10.80)

IRC Solo
Course 1 :  Cntl-Marseille / Macinaggio
Eric Merlier, Télamaque 3 (JPK 10.30)
Michel de Bressy, Figolo (Figaro Bénéteau 2)
Course 2 :  Macinaggio/ Cntl-Marseille
Eric Merlier, Télamaque 3 (JPK 10.30)
Michel de Bressy, Figolo (Figaro Bénéteau 2)
Général IRC Groupe Solo
1) Eric Merlier, Télamaque 3 (JPK 10.30)
2) Michel de Bressy, Figolo (Figaro Bénéteau 2)

IRC Equipage
Course 1 :  Cntl-Marseille / Macinaggio
Jacques Silve, Architeuthis2 (Dufour 36)
Pierre Saracco, Magic Freeman (Figaro Bénéteau 2)
Gilles Caminade, Chenapan IV (Ker 40)
Course 2 :  Macinaggio/ Cntl-Marseille
Gilles Caminade, Chenapan IV (Ker 40)
Jacques Silve, Architeuthis2 (Dufour 36)
Pierre Saracco, Magic Freeman (Figaro Bénéteau 2)
Général IRC Equipage
1) Gilles Caminade, Chenapan IV (Ker 40)
2) Jacques Silve, Architeuthis2 (Dufour 36)
3) Pierre Saracco, Magic Freeman (Figaro Bénéteau 2)

CERCLE NAUTIQUE ET TOURISTIQUE DU LACYDON
Franck Recoing, président
Francis Habert, responsable de la communication
Florence Baudribos, vice-présidente
Yves Ginoux, vice-président, responsable du pôle voile

CLUB NAUTIQUE DE MACINAGGIO
Isabelle Murzilli, présidente du CNM, vice-présidente ligue Corse voile
Municipalité de Rogliano et son port Macinaggio
Collectivité de Corse

CORSICA MED
Directeur de Course, Mathias Louarn
Présidente du Comité de Course, Florence Baudribos
Président du Jury, Tom Grainger

Site CNTL-Marseille https://www.cntl-marseille.com/
Les résultats : https://www.facebook.com/CorsicaMed

Photos
Yohan Brandt (HD sur demande)

Relations Presse
Maguelonne Turcat
06 09 95 58 91

Duo Cat Amania 2021: Philippe Girardin et Gwen Thomas vainqueurs sur Hey Jude

Cette grande classique autrefois connue sous le nom des « Vieux Safrans » réunit chaque année une cinquantaine de duos d’amateurs éclairés de plus de 40 ans *, sur un joli tracé à escales en Bretagne Sud. 6 parcours côtiers sont disputés en une semaine. Elle s’est jouée cette année du 19 au 25 juin dernier.

La cuvée 2021 de la Duo Catamania emmenait les coureurs naviguer direction Est, avec un programme au départ de La trinité sur Mer, puis passages par le Crouesty, Lorient la Base, Concarneau, Locmiquelic, Port Haliguen et un final à La Trinité le vendredi 25 juin !

Revivez la 4e journée de la Duo Cat Amania à bord de Chacastal 3 de François Badatcheff et Marc Carre

La semaine aura ravi les coureurs grâce à une organisation toujours impeccable de la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer (SNT), des conditions variées, un niveau relevé sans jamais oublier l’ambiance tant plébiscitée. « C’est une belle semaine de régate qui se termine, » explique Gilles Bricout, le Président du Comité de Course : « Nous avons pu courir six belles étapes malgré des conditions pas si simples. Pendant cette dernière journée, nous avons construit un parcours qui a permis aux concurrents de naviguer sur toutes les allures ».

Ils étaient 55 duos sur la ligne de départ le 20 juin dernier. Pour ce premier jour de course et dans un vent un peu oscillant, les équipages devaient relier La Trinité-sur-Mer au port du Crouesty en réalisant un parcours de 34 milles dans la baie de Quiberon. Après six heures de navigation et un leadership incontesté sur tout le parcours, Philippe Girardin et Gwen Thomas, sur Hey Jude, remportent cette première manche en temps réel et en temps compensé. Ils ont su creuser l’écart dès le départ et s’imposer face à une flotte engagée. Avec l’ouverture de la course à des plus petites unités, les écarts sont assez importants mais la motivation des coureurs reste la même, à l’image de Bertrand Albe et Loïc Ricolleau, sur Alhea un First 31.7, qui ont tenu bon et coupent la ligne avec plus d’1h45 d’écart avec le J120 des premiers.

Jacques Montecot, skipper de Loire Odyssée Pecab : « C’était une belle première journée ! Nous avons pris un bon départ mais surtout, nous avons bien joué au moment de la pétole. Nous avons été sur les réglages tout le temps pour faire avancer quoi qu’il arrive le bateau et le positionner sur la droite d’où le vent devait arriver. Et ça a payé, nous avons été dans les premiers à toucher de l’air. Je participe à la Duo Cat-Amania chaque année et comme toujours le niveau est très bon et l’ambiance est géniale. Nous nous amusons comme des fous, on ne lâche rien et c’est jouissif ! »

Pour la deuxième journée de course, la météo n’a pas gâté les équipages.

Après un début au moteur qui a mené les concurrents du port du Crouesty à la Teignouse, le Comité de Course a lancé une manche vers 13h00. Direction les Birvideaux sous le soleil et dans un vent qui s’est maintenu aux alentours de 10 nœuds et qui a permis un beau départ sous spi. 16 milles à parcourir direction L’île de Groix où le Comité de Course a mis en place l’arrivée. Avec des conditions compliquées, la flotte s’est étendue et les écarts se sont creusés entre les concurrents. Les premiers à avoir coupé la ligne sont Stéphane Bodin et David le Goff sur le JPK 10.30 Wasabii, après 3h de course. Cette belle performance leur permet de remonter au classement général provisoire dont la tête est toujours tenue par Philippe Girardin et Gwen Thomas (Hey Jude) qui ont coupé la ligne en deuxième position.

Stéphane Bodin, skipper de Wasabii : « C’était une chouette journée et nous sommes ravis. Nous avons pris un super départ et ensuite c’était facile, il suffisait de garder une bonne vitesse. Tout le monde dit que le JPK 10.30 ne marche pas dans le petit temps, ce n’est pas vrai !! J’ai déjà participé à la Duo Cat Amania sept ou huit fois mais c’est la première fois avec ce bateau. Je l’ai acheté avec l’objectif de courir la Transquadra et la Cap Martinique en 2022. Avec mon partenaire Davis le Goff, ça fonctionne très bien. Je fais partie du centre d’entraînement de La Rochelle, je voulais venir me mesurer aux Bretons. La Duo Cat Amania rassemble les meilleurs en IRC, c’est donc un super moyen de jauger le bateau avant les transats. »

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas à la Duo Cat Amania 2021. Pour ce troisième jour de course, le vent a été soutenu tout au long du parcours, Gilles Bricout, le Président du Comité de Course en a même profité pour rallonger le parcours prévu. Ce sont donc 46 milles que les 55 duos ont parcouru entre Lorient et Concarneau, en contournant tout d’abord l’île de Groix puis en passant par l’archipel des Glénan. Des conditions musclées avec un vent de 20-25 nœuds allant jusqu’à 30 nœuds à l’arrivée, qui ont ravi les coureurs, très affûtés après une saison hivernale riche en entraînements.

Le match est très ouvert et ce sont Olivier Burgaud et Sylvain Pontu sur le JPK 10.80 Contre Vents et Cancers Gustave Roussy qui remportent la manche du jour et montent ainsi sur la première marche du podium provisoire devant Philippe Girardin et Gwen Thomas (Hey Jude). Ces deux duos sont à couteaux tirés et prennent déjà une confortable avance sur leurs concurrents au général provisoire.

Olivier Burgaud et Sylvain Pontu sur le JPK 10.80 Contre Vents et Cancers Gustave Roussy

Quatrième jour de course pour la Duo Cat Amania 2021, 53 duos ont quitté Concarneau pour Locmiquélic. En effet, deux bateaux étaient non partants ce matin. Les concurrents ont parcouru 40 milles via les Glénan et Men Tréas avant de s’engager dans le chenal de Lorient pour rallier Locmiquélic, le tout dans un vent aux alentours de 10 nœuds le matin et 5 nœuds l’après-midi.

Le podium du jour est exclusivement composé de Sun Fast 3200 avec en première place Alain Roland et Stéphane Ayrault (Tikocco 6), suivis de Jean-François Nouel et Cédric Huchet (Hakuna Matata) et de Loïc Blons et Stéphane Letertre (Delta Voiles Bretagne) qui réalisent leur plus belle performance de la semaine.

C’est sous un magnifique soleil que les 54 équipages de la Duo Cat Amania 2021 ont abordé cette cinquième et avant-dernière journée de course. 41 milles depuis Locmiquélic avec pour destination Port-Haliguen en passant par les Chats, les Birvideaux, les Galères et le passage du Béniguet, de quoi profiter pleinement des conditions idéales. Mise à part une petite pétole au niveau des Chats, le vent a été de la partie tout au long de la journée, avec un départ sous spi dans 8/10 nœuds et l’arrivée dans 15 à 18 nœuds au niveau de Quiberon.

Ce sont Jean-François Cheriaux et Henri Lefebvre sur le JPK 10.10 Ad Hoc qui remportent la manche du jour. Philippe Girardin et Gwen Thomas (Hey Jude) coupent la ligne en tête mais ne prennent que la deuxième place du classement du jour. Au général provisoire, Philippe Girardin et Gwen Thomas (Hey Jude) ont repris le leadership devant Olivier Burgaud et Sylvain Pontu (Contre Vents et Cancers Gustave Roussy).

Faute de vent, le départ de la sixième et dernière journée a été donné deux heures plus tard que prévu. Un parcours de 25 milles de Port-Haliguen à La Trinité-sur-Mer. Une dernière manche décisive et âprement disputée entre les deux duos de tête au classement général provisoire, Olivier Burgaud et Sylvain Pontu (Contre Vents et Cancers Gustave Roussy) et Philippe Girardin et Gwen Thomas (Hey Jude). Ce sont ces derniers qui l’emportent après une âpre bagarre avec leurs copains tout au long de la semaine. Les très réguliers Loïc Blons et Stéphane Letertre (Delta Voiles Bretagne) maintiennent leur troisième place sur le podium face à des adversaires qui n’auront pas réussi à les faire frémir.

 

Philippe Girardin et Gwen Thomas (Hey Jude)

Philippe Girardin et Gwen ThomasHey Jude : « Notre victoire ne s’est pas jouée à grand-chose. Nous avons essayé de diminuer nos défauts et d’exploiter le bateau à 100% sur ses qualités. Nous naviguons ensemble depuis très longtemps et nous nous connaissons par cœur, nous sommes toujours d’accord. Nous tenons à souligner la qualité exceptionnelle de l’organisation de cette régate ainsi que le travail du Président de Comité de Course Gilles Bricout, qui prend toujours les bonnes décisions. On voit qu’il domine son sujet, c’est un vrai marin. Nous avons eu la chance d’avoir eu comme concurrent Olivier Burgaud, un très bon ami et un excellent coureur. Nous avons joué toute la semaine pour la première place du podium et, même si j’aurais été ravi qu’Olivier gagne, je suis encore plus content de remporter une nouvelle fois la Duo Cat Amania. »

Classement Duo Catamania :

https://www.duocatamania.com/classements-2021.html

Photo : @studioleguillou