Gascogne 45/5 et Cap 45/11 : Les inscriptions sont ouvertes !

En raison du report de la Cap-Martinique, la SRR s’associe à l’UNCL et la SNT pour créer un événement majeur et inédit  : La CAP-45/11, une deuxième course au large pour encore plus de défi et de plaisir.

Les deux clubs ont choisi de faire cause commune et d’organiser ensemble et simultanément, avec un même départ le 3 juin prochain de La Rochelle, une épreuve avec deux parcours différents. La CAP-45/11 partira en même temps sur la même ligne que la 45/5, mais en RSO 2 pour un parcours de 750 nautiques et une arrivée à La Trinité.

La Gascogne 45/5 évolue et est reportée au 3 juin

La 45/5 est née du souhait de partir résolument au large, coupé du téléphone et d’Internet, en pleine mer, suffisamment longtemps pour se confronter au grand large hauturier, ses rythmes, ses contraintes et ses émerveillements. L’idée est de se préparer, en configuration de course, aux classiques comme la Transquadra.

La Société des Régates Rochelaises a préparé un programme simple, avec un seul port de départ et d’arrivée (et la gratuité du port avant et après le départ grâce à notre partenaire le Port de Plaisance de La Rochelle !), une immobilisation minimum des bateaux avant la course, une intendance à terre simplifiée avec de la place pour stationner devant les pontons courses.

Le parcours, après les deux premières éditions, a montré qu’il recelait de nombreux pièges, et a donné lieu à des luttes au couteau.

L’édition 2021 permettra aux équipages prenant le départ de la Transquadra de faire un dernier galop en configuration course au large pour valider les choix de l’hiver, bien se défaire du confinement, puis avoir le temps de souffler avant le grand départ le 19 août prochain.

Documents de course

Site internet : http://www.srr-sailing.com/s/11972/45.5

 

La Cap 45/11 : Nouvelle épreuve au large

Un parcours dénommé « Cap 45/11 », qui se courra sur environ 750 miles, innovant, puisque les concurrents devront passer une fois la latitude 45° N et une fois la longitude 11° W, dans l’ordre qu’ils veulent, et rentrer à La Trinité-sur-Mer, berceau de la Cap-Martinique. Ce parcours permettra aux inscrits à la Cap-Martinique et à la Transquadra de patienter et de capitaliser sur toute la préparation déjà engrangée.

Les deux clubs souhaitaient offrir une course aux large aux navigateurs. Avec la SRR comme partenaire, c’est un beau programme qui est proposé. Avec le Fastnet en Août, les skippers pourront garder la forme au large !

Les organisateurs sont heureux d’avoir pu mettre en commun, dans le contexte actuel, leurs forces et leurs moyens pour offrir aux passionnés de course offshore une opportunité de naviguer au large dans les meilleures conditions, bien sûr dans le respect des normes sanitaires qui seront en vigueur.

Une belle montée en puissance et un entraînement parfait pour les doubles et les solos qui partiront fin août sur la Transquadra ou au printemps prochain sur la Cap-Martinique.

Documents de course

Site internet : http://www.srr-sailing.com/s/11982/45.11

PROGRAMME MODIFIE : du 2 au 6 juin 2021

Attention : Majoration des droits d’inscription après le 16 avril !

Les festivités ne sont pas programmées, en l’attente des dispositions réglementaires.

Du 29 mai au Mercredi 2 juin

  • 9h00 / 18h00 sur rendez-vous – Jauge et contrôles

         Présence des bateaux obligatoire à partir du 2 juin 9h.

Mercredi 2 juin

  • 18h00 – Briefing Sécurité, Distribution des balises en sortie

Jeudi 3 juin

  • 13h30 – Briefing météo
  • 16h00 – Signal d’attention

Dimanche 6 juin

  • Entre 12h00 et 14h00 – Proclamation des Résultats

 

Contacts :

  • SRR : Etienne CHABRY, Vice-Président chargé de l’habitable, Société des Régates Rochelaises,

Mail : etienne.chabry@srr-saling.com, tél : 06 83 87 66 92

  • UNCL et Cap-Martinique : Jean-Philippe CAU, Thibaut DERVILLE

Mail : transatirc@gmail.com, tél JPC : 06 80 11 43 84, tél TD 06 11 37 86 15

La Cap 45/11, nouvelle course au large !

La Rochelle, le 11 mars 2021

La SRR (Société des Régates Rochelaises) et l’UNCL (Union Nationale de la Course au Large) unissent leurs forces pour proposer un événement inédit.

Pour des raisons sanitaires connues de tous, l’UNCL et les organisateurs de la Cap-Martinique ont annoncé fin février le report de la course, et, hélas, c’est aujourd’hui au tour de la SRR de reporter l’une de ses épreuves phares qu’est le Grand Prix de Gascogne 45/5.

Dans un calendrier qui se restreint forcément un peu, les deux clubs ont choisi de faire cause commune et d’organiser ensemble et simultanément, avec un même départ le 3 juin prochain de La Rochelle, une épreuve avec deux parcours différents :

  • Le parcours « 45/5 », déjà réputé et qui a fait l’unanimité, qui partira comme prévu de la Rochelle pour y revenir après après 2 ou 3 jours de navigation et près de 350 miles dans le golfe de Gascogne. Le défi est d’aller virer la bouée météo située par 45°13 N de latitude et 5° W de longitude, ouverte à tous en IRC comme en Osiris, la course se veut une course d’entrée dans le monde de la course hauturière, qualificative pour les grandes classiques que sont la Transquadra et la Cap-Martinique.

 

  • Un parcours dénommé « Cap 45/11 », qui se courra sur environ 750 miles, innovant, puisque les concurrents devront passer une fois la latitude 45° N et une fois la longitude 11° W, dans l’ordre qu’ils veulent, et rentrer à La Trinité-sur-Mer, berceau de la Cap-Martinique. Ce parcours permettra aux inscrits à la Cap-Martinique et à la Transquadra de patienter et de capitaliser sur toute la préparation déjà engrangée.

Les avis de courses sont d’ores et déjà disponibles sur les sites web de la SRR, de l’UNCL et de la Cap-Martinique et les courses sont inscrites au calendrier officiel de la Fédération Française de Voile. Les deux clubs souhaitaient offrir une course aux large aux navigateurs. Avec la SRR comme partenaire, c’est un beau programme qui est proposé. Avec le Fastnet en Août, les skippers pourront garder la forme au large !

Notons que les contrôles des bateaux se feront aussi bien à La Rochelle qu’à la Trinité sur Mer, avec un ralliement entre la Trinité-sur-Mer et la Rochelle prévu le 1er juin, de façon à offrir aux concurrents inscrits à la Cap Martinique un « échauffement convivial », et, à tous, un départ en flotte vers l’ouest le 3 juin.

Les organisateurs sont heureux d’avoir pu mettre en commun, dans le contexte actuel, leurs forces et leurs moyens pour offrir aux passionnés de course offshore une opportunité de naviguer au large dans les meilleures conditions, bien sûr dans le respect des normes sanitaires qui seront en vigueur.

Une belle montée en puissance et un entraînement parfait pour les doubles et les solos qui partiront fin août sur la Transquadra ou au printemps prochain sur la Cap-Martinique.

Contacts :

            SRR : Etienne CHABRY, Vice-Président chargé de l’habitable, Société des Régates Rochelaises,

Mail : etienne.chabry@srr-saling.com, tél : 06 83 87 66 92

               

UNCL et Cap-Martinique : Jean-Philippe CAU, Thibaut DERVILLE

                                    Mail : transatirc@gmail.com, tél JPC : 06 80 11 43 84, tél TD 06 11 37 86 15

 

 

 

Documents de Course et Inscriptions bientôt disponibles :

La Cap-Martinique reportée à 2022

Communiqué de presse, le 26 février 2021

A retenir dans ce communiqué :

  • La première édition de la Cap-Martinique est reportée pour raison sanitaire
  • Le départ sera lancé le dimanche 1er mai 2022

C’est en 2022 – et non cette année – que sera lancé le départ de la première édition de la Cap-Martinique. Cette course inédite, dédiée aux amateurs, ne peut en effet pas se dérouler cette année en raison de la situation sanitaire. Comme ils s’y étaient engagés, les organisateurs annoncent leur décision dès fin février, avant que les coureurs n’engagent des dépenses importantes de la phase finale de la préparation sportive. Les raisons de ce report sont multiples expliquent Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau : « Il y a d’une part la situation nationale qui ne permet pas aux autorités de se prononcer sur une éventuelle autorisation et il y a aussi le contexte spécifique de la Martinique avec la probabilité forte d’une arrivée à huis clos. C’est une course dédiée à l’échange, à la convivialité et il est inconcevable à nos yeux de nous priver de ces valeurs fortes. Même si pour nous et pour beaucoup de concurrents qui se préparent depuis longtemps, c’est la décision la plus dure, c’est aussi la plus responsable pour protéger la population. C’est à nos yeux également la plus respectueuse de l’ensemble des parties-prenantes, qu’il s’agisse des coureurs, du public ou des partenaires qui nous accompagnent et que nous remercions. »

Une course bien née

Même si le départ n’a pas encore été lancé, la Cap-Martinique possède déjà les bases solides d’un événement conçu pour s’inscrire dans la durée. Avec 56 équipages inscrits, la Cap-Martinique a su fédérer un large public d’amateurs passionnés, attirés autant par la compétition que par l’aventure du grand large ou le charme d’une destination exceptionnelle : La Martinique. Le premier motif de satisfaction est l’engouement sportif mais les organisateurs saluent également l’engagement des marins pour soutenir une grande diversité de causes solidaires. « Ces deux piliers forment des fondations saines pour l’avenir » soulignent les organisateurs avant d’ajouter : « Notre motivation, notre énergie et notre enthousiasme sont intacts et nous mettons dès aujourd’hui tout en œuvre pour offrir au marins une course à la hauteur de leurs attentes et de leur amour du large. » Du côté de la Martinique, le rendez-vous est déjà pris pour 2022. « Cette transat est une belle vitrine pour la Martinique qui s’affirme comme une « terre de régates ». Nous comprenons bien sûr cette décision et sommes impatients d’accueillir les concurrents dès l’année prochaine » a déclaré François Baltus-Languedoc, Directeur Général du Comité Martiniquais du Tourisme et partenaire majeur de la course.

Contacts :

Presse organisation :
Agence Disobey
Matthieu Honoré
+336 30 54 42 90
matthieu@sillages-communication.com

Presse Martinique :

Charlotte Petitprez I Interface Tourisme

martinique@interfacetourism.com

À vos marques…. Préparez-vous à vous inscrire à la Rolex Fastnet Race 2021

Avec une arrivée inédite à Cherbourg, la Rolex Fastnet Race 2021 sera l’événement phare du Royal Ocean Racing Club (RORC). Elle est cette année inscrite au calendrier des Championnats UNCL 2021 Manche – Atlantique.

À moins d’un mois de l’ouverture de la 48e édition de la Rolex Fastnet Race, le RORC souhaite éviter les difficultés rencontrées lors de l’édition précédente. En 2019, les inscriptions étaient bouclées en moins de 5 minutes.

Afin de garantir une place lors de l’ouverture des inscriptions à 11h00 heure le mardi 12 janvier, il est recommandé d’enregistrer votre bateau à l’avance sur le système de gestion d’entrée de course SailGate du RORC.

  • Évitez les retards – Inscrivez votre bateau sur SailGate dès maintenant
  • Préparez-vous à vous inscrire le 12 janvier 2021
  • Lire le Guide à l’intention des participants
  • Début le 8 août 2021, Cowes

Un guide complet pour les participants est disponible sur le site Web de la Rolex Fastnet Race afin de guider les concurrents – vétérans de la course ou débutants – tout au long du processus d’inscription.

Pour en savoir plus, allez à https://www.rolexfastnetrace.com/fr/enter-race
Contact :
E: racing@rorc.org,
Tel: +44 (0)1983 295144.
Web: www.rorc.org

Droits d’auteur : ©Rolex/Kurt Arrigo

Spi-Ouest-France Destination Morbihan : La flotte IRC est venue en nombre

Ils étaient 105 en baie de Quiberon du 24 au 27 septembre et les résultats aux Championnats UNCL Manche Atlantique 2020 sont maintenant connus.

Traditionnellement courue le week-end de Pâques, la Société Nautique de la Trinité sur Mer et le journal Ouest France, les organisateurs, sous l’égide de la FFV, ont bataillé dur pour maintenir cette 42è édition dans le contexte compliqué de la crise sanitaire. Et ça a marché !  Les comités de course, pilotés par Christophe Gaumont, sont parvenus à multiplier les manches, 88 au total, sur 5 parcours. 330 équipages impatients d’en découdre étaient au rendez-vous de cette incontournable compétition.

Du beau monde mêlant amateurs éclairés et professionnels, monocoques et multicoques, Osiris, monotypes et voiliers de série IRC.

La flotte des IRC était largement la plus représentée avec 47 équipages et 61 Duos. Dernière étape du Championnat UNCL Manche-Atlantique 2020, l’enjeu de cette régate était de taille pour maintenir son bon classement ou grignoter quelques places. Ça a bataillé dur, le niveau était très élevé dans ces deux catégories avec des équipages affutés et des bateaux très bien préparés.

La première journée de régates, un temps retardé pour laisser passer l’orage, s’est déroulée dans des conditions très musclées.

Le coup d’envoi est finalement donné à 14h. Départ à l’anglaise sous spi pour la flotte IRC, direction le rocher de la Vieille à contourner avant un long bord de près jusqu’au large de Quiberon. Le spectacle est magnifique, 20 nds de vent, une mer creusée, et des rafales à 35 nds qui provoquaient de gros coups de gîte. Les régatiers ont été secoués d’entrée. C’était un long parcours sportif qui demandait beaucoup de manœuvres. A ce jeu-là, le redoutable Raging Bee prend vite le dessus et s’impose net et sans bavure dans sa catégorie IRC A, où pourtant le niveau est très élevé.

Toujours très fédérateur, et comme lors de l’Atlantique Le Télégramme, Louis Marie Dussère a combiné à bord de son JPK 1080 un équipage mélangé de jeunes loups du match racing et de copains expérimentés des courses au large. Cocktail gagnant !

En IRC double, la plus grosse flotte en présence, la lutte a été magnifique, surtout dans ces conditions comme en témoigne Alexandre Ozon, vainqueur de l’épreuve sur Sapristi son Sun Fast 3300: « Nous nous sommes bagarrés sur un parcours bien long et manœuvrant où il ne fallait surtout pas rater les transitions….vent moyen de 26 27kts… Et nous finissons 1er en réel et 1er en compensé… Nous sommes contents et kapoute »

Un refus de priorité au passage du Rocher de la Vieille contraint Adeosys, le JPK 10.10 de Ludovic Menahes et David Le Goff, à abandonner, génois déchiré. « Cela va nous coûter plus de 10 places au général car avec l’abandon, on marquera 61 points (c’est plus que pour 3 manches cumulées !!!) »

Grand coup de chapeau à Léon, le JPK 1030 mené par le duo Jean Pierre Kelbert et Fred Duthill, qui très en retard sur la ligne de départ a fait une remontée spectaculaire et pris la 4ème place lors de la première manche. Une vraie « remontada »! Comme nous le raconte Jean-Pierre Kelbert: « Le départ est lancé 4mn 30 avant que nous n’arrivions enfin sur la ligne. La flotte est déjà loin et descend sous spi vers le rocher de la Vieille. A Houat nous sommes déjà revenus en milieu de paquet et le passage du rocher de la Vielle est chaud car les multi croisent aussi en même temps alors que le vent re-grimpe à plus de 25 nds . C’est vraiment limite casse bateaux mais bon on sort du chaudron pour un bord de près assez serré à la bordée vers Méaban à 7 milles de là. Fred règle, je barre et on passe pas mal de monde au vent. On doit être dans les 10 à Méaban et on décide d’envoyer le spi lourd et on reprend encore 3/4 places. A suivre du près costaud jusqu’à sud Quiberon puis Bugalet avec des claques à plus de 30/35 nds. Fred gère les bascules de vent nickel mais le dernier coup à gauche était de trop. Dommage on venait de passer Sapristi le SF 3300 de mon meilleur ennemi Alex Ozon. « wasabi » le JPK 1030 de Stéphane Bodin s’est aussi rapproché et la manche est encore potentiellement jouable. Le dernier bord est court et pas assez ouvert pour spier. Alex va très vite sur ce bord et creuse sur nous. Sur la ligne c’est « Sapristi » qui claque devant « wasabi » quand pour nous c’est quelques secondes qui nous manquent pour faire 3. Nous sommes à la fois contents et très frustrés car les conditions étaient vraiment pour nous ».

Seconde journée du Spi Ouest-France dans la Baie de Quiberon plus clémente, mais avec un départ de régates retardé, Les pêcheurs artisanaux de Lorient ayant bloqué le port de La Trinité-sur-Mer. A 13h30 le comité de course donnait les top départs sur chacune des cinq zones réparties dans la baie. Départ toujours sous spi à l’anglaise, dans un tout petit vent paresseux Nord de 6 à 8 nds. Il fallait bien prendre les bascules et trouver les bons couloirs de pression. Le vent va monter et très vite, la flotte se scinde dans le groupe de tête. Les stratégies s’affinent. Les Sun Fast (Sapristi, Festa 2, What Else) prennent l’option gauche, les JPK (Aileau et Léon) celle de droite. Sapristi s’échappe et remporte cette deuxième manche qui le place en tête du classement provisoire IRC duo devant Léon et What Else. Raging Bee2 maintient sa position en IRC A devant Qualiconsult (le Milan 41 de Jacques Pelletier) et Pen Koent, tandis que Leclerc Hennebont, le JPK 1180 de Richard Fromentin prend la tête en IRC B, devant Musix (J122E de Philippe Baetz) et Codiam le Grand Soleil de Jean Claude Nicoleau.

Beaucoup de casse pour cette troisième et dernière journée de course chez les duos. C’était chaud et même très chaud car le bord sous spi étant court, forcément la flotte est groupée pour passer la marque, chacun demandant de l’eau à la bouée. Confusion, panique, des bateaux se percutent fort et restent bloqués pendant que le reste de la flotte défile.

Sapristi en tête très tôt, confirme sa première position au classement général IRC double devant Leon , qui après un départ à l’abattée peu après le départ, réalise encore une formidable remontée suivi par Whatelse.

Au final, en équipage IRC A Raging Bee 2 s’impose devant l’inoxydable Pen Koent et Qualiconsult, le 41 dessiné par Jacques Valer et construit chez Capelle de Jacques Pelletier.

IRC B, C’est Tiger le MMW33 de Quentin Anne avec Fabien Delahaye à la barre suivi du grand Soleil de Gildas Delon Cap Solidaires En Peloton et du trinitain Yves le Goff sur son A35 Realax.

La 42 ème édition du Spi Ouest France Destination Morbihan a été une réussite tant en mer, qu’à terre. L’organisation de la Cap Martinique 2021 était présente et a remis une bouteille de rhum pour les Duos IRC qui terminaient premiers en temps réel à chaque manche. Un avant-goût de la saison prochaine !

 

Les vainqueurs des Championnats UNCL Manche – Atlantique 2020 sont maintenant connus.

Avec le Trophée des Minquiers qui se courait le même week-end pour les équipages, Le Spi clôt la saison 2020 des Championnats UNCL Manche Atlantique. Les jeux sont faits et nous pouvons dès à présent annoncer les vainqueurs.

L’UNCL se félicite de la régularité de participation des bateaux sur ses Championnats malgré un contexte sanitaire compliqué et un programme chamboulé. Les clubs se sont particulièrement investis pour maintenir leur course en s’accordant intelligemment entre eux sur les changements de calendrier.

Les résultats cette année reflètent bien les forces en présence avec un haut niveau dans les Championnats UNCL 2020 Manche – Atlantique.

SAPRISTI - Alexandre Ozon

Alexandre Ozon : En cette année bien particulière, le niveau était très relevé, faire du bateau n’était pas une priorité mais un bel échappatoire…

Au classement Duo, aux trois des meilleures des 6 manches, les Sun Fast raflent les trois premières marches du podium.

  • 1er : Sapristi, le Sun Fast 3300 d’Alexandre Ozon et Cédric Pouligny (Régates de Royan), 279 points.
  • 2ème : Festa 2, le Sun Fast 3300 de Jean François Hamon (YCCA), 270 points
  • 3ème : Georgia Pour le Conservatoire du Littoral, le Sun Fast 3200 de Penny Aubert, 268 points.

Au classement Overall, aux trois des meilleures des 5 manches courues après l’annulation de la Round the Ireland Race et Cherbourg Race, la tendance s’inverse et ce sont les JPK qui prennent la main.

  • 1er: Fastwave 6, le JPK 11.80 d’Eric Fries (UNCL), 264 points
  • 2ème : Raging-Bee 2, le JPK 10.80 de Pierrick Letouze (YCC), 257 points.
  • 3ème : Leclerc-Hennebont, le JPK 11.80 de Richard Fromentin (CNL), 250 points.

Ces deux catégories de bateaux comptent pour plus de la moitié de la flotte des Championnats UNCL Manche Atlantique 2020 Overall, avec 31 Sun Fast et 41 JPK. Voiliers audacieux et puissants, parfaitement adaptés à la course en solo, en double ou en équipage, ils se sont livrés à de véritables duels sur toutes les manches, avec succès !

Félicitations aux coureurs et organisateurs pour avoir permis le maintien des Championnats UNCL 2020 et on à déjà hâte d’être en 2021 !

 

CAP 300 MILLES VOLVO PEMZEC – quelques milles à bord de Laudato Si

Retour sur la CAP 300 MILLES VOLVO PEMZEC, première course en solo de Régis Vian, membre de l’UNCL sur son voilier Laudato Si, un A31.

Par Régis Vian :

Samedi 26 septembre, 10h30 au Crouesty, départ de la CAP 300 VOLVO PEMZEC. C’est ma première course en solo, en préparation de la Cap Martinique qui partira le 18 avril prochain.

Pour ce départ au vent arrière en direction du plateau de Rochebonne, je décide d’assurer l’envoi du spi derrière le génois. Il y a entre 15 et 20 noeuds de vent. Et là, surprise ! La magie des écoutes et des drisses qui se coincent toujours dans des endroits improbables me joue encore des tours… J’ai donc passé plus de temps à envoyer le génois que le spi. Un comble ! Une fois tout rentré dans l’ordre, spi en l’air et génois sur le pont, je lève la tête. Pas mal de bateaux sont devant. Il en reste tout de même quelques-uns derrière. L’honneur est sauf !

C’est parti pour une longue descente de 80 milles au vent arrière vers le plateau de Rochebonne ! Le vent devrait forcir dans l’après-midi, notamment sous les grains (près de 30 noeuds prévus dans les rafales). Fidèle à sa réputation, mon A31 glisse bien dans le lit du vent, et réclame un peu d’attention pour rester stable. Je constate rapidement que le pilote automatique a du mal à tenir le cap. Au fur et à mesure que la mer se forme, les écarts de route atteignent rapidement une dizaine de degrés… J’ai d’ailleurs perdu une coupelle d’anémomètre dans un départ au lof suite à l’une de ses embardées, deux heures après le départ. Je suis privé d’indication sur la force du vent pour le reste de la course. Je vais donc devoir barrer au feeling jusqu’à Rochebonne. La journée va être bien remplie ! Dans ces conditions, je vais limiter les empannages, tout en cherchant à passer du bon côté des grains, de plus en plus nombreux à partir de l’île d’Yeu. Je parviens à ne pas me faire piéger sous ces gros nuages bien gris en mode aspirateur. Les conditions sont toniques, et je me régale à la barre de mon A31. Je ne compte plus les surfs à 12 noeuds (15,2 noeuds au maximum), avec toutefois une mer un peu courte pour espérer allonger encore la foulée. Ambiance dériveur à bord, avec un petit arrière goût de vacances à la mer…

En début de soirée, à l’approche du plateau de Rochebonne, l’affalage du spi est un peu chaud dans la mer qui se désorganise, les grains qui se renforcent (entre 25 et 30 noeuds), et le pilote qui a de plus en plus de mal à suivre (+/-20 degrés d’écarts de route). Ça ne se passe malgré tout pas trop mal… Heureusement qu’il ne fait pas encore nuit.

Le contournement du plateau de Rochebonne à la nuit tombée est agité, avec un vent soutenu (plus de 25 noeuds) une bonne mer de travers qui met peu en valeur les qualités de mon petit bateau très bas sur l’eau. Ca mouille! Hagat, l’autre A31 de mon copain Alain (qui gagnera en solo) n’est qu’à un demi-mille devant, et Fantasia n’est pas loin derrière.

A ce moment, je reçois un signal d’une balise AIS « Homme à la mer » proche du voilier Kavok, à environ 2 milles un peu sous mon vent.  Je ne veux pas croire au pire, mais la tension monte d’un cran. Je suis le mieux placé pour y être rapidement. Je me déroute… Ces 2 milles sont très longs. Je tente de joindre Kavok par VHF (je ne suis pas le seul d’ailleurs). Il fait nuit noire. Arrivé sur zone, je balaye la mer avec mon projecteur de recherche, et ne voit rien d’autre que la mer bien agitée. Je laisse un message satellite au comité de course, qui me rappelle, mais la liaison est trop mauvaise. Nous sommes en contact VHF avec Hagat et Fantasia, qui ont reçu aussi l’alerte, et remarqué aussi la trajectoire anormale de Kavok.

Fantasia décide d’aller vers la balise, et m’apprête à faire demi-tour vers Kavok. C’est à ce moment précis que Philippe, du voilier Kavok nous prévient par VHF qu’il s’agit d’une fausse alerte. Son gilet et sa balise ont pris l’eau. Vu l’état de la mer, on peut comprendre ! Ca détend un peu ! Mon estomac participe à la fête et se vide sans retenue. J’attaque dans cet état le long louvoyage de 90 milles. Le pilote automatique tient beaucoup mieux cette allure. Je peux donc me reposer un peu. J’attendrai un retour au calme intérieur pour manger chaud… Demain, il fera jour !

Cette remontée est frustrante.  Je ne parviens pas à avoir une bonne vitesse. Hagat qui avance comme un avion me distance mille après mille. Il comptera 8 milles d’avance à Belle-Ile. Fantasia presque un mille. Un dossier à travailler pour la suite… Je rentre dans la baie de Quiberon par le Beniguet, option payante qui me permet de reprendre un peu sur Fantasia.

En route maintenant pour les Glénans. Les relevés météo et photos satellite (merci Windy!) sont clairs: le gros grain sur Quiberon est stationnaire, je peux le contourner (moins large que Fantasia qui reprendra un peu de terrain). Aucun signe non plus de la bascule de vent prévue (encore merci Windy!). Je ne m’écarte donc pas trop de la route directe, il n’y a pas de vent à terre… J’ai mal pour ceux qui sont coincés là-bas.

Je ne suis toujours pas très rapide à cette allure, mais au moins, j’ai évité les pièges ! Après quelques virements de bord, le vent tourne (enfin) brusquement, et beaucoup plus que prévu. Je peux envoyer le spi ! Je ne vais pas le tenir plus de 20 minutes, le vent revenant dans sa direction prévue. Nouveau changement de voile, problème de drisses, je perds un temps fou dans la manoeuvre. Bye bye Fantasia, je ne le reverrai plus! Finalement, ce bord vers les Glénans se terminera comme prévu, par 15 noeuds de vent sous code zéro. Tout ça pour ça!

J’enroule la bouée Jaune des Glénans au milieu de cette deuxième nuit quelques minutes avant Uship et Les petits Paimpolais, et c’est parti pour le retour vers la baie de Quiberon. Ils sont bien énervés et nous arrivons groupés à l’entrée du chenal de la Teignouse. Ca tricote. Mon petit rating a du mal à suivre le rythme et le seul moyen de m’en sortir est de me concentrer sur la stratégie pour tirer le meilleur parti des vents et des courants. Finalement, au gré des options et des bascules de vent, je parviens à passer la ligne une poignée de secondes avant Uship et les Petits Paimpolais. Ouf!

Je termine 5ème sur 13 en solo (dont 6 abandons), et 15ème sur 35 au scratch solo/duo (dont 10 abandons)

Pour ma première course en solo, c’était vraiment un beau parcours de 280 milles, avec une météo variée. Je me suis quand même bien fait secouer autour de Rochebonne, puis au début de la remontée vers Belle-Ile. Les enseignements sont riches. J’ai des courbatures et des bleus partous, et deux gros sujets à travailler pour la suite : la vitesse au près, et le pilote automatique. Beaucoup de satisfactions, notamment celle de voir Hagat, l’autre A31, gagner le classement solo, car Alain et moi avons une affection particulière pour ce bateau exigeant et généreux. Bravo à lui !

Merci à l’UNCL et au YCCA d’avoir rendu cette course possible. Je me suis régalé !

En lien, le compte-rendu de la course: https://www.uncl.com/2020/09/03/manche-atlantique-double/la-cap-300-miles-volvo-pemzec-une-premiere-edition-reussie/

La Cap 300 milles VOLVO PEMZEC : une première édition réussie !

Cette nouvelle course au large organisée par l’YCCA, a été lancée avec le soutien de l’UNCL suite au remaniement du calendrier des Championnats UNCL 2020. En un mois, les deux clubs ont pu mettre sur pied cette nouvelle épreuve inscrite aux Championnats UNCL 2020 Manche-Atlantique Duo et qualificative pour la Transquadra et la Cap-Martinique.

Cette épreuve était ouverte aux Duos et aux Solos, et s’est jouée le week end du 29 au 31 aout dernier au départ du port du Crouesty.

On peut d’ores et déjà dire que c’était une épreuve musclée et engagée. Un peu de casse, 35 bateaux au départ dont 22 en duos et 13 en solos et 10 abandons au total.

Un parcours riche et technique de 300 milles: le Crouesty, Plateau de Rochebonne, retour le Crouesty, passage de la Teignouse, la Jument des Glénan, retour le Crouesty.

Le départ a été donné le samedi 29 aout à 10h30 dans la baie de Kerjouanno pour une descente de 90 miles au portant, avec vent et grains jusqu‘au plateau de Rochebonne.

La flotte, composée essentiellement de JPK, Sunfast et Figaro 2, se scinde assez rapidement en deux groupes. A l’approche de Rochebonne de grosses claques de vent mettent les bateaux à rude épreuve, les spis s’emmêlent, les voiles se déchirent. Un vrai combat !  Le Sun Fast 3300 Festa 2 mené par le duo Jean François Hamon et Alexandre Ozon prend la tête, Aileau juste dans son sillage. Le JPK 1080 d’Olivier Burgaud porte sur cette course les couleurs de Contre Vents et Cancers.

S’en suit une longue remontée au près dans une mer bien formée et un front avec plus de 25 Kts, qui continuera à faire des dégâts parmi les régatiers. La nuit est longue et bataillée. A l’approche de Belle Île, les choix se dessinent. Le passage des sœurs entre les cailloux de Houat et Hoëdic et même par les Béniguets à l’Ouest d’Houat  se sont révélés plutôt payant pour certains. En tête de course, le JPK 1080 a pris les commandes mais Festa s’accroche.

A l’arrière, l’option est gagnante pour Adéosys, le JPK 1010 mené par Ludovic Ménahes et David Legoff, qui recolle aux bateaux du deuxième groupe à l’attaque de la deuxiéme boucle vers les Glénan.

Malheureusement pour eux, la stratégie ensuite de passer entre Groix et Lorient lui sera fatale. Plus de 2 heures de pétrole à attendre le Nord-Est annoncé et à regarder les bateaux ayant pris l’option sud passer. Il ne sera pas le seul à s’être fait piéger !

La longue descente des Glénan vers le Crouesty était plus calme, mais il a fallu gérer avec des refus de vent et de forts courants contraires sur plus de 10 miles. Cela a coûté cher pour ceux qui n’étaient pas rentrés en baie avant 6h du matin !

La bagarre aura été intense entre les 5 bateaux de tête, trois JPK et deux Sun Fast.

Au classement Overall, Festa 2 (Jean-François Hamon) finit à la deuxième place derrière Contre vents et Cancers (Olivier Burgaud) premier, talonné par Mary, le JPK 1030 de Patrice Carpentier, l’autre 1030 de Gérard Quenot Mecanique Expertises termine en 4ème position, et le Sun Fast Wanted de Davy Huguet finit cinquième.

Mention spéciale à Alain Duvivier qui gagne en solo sur un A31 avec une belle 6éme place overall devançant deux JPK, Stéphane Bodin en deuxième position avec son JPK 10.30 Wasabii et Jérôme Lesieur et son JPK 9.60 Fantasia XIII clôturant le podium en troisième position.

Cette régate était qualificative pour la Cap Martinique 2021 et la Transquadra, dont plusieurs ont validé leur ticket. Des conditions de navigation difficiles, de belles stratégies, de belles performances, et de belles batailles sur l’eau pour cette première édition de la Cap 300 milles Vovlo Pemzec!

Article Ouest France : https://www.ouest-france.fr/bretagne/arzon-56640/arzon-un-week-end-sous-le-signe-de-la-voile-6957038#:~:text=Le%20Yacht%2Dclub%20du%20Crouesty,et%20dimanche%2030%20ao%C3%BBt%202020.

Voici quelques récits de certaines mésaventures des régatiers engagés :

  • Pour Jérôme Croyère en solo sur son Figaro 2, au près dans la brise le pilote décrochait et le bateau s’est retrouvé à la cape des dizaines de fois. Après un cocotier dans la descente bien épuisant, les batteries du bonhomme n’étant pas au plus haut, il continue sous GV seul avant de rentrer directement à La Trinité.

 

  • Frédéric Couture sur son Sun Fast 3600 juste au passage de la 1ére bouée de Rochebonne après l’affalage du spi un peu juste dû à un adonnante de dernière minute, en allant reprendre la barre juste déconnectée du pilote, trébuche dans le cockpit, loupe la barre et…le bateau loffe de lui-même, revient sur sa trace et..percute la bouée… Delphiniére cassée et crash box envahie…retour aux Sables.

 

  • Pour Stéphane Bodin sur Wasabii, après Rochebonne, la clavette du pilote saute. Il est dehors avec juste son ciré, il restera à la barre toute la nuit jusqu’au petit matin où il met à la cape, soulève le capot pour aller voir, bricole et repart…Chapeau!

 

  • Pour Christian De Witte et Antoine Ricardou sur leur JPK 10.10 tout rouge, après la première boucle, ils envoient leur code 0 après Meaban, le couteau entre les dents…delphiniére et un bout d’étrave arraché…

De Charentes en Vendée

Suite à l’annulation de la Gascogne 45.5, la Société des Régates Rochelaises met en place une nouvelle course en double, De Charentes en Vendée.

L’épreuve se déroulera du 1er au 9 aout et s’inscrit officiellement dans le calendrier du Championnat UNCL et de la FFV.

Régate en six étapes, ouverte aux flottes IRC et OSIRIS, en double, en solitaire ou en équipage, les courses feront découvrir ou redécouvrir les conches de l’estuaire de la Gironde, les pertuis rochelais et la baie des Sables d’Olonne.

Le Challenge se veut ouvert à tous : les 6 étapes sont indépendantes, peuvent être courues avec des équipages différents, mais bien sûr le classement du Challenge se fait sur l’ensemble des résultats. Les étapes se partagent entre les courses en baies, sur des parcours côtiers, et les courses plus au large, entre La Rochelle, Royan et les Sables. Le Challenge se termine par l’Olona Cup, déplacée par le COVID au week-end du 9 août, rompant avec la tradition du 14 juillet.

L’idée est de reprendre les régates sans attendre, pour satisfaire à l’impatience des coureurs. C’est l’occasion de naviguer avec des équipages, sur des plans d’eau magnifiques ou même au large pour les courses de ralliement comme l’Olona Cup.

 

Retrouvez l’Avis de Course ici : https://www.uncl.com/wp-content/uploads/2020/06/AdC-LR-Royan-Sables-version-200619.pdf

Site internet : http://srr-sailing.com/

Contact :

Etienne CHABRY,

Vice-Président chargé de l’habitable

Société des Régates Rochelaises

Mail : etienne.chabry@srr-sailing.com

Retrouvez ici les Calendriers des Championnats UNCL 2020

Retrouvez ici les Règlements des Championnats UNCL 2020

 

 

La Cap 300 miles VOLVO PEMZEC

La Cap 300 miles VOLVO PEMZEC est une nouvelle course organisée par l’YCCA.

L’épreuve est ouverte aux Duos et aux Solos. Inscrite aux Championnats UNCL 2020 Manche Atlantique double, elle se déroulera du 29 au 31 aout prochain au départ du port du Crouesty.

Cette nouvelle course au large amènera les régatiers sur un parcours riche et technique de 300 miles. Elle fera également office de parcours de qualification pour les Duos et les Solos inscrits à la Cap Martinique 2021.

Site internet du YCCA : https://www.ycca.fr/

Retrouvez ici les Calendriers des Championnats UNCL 2020

Retrouvez ici les Règlements des Championnats UNCL 2020

La Trinité-Cherbourg

La Trinité-Cherbourg remplace La Trinité-Cowes et lance les Championnats UNCL 2020 Manche Altlantique Overall et double.

Cette nouvelle course Inscrite au calendrier de la FFV sous réserve de l’autorisation des autorités locales maritimes et terrestres compétentes, aura lieu du 15 au 19 juillet 2020.

La Société Nautique de la Trinité, à travers cette épreuve, lance les Championnats UNCL 2020 Manche-Atlantique pour les équipages et les doubles. Les régatiers pourront ensuite rallier leur port d’attache via la Drheam Cup 2020, deuxième épreuve inscrite aux Championnats UNCL 2020.

Site internet : https://www.snt-voile.org/

 

Retrouvez ici les Calendriers des Championnats UNCL 2020

Retrouvez ici les Règlements des Championnats UNCL 2020