No Limit (Yann Marilley), vainqueur de l’Armen Race Uship 2018 en temps réel

Les arrivées de l’Armen Race Uship 2018 se succèdent sur les pontons de la Trinité-sur-Mer. La nuit a vu les premiers en temps réel passer la ligne d’arrivée, enchantés d’avoir bouclé la boucle dans des conditions souvent compliquées. Les derniers sont attendus dimanche matin, avant la remise des prix dans le village à 11h00.

Yann Marilley et son équipage à la barre de No Limit ont coupé la ligne d’arrivée un peu après minuit après 1 jour 9h 14m et 50s de course. “Nous avons rempli notre objectif, inscrire le nom de No Limit sur le trophée de l’Armen Race,” explique Yann Marilley. “Le bateau est super, tout comme l’équipage, une vraie bande copains. La bagarre avec Nicolas Groleau et Charlie Capelle, qui a fait un bon coup après l’Armen et qui est revenu sur nous de façon incroyable au niveau de l’île d’Yeu, a été passionnante. Nous sommes ravis, l’Armen Race Uship est une course extraordinaire.”
Malheureusement, les conditions météo sportives et le froid ont contraint de nombreux équipages à abandonner. Des conditions qui n’ont épargné personne, pas même les plus aguerris des marins. Accompagné de Lionel Lemonchois et de William Blosse, Charlie Capelle remporte l’Armen Race 2018 en Multi 2000 sur Acapella-Soreal-Proludic: “Le bateau était bien préparé, nous avons joué un bon coup pendant la première nuit et nous sommes revenus sur tout le monde. La mer était cassante, le vent était soutenu et nous nous sommes beaucoup fait brasser.”

Premier IRC à franchir la ligne d’arrivée, Bretagne Télécom a mis une nouvelle fois tout le monde d’accord. Talonné pendant de nombreux milles par un Team Jolokia en grande forme, l’équipage du Mach 45 de Nicolas Groleau a laissé parler son talent. Il remporte l’Armen Race Uship 2018 en IRC 1, grâce à un confortable matelas engrangé au fil des milles. “Les conditions ont été surprenantes mais nous avons échappé aux grains. C’était venté et agité et nous aurions pu être plus rapides mais nous avons comme toujours pris beaucoup de plaisir. L’ambiance est excellente à bord, l’équipage était bien équilibré. Le mélange Pro/Am, c’est l’essence même de cette course, ce qui en fait sa renommée. En ce qui nous concerne, on essaiera de ne jamais rater une Armen Race!”

En Class 40, la victoire a été âprement disputée entre Oman Sail, skippé par Guillaume le Brec et Vincent Riou, et The Lost Boys Team (Gérard Atkins, Charles-Louis Mourruau et Pietro Luciani) sur Colombre XL. Guillaume le Brec rentre ravi de sa course : “C’était super, une belle course, un joli parcours. Le départ est génial, j’ai beaucoup aimé partir en dernier et croiser toute la flotte à la Teignouse. Grâce à cette très belle régate, nous avons pu continuer à former trois marins omanais à la course au large et à leur faire découvrir notre coin. Nous revenons de Douarnenez, où ce sont essentiellement des parcours à la journée; l’Armen Race Uship est donc tout à fait complémentaire. C’est une bel événement où nous sommes très bien accueillis. Notre victoire est un travail d’équipe car le match avec Colombre XL a été très serré mais vraiment sympa.” L’équipage franco-omanais a en effet coupé la ligne 20″ devant le jeune équipage qui se lance en Class 40 cette saison : “Je viens d’acheter Colombre XL,” explique Charles-Louis. “Notre objectif est de lever des fonds pour le Tsavo Trust qui a pour objectif la préservation de la biosphère africaine. Nous cherchons un sponsor et des soutiens pour le trust. L’Armen Race est notre première course au large en Class 40, le parcours est intéressant et vraiment tactique. Nous ne sommes pas ennuyés, nous avons chanté, beaucoup rigolé. C’est vraiment important qu’il ait encore des courses comme celle-ci, ouverte et accessible à tous, car l’objectif premier de la voile, c’est de s’émerveiller.”

En IRC Double, c’est le duo Sébastien Petithuguenin et Antoine Koch qui coupe la ligne en premier, après 1 jour 23h 37m 33s. L’Armen Race Uship était l’occasion pour Sébastien de faire ses armes sur son Figaro 2, Paprec Académie : “J’ai décidé pour mes 40 ans de faire la Solitaire du Figaro cet été, c’était un rêve d’enfant. Avec Antoine, nous sommes amis d’enfance, il a participé sept fois à la Solitaire et a accepté d’être mon coach. L’Armen Race Uship fait évidemment partie de mon programme de préparation car elle équivaut à une petite étape en Figaro. Hormis l’Armen Race, il n’existe plus de régate aujourd’hui où l’on peut passer deux nuits en mer. J’ai joué le jeu et je n’ai pas dormi, comme si j’étais seul sur le bateau et ça a été très formateur.”
L’équipage de Kea, skippé par Jolan Trecherel, premier Osiris sur la ligne d’arrivée, est arrivé rincé : “Nous avons pris un joli départ, le bord de près jusqu’aux Glénan était splendide, ensuite c’est devenu plus musclé. Il y avait beaucoup de mer, c’était chaud et le temps était carrément moche. Nous souhaitons d’ailleurs réclamer contre l’organisation qui aurait pu faire un effort sur la météo!” s’exclame en choeur les quatre compères. “Ce n’était pas facile mais c’était plaisant de pouvoir faire le parcours complet. Nous sommes ravis, ça faisait longtemps que l’on courrait après l’Armen!”

Grosse ambiance sur Hey Jude, le J 109 de Philippe Girardin, premier IRC 2 : “Les conditions ont été très compliquées, ça a été l’enfer entre les bouées Uship 1 et 2. Hey Jude est devenu un navire hôpital, il y avait 6 malades sur 8 équipiers! On prenait des vagues par-dessus bord et de la pluie en plus, le cockpit ne se vidait même plus. Mais ce dont on se souviendra, c’est de la première soirée dans les Glénan, c’était magique! Nous remercions le directeur de course, Hervé Gautier, les bénévoles de la SNT ainsi que son président, Antoine Croyère.”

crédit : Jacques Vapillon

Communiqué de presse : SNT

 

 

 

Samuel Blévin (Joke) premier de la Nuit de l’Armen 2018

Après une première nuit dans un vent bien calme pour les équipages de l’Armen Race Uship 2018, les conditions sont devenues plus sportives au petit matin. Le vent a basculé et s’est établi autour d’une quinzaine de nœuds, permettant à certains concurrents de tirer leur épingle du jeu. D’autres ont malheureusement dû abandonner, pour raisons techniques ou matérielles mais sans aucune gravité. Tous ont rejoint le port le plus proche en pleine forme, déçus de ne pas avoir pu terminer leur parcours. Au sein de toutes les catégories, le match est tendu, les équipages ne lâchent rien. Les arrivées se sont enchaînées à partir du milieu d’après-midi pour les concurrents de la Nuit de l’Armen.

Samuel Blévin et son équipage sont les premiers à avoir coupé la ligne de la Nuit de l’Armen sur Joke après 1 jour 1h 39 et 25s de course. Samuel Blévin rentre enchanté de sa première course sur son J 109 acheté il y a trois mois: “C’était bien! Rude car il y a eu beaucoup de près, des conditions idéales pour mon bateau, et nous avons pris peu de repos. C’était sympa, nous n’avons eu aucun souci et nous avons été peu secoués. Cela fait 15 ans que je navigue avec le même équipage, essentiellement familial, et nous prenons beaucoup de plaisir. C’était notre première course au large sur Joke et ça fait plaisir de courir devant! Nous sommes toujours contents de participer à l’Armen Race Uship, le parcours est vraiment bien et l’organisation impeccable.”

No Limit de Yann Marilley mène toujours la flotte de l’Armen Race Uship 2018. Il est talonné par Charlie Capelle (Acapella) dans la descente vers l’Île d’Yeu. Nicolas Groleau (Bretagne Télécom) devance les “piments” du Team Jolokia skippé par Jean-François Levasseur. Les premiers du grand parcours sont attendus pour le début de la nuit.

Les conditions météo changeantes promettent de jouer avec les nerfs des concurrents dans la journée de samedi et pourraient chambouler quelque peu le classement.

crédit photos : Jacques Vapillon

Armen Race Uship 2018 : Top départ

Le départ de la 8e édition de l’Armen Race Uship a été donné hier à 14h00. Pour bien démarrer la course, direction la pointe de Penmarc’h pour le grand parcours de 320 milles et l’archipel des Glénan pour les participants à la Nuit de l’Armen (131 MN). Des départs dynamiques et engagés dans 13 nœuds de vent pour les 163 équipages, qui vont rencontrer des conditions variées le long des côtes atlantiques.

A 18h00, No Limit (Multi 2000), le catamaran skippé par Yann Marilley accompagné de Sidney Gavinet, Jean-Baptiste le Vaillant, Edouard Alikiagalelei, Alex et Jean-Pierre Nicole, est en tête de flotte. Nicolas Groleau se trouve à quelques encablures sur son Mach 45, Bretagne Télécom (IRC 1). Le local de l’épreuve est suivi de près par les “piments” ultra motivés du Team Jolokia (IRC 1) qui participent à leur première course de la saison et qui n’ont pas l’intention de se laisser semer.

Philippe Girardin (Hey Jude) a déjà mis de la distance avec ses concurrents en IRC 2. Accompagné de Laurent Tilleau de la voilerie North Sails, le skipper du J 120 mène devant Antoine Even sur Musix. La flotte est au contraire bien resserrée en IRC 3, avec notamment l’équipage FDS CAEC de Franck Ribot et Martin Parard (Izorder / Aladom / B2NB Management) aux avant-postes.

L’imposante flotte des IRC Double est menée par Yann Dube et Xavier Macaire sur Black Mamba tandis que la tête se joue entre Erik Le Roy (Canhabaque) et Jolan Trecherel (Kea) en Osiris Habitable.

Du côté des Class 40, Charles Louis Mourruau (Colombre XL) et Guillaume le Brec (Oman Sail) mènent la danse.
Vincent Riou, co-skipper d’Oman Sail : “L’Armen Race est une belle régate de course au large, accessible à tout le monde. Sur les pontons de la Trinité-sur-Mer, on retrouve plein d’amateurs passionnés de voile comme des professionnels. Tout ce petit monde se retrouve pour aller naviguer le long de nos côtes bretonnes. C’est sympa, c’est bien d’avoir des moments comme ça dans l’année, où on permet des rencontres entre tous les mondes de la voile et où les gens peuvent partager ensemble leur même passion sur les mêmes lignes de départ, sur la même course et être bord à bord pendant presque 48h.

La nuit, les équipages vont rencontrer des conditions difficiles d’un point de vue stratégique : le vent mollissant dans la nuit se renforcera aux premières lueurs du matin et aura certainement redistribué les cartes au passage des bouées virtuelles Uship 1 et 2 au niveau de la chaussée de Sein, au sud du phare de l’Armen.

 

Communiqué de presse – 11 mai 2018

GASCOGNE 45/5 Trophée Offshore UNCL 2018

La Transquadra étant une année sur trois, la prochaine édition se fera en 2020. Le principe a donc été de créer une épreuve intermédiaire de course au large selon les mêmes modalités, cette régate se nomme : GASCOGNE 45/5. La course est inscrite au Championnat Atlantique IRC en Equipages et Double 2018.

Le principe : Une course IRC en solo, duo ou en équipage avec départ et arrivée de La Rochelle le 30 Juin 2018. 350 milles à effectuer et une seule bouée à contourner, la bouée Gascogne (45,23N, 005.00W). Une solution de tracking sera mise en place pour le suivi en direct de la course.
Cette épreuve est intégrée dans le calendrier course au large de l’UNCL et est obligatoire afin de pouvoir intégrer le « Team Course au Large SRR » en vue de participer à la Transquadra 2020.

La Rochelle est une ville entièrement tournée vers la mer à seulement 2H30 de Paris, qui compte un grand nombre de bénévoles, passionnés de la voile et professionnels du nautisme. Au total, 120 manifestations nautiques sont organisées chaque année sur ce site. En voilà donc une de plus, mais pas des moindres ! Nous attendons pour la GASCOGNE 45/5 plus de 30 bateaux pour cette première édition.

 

29 juin

09h00 à 19h00 – Jauge et contrôles

19h00 – Briefing Sécurité

19h30 – Repas des équipages

 

30 Juin 

08h00 – Petit déjeuner

10h00 – Briefing météo

16h00 – 1er signal d’avertissement – Départ

 

5 Juillet 

Remise des prix (heure à définir)

Départ le 30 Juin 2018

Armen Race Uship 2018 : départ le 10 mai

L’Armen Race Uship, la grande course le long des côtes atlantiques au départ de la Trinité-sur-Mer, faisant partie du Trophée Offshore UNCL 2018 et de son Championnat Atlantique en Equipages et Double IRC se tiendra du 10 au 13 mai pour sa 8e édition. Forte de son succès auprès des marins professionnels comme des amateurs éclairés, l’Armen Race Uship rassemble chaque année entre 150 et 200 équipages sur un parcours très apprécié de tous. De la pointe de Penmarch, point le plus occidental des côtes françaises, à l’île d’Yeu en passant par l’archipel des Glénan et le sud de Belle-Ile, les paysages offrent chaque année un ravissement pour les concurrents. Longue d’environ 300 milles, cette course est également réputée pour son aspect sportif, avec des passages techniques tel que la chaussée de Sein, et pour sa convivialité. Grâce à l’organisation exceptionnelle de la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer et à l’efficacité de son directeur de course Hervé Gautier, l’Armen Race Uship s’est installée en quelques années comme une classique du genre.

Plus de 100 équipages sont d’ores et déjà inscrits à l’édition 2018 de l’Armen Race Uship. Ouverte aux monocoques et aux multicoques, elle constitue très souvent un excellent entraînement pour les coureurs au large. Avec la Route du Rhum – Destination Guadeloupe en ligne de mire, les Class 40 ont pour objectif d’accumuler un maximum d’expérience et profiteront donc de la première grande course offshore de la saison. Ce sera le cas de Morgane Ursault-Poupon (Cheekytatoo), fille du célèbre Philippe, lui-même vainqueur de la Route du Rhum en 1986. Marin professionnel, elle découvre la course au large et fera ses premières armes sur l’Armen Race Uship.

Article similaire : https://www.uncl.com/2018/04/03/actualites-courses/focus-class-40/

L’Armen Race Uship sera, pour l’équipage fraîchement constitué du Team Jolokia, la première course de la saison. Freya Winkelmann, architecte allemande vivant en Suisse, est une toute nouvelle équipière : “J’ai intégré l’équipage cette année, nous avons beaucoup travaillé et j’ai hâte de voir comment cela va se passer en compétition. L’Armen Race Uship sera ma première course sur le VOR 60, c’est une course très intéressante. Une course de nuit offshore, ce sera une grande première pour moi. C’est un vrai challenge mais je vais surtout essayer de profiter, tout en donnant mon maximum. Nous sommes une équipe et il est important que tout le monde trouve sa place et se sente bien à bord. Notre objectif est la victoire et nous voulons montrer que la diversité est un immense atout pour le succès.”

Les différentes classes IRC seront bien entendu représentées, avec des équipages rodés et entraînés. Parmi elles, les IRC Double, ayant récupéré leurs bateaux après la Transquadra, feront un retour en force. Avec plus de 30 duos et des marins tels que Patrice Carpentier, il va y avoir du sport dans cette classe qui a le vent en poupe depuis plusieurs années. Nouveauté 2018 : afin de pouvoir réaliser un classement IRC toutes classes, un seul départ sera donné pour ces fanas de voile et de compétition.

La bagarre sera également âpre chez les Osiris Habitable. Plus accessible et moins exigeante en terme d’équipement, les Osiris Habitable sont la classe montante et font de plus en plus d’émules. Que ce soit sur le grand parcours ou sur le parcours réduit de la Nuit de l’Armen, les 42 inscrits à ce jour n’ont pas l’intention de faire de la figuration.

Les multicoques ne seront pas en reste avec le tout nouveau TS 42 de Gérald Bibot, Squid. Le PDG de l’entreprise belge de services de météo marine prendra lui aussi le départ de la Route du Rhum en novembre, et aura d’ici là un programme bien chargé dont les premiers milles seront parcourus pendant l’Armen Race Uship.

Afin de préparer au mieux leur course, les concurrents sont invités à participer à un atelier météo et routage animé par Christian Dumard, de la société Squid, et Philippe Ravel, représentant le logiciel de routage Adrena, mercredi 9 mai au soir.

Les équipages seront équipés de balises de positionnement par satellite , permettant au public de suivre la course en direct. Le public est convié à venir à la rencontre des coureurs et à suivre la course depuis le village qui ouvrira ses portes jeudi 10 mai.

Rendez-vous le 10 mai à 14h00 pour le départ de l’Armen Race Uship 2018!

Inscriptions en ligne et renseignements
Facebook
Twitter

Communiqué de presse -23 avril 2018 – SNT-

Crédit photo : ReadyProd

 

C’est dans 100 jours que débutera LA DRHEAM CUP – Destination Cotentin

 

C’est dans 100 jours que débutera LA DRHEAM CUP – Destination Cotentin faisant partie du Trophée Offshore UNCL 2018 et de son Championnat Atlantique IRC en Equipages et Double.
Une deuxième édition qui s’annonce d’ores et déjà réussie, comme l’atteste un plateau qui ne cesse de s’étoffer, avec 60 bateaux inscrits à ce jour.

De nombreux professionnels de la course au large sur les séries phares que sont l’IMOCA, la CLASS40 ou la classe MULTI50, seront ainsi de la partie, mais également des amateurs, venus régater et partager de bons moments de convivialité.
Du côté des villes de départ et d’arrivée, tout se met en place pour accueillir les marins
dans les meilleures conditions,
la ville de Cherbourg-en-Cotentin sera décorée aux couleurs de l’Australie.

A 100 jours du coup d’envoi de LA DRHEAM CUP – Destination Cotentin (21-29 juillet), le plateau continue de s’étoffer avec une soixantaine d’inscrits confirmés. La CLASS40 sera présente en force entre La Trinité-sur-Mer et Cherbourg-en-Cotentin, avec à ce jour 24 bateaux, dont, parmi les derniers inscrits, le Britannique Phil Sharp (Imerys Clean Energy), l’un des ténors de la classe des 40 pieds, le Japonais Hiroshi Kitada (Kiho), mais aussi deux skippers féminines, Claire Pruvot (Sponsors, Embarquez pour le Rhum) et Morgane Ursault-Poupon (UP Sailing). Fille du vainqueur de la Route du Rhum 1986, Philippe Poupon, cette dernière marche sur les traces de son père, puisqu’elle disputera en fin d’année la transat entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre, pour laquelle LA DRHEAM CUP – Destination Cotentin est course qualificative sur le parcours de 736 milles.

Nouveaux inscrits en IMOCA également, avec Alan Roura (La Fabrique), Romain Attanasio (Pure-Famille Mary) et Manu Cousin (Groupe Setin) qui rejoignent Sam Davies (Initiatives Cœur), Paul Meilhat (SMA) et Fabrice Amedeo (Newrest-Art & Fenêtres), tandis que les cinq MULTI50 les plus performants du moment seront de la partie : le tenant du titre Arkema (Lalou Roucayrol), FenêtréA-Mix Buffet (Erwan Le Roux), Ciela Village (Thierry Bouchard), Réauté Chocolat (Armel Tripon) et le dernier-né de la flotte des trimarans de 50 pieds, Solidaires En Peloton-ARSEP (Thibaut Vauchel-Camus).

“C’est une grosse satisfaction de constater qu’à 100 jours de l’événement, nous avons d’ores et déjà l’assurance de pouvoir compter sur un plateau de très haut niveau, se réjouit Jacques Civilise, organisateur de la course. L’ambition de LA DRHEAM CUP – Destination Cotentin serait de se rapprocher du club fermé des grandes courses au large que sont la Rolex Fastnet Race, la Rolex Middle Sea Race, la Rolex Sydney-Hobart ou la Rolex Giraglia. C’est un “rêve” qui peut paraître démesuré, mais grâce à la confiance de nos grands partenaires institutionnels, de celles des skippers et de leurs équipiers, ce “dream” pourrait bien se réaliser dès la deuxième édition”. La Fédération Française de Voile l’avait d’ailleurs pressenti dès sa création, en préconisant la DRHEAM-CUP Race tous les 2 ans, les années paires, justement en alternance avec cette si célèbre Rolex Fastnet Race, qui elle a lieu les années impaires.

Et parmi ces skippers et équipiers, il n’y a pas que des professionnels, nombreux sont également les amateurs qui courront LA DRHEAM CUP – Destination Cotentin, notamment en IRC et Osiris, sur le parcours de 428 milles, Jacques Civilise leur promettant un accueil aussi chaleureux que celui qu’il réservera aux têtes d’affiche : “Je répète souvent que LA DRHEAM CUP – Destination Cotentin est la grande course au large ” OPEN “, avec un triptyque compétition-partage-fête qui fait partie de son ADN. Ce partage s’entend à la fois de façon horizontale, entre marins professionnels et amateurs, hommes et femmes, Français et étrangers, mais également verticale, avec un mélange des générations auquel je suis particulièrement attaché “.

LIRE LA SUITE DE L’ARTICLE :
https://drheam-cup.com/2018/04/12/j-100-avant-le-coup-denvoi-de-la-drheam-cup-destination-cotentin/
VOIR L’AVIS de COURSE :
https://drheam-cup.com/files/AVIS_de_course_2018_WEB.pdf
VOIR LES LISTES DE PARTICIPANTS :
https://drheam-cup.com/participants/liste-par-classe-de-bateaux/

Championnat Atlantique en Equipages et Double : deux beaux évènements

Deux courses mythiques ont lieu le dernier weekend d’Avril en Atlantique. L’Obélix Trophy  à Bénodet  et la Duo Demi-Clé à Port Louis. Elles sont un rendez-vous incontournable pour tous les amoureux de voiles navigants dans ces eaux.

 

L’Obélix Trophy

Créé en 1971 par Dominique le Page et Erwan Quéméré comme sélection pour la Quarter Ton Cup, l’Obélix Trophy est devenu au fil des années un rendez-vous essentiel pour tous ceux qui naviguent en IRC ou en monotype. Elle est maintenant ouverte à la jauge Osiris. L’Obélix Trophy est la deuxième épreuve du trophée Atlantique, régi par l’UNCL,  et compte pour le championnat de Bretagne.

L’épreuve a lieu tous les ans. Si elle a perdu un peu de sa popularité, elle a réuni jusqu’à 220 bateaux pendant ses plus belles années, cette régate reste un moment important et ses organisateurs mettent toujours tout en oeuvre pour assurer qualité d’organisation et convivialité.Le plan d’eau est lui aussi magnifique. Entre les soirées sur les bords de l’Odet et les parcours autour de l’archipel des Glénan.

 

Le Yacht Club de l’Odet :

Depuis sa création en 1882, le Yacht Club de l’Odet (en abrégé, l’YCO), successivement Société des Régates de L’Ile-Tudy-Loctudy et Société de régates de Loctudy-Bénodet, encourage l’essor de la plaisance sous toutes ses formes en Bretagne sud. Au fil des ans, il s’est affirmé comme l’instigateur de régates prestigieuses et a fait de Bénodet, – à l’embouchure de plus jolie rivière de France selon Guillaume Apollinaire – une escale essentielle pour les courses croisières et un lieu privilégié pour les rassemblements nautiques.

Le savoir-faire des bénévoles de l’YCO acquis au cours des éditions passées, en font une épreuve qui allie qualité des régates et grande convivialité.

 

La Duo Demi-Clé

Régate en double ouverte à tous les bateaux de série homologués possédant un certificat de jauge IRC validé dans l’année. Cette course fait partie du calendrier officiel IRC. La course, deuxième manche du Championnat Double Atlantique 2018 UNCL aura lieu du 28 au 29 Avril. Il y aura du beau monde !

En 2016, afin d’accueillir plus d’équipage à Port Louis, les membres du bureau d’ACL ont décidés d’ouvrir la course aux bateaux jaugés Osiris. Il y aura donc désormais deux départs et deux classements pour le bonheur de tous ….

La course est inscrite au calendrier des courses nationales de la Fédération Française de Voile. Elle part de Port Louis pour un parcours semi-hauturier (100 milles) autour des îles de Bretagne Sud.

Les deux derniers gagnants Jean Louis GOBLET sur le A35 GALATEE et Patrick FARCY sur son JPK 9,60 CAVOK seront présents. Pierre Emmanuel AUBERT sur le SUN FAST 3200 GERGIOA qui vient juste de finir 3éme du Spi Ouest France sera également présent cette année.

Et bien d’autres, comme les Quadrasailors tout juste de retour qui n’ont pas pu participer au Spi Ouest France cette année.

Michel Borne président de l’association ACL : “L’année dernière 33 bateaux étaient sur le ligne départ, dont la moitié inscrits à la transquadra. Cette année, le nombre d’inscrits est moindre ( à 10 jours du départ, 12 inscrits ), normal pour une année de transquadra, mais nous envisageons 17 inscrits.”

La course en chiffres :

  • 4ème édition
  • 1ère course au large du Championnat Double Atlantique IRC-UNCL 2018
  • 100 milles en double

 

Des partenaires historiques :

La Duo Demi-Clé est organisée par l’Association « Atlantic Course au Large » qui est affiliée à la FFVoile avec l’appui logistique du Club Nautique de Port-Louis (organisation terre).

ACL bénéficie du soutien de la ville de Port-Louis et de la Sellor (gestionnaire du port) ainsi que de ses partenaires historiques : le shipchandler Demi-clé qui donne son nom à la course, le Leclerc Riantec, la Société Bertrand Gueganno, Uship et la voilerie Delta-Voiles Port-Louis.

Le formulaire d’inscription et l’avis de course sont à télécharger ici :

http://www.atlantic-course-au-large.com

 

 

SPI OUEST France 2018

La quarantième édition du Spi Ouest-France Destination Morbihan a pris fin dans la baie de Quiberon. Si le soleil n’a pas été de la partie, le vent constant, a permis aux 374 bateaux, répartis en 18 catégories, de régater de façon acharnée.

Pendant quatre jours, les bateaux se sont livré bataille sur les cinq zones de compétition. L’engagement physique des 2 500 équipiers a été totale dans des conditions météo, parfois musclées, et pas toujours simples à négocier.

 

En IRC 1 où 11 bateaux régataient ensemble, le TP 52 Paprec réalisant de belles glisses au portant skippé par Stéphane Névé remporte la course. Le tout nouveau JPK 11.80 Courrier Recommandé finit lui second avec à son bord Géry Trentesaux. Anne Sebastien 4 complète le podium à la troisième place remportant son duel avec Codiam qui termine lui a la cinquième place, tout deux étant des Grands Soleil 43. Hommes à la mer, démâtage, Le Spi n’a pas été de tout repos dans cette classe.

En IRC 2 (15 bateaux), c’est Pen Koent, un First 40.7 skippé par Emmanuel Le Men qui truste la première place au général après avoir remporté les deux premières courses sur huit courues juste devant un certain Dream Pearl, JPK 10.80 barré par Arnaud Delamare. Le J112 E de Didier Le Moal termine troisième en remportant les quatre dernières courses de la compétition. Alexandre Ozon tout juste revenu de la Transquadra avec une belle victoire, finit lui à la sixième place avec Sail.Cloud, un Sun Fast 3600.

En IRC 3 (19 bateaux), le JPK 10.10 de Noel Racine, Foggy Dew, termine premier au général avec trois belles victoires dans les courses 1,2 et 4 sur les dix courues. Le Sun Odyssey 40 de Frederic Bourdereau, Charrette III lui aura livré une lutte acharnée. IL termine deuxième avec deux victoires. Le JPK 10.10 Ad Hoc de Jean Francois Chériaux clôture le podium avec une victoire et une belle constance durant la compétition.

En IRC 4 (25 bateaux), Dimitri Caudrelier et son X332 Atrox remportent nettement la compétition avec six victoires sur dix possibles. Juste derrière, les Half Tonner sont à l’honneur, en effet la deuxième et troisième place reviennent à Bernard Fournier Le Ray et son bateau Brittany Drizzle et à Philippe Pilate avec General Tapioca. On retrouve encore un Half Tonner, ici à la cinquième place, Sibelius, barré par Claude Charbonnier.

En IRC Double, le Solaris 37 Festa avec à son bord Jean-François Hamon termine premier au classement en remportant deux courses sur cinq courues. En deuxième position, Mary, le JPK 10.10 de Patrice Carpentier accompagné de François Moriceau finit deuxième avec une excellente régularité dans la compétition. Ce qui leur permet d’être juste devant Penny Haubert et Guy Delcroix sur leur Sun Fast 3200 Georgia remportant deux belles victoires ce qui leurs vaux de terminer sur le podium.

 

 

 

 

 

 

Christophe Gaumont raconte :

On a quand même dans toutes les catégories de bateaux assez légers entre 12 et 13 courses de courues, cela veut dire que pour arriver premier, il fallait une belle régularité ou pas beaucoup de faiblesses.

Sur les IRC double et les Multis, les IRC 1 et 2, et les Osiris 1, on a renoué avec des grands parcours. On est allé faire un parcours vers l’île Dumet, soit un parcours vers les Cardinaux. On est reparti sur des parcours qui font 50 milles, alors qu’on faisait un peu moins dans les années passées. A priori, les gens ont apprécié. Sur ces gros IRC, il y a eu un peu moins de courses car elles durent plus longtemps. En même temps, ces grands parcours ils ne pouvaient pas le retirer comme plus mauvais score, donc il ne fallait pas se louper.

On a innové cette année, en ayant la possibilité vendredi de faire un départ pour les IRC double où ils ont été jusqu’à Houat, pour donner un deuxième départ, ce qui faisait deux côtiers dans la même journée. Et cela a marché.

La Jauge IRC sur le Spi par Ludovic Abollivier :

Le Comité de Jauge du Spi 2018 était composé de Charlotte Abadie, Delphine Largenton, Jean-Luc Laurent, Nicolas Pecha et moi-même. Nous avons mené des contrôles dès les inscriptions sur la quasi-totalité des séries présentes au Spi.

En ce qui concerne l’IRC, tous les vainqueurs ont été contrôlés durant la compétition et/ou disposent de certificats IRC Endorsed*. Les contrôles n’ont pas révélé d’anomalie, qu’il s’agissent des mesures de voiles ou d’espars, du nombres de spi embarqués, de l’aménagement déclaré en place à bord.

Globalement le nombre de certificats Endorsed ou quasi Endorsed est en progression. Les nombreux échanges avec les propriétaires en amont de la compétition montrent qu’ils font de plus en plus attention aux données transmises au Centre de Calcul. Ce sont des éléments très positifs.

On remarquera néanmoins, non seulement pour l’IRC mais pour toutes les séries présentes au Spi et concernée par cette règle, une certaine négligence concernant la mise en place des marques de jauge sur le mât et la bôme. C’est un point récurrent, mais il doit être considéré par les propriétaires dans leur préparation des prochaines épreuves de la saison.

*Un certificat IRC Endorsed est délivré lorsque le bateau (coque, gréement et toutes les voiles) ont été certifiés par un Mesureur IRC Agréé Endorsed.

La SNIM et le SPI Ouest France

Le weekend de Pâques marque le véritable début de la saison en IRC sur les bassins Atlantique et Méditerranée. Deux des plus grandes épreuves de l’année ont lieu à cette époque, le Spi Ouest France à la Trinité, et la SNIM à Marseille, chacune donnant véritablement le « LA » de nos Championnats IRC (Equipage, Double, Solo) sur les deux bassins.

Un coup d’œil sur ces deux courses françaises mythiques !

Point de départ de la saison pour les deux bassins :

Elles ont pour habitude de rassembler, fédérer tout le monde de la voile au-delà même des frontières françaises. En Méditerranée et en Atlantique, on se jauge, on s’observe lors des différents entraînements et régates en amont de ces deux évènements. Avant ce fameux weekend de Pâques, tout est bon pour préparer le bateau et les hommes. Professionnels et amateurs se côtoient le temps d’une régate. Accueillantes et chaleureuses, ces deux locomotives du nautisme fédèrent sous une même bannière le microcosme de la voile dans son ensemble. La pluralité en fait leurs forces.

Deux compétitions bien ancrées et anciennes :

Elles font figures de patrimoine national, au-delà même du sport concerné. L’une fête cette année ses 40 ans tandis que l’autre en est à ses 52 printemps.

Le « Spi » est fondée en 1978 par l’association du journal Ouest France et du club nautique de la Trinité sur mer par l’initiative de Gilles Le Baud. L’objectif est de mettre le Morbihan au centre du nautisme hexagonale. Roger Lavialle, directeur général de Ouest France est très vite séduit par l’idée et donne son feu vert après moins d’une heure de rendez-vous. L’épreuve initialement baptisée « Spi d’Or Ouest France » en clin d’œil au fameux « Bol d’Or » sur le lac Léman est lancée, mais va très vite se nommer le Spi Ouest France et le « Spi » pour les habitués. Elle a pour objectif de devenir un rendez-vous incontournable de la régate habitable en atlantique. Antoine Croyère commente :

« C’est en effet la plus importante régate française avec environ 400 bateaux qui s’affrontent pendant 4 jours sur le magnifique plan d’eau de la Baie de Quiberon. Selon les séries, ce sont de 6 à 12 manches qui sont courues. Le SPI se coure toujours pendant le long week-end pascal et lance la saison voile sur la façade atlantique. Les coureurs professionnels y côtoient les régatiers amateurs. Ils étaient plus de 2200 marins-compétiteurs l’an dernier. »

La SNIM Organisée par la Société Nautique de Marseille depuis 1966, ouvre le bal des grandes compétitions de voile en Méditerranée. “C’est une tradition“, reprend Pierre Sathal, “Depuis sa création, le club s’est forgé une solide réputation d’organisation de régate, et la SNIM est notre marque de fabrique. C’est pour ça que chaque année, nous essayons d’en améliorer l’organisation et de trouver de nouveaux défis pour les régatiers…“ On se souvient notamment du maire de l’époque, Gaston Deferre, faisant lui-même la promotion de la course en skippant son bateau Palynodie.

Point commun géographique :

Que serait une régate sans un plan d’eau de qualité ? pas grand-chose… Ca tombe bien car que ce soit pour le Spi ou la SNIM, la Baie de Quiberon et la rade de Marseille comptent parmi les plus beaux plans d’eau français pour la pratique de notre sport. Un climat très doux, un ensoleillement exceptionnel (2500 h/an) et un régime de vent extrêmement favorable ont fait la réputation de la Baie de Quiberon et de ses iles, considérées comme l’un des premiers plans d’eau européen.

 

 

 

La rade de Marseille, offre aussi un plan d’eau magique aux marins ayant la chance d’y naviguer. Après avoir dompté le Mistral ou le vent d’Est dominant dans ce secteur, on peut y découvrir en son coeur, face à la ville, les îles de Pomègues, Ratonneau, If et Tiboulen qui forment l’archipel du Frioul d’une superficie de 200 hectares. Sa côte, longue de 30 kilomètres, offre une multitude de criques abritées des vents dominants. Les effets de site pimentent les débats et les possibilités de parcours côtiers intéressants sont innombrables.

 

 

 

Bref deux terrains de jeux magiques pour tous les marins amoureux de navigations en tous genres !

 

Armen Race Uship 2017 : 100% réussie !

L’Armen Race Uship est une grande fête de la course au large. De l’avis de tous, professionnels et amateurs, cette 7e édition a été une grande réussite. Les raisons de ce succès : les parcours de 130 et 270 milles concoctés par le directeur de course, Hervé Gautier, ainsi que l’organisation impeccable et l’accueil chaleureux de la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer et de ses bénévoles investis. Pendant quatre jours, le port de la Trinité-sur-Mer s’est animé au rythme des départs et arrivées des concurrents et du public venu admirer ce ballet nautique.

 

Avec plus de 200 équipages inscrits, soit plus de 1000 coureurs à braver les éléments, l’Armen Race Uship prouve qu’elle est devenue au fil des années une grande classique à l’image de la mythique course du Fastnet. Plébiscitée par les grands noms de la voile mais aussi par les amateurs éclairés venus de toute l’Europe, l’édition 2017 a été un énorme succès, gage d’un avenir radieux pour l’Armen Race Uship.

Ils ont dit :

Eric Flageul – Hey Joe – IRC2: ” L’organisation est au top, que ce soit le départ ou l’accueil à l’arrivée. C’est formidable de longer nos côtes bretonnes, le parcours est extra. L’Armen Race, c’est un beau moment de partage.”

Valérie Savoy – Good Planet Belgium – IRC 3 : ” Je suis super contente, c’est ma première longue course en mer. Je suis marin d’eau douce, je navigue habituellement sur des lacs en Suisse. C’est le paradis !”

Vincent de Kerviler – Delnic – IRC Double : ” C’était court, mais bon! Nous avons fait une superbe navigation sous les étoiles mais tout s’est arrêté, on m’a enlevé le bateau sous les pieds ! J’ai pris un bain forcé pendant un empannage, mais je n’ai pas paniqué et j’ai pu être récupéré par Anavel au bout de 15 minutes grâce à ma balise AIS personnelle. Malgré cette mésaventure, c’était super ! “.

 Christian Rupp – Mitscherlich Patent – IRC Double : ” L’Armen Race est une des plus belles courses offshore d’Europe. La flotte est énorme et internationale, le niveau est relevé mais le parcours reste accessible à tous. C’est vraiment formidable de naviguer aux côtés des pros, je suis ravi d’être là ! J’invite tous les bateaux de tous les pays à venir, l’accueil est sympathique et c’est une fête époustouflante ! “

 

107 IRC au départ, avec une classe double impressionnante de 64 duos, dont la plupart peaufinent leur bolide avant le départ de la Transquadra mi-juillet. Sur le podium, on retrouve en tête CIFRALINE 4 (Sun Fast 3200 R2) mené par Cécile et Nicolas Andrieu, puis LEON (Jpk 10.80) de Jean-Pierre Kelbert et K. Tristchler et enfin BOUZNIK’ (Jpk 10.80) de François Valraud et Daniel Péponnet.

Prochaine étape du Championnat Double Atlantique IRC-UNCL 2017, la Duo Catamania qui à l’image des courses déjà disputées cette saison, devrait recueillir un grand nombre d’adeptes.

Côté équipage, hormis la classe IRC4 peu présente sur la Nuit de l’Armen, les “valeurs sûres” étaient au rendez-vous : en IRC 1, victoire de CODIAM (Grand Soleil 43, Jean-Claude Nicoleau) devant BRETAGNE TÉLÉCOM (Mach 45, Nicolas Groleau) … En IRC 2, on retrouve les deux J 112 E, J LANCE 12 (Didier Le Moal) et MUSIX (Philippe Baetz), talonnés par ALLIANZ ASSURANCES (A35 – Johan Bouic). Enfin en IRC 3, c’est LECLERC HENNEBONT (Jpk 10.10) de Richard Fromentin, Champion de France des Équipages IRC 2016, qui l’emporte devant ses deus sistership CRESCENDO de Philippe Sauzières et VENT D’OX de Thierry Bosshart.

Classements du Championnat Atlantique Équipage après 3 épreuves

Peu de répit pour les équipages qui se retrouveront au Grand Prix du Crouesty lors du weekend de la Pentecôte. A ce jour, en tête de nos championnats : Codiam (IRC1), J Lance 12 (IRC2), Leclerc Hennebont (IRC3) et Brittany Drizzle (IRC 4). Dans chaque classe, la faiblesse des écarts laisse envisager une deuxième partie de championnat passionnante.

Les résultats
L’Armen Race Uship 2017
Site SNT
Facebook: Ar Men Race et SNTrinite
Twitter: @ArMenRace

Célia Mas Delfault pour la Société Nautique de la Trinité-sur-Mer
Attachée de presse md.celia@gmail.com

Photo en introduction et Vidéo : ReadyProd