WEM3_EURIRC2017_Une_Pierik

European IRC Championship : Rapport de stage à bord de Weekend Millionaire

Philippe Caillibotte, piano sur Weekend Millionaire durant lors du Marseille 2017 European IRC Championship, nous adresse un rapport de stage haut en couleur et non sans humour… Un retour agréable sur notre Championnat, en texte et en images …

 

RAPPORT DE STAGE

MARSEILLE 2017 EUROPEAN IRC CHAMPIONSHIPJuillet 2017

Embarquement à bord de « WEEKEND MILLIONAIRE »

Du nom de la chanson (Cinéma show) du groupe pop anglais des années 80 Genesis

dans laquelle un garçon et une fille se lèvent un beau matin pour passer un « WeekEnd Millionaire », avec un seul n, à l’anglaise !

 

 

REMERCIEMENTS

Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont contribué au succès de mon stage et qui m’ont aidé lors de son déroulement.

Tout d’abord, j’adresse mes remerciements à mon professeur, Mr Yves Ginoux de l’Université du CNTL qui m’a beaucoup aidé dans mon stage et surtout m’a admis à bord.  Son attention permanente, son talent  et ses conseils (« rappels ») clairs et ciblés m’ont permis d’améliorer encore plus la stabilité de l’entreprise durant mon stage, dans des moments qui pouvaient être critiques.

Je tiens à remercier vivement mon équipe d’encadrement  pour son accueil, le temps passé ensemble et le partage au quotidien de ces moments forts. Grâce aussi à sa confiance j’ai pu m’accomplir dans mes missions. Elle  fut toujours d’une aide précieuse dans les moments les plus délicats.

WEM2_EURIRC2017_PierikJe remercie donc , tout spécialement :

  • Isabelle pour sa confiance, son travail permanent en plage avant, et ses talents de couturière réparatrice urgentiste,
  • Arthur pour son tonique hissé de drisses , qui facilitait notablement mes tâches,
  • Christophe pour sa tchatche , sa bonne humeur et son attention permanente à la marche du bateau,
  • Olivier pour sa connaissance des réglages, notamment de la came de coinceur et des poudres blanches,…et aussi de l’humeur du patron (sous spi),
  • Chris pour son calme et sa veille permanente sur la GV,
  • Jean Philippe pour son calme et sa sérénité, qualités requises pour garder la tête froide, même lors des grandes chaleurs et des moments chauds sur la rade de Marseille.

Enfin, je tiens à remercier mon épouse qui m’autorise à trainer sur les plans d’eau et les pontons depuis de (très) nombreuses années.

 

Introduction

La France est en marche et Nicolas Hulot est au gouvernement. La propulsion éolienne a le vent en poupe.

Dans le cadre de ma retraite  à l’Université DU GRAND AGE, j’ai souhaité réaliser mon stage dans une entreprise répondant à ces enjeux du futur en matière de mode de transport et d’écologie, tout en me formant au métier de « pianiste » , qui peut toujours  être l’occasion de mettre une bonne ambiance. J’ai pu choisir une société dont le nom était symbole festif « WEEK-END MILLIONAIRE », et de surcroît avec moins de « N ».

Déroulement du stage

Le stage s’est déroulé en 4 jours , dans des conditions toujours différentes. D’ailleurs , l’encadrement nous a fait porter des tenues différentes chaque jour. L’une d’entre elles avait une grande bande jaune , ce qui nous a fait remarqués.

Dès le premier jour, on m’a dit :  « tu fais ça  et tu ne te trompes pas. »

Avec les histoires de poudre blanche et de came, je devais faire attention de ne pas avoir de coque en stock sur les drisses. Le professeur attachait une grande importance à la présence à bord d’une bouteille de PASTIS 51 ; plus ou moins remplie car faisant l’objet d’une grande attention en fin de régate. Je me suis demandé si le fait de faire plusieurs fois des tours sur nous – mêmes ( 360°)  était lié à la présence de cette bouteille.

Je tournais le dos aux gens de la cellule arrière mais je sais qu’ils discutaient de choses très savantes. Je crois que le professeur a été satisfait du classement final –  notamment en battant une fois les Anglais (Glaouiches !?!).

D’autres auraient aussi aimé que les Belges (Un Belge)  soient plus derrière.  La construction de l’Europe éolienne n’est pas facile.

 

Conclusions

Ce stage en immersion en entreprise a été une excellente occasion,  dans une bonne ambiance, de mettre en avant les atouts de la propulsion éolienne ; mais aussi de boire de bières à la fin des régates.

Chris et Olivier étaient d’ailleurs les premiers à aller chercher les bières dès l’arrivée au ponton.

Merci à tous.

Philippe Caillibotte, pianiste

 

Photos: Pierik Jeannoutot – www.pierik.fr

Vidéo: UNCL – Reayprod

bandeauPresse

Expresso 2, au sommet de l’IRC !

CP N°8 – And the winner is Expresso2 ! Avec cinq manches remportées et après les subtilités de calculs nécessaires, le bateau français de la Société Nautique de Saint-Tropez skippé par Guy Claeys est couronné roi d’Europe en IRC !

 

Pas besoin d’avoir un TP52 pour être champion d’Europe“, rigole Guy Claeys, le chef de meute d’Expresso2Le Jpk 10.10 de la Société Nautique de Saint-Tropez remporte le titre de Champion d’Europe IRC, devant Alice, le Mumm 36 de Simon Hennin, auteur, lui aussi, d’un quasi sans faute et le local Tonnerre de Glen.

La règle, simplifiée, est la suivante : le bateau qui remporte sa classe avec le minimum de points, tout en tenant compte du nombre de participants dans sa classe et du nombre de manches courus, remporte le titre de champion d’Europe IRC, toutes catégories.

À analyser la chose, le vainqueur de l’IRC4 avait mis beaucoup d’atouts dans ses voiles. Habitué à naviguer plutôt en solo ou en double, Guy Claeys est allé chercher à la Société Nautique de Marseille son Numéro 1 Romain Bricier  qui, après quelques cours à l’école de voile, décide de s’inscrire à la bourse aux équipiers. Bonne pioche et super complicité naissante entre les deux hommes. “Un soir de novembre dernier“, rigole Romain, Guy m’appelle et me dit : Romain, on s’inscrit au Championnat d’Europe et on va le gagner…

Le propriétaire achète un jeu de voile spécialement pour l’événement et demande au maître voilier de participer à la course. Son équipage est minutieusement préparé. “Les chiffres donnent une impression de facilité, mais c’est faux ! On a du beaucoup ferrailler. Toutes nos victoires sont à l’arraché pour quelques secondes. Et puis, deux jours avec des aperçus, des rappels, c’est usant ! On est heureux, mais cuits !“

Alice (tenant incontesté en IRC3) échoue à un cheveu de la victoire. “C’est un bateau de bon niveau en Angleterre, avec un bon équipage qui a mis à profit ces deux dernières années pour progresser sur ce support. On savait qu’ils étaient bons, mais j’ai été impressionné de les voir si bons. Toujours au bon endroit, aucune erreur. Les conditions de petit temps ont profité aux Mumm 36… »

Le podium est complété par Tonnerre de Glen facile vainqueur en IRC1. Marie de Reviers, équipière : “On est contents de gagner d’autant qu’on est à la maison. On avait confiance car le bateau commençait à très bien tourner…“

Podium_PJ_CP8

La deuxième édition du championnat d’Europe IRC a rendu son verdict, par une journée où le vent était de la partie. Les comités de course ont pu envoyer un côtier pour les IRC 3 et 4, et une banane suivie d’un côtier autour du Frioul pour les grandes unités.

Favori en grand danger il y a encore 24 heures, Team Vision Future, le bateau de Jean-Jacques Chaubard, skippé par Mickaël Mergui remporte le trophée en IRC0, et cumule une impressionnante série de victoires depuis la Copa del Rey 2016.

“On a réussi à inverser la mauvaise tendance des deux premiers jours. Aujourd’hui, on fait une super manche, en réel comme en compensé. Cette victoire est quand même inattendue. Je suis content car l’équipage a su rester soudé, on s’est beaucoup parlé, surtout avec la cellule tactique et ça a payé. Je pense qu’on est arrivé, un petit peu stressé par l’enjeu, mais on a réussi à se lâcher.“

Geranium Killer complète le tableau d’honneur avec sa victoire en IRC2. “On gagne avec une large avance de points, explique Pascal Fravalo, mais l’équipage monte crescendo depuis deux ans, c’est bon pour notre objectif qui est de remporter le championnat IRC2 Mediterrannée. »

Enfin, petite pensée à Jean-Claude Bertrand qui clôt, ce soir, son immense carrière de régatier, à 72 ans. Yves Ginoux (Week-end Millionnaire) reconnaît avoir 2000 régates au compteur. Le Mandolocien ne doit pas être loin…

Le bilan :

Jean-Philippe Cau (Président de l’UNCL) : “Nous avons eu quasiment tous les ingrédients qui font le succès de l’IRC sur ce type de compétition. Du très haut niveau avec de nombreux professionnels à bord de bateaux optimisés et préparés, sur lesquels personne ne remet en cause les coefficients. Quatre jours de compétition, un beau format pour trouver des conditions différentes, des étrangers qui ont fait le déplacement pour la gagne, qui se sont battus contre des méditerranéens, locaux, avantagés par la connaissance du plan d’eau. On a eu un bel accueil à Marseille, une ambiance unique avec les bateaux regroupés sur le Vieux-Port, au cœur de Marseille. Les trois clubs ont démontré leur maitrise de l’évènement qu’ils ont assuré. Seul petit bémol de ne pas avoir pu faire une grande course offshore.

L’avenir ? Pouvoir refaire cette édition en Méditerranée, en France, en Italie ou en Espagne … Le vivier existe pour faire un championnat à cent bateaux. Ce championnat d’Europe assoit la pérennité de notre jauge à l’international. Et ce qui assoit encore plus cette dimension, c’est que le World Championship de La Haye en 2018 regroupera l’ORC et l’IRC, les deux jauges reconnues internationalement.“

 

Le bilan des trois clubs marseillais organisateurs :le Cercle Nautique et Touristique du Lacydon, l’Union Nautique Marseillaise et la Société Nautique de Marseille sont très heureux  d’avoir organisé ce Championnat d’Europe IRC qui s’est déroulé dans les meilleures conditions possibles, malgré l’absence de vent au début de la compétition. Marseille a eu la chance d’accueillir des bateaux français et étrangers performants et des équipages affutés dans lesquels on dénombrait des champions olympiques, des vainqueurs de la Coupe de l’America et encore des champions du Monde.

L’association des trois clubs démontre le savoir-faire des équipes de bénévoles déployées en mer et à terre. Ils sont 80 bénévoles (des trois clubs et des membres de la légion étrangère) à avoir assuré leur présence et montré leur savoir-faire, pendant une semaine de 6h du matin pour la préparation des petit-déjeuners, jusqu’à minuit, l’extinction des feux.

Maintenant, le prochain grand rendez-vous des clubs nautiques marseillais est le 13 septembre prochain pour l’annonce du site qui accueillera les prochains J.O. de 2024. Les clubs nautiques marseillais sont tous derrière Paris, et espérent la victoire de la capitale pour pouvoir se mettre en rang de bataille derrière elle afin d’organiser les plus belles épreuves de voile possibles.“

Flotte_PJ_CP8

 

Les classements généraux par classe

 

IRC0 (8 courses disputées, 7 retenues)

1/ Team Vision Future – Jean-Jacques Chaubard (Fra) – 18 pts
2/ Phœnix – Hasso Plattner (USA) – 19 pts
3/ Arobas2 – Christophe Bouvet (Fra) – 22 pts

 

IRC1 (7 courses disputées, 6 retenues)

1/ Tonnerre de Glen – Dominique Tian (Fra) – 7 pts
2/ Imagine – Jean-Claude André (Fra) – 16 pts
3/ Cippalippa Rossa – Paolo Guido Gamucci (Ita) – 17 pts

 

IRC2 (7 courses disputées, 6 retenues)

1/ Geranium Killer – Pascal Fravalo (Fra) – 8 pts
2/ Jivaro – Yves Grosjean (Fra) – 15 pts
3/ Adrenaline – Michel Gendron (Fra) – 15 pts

 

IRC3 (7 courses disputées, 6 retenues)

1/ Alice – Simon Henning (GB) – 8 pts
2/ Absolutely – Philippe Frantz (Fra) – 20 pts
2/ Week-end Millionnaire – Yves Ginoux (Fra) – 23 pts

 

IRC4 (7 courses disputées, 6 retenues)

1/ Expresso 2 – Guy Claeys (Fra ) – 7 pts
2/ Fioupelan – Frédéric Forestier (Fra) – 28 pts
3/ Old Fox – Paolo Colangelo (Ita) – 28 pts

 

Plus d’informations : www.uncl.com
Contact presse – Raphaël Mira – 06 16 26 01 78
Photo – Pierik Jeannoutot
Vidéo – Readyprod.com
 

bandeauPresse

Les TP52 retrouvent la banane !

CP N° 7 – Ils se morfondaient depuis deux jours. Les TP52 et l’ensemble de la flotte se sont offerts une belle après-midi de navigation ! Les positions se resserrent avant une dernière journée décisive.

“Ça fait plaisir de voir naviguer tout le monde…“ Le soulagement est palpable dans les mots de Philippe Faure, Président du Comité de course des IRC 0, 1 et 2. Le visage est cramé par ces trois derniers jours de mer. Des matinées interminables à traverser les rades comme une âme en peine, en quête de ce “chouya“ d’air libérateur. Petit côtier, banane, Philippe Faure a tout essayé dans son esprit. Il a réussi à envoyer cahin caha des petites manches. Aujourd’hui, c’est le demi-graal. Une dizaine de nœuds de vent du sud. Tout le monde s’en contente largement.

Et du coup, ce soir, les mouches ont changé d’âne. Les TP52 à la peine pendant deux jours, ont enfin pu justifier leur qualité de racer. Ils trustent les premières places dans les trois manches du jour.

Tp52_PJ_CP7“On n’a pas été vraiment vernis par le temps jusqu’à aujourd’hui“, sourit Xavier Rohart, maître tacticien sur Arobas2. “On n’est pas ici pour jouer la victoire, mais on est bien aujourd’hui. Notre bateau est préparé, c’était un vrai jeu de tacticien. C’est parfait pour le jeu que l’on ait des temps différents. Comme ça, chaque type de bateau a les moyens de s’exprimer…“

 

Double vainqueur de la Coupe de l’America en 1995 et en 2007, huit fois champion du Monde, Ed Baird, barreur américain de Phœnix, savoure la première place du général, au soir de cette troisième journée. “C’est une belle surprise ! On est venus se confronter aux TP 52, mais également aux autres bateaux. Il y a du très haut niveau. Rien n’est joué car chaque bateau a remporté une manche différente…“

 

Sur Team Vision Future, c’est la fête. “On a retrouvé le modjo, il était caché ! rigole Mickaël Mergui. Aujourd’hui, c’était plus facile pour notre bateau, typé plutôt medium brise. On a fait deux belles manches, et on remporte le côtier autour du Frioul, avec de supers virements de bord. On s’est bien remis dans le match. »

Concrètement, les six premiers bateaux du classement se tiennent en cinq points et peuvent l’emporter.

Ce n’est plus le cas de l’absent surprise, Endless Game le Cookson 50 napolitain barré par Luis Doreste Blanco. Déjà, la veille au soir, le double champion olympique espagnol (470 en 1984 et Flying Dutchman en 1992) ne cachait pas sa déception. (Hier) “C’était un désastre“, plaisante-t-il. Pour sa toute première course sur ce bateau, Luis n’est pas verni. Deux journées de course sans vent et deux déroutes pour celui qui a participé également à la Coupe de l’America en 1999 et qui a beaucoup navigué sur des Swann 65 et Wally.

L’apprentissage du plan d’eau marseillais continue. “On apprend… En tout cas, nous sommes heureux d’être à Marseille…“

En IRC1, les Italiens de Cippalippa Rossa apprivoisent un peu plus la jauge et viennent se mêler à la lutte, après une dernière belle victoire, ce jour. Tonnerre de Glen doit rester vigilant. En IRC2, Geranium Killer prend l’ascendant et devrait remporter sa série, sauf double ou triple accident, demain. Enfin, Alice (IRC3) et Expresso2 (IRC4) ont bien fait le job, leurs poursuivants ne devraient pas les revoir.

Les classements généraux avant jury :

IRC0 (6 courses disputées, 5 retenues, le plus mauvais résultat supprimé)

1/ Phœnix – Hasso Plattner (USA) – 13 pts
2/ Team Vision Future – Jean-Jacques Chaubard (Fra) – 15 pts
3/ Alizée – Laurent Camprubi (Fra) – 16 pts

IRC1 (5 courses disputées)

1/ Tonnerre de Glen – Dominique Tian (Fra) – 8 pts
2/ Cippalippa Rossa – Paolo Guido Gamucci (Ita) – 13 pts
3/ Imagine – Jean-Claude André (Fra) – 17 pts

IRC2 (5 courses disputées)

1/ Geranium Killer – Pascal Fravalo (Fra) – 7 pts
2/ Adrenaline – Michel Gendron (Fra) – 13 pts
3/ Jivaro – Yves Grosjean (Fra) – 14 pts

IRC3 (6 courses disputées, 5 retenues, le plus mauvais résultat supprimé)

1/ Alice – Simon Henning (GB) – 6 pts
2/ Absolutely – Philippe Frantz (Fra) – 16 pts
2/ Tip – Gilles Pagès (Fra) – 17 pts

IRC4 (6 courses disputées, 5 retenues, le plus mauvais résultat supprimé)

1/ Expresso 2 – Guy Claeys (Fra ) – 6 pts
2/ Havana Glen – Frédéric Tian (Fra) – 22 pts
3/ Old Fox – Paolo Colangelo (Ita) – 24 pts

Les prix :

Il y aura un trophée Marseille 2017 European IRC Championship, pour chaque classe, IRC 0, 1, 2, 3, 4. Le premier du classement toutes classes recevra le titre de Champion d’Europe IRC.

Le programme : 

Les trois clubs marseillais (CNTL, SNM et UNM) associés à l’UNCL sont en charge de l’organisation de l’événement sur mer et à terre. Les bateaux sont amarrés et regroupés à la Société Nautique de Marseille durant l’événement.

Dimanche 9 juillet

8h : Petit déjeuner servi sur la plateforme de la SNM
10h : Mise à disposition en mer, parcours banane et/ou parcours côtiers
17h : Remise des prix au club-house du CNTL

Plus d’informations : www.uncl.com
Contact presse – Raphaël Mira – 06 16 26 01 78
Photo – Pierik Jeannoutot
Vidéo – Readyprod.com

bandeaupresse

En mode plaisir et recherche de courant d’air !

CP N°6 – L’attente aura été longue sur le quai, mais comme prévu le thermique s’est levé à l’heure de la sieste. En attendant, on a papoté. Découverte des uns et des autres !

Wallyno_PJ_CP6Rapide explication sur la philosophie de l’IRC. “Un TP 52 pèse 7 tonnes, notre Wally pèse 18 tonnes. Le but de l’IRC est de compenser ces différences, et la jauge est juste…“ Benoit De Froidmont, le propriétaire belge de Wallyño (ci-dessous) mesure l’écart qui le sépare des quatre racers favoris de ce championnat d’Europe, mais y trouve une vraie source de motivation.

“C’est dur pour nous de nous mesurer aux TP52, mais c’est un véritable challenge. Et pour moi, le Wally est un bateau mythique…“ La preuve, sur le temps compensé, le “petit“ Wally parvient à être devant.

Ce soir, il pointe à la première place du général en IRC0. Plan Farr construit en 2003 par Luca Bassani (créateur de ces voiliers ultra modernes), le bateau aux lignes épurées et au pont en bois précieux est racheté en 2014 par Benoit de Froidmont, qui le mène à la victoire sur la Giraglia et la Maxi Rolex Cup en 2016.

En 2014, un terrible coup de vent d’est l’empêche de rallier Marseille pour participer à l’une des grandes courses de printemps. Le Marseille 2017 European IRC Championship est enfin l’opportunité pour ce bateau plutôt habitué à régater dans les eaux de Porto-Cervo, Saint-Tropez ou Palma de découvrir Marseille. “On est ravis de naviguer pour la première fois sur ce plan d’eau, que l’on découvre un peu plus chaque jour. Il est complexe, mais intéressant, et l’ambiance à terre, est magique. C’est incroyable de se retrouver comme ça, en plein cœur de ville…“ Et aussi incroyable d’être en tête à mi-championnat. “Le vent était mieux qu’hier, dit-il avec une grosse banane. Léger mais constant. On a pris un bon départ, navigué propre et parti du bon côté. On n’espérait pas être là…“

Paolo Guido Gamucci, propriétaire Italien du Ker 40 Cippalippa Rossa, n’a pas attendu 2017 pour découvrir Marseille. En 1976, il naviguait en one toner, sur la SNIM et la one ton cup. Après 52 années dédiées à sa “passion terrible“ sur toutes les côtes de Méditerranée, le Milanais délaisse la jauge ORC, pour s’offrir un parcours initiatique avec la jauge IRC. “Ce bateau est né pour être en IRC, alors je voulais voir où on en était par rapport à notre préparation…“ Chaque jour lui offre de nouvelles certitudes.

Le temps est aux échanges en français, en italien, en anglais, à l’ombre du soleil qui cogne au mois autant que le vent qui brille par son absence. Philippe Faure, Président du Comité de Course rond nord, est depuis un long moment sur une mer d’huile. “Aujourd’hui, ça va être comme hier, avec un thermique faible qui doit rentrer en début d’après-midi. On essaye des choses, mais c’est compliqué…“ Seul en mer pendant près de 5 heure, à attendre, Philippe Faure décide d’appeler les concurrents sur le coup des 14h30. Une “petite“ manche sauve la journée dans les deux rades.

En rade sud, Alice remporte la manche et conforte son avance au général en IRC3. Expresso mène la danse en IRC4, devant l’italien Old Fox qui prend peu à peu la mesure du plan d’eau marseillais (5, 8, 5, 4 et 3 aujourd’hui).

En rade nord, Adrenaline et Geranium Killer jouent au chat et à la souris (IRC2), tandis que Tonnerre de Glen remporte sa première course en IRC1. Les Italiens de Cippalippa Rossa continuent de prendre la mesure du règlement, de leur bateau et de la rade. Ils reviennent un peu dans le jeu pour la gagne finale.

Les deux derniers jours de ce Championnat d’Europe sont annoncés (un poil) (plus) ventés. Les 53 concurrents vont pouvoir lâcher quelques chevaux. Surtout les TP52 à la traine…

 

Les classements généraux avant jury :

IRC0 (3 courses disputées)

1/ Wallyno – Benoit de Froidmont (Bel) – 8 pts
2/ Alizée – Laurent Camprubi (Fra) – 9 pts
3/ Lorina 1895 – Benjamin Enon (Fra) – 10 pts

IRC1 (2 courses disputées)

1/ Tonnerre de Glen – Dominique Tian (Fra) – 3 pts
2/ Magic Twelve – François Pailloux (Fra) – 3 pt
3/ Imagine – Jean-Claude André (Fra) – 7 pts

IRC2 (2 courses disputées)

1/ Adrenaline – Michel Gendron (Fra) – 3 pts
2/ Geranium Killer – Pascal Fravalo (Fra) – 3 pts
3/ Jivaro – Yves Grosjean (Fra) – 7 pts

IRC3 (5 courses disputées)

1/ Alice – Simon Henning (GB) – 6 pts
2/ Absolutely – Philippe Frantz (Fra) – 16 pts
2/ Week-end Millionnaire – Yves Ginoux (Fra) – 21 pts

IRC4 (5 courses disputées)

1/ Expresso 2 – Guy Claeys (Fra ) – 6 pts
2/ Old Fox – Paolo Colangelo (Ita) – 25 pts
3/ Atlog – Christophe Heurtault (Fra) – 29 pts

 

Les prix :

Il y aura un trophée Marseille 2017 European IRC Championship, pour chaque classe, IRC 0, 1, 2, 3, 4. Le premier du classement toutes classes recevra le titre de Champion d’Europe IRC.

Le programme :

Les trois clubs marseillais (CNTL, SNM et UNM) associés à l’UNCL sont en charge de l’organisation de l’événement sur mer et à terre. Les bateaux sont amarrés et regroupés à la Société Nautique durant l’événement. Chaque jour, le signal d’avertissement de la première course sera donné à 11h. L’heure du signal d’avertissement de la grande course sera donnée par avenant.

Samedi 8 juillet

8h : Petit déjeuner servi sur la plateforme de la SNM
11h : Mise à disposition en mer, parcours banane et/ou parcours côtiers
18h : Bières servies sur la plateforme de la SNM
20h : Soirée des équipages au CNTL

 

Dimanche 9 juillet

8h : Petit déjeuner servi sur la plateforme de la SNM
11h : Mise à disposition en mer, parcours banane et/ou parcours côtiers
16h : Remise des prix au club-house du CNTL

 

Plus d’informations : www.uncl.com
Contact presse : Raphaël Mira – 06 16 26 01 78
Photo Pierik Jeannoutot

bandeauPresse

Certains ne manquent pas d’air !

Communiqué N°5/ À l’issue de cette première journée du Marseille 2017 European IRC Championship, les 500 marins ont pris un gros bain de soleil, et comme prévu les manches se sont jouées dans du petit temps avec quelques favoris qui ont laissé des plumes.

Ce matin sur les pontons, on croise du beau monde, et pas que des marins. Mickaël Boyd, le Président du RORC, le plus célèbre des clubs anglais, qui s’apprête à accueillir la 3e édition en 2018. Présence remarquée, également, de Ricardo Provini, le responsable technique de l’UVAI venu soutenir les quatre clubs (UNCL, CNTL, SNM et UNM) organisateurs de l’événement et la demi-douzaine de bateaux italiens, en quête du titre suprême, qui vient de Naples, Florence, Gènes…

Si ça s’active sur les pontons, le vent n’est pas pressé de s’installer dans les rades nord (IRC 0, 1, 2) et sud (IRC 3 et 4). Après un peu d’attente, une première manche est lancée en rade sud.

Alice_PJ_IRC3_20170706En IRC3, le Mumm 36 anglais répondant au doux nom d’Alice (ci-contre) dame le pion aux habituels cadors méditerranéens sur les trois premières manches du jour. Jin Tonic Sequel, suivi de Tip et Week-end Millionnaire se classent dans cet ordre derrière le bateau anglais sur les deux première manches, et n’arrivent pas à suivre le rythme « endiablé ».

Seul le Mumm 36 tropézien Absolutely termine devant les sujets de sa Majesté, lors de la quatrième et dernière manche du jour.

“C’est la première fois que nous naviguons en Méditerranée“, sourit James Read, équipier d’Alice“Nous sommes arrivés il y a un peu moins d’un mois, le bateau par container, pour disputer la Semaine de Porquerolles et nous sommes ravis d’être à Marseille. Je me rends compte que les bateaux sont très bien préparés et les équipages affutés. C’est du haut niveau…“

Ces premières victoires « surprise » (“C’est un bateau qui aime les conditions de vent moyen“) placent clairement les anglais au-dessus des Méditerranéens.

En rade nord, la situation est encore plus complexe. Le thermique rentre de manière très irrégulière vers 14h, et permet de lancer deux manches pour les IRC0 et une manche pour les IRC1 et 2.

Les craintes du petit matin de Mickaël Mergui (Team Vision Future) sont justifiées : « A Marseille, avec ce petit vent changeant, à 20 mètres près, tu peux te retrouver dans un flux nord ou ouest, et ça modifie complètement la donne. » Avec une première manche plutôt correcte, le bateau varois a complètement raté la deuxième. « Les conditions de vent n’étaient pas du tout  fair-play, c’était un peu la loterie … »

Une loterie qui a souri à Laurent Camprubi, le sociétaire du CNTL, qui a amené son TP52 (Alizée) à une magnifique victoire de manche. “C’est une très belle journée, je suis super content pour l’équipage, quand je vois le plateau de haute volée qu’il y a en IRC0. Nous sommes les seuls, chez les gros, à posséder un équipage complètement amateur. C’est magique de voir ces minots se défoncer, et avec une telle banane à l’arrivée…“

Les IRC1 et IRC2 disputent une seule manche, et ce sont les fins connaisseurs du plan d’eau qui tirent leur épingle du jeu. Geranium Killer avec Dimitri Deruelle et Magic Twelve de François Pailloux s’emparent de la tête du classement de leur classe.

Enfin, en IRC4, Expresso2, le Jpk 10.10 de Guy Claeys remporte deux manches et prend une place de 2e et de 3e. Saint-Tropez encore à l’honneur…

 

Les classements généraux avant jury :

IRC0 (2 courses disputées)

1/ Lorina 1895 – Benjamin Enon (Fra) – 6 pts
1/ Phoenix – Hasso Plattner (USA) – 6 pts
3/ Wallyno – Benoit de Froidmont (Bel) – 7 pts
3/ Alizée – Laurent Camprubi (Fra) – 7 pts

IRC1 (1 course disputée)

1/ Magic Twelve – François Pailloux (Fra) – 1 pt
2/ Tonnerre de Glen – Dominique Tian (Fra)
3/ Imagine – Jean-Claude André (Fra)

IRC2 (1 course disputée)

1/ Geranium Killer – Pascal Fravalo (Fra) – 1 pts
2/ Adrenaline – Michel Gendron (Fra) – 2 pts
3/ Charte du Plaisancier – Thierry Foucaud (Fra) – 3 pts

IRC3 (4 courses disputées)

1/ Alice – Simon Henning (GB) – 5 pts
2/ TIP – Gilles Pagès (Fra) – 16 pts
2/ Jin Tonic Sequel – Bernard Daurelle (Fra) – 16 pts

IRC4 (4 courses disputées)

1/ Expresso 2 – Guy Claeys (Fra ) – 7 pts
2/ Fioupelan – Frédéric Forestier (Fra) – 20 pts
3/ Old Fox – Paolo Colangelo (ITA) – 22 pts

Les prix :

Il y aura un trophée Marseille 2017 European IRC Championship, pour chaque classe, IRC 0, 1, 2, 3, 4. Le premier du classement toutes classes recevra le titre de Champion d’Europe IRC.

Le programme : 

Les trois clubs marseillais (CNTL, SNM et UNM) associés à l’UNCL sont en charge de l’organisation de l’événement sur mer et à terre. Les bateaux sont amarrés et regroupés à la Société Nautique durant l’événement. Chaque jour, le signal d’avertissement de la première course sera donné à 11h. L’heure du signal d’avertissement de la grande course sera donnée par avenant.

Vendredi 7 juillet

8h : Petit déjeuner servi sur la plateforme de la SNM
11h : Mise à disposition en mer, parcours banane et/ou parcours côtiers
18h : Bières servies sur la plateforme de la SNM

Samedi 8 juillet

8h : Petit déjeuner servi sur la plateforme de la SNM

11h : Mise à disposition en mer, parcours banane et/ou parcours côtiers
18h : Bières servies sur la plateforme de la SNM
20h : Soirée des équipages au CNTL

Dimanche 9 juillet

8h : Petit déjeuner servi sur la plateforme de la SNM
11h : Mise à disposition en mer, parcours banane et/ou parcours côtiers
16h : Remise des prix au club-house du CNTL

 

Plus d’informations : www.uncl.com
Contact presse : Raphaël Mira – 06 16 26 01 78
Photo Alice (GB) IRC3 – Pierik Jeannoutot

Vidéo: Readyprod.com

 

bandeaupresse

Play the game !

Ils sont 53 bateaux présents à avoir répondu aux normes exigeantes de l’IRC. Pendant quatre jours, le Marseille 2017 European IRC Championship va offrir du grand spectacle. Place à la course !

Le vainqueur de cette 2e édition du championnat d’Europe IRC devra avoir à son bord un fin tacticien qui possède une bonne connaissance du plan d’eau marseillais. En effet, le vent s’annonce timidement, et il faudra bien sentir les coups, sur l’eau. “Demain, il devrait y avoir dix/douze nœuds de sud, sud-est et le thermique qui va monter dans l’après-midi“, explique Frédéric Forestier en charge de l’organisation en mer. “Ça va un peu mollir vendredi et on aura une bulle anticyclonique compliquée pour samedi, avant une bascule, dimanche, qui devrait amener de l’air…“

GK_PJeannoutotDans son jardin et sur son Geranium Killer (ci-contre), Dimitri Deruelle n’aura d’autre ambition qu’une victoire. “Ce championnat d’Europe, c’est une vraie carotte pour nous, en IRC2. On vient de remporter la Semaine de Porquerolles, on est sur une belle dynamique. Il va y avoir une grosse bagarre entre tous les favoris, présents, du championnat Méditerranée.

On est content de le disputer, chez nous, et puis lorsque l’on regarde la liste des présents, avec de beaux bateaux italiens, espagnols, anglais, on constate que la qualité est là ! C’est une épreuve qui manque encore de notoriété, mais elle est en phase ascendante…“

Swan 601, TP52, Wally, GP42, Farr 46, Bermudien Sloo pour citer quelques forces en présence.

Quant aux marins présents et connus dans le monde de l’olympisme, le match race ou la course en large, on peut citer Luis Doreste Blanco, Nicolas Troussel, Xavier Rohart, Stéphane Christidis, François Brenac et encore Mickaël Mergui…

 Les prix :

Il y aura un trophée Marseille 2017 European IRC Championship, pour chaque classe, IRC 0, 1, 2, 3, 4. Le premier du classement toutes classes recevra le titre de Champion d’Europe IRC.

Le programme :

Les trois clubs marseillais (CNTL, SNM et UNM) associés à l’UNCL sont en charge de l’organisation de l’événement sur mer et à terre. Les bateaux sont à quai, amarrés à la Société Nautique de Marseille, le 5 juillet, à 9h00 (dernier délai). Chaque jour, le signal d’avertissement de la première course sera donné à 11h. L’heure du signal d’avertissement de la grande course sera donnée par avenant. Les bateaux seront amarrés et regroupés à la SNM durant l’événement.

Plus d’informations : www.uncl.com
Contact presse : Raphaël Mira – 06 16 26 01 78
Photo Pierik Jeannoutot

Vidéo: Readyprod.com

bandeauPresse

Marseille accueille l’élite européenne de l’IRC

Communiqué N°3: Avec plus d’une cinquantaine de bateaux et une dizaine de nationalités en présence (allemand, anglais, belge, italien, espagnol, hollandais, luxembourgeois, suisse, français) réparties dans les cinq catégories de l’IRC, le Marseille 2017 European IRC Championship va proposer du grand spectacle dans les rades sud et nord de Marseille. Une belle répétition avant l’accueil des J.O. en 2024 ?

“On parle beaucoup de bateaux qui volent, avec l’America ‘s Cup. Mais ceux du Marseille 2017 European IRC Championship, même s’ils restent sur l’eau, sont des bateaux magnifiques, rapides, et on trouve du très haut niveau dans les équipages !“ La constatation est de Philippe Peytou, le vice-président de la Société Nautique de Marseille.

Place forte du nautisme dans les catégories habitable, Marseille, par l’intermédiaire de ses clubs phares, le CNTL, l’UNM et la SNM, associés à l’UNCL, a obtenu l’organisation de cette deuxième édition européenne de l’IRC, la jauge principale de la voile habitable.

Nous sommes fiers d’accueillir ce grand rendez-vous de l’IRC“, se félicite Michel Lamberti, porte parole des trois clubs marseillais. L’association des clubs a joué en faveur de la sélection de notre ville. A nous, désormais, de mettre en avant nos atouts, naturels d’une part, avec cette rade extraordinaire que l’on nous envie, et techniques d’autre part, à travers notre savoir-faire pour l’organisation des régates et pour le côté festif.“

 “C’est une bonne nouvelle de constater que les forces vives de la voile habitable européenne jaugée IRC ont répondu présents, avec une vingtaine de bateaux en plus, par rapport à la première édition qui s’est déroulée en Irlande. Nous montons en puissance…“ reprend Jean-Philippe Cau, président de l’Union Nationale de la Course au Large.

Chaque catégorie va offrir des joutes de toute beauté sur les deux ronds prévus en rade nord et en rade sud.

TVFL’IRC0 rassemble les sept bateaux amiraux de la flotte. Des unités splendides aux mains d’équipages de haut niveau, avec la présence de quatre TP52 ou assimilés (les trois français méditerranéens Team Vision Future (ci-dessus), Alizée, Arobas et l’Allemand Phoenix), un Cookson 50 Italien affuté (Endlessgame), un Wally au design épuré (Wallyño) et un Swan 601 (Lorina), tous redoutables.

Principal favori, Team Vision Future, auteur d’un triplé éclatant Massilia Cup, SNIM et Semaine de Porquerolles, avec Mickaël Mergui à la barre. L’ancien Figariste reste humble. “C’est la deuxième saison que l’on navigue sur le bateau, donc on a plus d’expérience. Le groupe est quasiment le même depuis six ans, on se connaît très bien, et ça nous permet d’aller chercher les petites secondes qui font la différence…“

En IRC1, le Ker 40 Italien Cippalippa Rosa fera figure de favori, tout autant que le Ker 46 Tonnerre de Glen, auteur du doublé SNIM/Semaine de Porquerolles. “On part un peu dans l’inconnu“, affirmait pourtant il y a quelques semaines Eric Daher, le responsable du projet. Les Marseillais ont la maîtrise de leur nouveau bateau bien en main, en gros temps comme en petit temps. A suivre également Tokahoma, un tout nouveau plan Nivelt.

En IRC2, la bagarre entre les A 40 RC retiendra toute l’attention, avec Géranium Killer, et un certain Dimitri Deruelle à son bord, et aussi le luxembourgeois Vito. Deux bateaux qui se tirent la bourre depuis le début de la saison. A ne pas mésestimer Jivaro, un J 133 impressionnant sur la dernière Giraglia.

En IRC3, TIP, le Sun Fast 3600, actuel leader du Championnat Méditerranée Equipages IRC-UNCL 2017 est la tête de série n°1 de ce championnat d’Europe, suivi comme son ombre par Jin Tonic Sequel, le A35 de Bernard Daurelle, vainqueur de la Giraglia dans sa catégorie. On parlera aussi espagnol, avec Tramendu, le Dehler 36 VJ de Salvaror Vieta Molina du RCN Barcelona. “Nous sommes très contents de participer à ce championnat d’Europe. Cela fait dix ans que l’on régate sur les côtes catalanes et dans les Baléares. Nous sommes une équipe mixte composée d’amis et de membres de la famille. On espère finir dans les dix premiers…“

Enfin, la classe IRC4, avec une vingtaine de concurrents, sera très ouverte. A suivre : Havana Glen (A31) actuel second du Championnat, Meltem (Dufour 34) qui possède un équipage rodé, Expresso (Jpk 10.10) qui a remporté la SNIM, la Semaine de Porquerolles en équipage, et la Giraglia en Solo, les Sun Fast 3200 comme Team Captain Nason’s et Le Grand Large.

A noter que le premier grand vainqueur de ce Championnat d’Europe, en 2016, l’Irlandais Paul Gibbons (IRC 4 – Anchor Challenge – Quarter Tonner), n’a pas pu se déplacer pour défendre son titre.

Les prix :

Il y aura un trophée Marseille 2017 European IRC Championship, pour chaque classe, IRC 0, 1, 2, 3, 4. Le premier du classement toutes classes recevra le titre de Champion d’Europe IRC.

Le programme :

Les bateaux devront être à quai, amarrés à la Société Nautique de Marseille, le 5 juillet, à 9h00 (dernier délai).

Chaque jour, le signal d’avertissement de la première course sera donné à 11h. L’heure du signal d’avertissement de la grande course sera donnée par avenant.

Les bateaux seront amarrés et regroupés à la SNM durant l’événement.

Mercredi 5 juillet

A partir de 9h jusqu’à 18 : Confirmation des inscriptions à la SNM, inspections d’équipements et contrôles de jauge et de sécurité.

18h30 : Briefing des skippers à l’UNM

19h30 : Cérémonie d’ouverture Club House de l’UNM

Jeudi 6 juillet

11h : Mise à disposition en mer, parcours banane et/ou parcours côtiers

Vendredi 7 juillet

11h : Mise à disposition en mer, parcours banane et/ou parcours côtiers

Samedi 8 juillet

11h : Mise à disposition en mer, parcours banane et/ou parcours côtiers

Dimanche 9 juillet

11h : Mise à disposition en mer, parcours banane et/ou parcours côtiers

16h : Remise des prix au club-house du CNTL

Plus d’informations :

www.uncl.com

Contact presse : Raphaël Mira – 06 16 26 01 78

Photo libre de droit – mention Pierik Jeannoutot

bandeauPresse

L’élite européenne de l’IRC s’annonce à Marseille !

Avec une quarantaine de bateaux (allemands, anglais, italiens, espagnols, luxembourgeois, turcs et français) déjà inscrits et plus du double (un millier de régatiers) attendus dans les deux prochains mois, le Marseille 2017 European IRC Championship aura fière allure. Nicolas Hénard, Président de la FFVoile, présent à Marseille, lors de la dernière SNIM, ne s’y est pas trompé, appelant les équipages indécis à foncer.

 

IRC0, un Cookson 50 (ITA) pour mater les TP52 ? – “C’est une bonne nouvelle de constater que les forces vives de la voile habitable européenne jaugée IRC s’apprêtent à se confronter à Marseille“, reconnait Jean-Philippe Cau, président de l’UNCL, l’un des quatre clubs organisateurs, avec le CNTL, la SNM et l’UNM.

La lecture du tableau des inscriptions à deux mois de l’événement laisse augurer un plateau de choix, avec notamment la présence (déjà) de quatre TP52. L’Allemand Phoenix vient se mesurer aux sudistes Arobas2, Alizée et surtout l’inévitable Team Vision Future, roi de la côte méditerranéenne française. Vainqueur incontesté de la dernière SNIM, le bateau varois de Jean-Jacques Chaubard, fait figure de grand favori en IRC0. « Ce qui fait notre force, explique le propriétaire de Team Vision Future, c’est que cela fait sept ans que l’on navigue ensemble…« 

EndlessGameChez les étrangers, il faudra aussi surveiller, dans la “catégorie reine“, le bateau italien Endless Game. Le Cockson 50, amarré à Naples tout au long de l’année, vient se frotter pour la première fois à l’élite européenne. Que ce soit le bateau ou l’équipage, c’est une grande découverte, avec humilité, mais non sans ambition. “Notre équipage possède des éléments d’expérience, qui ont, par ailleurs, déjà régaté à Marseille, explique Andrea Falcon, responsable de la communication du projet Endless Game. Citons Pierluigi Fornelli, ancien médaillé de bronze au championnat du Monde de Soling, Davide Inocenti, qui a navigué à bord d’Il Moro di Venezia sur la Coupe de l’America, et encore Luis Doreste, double champion olympique espagnol en 470 (1984) et en Flying Dutchman (1992). Du très haut niveau sur le bateau transalpin.

« On sait que la météo est spéciale à Marseille. Petit air ou gros temps, on doit être fin prêt à naviguer auprès des meilleurs, quelle que soient les conditions. Notre objectif ? Faire à peine mieux que ceux qui termineront deuxième« , plaisante-t-il.

Le bateau est neuf. Rapide, drôle et compétitif aux dires d’un équipage, la « Red Devils Sailing Team » qui navigue ensemble depuis de nombreuses années. Un bateau à suivre de près, notamment dans sa confrontation avec les TP52.

 

IRC4 – Les half-tonner feront-ils la loi ? – La présence du half-tonner Sibelius, naviguant habituellement en Atlantique, présente la particularité d’avoir à son bord, le président de l’UNCL, Jean-Philippe Cau. Il fait partie de la dizaine de concurrents déjà inscrits dans cette catégorie, et pourrait s’immiscer dans la lutte pour le titre. Ancien IOR, construit dans les années 70, le half-tonner est un bateau référence puisqu’il fut support lors de la course en solitaire de l’Aurore, puis du Figaro. Les dernières unités furent construites à la fin des années 80. Leurs propriétaires actuels “adorent“ se frotter aux bateaux modernes et venir les titiller. Il y a fort à parier que l’on en retrouvera quelques autres début juillet.

 

L’ORCI invité de prestige – Le Marseille 2017 IRC European Championship sera l’occasion de rassembler un maximum de bateaux compétitifs, gage d’un enjeu renforcé et d’une confrontation plus pointue sur l’eau. Dans l’optique du Championnat du Monde de Course au Large 2018 (La Haye), organisé en ORC et en IRC, l’UNCL offrira un certificat IRC aux bateaux détenteurs d’un certificat ORCi2017 qui lui en feront la demande. « Nous encourageons les bateaux de la jauge ORCi à venir se mesurer aux IRC« , précise le président de l’UNCL.

Afin de pouvoir organiser la compétition sur terre et sur mer, dans les meilleures conditions possibles, la deadline des inscriptions est fixée au 28 juin 2017. Mais leur tarif sera majoré passé le 31 mai.

 

Le programme

Les bateaux devront être à quai, amarrés à la Société Nautique de Marseille, le 5 juillet, à 9h00 (dernier délai). La journée sera consacrée aux confirmations des inscriptions, inspections et contrôles de jauge.

Les quatre jours de la compétition se déclineront en parcours tactiques et côtiers, incluant une grande course.

La cérémonie d’ouverture se déroulera à l’UNM, mercredi 5 juillet, tandis que la cérémonie de remise des prix se tiendra au CNTL, le dimanche 9 juillet.

Les bateaux seront amarrés et regroupés chaque jour, sur les quais de la SNM (Quai de Rive-Neuve).

Plus d’informations :
www.uncl.com

Image Endless Game : Andrea Falcon

Teaser
Images : Madeleine Sassy – saysea-prod.com
Conception – réalisation : Hugo Cordeau
Avec le concours de PropIRC.

Contact presse : Raphaël Mira – 06 16 26 01 78

bandeauPresse

MARSEILLE 2017 EUROPEAN IRC CHAMPIONSHIP : LES INSCRIPTIONS SONT OUVERTES !

Le Marseille 2017 European IRC Championship, organisé conjointement par l’Union Nationale pour la Course au Large, le Cercle Nautique et Touristique du Lacydon, la Société Nautique de Marseille et l’Union Nautique Marseillaise se déroulera à Marseille du 5 au 9 juillet 2017.

 

 

Après un premier galop d’essai réussi à Cork (Irlande) en 2016, Marseille s’apprête à accueillir un plateau réunissant plus de 1500 marins. L’épreuve devrait voir un contingent important de concurrents anglais, belges, espagnols ou italiens, dont les premières intentions d’inscription laissent présager un bel engouement pour cette nouvelle épreuve du calendrier qui rassemble l’élite de la voile habitable européenne …

« On a la prétention d’attirer au moins une centaine de bateaux pour disputer ce titre de champion d’Europe, se félicite Jean-Philippe Cau, Président de l’UNCL. Sportivement, cet événement est important car c’est un championnat d’Europe labellisé. C’est aussi et surtout une reconnaissance pour la jauge IRC (6000 bateaux dans le monde), au niveau national et surtout international. Enfin, le choix de Marseille n’est pas un hasard. Les clubs nautiques locaux trustent les récompenses à l’échelon national et offrent généralement un accueil hors pair aux concurrents lorsqu’ils organisent un évènement. Enfin, la rade de Marseille est un terrain de jeu formidable, avec des conditions météo extrêmement variées. Nous allons avoir cinq jours de régate de haut niveau, dans les rades sud et nord et une fête à terre magnifique, dont les Marseillais ont le secret… »

L’Avis de Course parait ce jour, et les inscriptions sont ouvertes sur www.uncl.com et le resteront jusqu’au mercredi 28 juin.

 

Le programme :

Mercredi 5 juillet

  • 9h-18h : Confirmation des inscriptions à la SNM, inspections d’équipements et contrôles de jauge de sécurité.
  • 18h30 : Briefing des skippers à la SNM
  • 19h30 : Cérémonie d’ouverture au club house de l’UNM

Jeudi 6 juillet – Dimanche 9 juillet

  • Courses : les parcours seront de type construits et côtiers, incluant une grande course côtière

Samedi 8 juillet

  • 20h00 : Dîner des équipages

Dimanche 9 juillet

  • 16h00 : Cérémonie de remise des prix au club house du CNTL

 

Plus d’information : uncl@uncl.com

 

 

 

bandeaupresse

Communiqué : L’Europe hisse les voiles à Marseille en 2017 !

Le Marseille 2017 IRC European Championship, organisé conjointement par l’Union Nationale de la Course au Large, le Cercle Nautique et Touristique du Lacydon, la Société Nautique de Marseille et l’Union Nautique de Marseille se déroulera à Marseille du 5 au 9 juillet 2017.

Annoncé officiellement par Jean-Philippe Cau (Président de l’UNCL) à l’occasion du Nautic de Paris, en présence d’Yves Lagane, président du Yacht Club de France, d’Antoine Croyère, Président de la Société Nautique de la Trinité, de Michael Boyd, Commodore du RORC, de Riccardo Provini, de l’Unione Vela d’Altura Italiana et des trois présidents de clubs marseillais (photo ci-dessous), ce grand rassemblement accueillera l’élite européenne de la voile habitable. Tous les bateaux jaugés IRC et dont le TCC est supérieur ou égal à 0.900 sont invités à participer au Marseille 2017 IRC European Championship, ouvert aux Classes IRC 0, 1, 2, 3 et 4.

De gauche à droite : Riccardo PROVINI (UVAI – IRC Italie), Michel LAMBERTI (UNM), Gérard LARI (CNTL), Raymond LAMBERTI (SNM), Michael BOYD (RORC), Jean-Philippe CAU (UNCL), Yves LAGANE (Yacht Club de France)

De gauche à droite : Riccardo PROVINI (UVAI – IRC Italie), Michel LAMBERTI (UNM), Gérard LARI (CNTL), Raymond LAMBERTI (SNM), Michael BOYD (RORC), Jean-Philippe CAU (UNCL), Yves LAGANE (Yacht Club de France)

Après un premier galop d’essai qui s’est déroulé à Cork (Irlande) en 2016, Marseille s’apprête à accueillir un plateau réunissant plus de 1500 marins. L’épreuve devrait voir un contingent important de concurrents anglais se déplacer dans le sud de la France, tout autant que d’Italiens. Présence également attendue d’Espagnols, de Russes, de Suisses…

« On a la prétention d’attirer au moins une centaine de bateaux pour disputer ce titre de champion d’Europe, se félicite Jean-Philippe Cau. Sportivement, cet événement est quelque chose d’important car c’est un championnat d’Europe labellisé, qui sera de grande qualité, tant au niveau de son plateau que de son organisation. C’est aussi et surtout une reconnaissance pour la jauge IRC (6000 bateaux dans le monde), au niveau national et surtout international. Enfin, le choix de Marseille n’est pas un hasard. Les clubs nautiques locaux trustent les récompenses à l’échelon national et offrent généralement un accueil hors pair aux concurrents lorsqu’ils organisent un évènement. Nous allons avoir cinq jours de régate de très haut niveau, dans les rades sud et nord et une fête à terre magnifique, dont les marseillais ont le secret… »

En cette année 2017, où Marseille est capitale du Sport et à quelques semaines de l’attribution des JO 2024 où la ville accueillerait les épreuves de voile, en cas de victoire de la candidature parisienne, l’attribution de ce championnat d’Europe sonne comme une véritable reconnaissance.

« Nous sommes fiers d’accueillir ce grand rendez-vous de l’IRC, se félicite Michel Lamberti, porte parole des trois clubs marseillais, qui se sont associés avec l’objectif d’obtenir l’organisation de cette épreuve prestigieuse. L’association des trois clubs, CNTL, SNM et UNM a joué en faveur de la sélection de Marseille. A nous, désormais, de mettre en avant nos atouts, naturels d’une part, avec cette rade extraordinaire que l’on nous envie, et techniques d’autre part, à travers notre savoir-faire pour l’organisation de régates, à la fois en mer et à terre. »

 

Le programme

Les bateaux devront être à quai, amarrés à la Société Nautique de Marseille, le 5 juillet, à 9h30 (dernier délai). La journée sera consacrée aux confirmations des inscriptions, inspections et contrôles de jauge.

Les quatre jours de la compétition se déclineront en parcours tactiques et côtiers, incluant une grande course.

La cérémonie d’ouverture se déroulera à l’UNM, mercredi 5 juillet, tandis que la cérémonie de remise des prix se tiendra au CNTL, le dimanche 9 juillet.

Les bateaux seront amarrés et regroupés chaque jour, sur les quais de la SNM.

 

 

Plus d’informations : www.uncl.com

Contact presse : Raphaël Mira – 06 16 26 01 78

Photo libre de droit