L’UNCL dévoile les calendriers des Championnats 2022

Retrouvez dès à présent les calendriers des Championnats UNCL 2022 disponibles sur notre sire internet. Les calendriers des Championnats s’étoffent pour proposer un programme toujours plus attractifs aux coureurs en adéquation avec leurs attentes.

MANCHE-ATLANTIQUE 2022 : 19 ÉPREUVES EN DOUBLE, DONT 2 TRANSAT, ET 12 EN OVERALL

Le calendrier 2022 s’étoffe avec 19 épreuves en double et 12 en équipage. La saison démarre avec l’étape transatlantique de la Transquadra, se poursuit avec le Spi Ouest-France qui retrouve son week-end pascal. La Cap Martinique, course non stop entre La Trinité (départ le 1er mai) et la Martinique est dotée du plus gros coefficient, 1.4. Deux nouvelles courses apparaissent au mois de juin : les 100 milles du Grand Prix du Crouesty et La A2 à Lorient. A même époque, le mois de juin est décidément propice à la navigation à voile, s’ajoute une autre épreuve au long cours : la SSE Renewables Round Ireland Race.

Juillet n’est pas en reste avec la nouvelle offshore de nos amis rochelais entre la cité charentaise et les Açores, aller et retour, ainsi que la Dhream Cup-GPFCL disputée les années paires entre Cherbourg et La Trinité-sur-Mer. Une épreuve du championnat ne pourra être comptabilisée que si au moins 12 bateaux sont classés ensemble. Le classement général reste établi au meilleur de 5 épreuves pour les Double, et de 4 épreuves pour l’Overall. Pour ce dernier classement introduit voici trois ans afin de rassembler des flottes et des classements suffisamment fournis, il s’agissait de tenir compte du classement Double ET Equipage. Ce qui n’est possible que si tous les bateaux effectuent le même parcours (même avec des départs décalés de quelques minutes).

Dans les régates Inshore, style Ouest France ou Télégramme, les flottes Equipage sont souvent scindées en plusieurs catégories et ne font pas les mêmes parcours que les Double. Ces deux dernières années, nous avions appliqué un mode de calcul identique à celui du Championnat d’Europe mais où personne ne s’y retrouve dans notre championnat UNCL. En conséquence, il a été décidé que lorsque les parcours ne peuvent être les mêmes entre les deux catégories, seuls les classements Equipage sont pris en compte. Pour les épreuves en Double, seuls les classements Double sont retenus même si l’épreuve est ouverte aux Solos. Une catégorie qui monte et devrait avoir son championnat bientôt !

L’addition des milles que comportent toutes ces courses inscrites au calendrier 2022 laisse rêveur et conforte une fois encore votre volonté de naviguer au large. Vous conviendrez qu’il y a de quoi s’éclater après deux années perturbées !

Par Jean-Philippe Cau

 

 

MÉDITERRANÉE 2022 : La Middle Sea Race et les IRC Vintage rejoignent les Championnats UNCL 2022.

Après la crise sanitaire et une saison 2021 en demi-teinte, la course au large IRC continue son développement en Méditerranée en attirant de plus en plus d’équipages nationaux sudistes mais également quelques bateaux venus de l’Atlantique ou de la Manche, une preuve supplémentaire de la compétitivité des régates organisées par les Clubs méditerranéens avec l’aide et le support de l’UNCL. Pour 2022 la Rolex Middle Sea Race, organisée par le Royal Malta Yacht Club (RMYC), sera inscrite au calendrier des Championnats Equipages et Duos 2022, venant ainsi s’ajouter aux 7 autres épreuves Offshore des Championnats avec notamment Au Large de St Tropez, la Rolex Giraglia, la Corsica Med, Palerme Monaco ou la Coupe Napoléon.

Autre nouveauté en 2022, la création de la Classe IRC Vintage qui a pour but d’encourager les courses et régates sous la jauge IRC pour les voiliers représentatifs de la flotte IOR et l’organisation de compétitions conviviales dédiées à ces bateaux souvent restaurés magnifiquement. Cette classe est ouverte aux bateaux dont un premier exemplaire a été construit entre 1967 et 1994 et dont la carène est inspirée de l’architecture IOR en vigueur durant cette époque.

Hors championnats, mais preuve supplémentaire de l’attractivité des courses au large méditerranéennes, l’année 2022 verra le lancement du Trophée Class 40 Méditerranée avec 8 épreuves au large dont 3 au départ de Marseille (CNTL) et de Saint-Tropez (SNST). Les différentes épreuves des Championnats sont désormais bien implantées, proposant un calendrier équilibré entre l’Est et l’Ouest du bassin, durant près de 10 mois de régates ouvertes aux équipages, duos et solos afin de satisfaire le plus grand nombre de skippers et leurs équipages.

Par Yves Ginoux

 

 

Photo ©Jeannoutot Piérick

Championnats UNCL Méditerranée 2021 – Les vainqueurs sont connus !

En 2021, une demi-saison riche de belles régates.

Le premier semestre 2021 a été marqué par une absence de régates IRC en Méditerranée du fait de la crise sanitaire. La principale victime de cette situation a été le Championnat d’Europe IRC qui aurait dû être organisé fin juin par le COYCHyères et qui n’a pas pu se dérouler au final. Il en fut de même pour la Porquerolles’ Race ou la DuoMax, alors que d’autres épreuves de début de saison ont pu être reportées sur le dernier trimestre, comme la Massilia Cup ou la SNIM, à des dates prévues initialement pour d’autres régates.

Dans ce contexte difficile la Rolex Giraglia et au Large de St Tropez ont ainsi constitué le réel début de la saison 2021 des Championnats IRC Med, respectivement pour les équipages et pour les duos et solos avec la mise en œuvre obligatoires de contraintes sanitaires rigoureuses. Mais ces contraintes et l’obligation pour certains propriétaires ou équipiers de se consacrer d’abord à la relance de leurs activités professionnelles ont pesé sur la fréquentation aux régates avec une diminution de quelques 20% environ du nombre d’inscrits par rapport aux mêmes épreuves de 2019.

La Classe IRC 0 (18 bateaux) n’a pas connu le succès des années précédentes avec l’arrêt de plusieurs teams français qui courraient en TP52, seules la Rolex Giraglia et Palerme Monaco ont permis à des bateaux IRC 0 essentiellement italiens de s’illustrer. Arobas 2, le plan Botin de Gérard Logel, Wallyño, le Wally 60 de Benoit de Froidmont, et Lorina 1895, le Swan 601 de Jean-Pierre Barjon, sont les seuls bateaux français de la classe, respectivement aux 2ème, 7ème et 8ème places.

A bordo di Nacira 69 « 12 »

Franco Niggeler – Cookson 50 Kuka 3

« On a couru 6 régates en 2021 et on est très heureux d’avoir vaincu notre classe au sein du championnat Med UNCL/IRC. Une belle initiative de l’UNCL ! En 2022, on espère pouvoir sortir de la Méditerranée et aller faire des régates en Australie… »

Le Championnat IRC 1 (29 bateaux classés) revient à un habitué, Tonnerre de Glen le Ker 46 de Dominique Tian, qui s’est imposé à la Massilia à Cup. Jacanda 3 le MAT 11.80 de Marc Rouanne, prend la seconde place, suivi du ICE 52 Mahana de Jean-Yves Thomas qui fût régulier. A noter dans cette classe, plusieurs bateaux compétitifs ont participé à des courses au large hors championnat comme Albator au Fastnet ou Daguet 3, Chenapan 4 ou Albator encore à la Rolex Middle Sea Race.

Tonnerre de Glen – Dominique Tian

« Un grand merci à tout mon équipage : Alexandre, Augustin, Aymeric, Barbara, Bruno, Carine, Christophe, Edouard, Eric, François-Xavier, Gilles & Gilles, Hervé, Jean-Christophe, Jean-Pierre, Joël, Lili, Marie, Oliver, Romain, Samuel, Serge et Serge, Stéphane, Stefano, Sylvie et William. Et Bravo aux organisateurs et bénévoles qui ont su s’adapter à la situation sanitaire et aux reports de leurs régates ! »

Dominique Tian

Le podium de la Classe IRC 2 (23 bateaux) revient à 3 bateaux bien connus qui se « tirent la bourre » depuis plusieurs saisons sur de nombreuses régates et pour 2021 c’est Sloughi, le First 40 de la famille Rivas qui sort vainqueur, suivi du toujours redoutable J133 Jivaro d’Yves Grosjean et du Sydney 46 Adrenaline de Michel Gendron.

Sloughi – Paul Rivas

Les Minots de la Nautique et leur A35 très affuté et skippé par Victor Bordes ont fait une réelle démonstration de maîtrise en IRC 3 (54 Bateaux) en gagnant quasiment toutes les régates auxquelles ils ont participé. L’initiative de la SN Marseille d’encourager ce très jeune équipage de laséristes (moyenne d’âge 19 ans) est une grande réussite et un exemple à suivre. Ce résultat ne doit pas occulter la première saison du magnifique Mat 10,70 Checkmate de Jean-Yves Legall qui finit second et le toujours redoutable Uka Uka le Mumm 30 de Stéphane Sollari troisième.

Les Minots de la Nautique – Victor Bordes

« C’est une récompense à la fois pour l’équipage et pour le Club qui nous fait toujours confiance en nous mettant à disposition ce super bateau. On s’est entrainé, on a réussi à prendre le bateau en main, et à gérer le projet comme on peut, avec nos emplois du temps respectifs. On fait tous des études et on navigue entre copains. Gagner une deuxième fois, c’est vraiment top ! On est vraiment super contents ».

Victor Bordes

L’équipe toulonnaise de Raging Bee, le célèbre JPK 10,10 vert et noir de Jean Luc Hamon toujours aussi véloce, remporte largement la classe IRC 4 (43 bateaux classés) devant Epsilon le SF3200 de Jean Rameil et l’A 31 Havana Glen, mené par Frédéric Tian.

Raging Bee – Jean Luc Hamon

« Mais qu’est ce qu’on fout là ? Nous n’avions jamais fait de double et la première course au large de Saint Tropez fut un baptême du feu. Nous remercions chaleureusement l’UNCL, tous les clubs organisateurs, notre club le CNMT, les comités de course, jury, jaugeurs, les bénévoles et toutes celles et ceux grâce à qui nous pouvons vivre ces moments intenses, joyeux et conviviaux. »

Jean Luc Hamon

Encore un équipage qui domine la saison en duo en récidivant en 2021, Pierre Perdoux et Pierre Grosgogeat ont survolé le Championnat Duo en remportant les 4 courses auxquelles ils ont participé avec leur JPK 10,10 Ilogan. Sébastien Henri est un nouveau venu en Duo, très prometteur et bien secondé par Victor Bordes ou Maxime Sorel à la SNIM, excusez du peu ! Ce qui l’amène à la méritée seconde place du Championnat Duo avec Télémaque 2 son JPK 10,10. Sur la 3ème marche du podium les frères Bommier mènent avec brio leur A31 Romarin devant les 38 bateaux de la classe duo.

ILOGAN – Pierre Perdoux et Pierre Grosgogeat

« On retiendra aussi un super état d’esprit de toute la flotte avec beaucoup de plaisir à se retrouver sur l’eau et à terre tout au long de la saison. Vive le DUO IRC en Méditerranée ! ».

Pierre Perdroux / Pierre Grosgogeat

Maintenant bien au point avec son JPK 10,30 Télémaque 3, Eric Merlier remporte la classe Solo (18 bateaux) devant l’inusable Michel de Bressy et son Figaro 2 Figolo et Richard Delpeut qui étrennait son tout nouveau JPK 10,30 Walili.

TELEMAQUE 3 – Eric Merlier

« Naturellement, je suis très heureux de remporter pour la deuxième fois le championnat solo Méditerranée. En 2018, j’avais un JPK 10,10 et depuis une quinzaine de mois j’ai un 10,30. On parle de solo mais en réalité c’est un duo le bateau et le skipper, au point de lui parler ! Il y a vraiment de quoi se faire plaisir et quand nous ne sommes pas suffisamment nombreux, on se tire la bourre avec nos copains en double ! »

Eric Merlier

Article rédigé Par Yves Ginoux

Crédit photo : © Pierik Jeannoutot

 

Snim pluvieuse et venteuse, Snim heureuse !

Il est écrit qu’une Snim sans mistral n’est pas tout à fait une Snim ! Après trois jours sous l’influence d’un courant d’Est soutenu, l’ultime journée de régate au large de Marseille a confirmé l’adage, offrant un final musclé pour cette magnifique 55ème édition, disputée lors du long week-end de Toussaint.

Les matinées s’enchainent avec bonheur sous la grande tente de la Société Nautique de Marseille aussi bondée qu’un bus aux heures de pointe. Lors du briefing de 9 heures 30, Corinne Aubert puis Philippe Faure, respectivement à la tête des deux comités de course, distillent brièvement le menu de la journée sous une pluie battante. Seule différence avec les jours précédents : le vent est déjà orienté au Nord dans le vieux port, et devrait chasser les nuages chargés d’eau, avant que le mistral ne se mette en route, aussi subitement que violemment. Les équipages vont pouvoir prolonger le petit déjeuner et refaire le monde de la voile, la direction de course annonçant sagement un retard à terre, avant que le « ventilateur » ne sorte de sa torpeur en ce jour de Toussaint. Puis Antoine Henry, météorologue belge de l’épreuve confirme ce que toutes et tous savent déjà, pour avoir fait « chauffer » dès le saut du lit leurs applications météo via les modèles de prévision Gfs, Arôme, Icon, Nems ou encore Ecmwf. Du creusement et du déplacement de la fameuse dépression sur le golfe de Gênes, et donc du gradient de pression, vont dépendre la force et la direction du vent. Sur un ton très professoral, « Monsieur météo » déroule son bulletin, avant d’être applaudi par les marins.

Les Minots de la Nautique impériaux !
A onze heures, le ciel se déchire par le Nord, et les sept flottes larguent les amarres. A midi pile, en rade Nord et Sud, les départs sont donnés : Parcours construits pour les IRC en rade Nord et les Grand Surprise en rade Sud, côtier de 16 milles pour les Duos et Solos (Vesse, Canoubier, Sourdaras, îles du Frioul, Tiboulen, château d’If…). Le vent grimpe à 25 nœuds et plus, outre des rafales à 35 nœuds. Les figures libres sont au programme. Les figures libres sont au programme. Impressionnant, le jeune équipage « maison » des Minots de la Nautique – 19 ans de moyenne d’âge – mené par Victor Bordes, remporte les deux manches du jour dans un mistral à près de 30 nœuds ayant lavé le ciel en deux temps trois mouvements, et s’impose en IRC 3 en remportant quatre manches sur quatre. Dire que ces « gamins » n’étaient pas nés quand Yves Ginoux (second), a gagné sa première Snim, et qu’il disputait ici sa 40ème, dont 10 victorieuses !

Des comités de course réactifs !
Loïc Fournier-Foch est Breton, mais installé à Marseille depuis longtemps. Le mistral donc, il connaît. Il est à la tête de la société Team Winds qui loue depuis vingt ans des Grand Surprise notamment à La Trinité-Sur-Mer et Marseille. Lors de séminaires ou régates, impossibles de manquer ces monotypes aux noms de scène – Arlequin, Tigresse, Vieux farceur, Canaille, Va nu pieds ou Escogriffe… – et leurs spis jaune citron. Régatier réputé, il dispute forcément la Snim avec une bande de copains et la famille Fournier-Foch… et pas que pour participer. « Il y avait du niveau et on s’est bien amusé. Il y avait cette année des équipages qui d’habitude courent en IRC, mais pour X raisons sont venus en Grand Surprise. On a eu de très belles courses grâce à un comité de course vraiment réactif par rapport aux conditions météo. Et puis après le Covid où l’on n’a pu exercer notre métier qui est de louer des bateaux de course, disputer la Snim n’est que du bonheur. Les gens sont heureux de renaviguer. Tout le monde a la banane. Et puis il y a quelque chose qui vraiment est positif, c’est de voir qu’il y a de plus en plus de femmes à venir régater. Nous, on croit beaucoup à cet essor, et d’ailleurs dans la règle de classe des Grand Surprise, on a incité à former des équipages mixtes. La règle est de naviguer à sept, mais si il y a un équipage mixte, ils peuvent être huit – quatre filles et quatre garçons ! » Justement, Flavia Faggiana régate aussi en Grand Surprise. « J’ai l’impression que c’était un peu le début des vacances cette Snim. Je travaille dans la voile, et comme on a eu une grosse saison depuis la fin du confinement, c’était vraiment génial de retrouver les copines et les copains autour des bouées… » Dans cette catégorie, Confluence Arlequin mené par Thomas Fettig, l’emporte après une dernière manche d’anthologie, et un superbe mano a mano avec la famille Pailloux. « C’est ma 15ème Snim et ma première victoire, sur un bateau que je ne connaissais quasiment pas, notre GP 42 étant actuellement en chantier suite à une avarie » explique son skipper, licencié à la SNM comme tout son équipage.

Une organisation aux petits oignons
On a tendance à oublier que pour quatre jours de compétition, c’est six mois de préparation en amont, près de quarante bénévoles sur l’eau et vingt à terre. Du côté de l’organisation, on reconnaît que cette année a été très particulière et pas forcément simple – à l’image de la météo ce week-end – mais pour tous, le plus important, c’est que les équipages puissent être heureux d’être à la Snim et prendre du plaisir à régater. Henri Escojido, le président de la Société Nautique de Marseille, dresse le bilan de cette 55ème édition « Malgré la date tardive dans la saison et des conditions météo diverses, nous avons eu un plateau technique de haut vol, des bénévoles toujours aussi efficaces, des régates spectaculaires avec des équipages aguerris dans ces conditions, et peu de casse. On ne peut que se féliciter d’avoir pu rassembler 80 bateaux d’un tel niveau, et conserver et l’esprit et le prestige de la Snim. Rendez-vous dans six mois pour la 56ème édition du vendredi 15 au 18 avril 2022 ! »
Enfin, licencié à la Société Nautique de Marseille, Pierre Quiroga, le grand vainqueur de la Solitaire du Figaro en septembre dernier, n’a pas hésité à venir à Marseille – il va prendre le départ de la 15ème Transat Jacques Vabre le 7 novembre au Havre en Class 40 sur Endered avec Emmanuel Le Roch – pour la remise des prix. « Je suis à la maison, fier d’être dans mon club, et en plus j’adore ce lieu mythique. La Snim c’est la course de Méditerranée ! C’est celle qu’on a envie de gagner quand on fait de l’IRC. Je ne l’ai fait qu’une ou deux fois avec Jean-Paul Mouren, et j’espère bien venir la refaire l’an prochain, car ces dernières années ce n’était pas très compatible avec mon programme en Figaro. »

En bref
Elles et ils étaient à la SNIM 2021 :
Gilles André (équipier Tonnerre de Glenn), Marcel Auboiroux (skipper Feeling Good), Nathalie Acker (skipper Tiki Too), Marc Avazeri (skipper Trigresse), Thierry Berger (tacticien Vieux Farceur), Victor Bordes-Laridan (skipper Les Minots de l’Atlantique), Christophe Bouvet (boat captain Arobas), Michel Cohen-Addet (équipier Jacanda 3), Dominique d’Andrimont (skipper Blue 007), Michel de Bressy (skipper Figolo), Laurent Delage (tacticien Arobas), Richard Delpeut (skipper Walili), Flavia Fagianna (équipière Vieux Farceur), Loïc-Fournier Foch (skipper Vieux Farceur), Bernard Flory (skipper No Excape), Michel Gendron (skipper Adrénaline), Yves Ginoux (skipper Absolutely II), Pierre Grosgogeat (co-skipper Ilogan), Sébastien Henry (skipper Télémaque 2), Sylvie Harlé (présidente du Jury), Christophe Herbin (équipier Tonnerre de Glenn), Jean-Pierre Laville (régleur GV Absolutely II), Gérard Logel (skipper Arobas), Bruno Maerten (skipper Happy Few), Eric Merlier (skipper Télémaque 3), Cassandre Meunier (équipière Feeling Good), Nathalie Mouret (skipper Rollmop’s 5), Pierre Ortolan (skipper Patitifa), Marine Pailloux (barreuse Tigresse), Pierre Perdoux (co-skipper Ilogan), Marc Rouanne (skipper Jacanda 3), Lili Sebesi (marraine de la Snim, équipière Tonnerre de Glenn), Maxime Sorel (co-skipper Telemaque 2), Dominique Tian (skipper Tonnerre de Glenn), Hervé Wattine (Tonnerre de Glenn), Joël Xiberras (équipier Tonnerre de Glenn)…

Classement général final (sous réserve de réclamations)
IRC 0 à 1 :
1er : Arobas/IRC 52 (Gérard Logel), 2ème : Tonnerre de Glenn/Ker 46 (Dominique Tian)… 3ème : Jaconda 3/Matt 11,80 (Marc Rouanne)…
IRC 2 :
1er : Sloughi/First 40 (Paul Rivas), 2ème : Adrénaline/Sydney 46 (Michel Gendron), 3ème : Vito 2/A 40 RC (Gian Marco Malingri)…
IRC 3 :
1er : Les Minots de la Nautique/A 35 (Victor Bordes-Laridan), 2ème : Absolutely II/Farr 36 (Yves Ginoux), 3ème : Checkmate/Matt 1070 (Jean-Yves Le Gall)…
IRC 4 :
1er : Rostanbar 2/JPK 10.10 (Philippe Mazoyer), 2ème : Raging Bee/JPK 10.10 (Jean-Luc Hamon), 3ème : Blue 007/JPK 10.10  (Dominique d’Andrimont)…
Solos :
1er : Télémaque 3/JPK 10.30 (Eric Merlier), 2ème : Waili/JPK 10.30 (Richard Delpeut), 3ème : Figolo/JPK 10.30 (Michel de Bressy)…
Duos :
1er : Ilogan/JPK 10.10 (Pierre Perdoux et Pierre Grospogeat), 2ème : Télémaque 2/JPK 10.10 (Sébastien Henry et Maxime Sorel), 3ème : Romarin/A 31 (Antoine Bommier et Jean-Philippe Bommier)…
Grand Surprise :
1er : Confluence-Arlequin (Thomas Fettig), 2ème : Techsud-Tigresse (Marc Avazeri), 3ème : Team Winds-Vieux farceur (Loïc Fournier-Foch)…

Tous les résultats sur : www.lanautique.com

Classements des Championnats UNCL 2021 Méditerranée

 
La Semaine Nautique Internationale de la Méditerranée 2021 – 55e édition –
organisée par la Société Nautique de Marseille
–               Du vendredi 29 octobre au lundi 1er novembre (habituellement organisée le week-end de Pâques)
–               Ouverte aux IRC 0, 1, 2, 3 et 4 (solos, duos et équipages) et Monotypes
–               Inscrite au Championnat Equipage, Solo et Duo Méditerranée IRC – UNCL
–               80 bateaux
–               Régates en rade de Marseille pour les équipages
–               Grande course pour les 0,1,2,3, solos et duos
–               Marraine : Lili Sebesi, (Société Nautique de Marseille), Equipe de France de Voile, Barreuse de 49erFX, 9ème aux Jeux Olympique de Tokyo

Partenaires de l’organisation
LA BANQUE POPULAIRE MEDITERRANEE
VILLE DE MARSEILLE
AIX MARSEILLE PROVENCE METROPOLE
CONSEIL DEPARTEMENTAL
REGION SUD
FFVOILE
UNCL
YACHT CLUB DE FRANCE
USHIP
SEA YOU
VOILERIE BMS

Organisation
Société Nautique de Marseille
Henri Escojido, président
Pierre Sathal, vice-président en charge de la régate
Chantal Benigni, responsable des événements nautiques

Site internet : www.lanautique.com
Facebook : lanautique
Facebook Snim : La SNIM
Twitter : @La_Nautique
Instagram : lanautique

Relations Presse
Maguelonne Turcat
+33 6 09 95 58 91
magturcat@gmail.com

Photos : Piérick Jeannoutot

Une Snim au balcon : Rendez-vous à Marseille du 29 octobre au 1er novembre !

Plus d’un an et demi après la date initiale, la 55ème édition de la Semaine Nautique Internationale de la Méditerranée hisse enfin la grand-voile sur la plus belle rade du monde du vendredi 29 octobre au lundi 1er novembre. Épreuve de grade 3, inclue dans le Championnat de France UNCL IRC solo, double et équipage, le grand rendez-vous organisé par la Société Nautique de Marseille est habituellement inscrit à l’ouverture de la saison, au cours du week-end de Pâques. Du fait de la situation sanitaire, il occupe cette année une position stratégique bien différente à la clôture des régates de l’année. Un enjeu de plus qui n’a pas échappé aux concurrents les plus capés de la spécialité, qui seront bel et bien présents sur les lignes de départ du futur plan d’eau des JO 2024.

Un plateau de très haut niveau
« C’est une véritable réussite d’arriver à organiser cette Snim » évoque le président de la Nautique, Henri Escojido « Un grand merci à toutes celles et ceux qui ont fait en sorte qu’elle existe, et à tous les participants. Nous retrouverons la Snim de printemps l’année prochaine, mais celle-ci n’est pas un pis-aller. C’est une vraie Snim » Malgré toutes les déprogrammations, et un calendrier sportif particulièrement dur à tenir depuis le milieu de l’été, la 55ème édition de la Snim s’annonce sous les meilleurs augures avec la présence annoncée d’excellents équipages, sur les deux ronds qui seront mouillés dans les deux rades de Marseille, et une grande course au programme – météo permettant – dès le vendredi 15h. C’est bien ce qui motive par exemple Sébastien Henri, co-skipper de Télémaque 2 à bord duquel il s’apprête à faire sa toute première Snim, en double « J’ai un passé de montagnard et de trailer qui ne me conduisait pas franchement à la voile » explique le coach sportif « Nous avons vécu une aventure de dingue sur le défi ultime Trail & Sail avec Christopher Pratt, et cela a scellé une amitié durable. Christopher est devenu mon coach voile, et moi je coache Christopher en Trail. Au-delà de ces échanges de bon procédé, nous partageons un système de valeurs, le besoin de nous confronter à nos limites et une même passion pour la nature. » L’engagement du skipper marseillais – qui porte les couleurs de la Nautique – dans la prochaine Transat Jacques Vabre a conduit Sébastien Henri a s’inscrire à la Snim aux côtés d’un autre marin : une des révélations du dernier Vendée Globe, le jeune skipper mayennais Maxime Sorel.

Une marraine olympique
Pour l’édition 2021, la marraine de la Snim est une athlète 100% Nautique : Lili Sebesi, barreuse en 49erFX, un dériveur vif et impétueux avec lequel – en duo avec Albane Dubois – elle a effectué un magnifique parcours aux Jeux de Tokyo qu’elles ont fini en 9ème position, sans perdre de vue ceux de Paris évidemment ! « Notre expérience très enrichissante nous motive évidemment pour continuer l’aventure » analyse la jeune sportive qui porte les couleurs de la SNM « La route est encore longue avant la sélection, mais on ne lâchera rien ! »
Très attentive à la course en monotype, qu’elle a notamment pratiquée en match racing, Lili suit également avec intérêt les évolutions des habitables, une discipline dans laquelle la mixité est toujours en devenir. « Je pense que la place des filles peut encore augmenter. Nous avons souvent été cantonnées à courir dans des équipages féminins. La vraie richesse vient incontestablement de l’addition, je crois beaucoup à la mixité à bord. »

 

Partenaires de l’organisation
LA BANQUE POPULAIRE MEDITERRANEE
VILLE DE MARSEILLE

AIX MARSEILLE PROVENCE METROPOLE
CONSEIL DEPARTEMENTAL
REGION SUD
FFVOILE
UNCL
YACHT CLUB DE FRANCE
USHIP
SEA YOU
VOILERIE BMS

Organisation
Société Nautique de Marseille
Henri Escojido, président
Pierre Sathal, vice-président en charge de la régate
Chantal Benigni, responsable des événements nautiques

Site internet : www.lanautique.com

Relations Presse
Maguelonne Turcat
+33 6 09 95 58 91
magturcat@gmail.com

Photo : Piérick Jeannoutot

La SNIM 2021

S’adapter au contexte sanitaire, et respecter le calendrier des courses déjà programmées : tel est l’enjeu de l’équipe d’organisation de la 55ème Snim suite à la décision de report.

Au lieu de se retrouver comme à l’habitude à Pâques – initialement du 2 au 5 avril un nouveau rendez-vous vous est donc proposé.

Nous vous convions à rejoindre les pannes du Vieux-Port pour participer à un événement inédit de festivités et de régates à partir du vendredi 29 octobre et jusqu’au lundi 1er Novembre, avec au programme notamment une grande course.

Un des temps forts sportifs les plus en vue au cœur du Vieux-Port et sur les plans d’eau alentours, la Semaine Nautique Internationale de la Méditerranée – qui réunit traditionnellement une flotte de 150 bateaux et plus de 1 500 équipiers à l’invitation de la Société Nautique de Marseille – s’installe   de nouveau sur le calendrier 2021 des Championnats IRC Méditerranée.

C’est un véritable défi pour l’organisation et bien sûr pour les régatiers auxquels nous pensons sans relâche passer d’un week-end de Pâques à celui de la Toussaint. Nous espérons tout de même pouvoir les retrouver nombreux.

L’Avis de Course de la SNIM 2021 est maintenant disponible :

Tout sur la régate, l’inscription en ligne, les docs de course, le programme, la liste des inscrits… : ICI

L’organisation de la SNIM

Photos : Pierick Jeannoutot

 

Remise des prix des Championnats IRC UNCL Méditerranée 2020

En 2020, la saison de régates IRC Méditerranée a été largement amputée à cause de la crise sanitaire qui n’a permis que l’organisation de quelques épreuves au 3ème trimestre.

Cependant l’UNCL a tenu a récompenser les 3 premiers de chaque classe (IRC 1,2,3,4, Duo et Solo) lors de la soirée d’ouverture de la Massilia Cup au CNTL Marseille en présence de Xavier MACAIRE, venu parrainer l’épreuve, et de Philippe SERENON Président de PropIrc.

Nous remercions le CNTL qui nous a offert un cocktail à la suite de cette sympathique remise des prix.

Méditerranée Equipage

Méditerranée Duo

Méditerranée Solo

 

Crédit Photos : Yohan Brandt

39e Massilia Cup : Coup de foudre en rade de Marseille

Sport/voile/Marseille : Communiqué – Dimanche 26 septembre 2021

Après le soleil estival de la veille, la deuxième et dernière journée de la 39e Massilia Cup a été marquée par le coup de foudre qui s’est abattu sur la rade sur les coups de midi. Après un énorme grain, les quelque 80 bateaux et 700 marins ont pu enfin prendre un départ dans des conditions régatables pour un final ensoleillé.

Après deux ans de patience, en raison des conditions sanitaires, c’est un week end de haute lutte sur la rade sud qui s’est achevé. Et la bonne nouvelle c’est que le cap est déjà mis sur la 40e édition qui ne se fera pas attendre bien longtemps car elle retrouvera ses dates traditionnelles au printemps prochain (du 1er au 3 avril 2022).

« C’est une Massilia qui a été perturbée par une météo capricieuse. Aujourd’hui cela a réduit le programme à une manche qui s’est finie dans le petit temps mais la fête a été vraiment réussie car hier cela été une journée de navigation superbe », a commenté Yves Ginoux, vice-président du CNTL et responsable du pôle course.

« La 40e édition, on l’attendra moins longtemps car elle se tiendra dans sept mois avec peut-être bien des nouveautés au niveau organisation, car on réfléchit à des formules nouvelles et ce sera un retour à un format sur trois jours », a ajouté M. Ginoux.

Grain…de folie

Après un samedi ensoleillé, où un vent de 15 à 20 nœuds a soufflé dans les voiles, la journée de dimanche a débuté sous un ciel chargé. L’orage annoncé a fini par s’abattre vers midi sur le futur plan d’eau des JO 2024, suivi d’un grain de folie mais qui heureusement a vite laissé place à des conditions beaucoup plus clémentes.

Le comité de course a cependant préféré interrompre le processus de départ des premières courses et demandé aux voiliers de s’abriter le long de la corniche. Certains bateaux sont rentrés au port, avant de repartir. Finalement, après une rotation du vent de 180°, les départs ont enfin pu être donnés. Mais l’orage a laissé quelques traces notamment sur Chenapan, un Ker 40 (IRC3) qui a dû naviguer sans électronique, à l’ancienne.

En IRC Duo, après leur victoire cet été dans la Quadra Duo, les deux Pierre, Perdoux et Grosgogeat, ont inscrit leur nom au palmarès, remportant le classement de la Duo Sail, sur Ilogan. « On a bien gazé, nous les deux Pierre. C’est une belle année », a commenté Pierre Perdoux. « Les conditions ont été dures, avec des vents qui ont tourné dans tous les sens, il a donc fallu toujours être à l’affut et alertes pour savoir d’où ça allait venir et ne pas s’endormir même si on était devant». « Aujourd’hui, le temps, ça a été du gros n’importe quoi, d’abord la grosse tempête, la grosse douche puis le grand soleil, c’est bien pour faire sécher les voiles », a-t-il encore plaisanté.

« On est fiers de défendre les couleurs du CNTL », a conclu Pierre Perdoux, qui a promis de revenir l’an prochain pour la 40e édition, toujours avec son partenaire. Les deux Pierre ont tous les deux 54 ans et naviguent ensemble « depuis 40 ans ». S’ils ont commencé en Optimist à Annecy, ils sont « maintenant des Sudistes, d’adoption ».

Xavier Macaire, un parrain dans son élément

Parrain d’exception pour ce rendez-vous des meilleurs régatiers de Méditerranée, Xavier Macaire (groupe SNEF), qui vient de signer une superbe 2e place sur la Solitaire du Figaro, a navigué aujourd’hui, sur le Figaro 3 d’André Morante, membre du pôle course sud CNTL.

« Samedi, c’était super, une belle régate en équipage dans la rade de Marseille. Ca fait bizarre de naviguer en équipage, il faut prendre de nouveaux repères, il faut réussir à ne pas vouloir tout faire en même temps. J’étais à la tactique », a commenté le solitaire. « On a fait de beaux parcours, un tour du Frioul sur la 2e manche. On a eu du vent, sur la 2e manche, c’est monté à 20 à 25 nœuds, ça déboulait bien sous spi », a expliqué le marin qui a grandi à Marseille. Autre intérêt pour Xavier Macaire, parrain pour la 2e fois de la Massilia Cup, le partage d’expérience. « Quand on naviguait on n’était pas là pour papoter, mais ils se sont pas mal intéressés à mon parcours, à ma façon de gérer mes courses, mon sommeil sur la Figaro, ma navigation ».

Dimanche le navigateur installé à quelques encablures de Port Olona (Les Sables d’Olonne), est revenu à un support où il excelle, prenant place à bord du Figaro 3 d’André Morante. « On est cinq sur le bateau, donc là aussi ce sont des repères différents, l’idée c’est de prendre du plaisir. André je le connais bien car il était venu s’entraîner avec moi pendant un an à Saint-Gille-Croix-de-Vie (Vendée) dans notre groupe d’entraînement quand on avait acheté les Figaro 3. Si je peux donner quelques conseils et quelques réglages, c’est avec plaisir, parce que ce bateau je le connais vraiment par cœur ». S’il y en avait un autre, heureux en ce dimanche soir, c’est “l’ancien“ Gilbert Martin sur Varenne, qui a grillé la politesse au bateau de Macaire. « J’ai beaucoup apprécié que Xavier salue notre performance, lui qui est un grand champion, c’est tout à son honneur de venir nous féliciter. »

De la Transquadra à la Massilia

Récompensé samedi soir avec son partenaire Olivier Guillerot pour leur victoire le 29 août dans la 1re étape de la Transquadra sur Shamrock V, Bruno Maerten a profité de la Massilia Cup pour garder la main, à plus de trois mois du départ de la 2e étape qui s’élancera vers la Martinique. «C’est une frustration pour moi parce que je n’ai pas de bateau, car il est resté à Madère, donc je suis obligé de naviguer sur le bateau des autres, avec des mecs super sympa, sur Blue 007 », un JPK1010, en série IRC4. « Samedi on a fait 6 et 1, c’est pas mal, on progresse. »

Cette victoire dans la Transquadra, « c’est incroyable. On est vraiment allé à la chercher avec nos tripes, on a eu un peu de réussite, et depuis on est sur un nuage. Cela a un retentissement que je n’aurais jamais imaginé », ajoute le marin qui a donc porté haut les couleurs du CNTL sur son Figaro 2. La Transquadra, « j’ai l’impression que c’est un peu la vitrine de tous les navigateurs d’une cinquantaine d’années, tout le monde s’identifie à ça », ajoute celui qui ne fait pas ses 66 ans et qui prendra en janvier le départ avec Olivier Guillerot de la 2e étape entre Madère et la Martinique pour sa première traversée de l’Atlantique. « Je n’ai jamais fait de transatlantique, ce sera une première sur 2700 milles», sourit encore Bruno pour qui la victoire finale se jouera, comme lors de la 1re étape, sur « la météo et les trajectoires ».

La Jacques Vabre en ligne de mire

Particularité de cette 39e édition de cette Massilia Cup, les concurrents de la Duo Sail partageaient le même plan d’eau pour déterminer la meilleure paire de marins du classement IRC double Méditerranée sur l’année 2021. Le CNTL accueillait aussi les OSIRIS et faisait la part belle à la monotypie avec les Grand Surprise, et la première apparition des J/70 sur l’épreuve, qui disputaient leur dernière manche de la Coupe de France.

Et parmi les Duo, on pouvait croiser sur les pontons Laurent Camprubi, venu « dire bonjour » et prêter main forte sur le JPK30 « Télémaque 3 » à son « pote Eric Merliet qui était tout seul en solo et m’a embarqué pour former un duo ».

Vainqueur de la Giraglia en 2013, Laurent Camprubi, membre du CNTL, est « un habitué de la Massilia. Mais surtout on est à 42 jours de la Transat Jacques Vabre», qu’il va disputer sur « Fullsave », un Class 40 avec Jean-Pierre Balmes, face à des navigateurs comme Kito de Pavant, Sébastien Audigane, Antoine Carpentier ou l’ancien champion de ski croate Ivica Kostelic. « Je retourne en Atlantique la semaine prochaine et on finit la préparation. Il y a beaucoup d’envie et un plateau énorme, avec 45 Class 40, c’est une édition exceptionnelle », confie encore le Marseillais. La Transat Jacques Vabre, entre Le Havre et la Martinique s’élancera le 7 novembre.

Des parcours en temps réel « à la dernière minute »

Autre nouveauté de cette 39e édition, des régates au parcours dessiné en temps réel et communiqué instantanément par messagerie WhatsApp. « Ce se fait déjà en Angleterre ou en Europe du Nord, mais c’est nouveau chez nous même si ça se fait de plus en plus », explique Philippe Faure, président du Comité de course. « Ce sont des parcours déterminés à la dernière minute. On a une liste d’une trentaine de bouées, certaines qui sont des marques naturelles et d’autres qui ne sont pas encore mouillées, mais qu’on met sur certains endroits prévus à l’avance. On modélise le parcours sur une tablette et juste avant le départ on donne une liste de points aux coureurs via Whatsapp. On essaie de les choisir pour que ce soit un peu tactique, qu’il y ait des bords de près et du portant, que ce ne soit pas ce qu’on appelle +Les Petits chevaux de bois+ où les voiliers se suivent tous les uns à la suite des autres ». L’objectif de cette initiative est donc d’offrir le meilleur parcours possible par rapport aux conditions météo à l’instant T.

Quel est l’accueil par les concurrents ? « Il y a toujours des avis contraires mais dans la majorité ils sont assez contents. Tous les professionnels le font. Ici au niveau local ça peut encore surprendre mais ça va rentrer dans les mœurs », ajoute, confiant, le cadre de l’Y.

Un J/70 entièrement féminin

Présente pour la première fois cette année, la série J/70 a été marquée par la présence d’un équipage entièrement féminin sur CNT’Elles, avec à la barre Marine Pailloux, qui a terminé à la 2e place. « La journée d’hier a été très musclée, surtout pour nous, équipage féminin, forcément ça manquait un peu de bras, à la fin de la journée on était rincées ».

« Aujourd’hui, c’était un temps très particulier, on n’a pas souvent ça à Marseille. On est sorties avec du vent d’est, comme la veille. Ensuite il y a eu des gros orages qui sont arrivés de Martigues avec de l’ouest. Un orage comme on voit rarement à Marseille, il faut le dire. Ca a ensuite tourné un peu plus nord pour finir la manche du jour avec du sud, avec un vent qui a oscillé entre 0 et 10 noeuds. On a donc eu les quatre directions et les quatre saisons en une journée ».

De cette 39e Massilia Cup, que retient-elle ? « Déjà d’être là, parce qu’après ces deux années qu’on vient de passer, on était contentes de disputer cette Massilia Cup, c’était pas gagné et on n’y croyait pas forcément début septembre. Et finalement on l’a faite, avec quatre manches dans notre poule, donc ce que je retiens c’est d’avoir été là ».

 

Site internet Massilia 2021: https://www.cntl-marseille.com/actualites/-massilia-cup-2021-726.htm

 

CNTL

Franck Recoing, président du CNTL

Yves Ginoux, vice-président, responsable du pôle voile

Samuel Cartier, responsable des événements nautiques

Francis Habert, responsable de la commission communication

Facebook – page massilia cup

Twitter – @CNTLMarseille

Instagram – cntlmarseille

 

 

Relations Presse

Raphaël Mira 06 16 26 01 78 – raphael.mira@op-presse.fr

Maguelonne Turcat

Photo Yohan Brandt

Vidéo Gilles Martin-Raget et Guilain Grenier

 

photos – droits cédés à usage uniquement presse – Yohan Brandt

La 39e Massilia Cup fait sa petite révolution !

CNTL – communiqué de presse n°2

Le temps sans régate a semblé éternel pour les meilleurs régatiers de Méditerranée qui se retrouvent, sur la 39e Massilia Cup, organisée par le CNTL-Marseille, samedi 25 et dimanche 26 septembre.

Dans cette période de crise sanitaire, l’équipe organisatrice du club marseillais en a profité pour élaborer de nouvelles procédures de courses. Objectif : Définir et proposer en temps réel, le meilleur parcours possible par rapport aux conditions météo à l’instant T, pour un total bénéfice en faveur des concurrents.

L’objectif d’accueillir 80 bateaux et 700 marins sur le futur plan d’eau olympique est en passe d’être atteint. Certains viennent de loin pour en découdre, dans les catégories IRC, Osiris et en monotype, avec les Grand Surprise, et la première apparition des J/70 sur l’épreuve, qui disputeront leur dernière manche de la Coupe de France. Duel au féminin annoncé dans cette classe.

 

Comment monter un parcours pour avoir la certitude que les régatiers s’éclatent !

“A la source, l’idée nait lors d’une discussion entre notamment, Eric Daher (Tonnerre de Glen) et Sam Cartier, responsable des évènements nautiques du CNTL-Marseille, explique Yves Ginoux, vice-président du club et responsable de la commission sportive. Eric explique que lors de leur campagne en Angleterre pour le Fastnet, ils découvrent une nouvelle manière d’annoncer les parcours de régates…“

Ni une, ni deux, en cette période de confinement et d’inactivité régatière, Sam Cartier récupère les Instructions de Course, à droite à gauche, crée des marques, les pose sur papier avec des coordonnées géographiques simples. “C’est la première étape du processus“, explique Yves Ginoux.

La deuxième étape consiste à supprimer les schémas de parcours écrits dans les Instructions de Course, donner à chaque régatier l’ensemble des marques, et créer un parcours en temps réel, en fonction des conditions météo. Comment communique-t-on le parcours ? “Instantanément, par messagerie WatsApp. On est sur l’eau, on hisse un pavillon W qui annonce qu’on vient de publier sur la messagerie“, reprend l’homme aux 2000 régates. “Nous n’inventons rien. Nous avons repris un processus appliqué en Angleterre, qui fonctionne merveilleusement bien.“

Après quelques ajustements, sur quelques courses durant l’été, les régatiers sont satisfaits.

« Sur le dernier Trophée Sémac, début septembre“, explique Sam Cartier, alors Président du Comité de course, “on a eu la possibilité de faire de très belles journées de navigation, grâce à des fichiers météo justes, qui ont permis le positionnement anticipé du bateau comité et la possibilité d’exploiter au maximum les parcours, en modifiant, en allongeant, raccourcissant au besoin… Avec le système que nous utilisions dans l’avant-Covid, où l’on affichait le parcours sur les panneaux officiels, le matin avant de quitter les pontons, on n’aurait pas pu lancer autant de courses, le premier jour.“

Tout bénéfice pour les marins et les plus de 80 bateaux qui se présenteront sur la ligne de départ, dans les catégories IRC 1, 2, 3, 4 et Osiris. Présence conséquente des bateaux en IRC qui attaquent l’avant dernière ligne droite, du championnat UNCL Méditerranée ! On retrouvera aussi quelques concurrents en solo, sur la 39e Massilia Cup, qui navigueront auprès des concurrents de la Duo Sail, sur des parcours côtiers.

Sloughi vient de loin pour gagner !

Champion UNCL 2020 Méditerranée IRC 2 en titre, Sloughi, un first 40, avec un équipage composé notamment du père, des deux frères et du cousin Rivas ne veut pas faire le voyage pour rien de Palavas, où est amarré le bateau. “On vient pour la claquer“, sourit Florian Rivas, rêgleur de Grand Voile. L’équipage occitan a construit un programme costaud pour conserver son titre avec également la SNIM et les Grand Prix d’Agde et de Palavas. “Avec la crise sanitaire, on a beaucoup navigué en mode croisière“, raconte Florian. “Mais là, on a préparé le bateau en famille, pour le faire aller vite, et il va vite. On est très content de revenir sur la Massilia Cup, pour le niveau et pour l’ambiance d’après les courses, afin que l’on se change un peu les idées dans cette morosité.“

Duel au féminin sur les J/70 ?

Si les côtes italiennes raffolent du support J/70, le pourtour méditerranéen français n’en est encore qu’aux balbutiements. Un peu moins d’une dizaine d’embarcations devraient se retrouver dans la rade de Marseille, avec l’inévitable Traskell, d’Elisabeth Vaillant qui possède à son bord, Christine Briand, ancienne triple championne du Monde du Monde 420. Le bateau le mieux armé pour la victoire finale pourrait être contesté par les CNT’Elles de Marine Pailloux, qui naviguent sur ce support depuis quelques mois, et qui ont déjà tenu la dragée haute au bateau de l’UNM, fort d’une grosse expérience et auteur de résultats solides sur les dernières compétitions nationales et internationales.

Sans surprise, la flotte de Grand Surprise !

Malgré la crise sanitaire, la voile fait encore recette auprès des entreprises qui utilisent ce sport comme un levier pour la cohésion d’équipes. Ainsi, une poignée de Grand Surprise sont attendus sur la Massilia Cup. Loïc Fournier-Foch, fondateur de Team Winds ne cache pas sa joie de voir de nouveau ses légendaires spis jaunes dans le vent. “La voile, comme de nombreuses autres activités, a subi de plein fouet cette crise, je suis heureux que nous puissions retrouver cette dynamique de la régate d’entreprise.“

 

Le programme de la 39e Massilia Cup

Vendredi 24 septembre

10h : Ouverture des confirmations des inscriptions pour tous les groupes,

19h : Ouverture de la Massilia Cup, apéritif de bienvenue,

22h : Clôture des confirmations des inscriptions.

Samedi 25 septembre

A partir de 8h, petit déjeuner pour les équipages au village Massilia Cup,

9h Briefing skippers Massilia Cup IRC Solo et Duo Sail,

9h Briefing skipper Massilia Cup IRC et OSIRIS Equipage et Monotype,

11h Mise à disposition en mer : toutes classes, sauf les monotypes, pour une ou plusieurs courses,

11h15 Mise à disposition en mer pour les monotypes, pour une ou plusieurs courses,

A partir de 18h – After-Race, apéritif dinatoire pour les équipages                                                                                                                        

Dimanche 26 septembre

A partir de 8h, petit déjeuner pour les équipages au village Massilia Cup,

9h Briefing skippers Massilia Cup IRC Solo et Duo Sail,

9h Briefing skipper Massilia Cup IRC et OSIRIS Equipage et Monotype,

11h Mise à disposition en mer : toutes classes, sauf les monotypes, pour une ou plusieurs courses,

11h15 Mise à disposition en mer pour les monotypes, pour une ou plusieurs courses,

Dès que possible après la dernière régate : remise des prix et cocktail au Village Massilia Cup

ATTENTION : Les mesures sanitaires prévues par le CNTL-Marseille
Médias
– Formalités d’enregistrement dématérialisées.
– Accès à la salle de presse réservé aux seuls journalistes accrédités sous réserve de présentation du Passe Sanitaire
– Port du masque et gel hydroalcoolique : obligatoires
– Embarquements : Passe Sanitaire demandé

 

CNTL

Franck Recoing, président du CNTL

Yves Ginoux, vice-président, responsable du pôle voile

Samuel Cartier, responsable des événements nautiques

Francis Habert, responsable de la commission communication

 

Facebook – page massilia cup

Twitter – @CNTLMarseille

Instagram – cntlmarseille

 

Possibilité d’interviews

Relations Presse

Raphaël Mira 06 16 26 01 78 – raphael.mira@op-presse.fr

Maguelonne Turcat

Photo Yohan Brandt

Vidéo Gilles Martin-Raget

photo libre de droit

Retour sur la Quadra Solo-Duo 2021

Par Yves Ginoux

La Quadra Solo-Duo organisée par la SN Marseille s’est tenue du 21 au 27 août et constitue traditionnellement le rendez-vous de fin d’été des duos et solos méditerranéens. 28 duos et 7 solitaires ont répondu présent et si le nombre de participants est en baisse, la qualité des équipages était bien là comme en témoigne des classements très serrés.

Des conditions variées, de la « pétole blanche » au mistral à plus de 30 kn le dernier jour, ont permis aux équipages de s’exprimer pleinement et les vainqueurs de chacune des classes sont des habitués des podiums.

En Solo, Eric Merlier (JPK 10.30 Télémaque 3) l’emporte devant 2 Figaros 2 très bien menés, avec notamment Michel Sastre 2ème, un habitué de la Classe Mini, et Michel de Bressy, fidèle au rendez-vous.

Eric Merlier : « le retour de conditions plus ventées m’ont permis de remporter les 2 dernières manches face à des solitaires affutés. Dommage que le parcours retour de Porquerolles à Marseille n’ait pu se courir faute de vent. Il serait intéressant de prévoir à l’avenir une étape intermédiaire …. Aux Embiez par exemple qui est mon Club ! ».

Télémaque 3

En duo, malgré la forte opposition des frères Follin sur leur SunFast 3300 Surfrider Gms et de Sébastien Henri associé à Victor Bordes sur leur JPK 10.10 Télémaque 2, Pierre Perdoux et Pierre Grosgogeat (JPK 10.10 Ilogan) après un début d’épreuve moyen ont remporté pour la 2ème fois consécutivement la Quadra Duo.

Pierre Perdoux : « Encore une belle QuadraSoloDuo, 7 courses courues dans de belles conditions de vent, un parcours varié et la magnifique escale à Porquerolles. Le plateau était encore relevé avec SurfRider5 le Sun Fast 3300 des frères Follin, Télémaque 2 le JPK10.10 de Sébastien Henry en duo avec Victor Bordes / Christopher Pratt, Ar Wech All de Michel Pelegrin, Epsilon de Jean Rameil.

La première journée du samedi a été dominé par SurfRider5 qui gagne les 2 manches du jour dans un vent de 10 à 15 nœuds parfait pour une mise en route de la flotte. Le lendemain départ de la grande course de nuit vers Porquerolles avec un petit mistral entre 15 et 25 nœuds. Des conditions exceptionnelles avec une nuit de pleine lune et de beaux surfs au large du cap Sicié. Nous profitons de ces belles conditions pour gagner la manche devant Telemaque 2 et SurfRider5 qui garde les commandes du général.

 Après une journée de repos la flotte repart pour 2 manches autour de Porquerolles. La première manche est une banane dans la rade par 10 nœuds et voit Télémaque 2 s’imposer. Le comité envoie la flotte faire le tour de Porquerolles pour la deuxième manche. Après un départ dans 10 nœuds, le vent mollit complètement derrière l’ile avant l’arrivée d’un grain de 25 nœuds qui permet à la flotte de terminer la manche dans de bonnes conditions. Nouvelle victoire pour notre Ilogan qui prend ainsi la tête du général devant SurfRider5 et Telemaque2 mais les écarts sont faibles. 

Le vent faible et capricieux du mercredi ne permet pas au comité de lancer une manche pour le retour vers Marseille qui se fait en mode croisière.

Retour de belles conditions le jeudi avec du vent de secteur Ouest de 10 nœuds fraichissant jusqu’à 25 nœuds la journée. Belle première manche que nous gagnons en réel et en compensé et profitons de quelques bateaux qui s’intercalent avec nos concurrents directs (SurfRider5 et Telemaque2) pour consolider sa place au général. Deuxième manche dans un vent soutenu et beaucoup de bateau à la bouée de dégagement heureusement sans contact. Télémaque 2 gagne devant SurfRider5 avec beaucoup de maitrise.

Vendredi le mistral souffle fort et après un premier retard, le comité décide de ne pas envoyer la flotte sur l’eau et annule la manche avec raison.

Au final grâce à une belle régularité, Notre Ilogan gagne à nouveau cette belle régate en Duo devant SurfRider5 et Télémaque2 mais la bataille a été rude et très serrée. « Les 2 Pierres » ont dû puiser dans leurs ressources et leur expérience pour garder le leadership!

Au-delà du sport, cette régate reste unique par l’ambiance au sein des duos et solos, une solidarité et une bienveillance incroyable entre les équipages et l’organisation. Un grand merci à tous les membres de l’organisation de la Société Nautique de Marseille et au Comité de Course qui ont su exploiter au mieux des conditions. »

Ilogan durant la grande course

Site internet : https://www.lanautique.com/regate/quadra-solo-duo-mediterranee-2021/

Massilia Cup 2021 – Xavier Macaire, parrain d’une Massilia d’automne !

Sport/voile                                                    communiqué de presse – jeudi 19 août 2021

39e Massilia Cup – samedi 25 et dimanche 26 septembre 2021

Après deux longues années d’attente, les meilleurs régatiers de Méditerranée se retrouvent, enfin, sur la 39e Massilia Cup, organisée par le CNTL-Marseille, samedi 25 et dimanche 26 septembre. Le Figariste Xavier Macaire (Groupe SNEF), renouant avec le club de son enfance, parraine cette nouvelle édition, qui permettra à l’élite de l’IRC d’en découdre à l’occasion du championnat UNCL méditerranée.

Particularité de cette édition, les concurrents de la Duo Sail partageront le même plan d’eau pour déterminer la meilleure paire de marins du classement IRC double Méditerranée sur l’année 2021. Enfin, comme il est de tradition, le CNTL-Marseille accueillera les OSIRIS et fera la part belle à la monotypie avec les Grand Surprise, et la première apparition des J/70 sur l’épreuve, qui disputeront leur dernière manche de la Coupe de France. Près de 80 bateaux et 700 marins sont attendus sur le futur plan d’eau olympique.

 

Une Massilia d’automne sportive !

“Avec le calendrier qui est bouleversé depuis un an et demi, nous sommes conscients de faire bouger les lignes en organisant cette 39e Massilia Cup au début de l’automne : changement d’habitudes, calendrier 2021 resserré sur six mois au lieu de neuf mois, problèmes sanitaires, économiques… C’est une grande satisfaction de constater, au vu des premières inscriptions, une volonté importante de venir régater sur la Massilia Cup.“ Franck Recoing, le nouveau président du CNTL-Marseille est confiant sur la réussite de cette 39e édition qui se disputera sur deux jours “accueillie“ par la Duo Sail, dont c’est le créneau habituellement.

“La Massilia Cup va tenir un rôle majeur, avec un véritable enjeu sportif“, explique aussi Yves Ginoux, vice-président, responsable du Pôle Voile. “Les bateaux présents chez nous disputent le championnat méditerranée UNCL en IRC, en solo, duo et en équipage. Place au sport et à la compétition !“

Les habitués du mois de mars s’apprêtent à découvrir l’été indien sur la Massilia, qui ne sera pas à l’abri du mistral et encore moins d’un gros coup d’est, plus inhabituel au printemps.

Xavier Macaire, parrain de la Massilia 2021

Xavier Macaire, une pensée pour la Massilia avant la Solitaire…

Enfant du CNTL-Marseille, Xavier Macaire est revenu dans son club de toujours, il y a cinq ans. C’est la 2e fois qu’il parraine l’épreuve reine du club marseillais. La première fois, il était au beau milieu de l’Atlantique, pendant l’épreuve, cette fois, il sera présent et devrait même naviguer. D’ici là, tout le Club est derrière lui et son Groupe SNEF, pour lui souhaiter le meilleur sur la Solitaire dont le départ sera donné dimanche 22 de Saint-Nazaire.

Le talentueux skipper, qui a tiré ses tous premiers bords sur le bateau familial, un Westerly Berwick de 9m60, amarré dans le Vieux-Port au CNTL, a déjà terminé à la 2e place en 2013 et à la 3e place en 2015 de cette course prestigieuse. A noter également dans son palmarès des victoires sur la Solo Maître Coq en 2019, la Sardinha Cup en 2020, la Solo Guy Cotten en 2020 et 2021, et un titre de Champion de France Elite de course au large en solitaire. A noter qu’il participera à la Transat Jacques Vabre, à la fin de l’année, sur un Multi 50 aux côtés d’Erwan Le Roux.

 

La Duo Sail pour couronner la meilleure paire de marins

Créée en 2011, la Duo Sail a renforcé le rôle pionnier du CNTL dans les courses en doubles puisque cette épreuve – qui faisait suite à l’historique Duo Cup lancée en 1992 et toujours organisée à ce jour, ou à la célèbre Duo Max depuis 2004 – a ouvert la voie de la régate en double en Méditerranée en précédant le lancement en 2012 du championnat UNCL IRC.

Les meilleures “paires de marins“ se retrouvent fin septembre, sur le plan d’eau marseillais, pour une nouvelle et ultime étape du Championnat UNCL IRC Double. C’est souvent à cette occasion que le circuit détermine son duo vainqueur de la saison !

 

Espace course de la Massilia (pour les inscriptions en ligne) :

https://www.cntl-marseille.com/actualites/-massilia-cup-2021-726.htm

Site internet de la Massilia Cup :

https://www.cntl-marseille.com/content/MassiliaCup

Attention : majoration des frais d’inscription dès le 11 septembre 23h59

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le programme de la 38e Massilia Cup


Vendredi 24 septembre

10h : Ouverture des confirmations des inscriptions pour tous les groupes,

19h : Ouverture de la Massilia Cup, apéritif de bienvenue,

22h : Clôture des confirmations des inscriptions.

Samedi 25 septembre

A partir de 8h, petit déjeuner pour les équipages au village Massilia Cup,

9h Briefing skippers Massilia Cup IRC Solo et Duo Sail,

9h Briefing skipper Massilia Cup IRC et OSIRIS Equipage et Monotype,

11h Mise à disposition en mer : toutes classes, sauf les monotypes, pour une ou plusieurs courses,

11h15 Mise à disposition en mer pour les monotypes, pour une ou plusieurs courses,

A partir de 18h – After-Race, apéritif dinatoire pour les équipages                                                                                                                        

Dimanche 26 septembre

A partir de 8h, petit déjeuner pour les équipages au village Massilia Cup,

9h Briefing skippers Massilia Cup IRC Solo et Duo Sail,

9h Briefing skipper Massilia Cup IRC et OSIRIS Equipage et Monotype,

11h Mise à disposition en mer : toutes classes, sauf les monotypes, pour une ou plusieurs courses,

11h15 Mise à disposition en mer pour les monotypes, pour une ou plusieurs courses,

Dès que possible après la dernière régate : remise des prix et cocktail au Village Massilia Cup

 

CNTL

  • Franck Recoing, président du CNTL
  • Yves Ginoux, vice-président, responsable du pôle voile
  • Samuel Cartier, responsable des événements nautiques
  • Francis Habert, responsable de la commission communication

 

Facebook – page massilia cup

Twitter – @CNTLMarseille

Instagram – cntlmarseille

 

Possibilité d’interviews

Relations Presse

Raphaël Mira 06 16 26 01 78 – raphael.mira@op-presse.fr

Maguelonne Turcat

 

Photo : Yohan Brandt

Vidéo : Gilles Martin-Raget