Quadrasolo Méditerranée 2019

Après une semaine de régate inédite avec escales à Porquerolles et Bandol, les 79 navigateurs participants à la 18e Quadra Solo-Duo sont de retour au ponton de la Société Nautique de Marseille, organisatrice de cette course dédiée aux 40 ans et plus.

Dans la perspective de l’organisation du départ en juillet 2020 de la Transquadra Méditerranée, l’équipe de la Société Nautique de Marseille, animée par son Président Pierre SATHAL et l’indispensable Chantal BENIGNI, a réussi une édition exceptionnelle de la Quadra Solo-Duo avec un parcours conduisant les 46 concurrents (13 solos et 33 duos) depuis Marseille jusqu’à Porquerolles et à Bandol.

Le Comité de Course présidé par Georges KHOREL a su jouer avec les conditions légères qui ont prévalu notamment en raccourcissant à bon escient la grande course de nuit qui a été un réel « juge de paix » pour le classement final.

Certains concurrents étrennaient leur nouveau bateau avec bonheur comme Laurent CAMPRUBI et son JPK 10,30 Jeanne mis à l’eau une semaine avant, qui bat le leader jusque alors incontesté de la classe Solo, Guy CLAEYS et son JPK 10,10 Expresso et Arnaud VUILLEMIN sur un autre JPK 10,10 Jubilations.

En duo c’est un couple mixte (signe des temps à l’approche des Jeux 2024 ?) qui l’emporte, Yves GINOUX et Isabelle BOISBOUVIER ont su profiter de la vitesse de leur Grand Soleil 37 Racing WeekEnd Millionaire 3 dans le petit médium pour s’imposer devant Ar Wech All, le très régulier JPK 10,10 de Michel PELLEGRIN et Gérard NAVARRIN et Solenn, le JPK 10,80 de GERARD Père et Fils plus à l’aise dans la brise. Le tout nouveau SunFast 3300 Eurovoiles de Bernard MALLARET et Denis INFANTE termine à la quatrième place, démarrant à peine sa phase de mise au point et est à revoir dans des conditions plus ventées.

Fait nouveau cette année, l’arrivée de 9 Figaro 2 (3 en Solo et 6 en Duo) sur la Quadra Solo-Duo a permis d’étoffer la flotte mais pour l’instant leur rating élevé et la prise en main récente de ces bateaux par leurs équipages ne leur a pas permis de bien figurer au classement général. Les optimisations de TCC en cours en vue pour ces candidats à la Transquadra devraient, espérons-le, corriger cet état de fait.

Il faut saluer l’organisation par l’équipe de la Nautique des différentes soirées à Porquerolles ou à Bandol et bien sûr à Marseille, qui ont permis d’entretenir encore plus l’excellent état d’esprit et la convivialité tout au long de cette semaine de régates d’un très bon niveau sur l’eau. Au final vivement la Quadra Solo-Duo 2020.

Par Yves Ginoux – Vice Président de l’UNCL

Crédit photos : Pierick Jeannoutot

Duo Max + : Dans les coulisses du succès de la première édition

Imaginée cette année pour la première fois par le CNTL Marseille Vieux Port du 20 au 30 juin, la Duo Max + est une nouvelle course au large en double en Méditerranée entre la France et l’Espagne en deux étapes : une première manche de 350 milles nautiques à destination de Barcelone, via Minorque, et un retour de 190 mn en route directe. Retour sur une création originale qui a coché toutes les cases d’une véritable réussite.

Une nouvelle course hauturière

Alors que la Duo Max « originale » qui enregistrait cette année sa 13ème édition est bien ancrée dans les gènes de la course en équipage réduit en Méditerranée – une véritable tendance de fond dont elle a été l’un des événements précurseurs – plusieurs facteurs ont été déterminants dans l’avènement de la nouvelle épreuve, la Duo Max +. Dès 2016, les prémices se sont manifestées avec l’ouverture à l’initiative du CNTL d’un double classement, OSIRIS et IRC, permettant aux équipages qui le souhaitaient depuis de cumuler des points pour le Championnat Double Méditerranée UNCL. Le deuxième élément est indiscutablement le changement de catégorie de l’épreuve, passée cette année en RSO 3 (Règlement Spécial Offshore 3) à la demande de la Fédération Française de Voile. Cette requalification a impliqué quelques nouvelles contraintes pour les organisateurs – arrivée d’un directeur de course – comme pour les concurrents – obligation d’être en conformité avec le stage ISAF de survie, devenu obligatoire pour l’un des deux équipiers – mais elle a aussi ouvert la porte à la possibilité d’organiser des étapes plus longues et plus éloignées des côtes. Dernier élément déclencheur, la perspective de la Transquadra dont le départ Méditerranée sera donné de Marseille le 14 juillet 2020, épreuve en double pour laquelle les équipages en lices doivent se qualifier en pouvant faire valoir leur participation à une course de plus de 150 milles.

Oursy remporte la première édition !

Si les douze concurrents qui ont répondu présents à ce tout premier rendez-vous sont la preuve du bien-fondé de cette nouvelle épreuve, seul un vainqueur aura gravé son nom sur la première ligne. C’est l’Elan 350 Oursy qui a remporté le titre dans des conditions météorologiques qui resteront comme exceptionnellement favorables à la navigation en Méditerranée à cette saison de l’année, puisque le vent n’a pas manqué au rendez-vous lors de la première étape, la plus longue. Pour Didier Brouat et André Morante-Perez, qui courraient en tandem ensemble pour la première fois, cette victoire est à marquer d’une pierre blanche. L’équipage prenait le départ avec une pression spéciale puisque ce même bateau, mené par une autre paire de marins – Marc-Antoine Sulmon et Adrien Uhl – avait remporté la « classico » l’an dernier. Au-delà du plaisir de la « belle nav », les vainqueurs qui ont porté haut les couleurs du pôle course du CNTL, auront eu à gérer une pression qui ne leur aura pas été ménagée par les autres concurrents, et notamment celle de leurs frères de panne – et des frères à la ville – Erik et Pierre Lacoste à bord de leur redoutable Delher 36 Delos, vainqueurs en temps réel de la seconde étape et qui terminent second au général, ou du Figaro 2 Shamrock, mené de main de maitre par Bruno Maerten et Olivier Guillerot, qui complètent un podium entièrement siglé CNTL.

RALF TECH CHRONOMETREUR OFFICIEL DE L’UNCL

La Duo Max + à l’heure de la performance : Prix UNCL by RALF TECH chronometreur officiel

Pour les vainqueurs de cette grande première, une dotation de prestige : une montre RALF TECH WRX Pirates Shadow. Il y a 15 ans, RALF TECH a embarqué dans le monde de l’horlogerie avec l’ivresse du sel et des embruns dans son ADN.

La marque française qui avait fait sa renommée dans la plongée a fait son entrée dans ce secteur en créant la montre championne du monde de profondeur avec l’exploit de Pascal Bernabé à – 330 mètres. Aujourd’hui, la signature horlogère dont les qualités marines sont unanimement reconnues accompagne les plus grands noms de la course au large : Armel Le Cléac’h, Thomas Coville, François Gabart ou Michel Desjoyaux. « Notre engagement aux côtés de l’UNCL en qualité de chronométreur officiel était une évidence » explique Frank Huyghe, président de RALF TECH « Au-delà de la passion commune, notre souhait est de nous rapprocher au plus près de la réalité : on peut avoir un petit bateau et les mêmes exigences ! Notre marque est fière d’être au plus près de la pratique, et c’est pour cela que nous souhaitons être présents dans les salons nautiques, autant que dans ceux de l’horlogerie« . « L’Union Nationale pour la Course au Large a signé un partenariat pour deux ans avec RALF TECH » détaille Yves Ginoux, vice-président de l’UNCL  » Pour 2019, nous avons choisi quatre compétitions de course au large en Méditerranée et quatre autres en Manche-Atlantique pour créer un prix UNCL by RALF TECH. Nous partageons la même vision de la régate et nous voulons favoriser la pratique de la course au large. Nous sommes heureux que nos efforts servent au CNTL, organisateur de ce type de belle course avec la création cette année de la Duo Max +. »


Site internet www.cntl-marseille.com
Facebook  CNTL Marseille Vieux-Port et Duo Max CNTL

CNTL
Michel Graveleau, Président du CNTL
Mathias Louarn, directeur de course Duo Max 2019
Florence Baudribos, Présidente du Comité de Course
Hélène Silve, Présidente du Comité Technique
Tom Grainger, Président du Jury
En partenariat avec le Reial Club Maritim de Barcelone et le Port de Rosas

Communiqué de Presse du Vendredi 5 juillet 2019 – CNTL

Relations Presse
Maguelonne Turcat 06 09 95 58 91
magturcat@gmail.com

Photos Yohan Brandt
disponibles en HD sur demande

Le programme de la Duo Max 2019

La Duo Max débutera samedi pour une semaine de régates entre Marseille et les côtes espagnoles. Le CNTL a ajouté une course Duo Max + pour satisfaire les fans des épreuves au large.

La 13e édition de la Duo Max, la grande classique hauturière en double organisée par le CNTL, débutera samedi au départ de Marseille. Pour la première fois, deux parcours s’offrent aux 29 concurrents. Le format habituel de la Duo Max est maintenu et comprendra trois étapes : Marseille-Roses, Roses-Barcelone, Barcelone-Marseille.

Le CNTL a ajouté une course la Duo Max + pour les fans de large, en deux étapes Marseille-Minorque-Barcelone en 350 milles, puis Barcelone-Marseille. Didier Brouat et André Morante-Perez (Oursy), Marc-Antoine Sulmon et Adrien Uhl (l’Elan 350) ainsi que Ludovic Gérard et Philippe Mariani (Solenn), habitués de la Duo Max, font partie des 12 participants qui prendront le départ de la Duo Max +.

Prix UNCL by RALF TECH : CHRONOMETREUR OFFICIEL

Au-delà du chronométrage officiel, ce mariage de passion entre RALF TECH et l’UNCL se concrétisera par la remise d’un prix exclusif pour le vainqueur de la Duo Max : une WRX « Pirates Shadow ».

Présentation Prix UNCL by RALF TECH : https://www.uncl.com/2019/04/03/actualites-club/ralf-tech-chronometreur-officiel-de-luncl/

Le programme prévisionnel de la Duo Max :

Samedi 22 juin 15h : départ en rade de Marseille pour la première étape de 110 milles nautiques à destination de Roses (temps étape à 6 nœuds : 18h).
Lundi 24 juin 15h : départ devant le port de Roses pour la deuxième étape de 79 milles nautiques à destination de Barcelone (temps étape à 6 nœuds : 13h).

Jeudi 27 juin 10h (heure indicative, susceptible de modification en fonction de la météo) : départ de Barcelone pour la dernière étape de 189 milles nautiques à destination de Marseille (temps étape à 6 nœuds : 31h).

Le programme prévisionnel de la Duo Max + :

Samedi 22 juin 15h : départ en rade de Marseille (Frioul) pour la première étape de 350 milles nautiques à destination de Barcelone via Minorque (temps étape à 6 nœuds : 60h).

Jeudi 27 juin 10h (heure indicative, susceptible de modification en fonction de la météo) : départ de Barcelone pour la dernière étape de 189 milles nautiques à destination de Marseille (temps étape à 6 nœuds : 31h).

Communiqué de presse : SportMag.fr

Leslie Mucret

Crédit photo : Yohan Brandt

LE rendez-vous de la voile en méditerranée : la Rolex Giraglia

Après trois jours de régates côtières dans la magnifique rade de St Tropez, 250 monocoques ont pris le départ mercredi dernier de la grande course lors de la 67° édition de la Rolex Giraglia. La célèbre course de 241 milles, au départ de Saint Tropez via le rocher de la Giraglia au nord de la Corse pour rallier cette année le port de Monaco, a mis à l’épreuve les 3000 marins en raison d’une météo musclée.

Ce fut une course très rapide et tout aussi difficile pour les « gros » voiliers comme Rambler 88 le favori et le reste de la flotte, dont la plupart ont contourné le rocher de Giraglia en 24 heures seulement ! Georges David – Rambler 88 : « on m’avait dit que la Rolex Giraglia était une course lente, courue dans du petit temps… c’est faux ! Les conditions étaient parfaites pour le bateau. Nous n’avons pas réussi à battre le record cette année (détenu depuis 7 ans par Esimit Europa 2 en 14 h et 56 minutes). Une raison de plus pour revenir lors de la prochaine édition ! ». Le voilier Rambler 88, vainqueur en temps réel, mis 16h35m pour franchir la ligne d’arrivée.

Fleet

Les voiliers en compétitions, en équipage ou en duo, sont partis sous spis du golfe de St Tropez pour un premier bord dans du vent medium. Des rafales à plus de 20 nœuds surgissent rapidement obligeants la flotte à tirer des bords le long de la côte pour aller virer une bouée à Cavalaire avant une descente rapide direction le Cap Corse. Les conditions sont difficiles dans la première partie de course comme en témoigne Philippe Mazoyer à bord de Rostanbar 2 en duo : « Les conditions sont très musclées mais on rattrape déjà bon nombre de plus gros bateaux partis avant en équipage. Certains abandonnent et font demi-tour, d’autres se rentrent dedans, cassent leur mat, appellent les secours… Bref c’est chaud ! On attend donc un peu que ça se calme avant d’envoyer le spi avec encore un bon 25nds. »

RAMBLER ROUNDS THE GIRAGLIA ROCK AT SUNSET DURING THE FIRST EVENING OF THE RACE

Cap donc pour l’ensemble de la flotte sur le rocher de Giraglia. Les conditions de vent et de mer sont parfaites durant la descente. L’ensemble de la flotte se lance dans des surfs et se fait plaisir comme en témoigne Philippe à la barre de son JPK : « là ça devient vraiment fun ! Cap sur la Giraglia, l’angle du vent et des vagues est parfait, on part au surf pendant les 14 heures de descente toute la nuit comprise. On n’a jamais connu des conditions aussi exceptionnelles pour se faire plaisir. On retrouve des sensations dignes d’une planche de slalom avec ce JPK qui descend rarement en dessous de 10nds et surf à 16 ! ». Mais toutes les bonnes choses ont une fin et les conditions météos se dégradent à l’arrivée du rocher mythique, la Giraglia. Le vent tombe et les marins mettent un certain temps à contourner l’île : « A la fin de la nuit on a envoyé le spi. Puis le vent est tombé. On a mis deux bonnes heures à passer la Giraglia. Et là on a rattrapé un groupe de notre classe !» comme en témoigne Caroline Petit à bord de Moogli Sailing Team4.

La flotte se regroupe au passage de la Giraglia, les conditions météos mollisses, la remontée en direction du port de Monaco est plus compliquée à gérer pour les marins. L’accueil au Yacht Club de Monaco est des plus somptueux pour féliciter et récompenser l’ensemble des 3000 marins engagés.

Prochain grand rendez-vous de la saison, l’European IRC Championship 2019 à SANREMO

La Giraglia ne serait rien sans ces centaines de voiliers qui composent le gros de la flotte. Amis, sportifs, retraités, famille, en double ou en équipage, la Giraglia est un rendez-vous que de nombreux marins ne louperaient pour rien au monde et qui se réserve année après année. Le charme de Saint-Tropez, le format des régates, le goût du large et une arrivée prestigieuse favorisent cet engouement qui ne cesse de croitre.

Rappelons que cette course est née après-guerre de la volonté commune entre les deux marines française et italienne de renouer des liens amicaux et que l’UNCL fit partie de son organisation. Cette année encore, chaque Marine avait un bateau engagé. Les français avec Capriccio II, un first 36.7 remportent le trophée 2019.

Retour en images sur la 67° édition de la Rolex Giraglia

Retour sur deux superbes épreuves des Championnats UNCL, la Porquerolle’s Race et l’Armen Race Uship

La première édition de la Porquerolle’s Race s’est terminée de la plus belle des manières ce dimanche avec de superbes conditions. Tout au long des quatre jours de l’épreuve, les 52 équipages en lice ont disputé pas moins de 11 manches. Cette dernière journée, la plus ventée, a permis de déterminer les vainqueurs de chaque classe : Confluence Sopra DPMF (Groupe 1), Vito 2 (Groupe 2), Absolutely II (Groupe 3), Expresso 2 (Groupe 4) et Ikra (12 MJI). Rendez-vous est déjà fixé en mai 2020 pour la 2ème édition de cet événement bien-né. 

Jour 4 – Porquerolle’s Race – ©Photos E.Vally / YC Porquerolles

La dernière journée de la Porquerolle’s Race a été magnifique avec un vent de Sud-Ouest qui s’est levé à plus de 15 nœuds et a parfois frisé les 20 nœuds. Trois nouveaux parcours construits ont pu être lancés dans chacune des classes. Ces conditions plus soutenues, couplées à l’extrême motivation des équipages, ont entraîné quelques faits de course et plusieurs bateaux sont entrés en collision.

Au total, les équipages ont disputé onze courses durant les quatre jours de compétition, dont un tour de l’île vendredi qui restera dans les mémoires. Avec un gros niveau sportif, des conditions météo parfaites et une belle ambiance à terre, la Porquerolle’s Race est un beau succès. « La réussite de cette première édition est de bon augure pour la suite de cette épreuve que nous souhaitons inscrire dans la durée. Nous vous donnons rendez-vous l’année prochaine », a déclaré Sébastien Le Berre, Président du Yacht Club de Porquerolles.

Groupe 1 (13 inscrits) : Confluence Sopra DPMF remporte la bataille des « gros »

Les régates du Groupe 1, qui regroupait les plus grands voiliers de la flotte, ont été très spectaculaires, et tout particulièrement ce dimanche dans un vent forcissant. Bien inspiré tactiquement, crédité de manœuvres impeccables, l’équipage du GP 42 Confluence Sopra DPMF sort vainqueur de la Porquerolle’s Race. Derrière, l’imposant IRC52 Arobas2 a arraché la 2e place au général. Le Club Swan 52 Raving Swan est 3e.

Groupe 2 (16 inscrits) : Vito 2 a capitalisé sur son avance

Très régulier depuis le début de l’épreuve (avec deux victoires et sept 2e places), l’A 40 RC Vito 2 a vécu une mésaventure aujourd’hui en étant disqualifié de l’avant-dernière manche (suite à une collision) puis en ne terminant pas la dernière. Malgré ces deux courses « perdues », Vito 2 a pu conserver les commandes du Groupe 2, avec 10 points d’avance sur son premier poursuivant, le Grand Soleil 46 Groupe Lombardot Sailing Team. Le J133 Jivaro termine 3e mais cela a été très chaud puisque cet équipage n’a que 2 points d’avance sur Adrenaline, 4e, et 3 points sur Sloughi Rivas Yachting.

Groupe 3 (11 inscrits) : Absolutely II intouchable, Foxy Lady et Flower Power complètent le podium

En remportant neuf des onze courses disputées à Porquerolles ces quatre derniers jours, l’équipage du Mumm 36 Absolutely II, mené par Yves Ginoux, a laissé des miettes à ses adversaires. 3e du Championnat UNCL de Méditerranée avant la Porquerolle’s Race, Absolutely II réalise une très belle opération. Le match pour les deux places restantes sur le podium a été plus indécis et ce sont finalement le X 35 Foxy Lady et le MAT 1010 Flower Power qui s’emparent des 2e et 3e places à Porquerolles.

Groupe 4 (10 inscrits) : Expresso 2 renverse la situation et remporte la Porquerolle’s Race

Le JPK 1010 Expresso 2 accusait un retard de 3 points ce matin sur le leader provisoire, le X34 Almogaver. L’équipage d’Expresso 2 a réalisé la journée parfaite, remportant les trois parcours construits. Dans le même temps, Almogaver a terminé deux fois 2e et une fois 6e. Expresso 2 a donc repris les devants et sort grand vainqueur de la Porquerolle’s Race dans le Groupe 4. La lutte pour la dernière place sur le podium a également été intense : du 3e (Rostanbar 2) au 7e (Havana Glen), il n’y a que 6 points d’écart à l’issue de l’épreuve.

 

Porquerolle’s Race 2019 – Jour 4

 

Site du Yacht Club de Porquerolles : https://yachtclubporquerolles.fr/

Prochaines épreuves au calendrier du  Championnat UNCL 2019 Méditerranée, du 7 – 15 juin La Rolex Giraglia (YCI – SNST) et du 22 – 28 juin se déroulera la Duo Max (CNTL)

ArMen Race Uship 2019 : Champions les amateurs!

L’ArMen Race Uship a pour particularité, depuis sa première édition en 2011, d’être ouverte aux marins professionnels et amateurs sur un même parcours. Ils ont été 175 à répondre présents cette année aux côtés des sept IMOCA, des trois ULTIM et du MULTI50, non seulement pour pouvoir prendre le départ aux côtés de ces géants des mers, mais également pour se confronter à la course au large dans une ambiance conviviale et sportive.

Pour cette 9e édition, les conditions ont été bien calmes niveau vent mais très soutenues au niveau des nerfs. Les concurrents ont du s’armer de patience et de persévérance pour boucler le parcours. 145 bateaux ont franchi la ligne avant sa fermeture, dimanche à 8h00.

Charlie Capelle (Acapella – Proludic) remporte une nouvelle fois l’ArMen Race Uship. Le marin trinitain qui ne rate jamais une édition de la course, était une nouvelle fois accompagné de Lionel Lemonchois. Charlie, qui a toujours pour objectif de transmettre et de partager, avait également embarqué un de ses techniciens, Paulin Nicol, jeune marin aux multiples casquettes.

Nicolas Groleau (Bretagne Télécom), Jean-François Levasseur skipper du Team Jolokia et Sébastien Harinkouck (Amanjiwo) ont coupé la ligne en tête des IRC dans un mouchoir de poche. Mais en temps compensé, c’est Codiam, skippé par Nicolas Loday, qui a une nouvelle fois fait parler de lui en remportant cette 9e édition dans la catégorie IRC A.

Philippe Baetz sur Musix, réalise un doublé en remportant l’épreuve en IRC B en temps réel et en temps compensé, tout comme Alain Guelennoc (Menuiserie-Fenetre.fr) en IRC C. Même constat en IRC Double, avec la victoire de Paolo et Mattéo Mangione (Ciao Ciao). Le duo complice père-fils venu de la Rochelle ont semé les JPK sur leur SunFast 3600. Vaimiti de Fabrice et Yann Level ont décroché la 2ème place suivis par Tip de Bernard Mallaret et de la bretonne Françoise Goyat qui prennent la 3ème place.

Les First 31.7 de la Nuit de l’ArMen ont bataillé ferme et sont arrivés groupés dans la nuit de vendredi à samedi. Gauvain, skippé par Patrick Roussel, sort vainqueur de cette confrontation sur 100 milles le long des côtes morbihannaises.

Cette splendide édition s’est achevée sur la remise des prix où la marraine de la course, Sophie Davant, a remis le trophée UNCL by RALF TECH au vainqueur OVERALL devant 90 bateaux, Codiam, skippé par Nicolas Loday. L’UNCL remercie tous ses partenaires ainsi que les personnes dévouées sans qui les courses ne pourraient avoir lieu.

Site internet de la Société Nautique de la Trinité sur Mer : https://www.snt-voile.org/

Retrouvez toutes les photos de l’Armen Race USHIP realisées par @Antoine Dujoncquoy photographie

Prochaines épreuves au calendrier du  Championnat UNCL 2019 Manche – Atlantique, le 8 – 9 juin 100 Milles et une Nuit (YC Dinard) et le 8 – 10 juin le Grand Prix du Crouesty (YCCA)

Retour sur les Hyères Series et le Trophée Mandelieu La Napoule

Retour sur les deux manches du Championnat UNCL 2019 Méditerranée qui viennent de se dérouler le weekend dernier, les Hyères Series et le Trophée Duo et Solo de Mandelieu La Napoule. Deux belles épreuves qui se sont déroulées dans des conditions de vent techniques.

Hyères Series : le Printemps enfin revenu !

SONY DSC

C’est par un week-end printanier de brises légères et de soleil voilé que les Hyères Series se sont déroulées en rassemblant une trentaine de bateaux dont seulement 11 équipages IRC en plus des SB20 et des Neptunes 6,25, en compagnie de plus de 400 Lasers venus de toute l’Europe, beau symbole pour un week-end d’élection européenne.

Malgré un vent instable en force et en direction, le comité de course présidé par Patrick JEANNOT a pu lancer 4 parcours construits le samedi et un parcours côtier le dimanche juste avant la disparition complète du vent de Nord, ce qui a permis aux citoyens voileux d’aller voter sans regrets.

Il faut remercier toute l’équipe du IYCH, emmenée par son Président Alain VIDAL, qui avait mis les « petits plats dans les grands » pour offrir aux équipages un sympathique accueil dans les locaux flambants neufs du Centre du Nautisme Hyérois et un savoureux dîner au restaurant de l’Hippodrome le samedi soir.

Côté résultats, JIVARO, le J133 de Yves GROSJEAN, remporte la victoire en IRC 1-2 (mais n’a pas pris pour autant la « grosse tête » !) devant VITO 2 de Gian Marco MAGRINI et TONNERRE DE GLEN mené par Christophe HERBIN tandis que notre Mumm 36 ABSOLUTELY II a fait parler sa vitesse dans le petit temps pour nous permettre de remporter la victoire en IRC 3-4 devant FLOWER POWER, le Mat 10.10 de Karel OLSTHOORN et ALKAID 3, le JPK 10.10 de Christophe HEURTAULT.

A l’avenir, afin d’attirer plus de bateaux IRC sur un des plus beaux plans d’eau d’Europe durant ce week-end très bien organisé par le IYCH , il semble indispensable de réfléchir à étendre la flotte de participants (duos), envisager de faciliter les conditions d’accès au Port d’Hyères et a améliorer la synergie entre les Clubs Hyérois. Pour notre part, c’est sûr nous serons présents en 2020.

Site internet : https://www.iych.fr/index.php

Par Yves Ginoux.

Trophée Mandelieu La Napoule Solo et Double

La régate s’est déroulée par petit temps Samedi : 2 parcours bananes : vent 7-8 Knts d’Est puis SE pour la 2ème Manche accompagné d’un soleil voilé. Deux très belles courses !

Dimanche matin Pluie et vent Nul… Le comité envoie l’aperçu. Les bateaux restent donc à terre. Vers 12 h la pluie cesse et le vent se lève 6-7 Knts SE. Le comité, très réactif, saute sur l’occasion pour envoyer un petit côtier tant le vent est instable … Au bout d’une demi heure le vent s’écroule mais pas la houle résiduelle, due au mauvais temps de la nuit sévissant entre la Corse et le continent… Le passage de la marque au vent est un long calvaire pour tous! Les bateaux reculent avec le courant ( Eh oui même en Med il y a du courant , mais on ne peut pas mouiller : trop de fond !!) au hasard des risées évanescentes certains passent difficilement la marque, filant ,poussés par la houle et le courant vers la ligne d’arrivée d’un parcours raccourci … Vent nul au milieu de la baie de La Napoule….

Alors que l’arrivée est enfin en vue pour les premiers juste devant passés à la marque au vent, le vent revient légèrement de l’arrière et gonfle les spis. Les 2 premiers gardent un peu d’avance pour couper la ligne. La moitié de la flotte groupée, coupe la ligne à son tour tandis que d’autres sont encore à la marque au vent et abandonnent………

Comme toujours dans ces circonstances, la manche fait des heureux et des frustrés ! Mais elle a au moins le mérite de pouvoir retirer le plus mauvais résultat des 2 jours. Le JPK 10.10 EXPRESSO 2 de Guy Claeys remporte la victoire en Solo avec deux manches de 1 sur trois devant un autre JPK 10.10, JUBILATIONS de Arnaud Vuillemin. Du côté des Duos, Daniel Dupont et Sandrine Revil terminent premier avec LEON IV, là aussi un JPK 10.10. Ils sont suivis par MACAYA, deuxième, un ILC 30 composé du duo Marc Pons et Didier Fabre.

Lors de la remise des prix et résultats, vers 18 h 30, les équipages qui ont fait au Club le plaisir de répondre à son invitation , ont promis de revenir l’année prochaine appréciant l’accueil qui leur est fait tant par le Port, que par les organisateurs du CNN.

Merci à tous ceux qui ont contribué à ce beau weekend !

Toute l’équipe du Cercle Nautique de La Napoule

Site internet : https://www.cerclenautiquedelanapoule.fr/

 

SNIM 2019 : une édition de tous les records

La 54e Semaine Nautique Internationale de Méditerranée organisée par la Société Nautique de Marseille aura réuni 139 bateaux dont 98 équipages en IRC, 1000 marins, une participation record pour 4 jours de régates intenses et ventées à Marseille, le futur plan d’eau des Jeux Olympiques 2024.

Pierre Sathal, Président de la Société Nautique de Marseille, se réjouit de cette nouvelle édition : « Malgré un vent atypique à Marseille, nous avons bénéficié d’excellentes conditions, offrant de nombreuses options tactiques et de très belles courses aux équipages. Le bilan est exceptionnel, nous enregistrons une hausse de participation qui témoigne de l’engouement pour cette compétition phare et conforte la Société Nautique dans son rôle d’organisateur de régates d’excellence. »

Une SNIM particulièrement ventée, notamment lors de la Grande Course qui a été remportée toutes classes par Bogatyr, le JPK 10.80 d’Igor Rytov, gagnant ainsi la montre RALF TECH WRX A Hybrid mise en jeu par l’UNCL avec son chronométreur officiel RALF TECH.

TONNERRE DE GLEN – Eric Daher : « Les conditions étaient agréables, pas trop froid et mer belle, super SNIM. On s’amuse beaucoup, c’est top. On essaye d’être performants mais aussi prudents car la saison est longue. On fait cette année le circuit anglais, Tour de l’Ile de Wight, National anglais IRC, Cowes Dinard, Channel Race et enfin le Fastnet. Le 9 juin nous ferons le tour de Porquerolles, embarquerons le bateau sur un camion pour, le 29 juin, faire le tour de l’Ile de Wight. Nous serons heureux de représenter la Nautique sur la Manche, avec Lady First. »

HATHOR V – Paul Van Gaver : « Je fais la SNIM en duo avec mon neveu Arnaud, le programme IRC duo méditerranée de l’UNCL et aussi deux courses offshores, la Giraglia et la DuoMax. Tout cela pour préparer la Transquadra avec mon frère, qui partira de Marseille en 2020 ».

Cette 54° édition a une fois de plus offert une superbe ambiance sur les pontons et en mer grâce notamment au travail remarquable des bénévoles, des équipes de la FFV mais aussi au club de la Nautique qui réalise chaque année un travail fabuleux ! En avant pour la 55 ème SNIM !

 

IRC 0 – 5 bateaux – 7 courses : Avec ce nouveau TP 52 (ex Sled) Team Vision Future de J.J. Chaubard a une nouvelle fois dominé la classe IRC 0 malgré les belles courses d’Alizée, Arobas, Teasing Machine et Lady First 3..
1/ Team Vision Future – 6 pts
2/ ALIZEE- 13 pts
3/ AROBAS 2 – 15 pts

IRC 1 – 7 bateaux – 7 courses : Lors de la dernière course courue lundi, Imagine (Sydney 43 GTS) de G. Argelies s’empare de la 1ère place au détriment de Confluence Sopra DPMF (GP 42) de J.P. Joly tandis que Tonnerre de Glen (Ker 46) complète le podium.
1/ IMAGINE – 12 pts
2/ CONFLUENCE SOPRA DPMF – 13 pts
3/ TONNERRE DE GLEN – 16 pts

IRC 2 – 19 bateaux – 8 courses : Là aussi l’ultime course a été déterminante et Rivas Yachting (First 40) voit s’échapper la 1ère place au profit de l’équipage russe d’Adrénaline (Sydney 46), l’A 40RC Vito 2 finit 3ème.
1/ ADRENALINE – 16 pts
2/ SLOUGHI RIVAS YACHTING – 17 pts
3/ VITO 2- 20 pts

IRC 3 – 21 bateaux – 8 courses : domination de l’excellent équipage russe de Bogatyr (JPK 1080) devant l’A 35R Chenapan 3 mené par Gilles Caminade et le Mumm 36 Absolutely II skippé par Yves Ginous, tous deux membres UNCL.
1/ BOGATYR – 10 pts
2/ CHENAPAN 3 – 17 pts
3/ ABSOLUTELY II – 23 pts

IRC 4 – 23 bateaux – 9 courses : Belle course de l’expérimenté équipage de Ar Wech All (JPK 10.10) devant un autre JPK toulonnais et un surprenant Elan 37 .
1/ AR WECH ALL – 12 pts
2/ RACING BEE – 21 pts
3/ GODZILLA 2 – 33 pts

IRC SOLO – 9 bateaux – 6 courses : Guy Claeys et son JPK 10.10 poursuit sa moisson de victoires en solo mais Franck Paillet et son SF 3200 résiste encore.
1/ ESPRESSO – 5 pts
2/ HOKUA / VILLE DE LA LONDE – 9 pts
3/ FIGOLO – 18 pts

IRC DUO – 14 bateaux – 7 courses : Prélude à l’épreuve des JO (?), un équipage mixte gagne en Duo avec Leon 4 (Sandrine Revil et Daniel Dupont), encore un JPK 10.10 aux avants postes devant l’A 31 très bien mené de Pierre Perdoux et Pierre Grosgogeat.
1/ LEON 4 – 10 pts
2/ ILOGAN – 11 pts
3/ ROSTANBAR 2 – 19 pts

 

SNIM 2019 – JOUR 4 – Vidéo

Crédit photos :  @Pierik Jeannoutot

Retrouvez toutes les dernières informations et images sur le site de la Nautique : https://www.lanautique.com/regate/snim-2019/

 

WALILI, HOKUA, AMARYS et PROJET ENVOL remportent les 900 Nautiques 2019

La 10ème édition de la course au large « Les 900 Nautiques » organisée par la Société Nautique de Saint-Tropez a connu pas mal de rebondissements et confirme son statut de grande course au large, la plus longue sans escale en Méditerranée ! Du départ retardé face aux prévisions météorologiques difficiles entre les îles et le continent et la neutralisation de la course pour les solitaires et les duos à mi-parcours, la course et l’arrivée des Imoca à Saint-Tropez… cette course de guerriers a offert toutes les conditions de navigation et n’a pas déçu les amateurs de grandes sensations !

Première grande course au large en Méditerranée sans escale, Les 900 Nautiques lance la saison du Championnat UNCL Solo et Duo et lance les équipages dans le grand bain.

Sur la trentaine de voiliers inscrits, face à l’avis de grand vent annoncé sur le parcours, vingt-huit voiliers ont pris le départ dimanche 24 mars 2019. Entre petit temps et gros temps, les concurrents n’ont pas chômé et face au vent tenace d’Est et à la forte houle depuis le sud de la Corse, la direction de course menée par Georges Korhel a décidé de neutraliser la course et d’établir un classement à la porte sous l’île pour les groupes solos et duos. Ainsi, dans le groupe des solitaires, Franck Paillet sur HOKUA VILLE DE LA LONDE l’emporte pour la seconde année (victoire en 2017) devant Laurent Camprubi sur ALKAID 3 et Arnaud Vuillemin sur JUBILATIONS. Du côté des équipages en double, le duo père fils, Richard et Marius Delpeut, remporte la victoire sur WALILI devant le duo beau-père / beau fils, Olivier Romand et Julien Bour sur JOOPE et le tandem Damien Lapauw et Yannick Blandin sur STARDUX.  Du côté des équipages, l’équipe d’Eric Vinay sur AMARYS a réussi à terminer et se classe premier !

Dans le groupe des IMOCA, Clément Giraud sur PROJET ENVOL prend la première place du podium devant Hugues et Jean-Guillem Destremau sur FACEOCEAN. Marius Delpeut reçoit le Trophée perpétuel Lionel Péan offert au plus jeune concurrent de la flotte. Une très belle course au large qui prend un bel essor ! Un très bon entrainement et une validation pour les futures courses transatlantiques, les solitaires et cette année les coureurs de la classe IMOCA !

« C’est une course de sangliers ! » Hugues Destremau sur FACEOCEAN

« On a vécu nos 40ème rugissants ! » Frank Paillet vainqueur en solitaire

« C’est une course de Bucheron ! » l’équipe d’AMARYS vainqueur en équipage

« C’est la seule course au large en Méditerranée, un véritable challenge où rien n’est jamais gagné ou perdu d’avance ! »

WALILI, HOKUA, AMARYS et PROJET ENVOL remportent les 900 Nautiques 2019

Lors de la remise des prix, en présence du Directeur de course, Georges Korhel, du Président du comité de course, Jean-Pierre Mannetstatter, du Président du Jury, Jean André Cherbonel, du représentant IRC de Méditerranée, Yves Ginoux et du parrain de l’épreuve, Lionel Péan, le Président de la Société Nautique de Saint-Tropez, Tony Oller a tenu à remercier son équipe, les bénévoles, le comité de course ainsi que tous les concurrents qui « viennent pour en prendre plein la face mais qui aiment ça ». Avec une pensée toute particulière pour l’équipage en double de Bernard Couston et Pierre Ortolan qui, suite au démâtage du voilier, ont été pris en charge par la SNSM de Bonifacio avant d’être hélitreuillés en mer par l’escadron de Solenzara au Nord de la Sardaigne.  Georges Korhel a ensuite transmis un message de Pierre Ortolan « merci à tous les coureurs et organisateurs pour leur soutien ! A bientôt sur l’eau.»


Trophée Perpetuel Lionel Péan à Maruis Delpeut

Lorsque l’ancien Président de la Société Nautique de Saint-Tropez, André Beaufils, a demandé à Lionel Péan d’être le parrain de la course au large, il n’a pas hésité une seule seconde. Investi depuis la première édition, Lionel Péan a décidé de créer un Trophée perpetuel Lionel Péan destiné au plus jeune équipier. Le Trophée est un sextant appartenant à sa famille et où sera gravé chaque année le nom du plus jeune participant. Cette année, c’est le co-équipier et fils de Richard Delpeut, Maruis Delpeut (23 ans) qui verra son nom en premier gravé sur le coffret en bois. Le trophée restant au Club, il a reçu une assiette gravée Trophée Lionel Péan.

Ils ont dit :

Frank Paillet sur HOKUA-VILLE DE LA LONDE

« C’est la seule course au large en Méditerranée et un véritable challenge envers toi-même ! Rien n’est jamais gagné ou perdu d’avance ! Je suis content de gagner pour la seconde fois cette course. Comme disait Eric Merlier qui a gagné en 2018 « c’est une course qui se mérite ». Nous avons vécu un peu nos 40ème rugissants comme peuvent le rencontrer les coureurs au large. Cette année, Bonifacio était très hostile mais j’ai de la chance car la Corse me réussit souvent et me porte chance ! (plusieurs victoires corses). Cette victoire me donne plus de motivation à participer au championnat Solo en IRC et récupérer mon titre acquis en 2017. 

Richard Delpeut, vainqueur en duo sur WALILI avec :

« Très content d’avoir pris le départ malgré la météo incertaine ! Très belle navigation pour une première avec mon fils où on a eu aussi bien du petit temps que du gros temps ! La cerise sur le gâteau c’est de gagner la course !

Eric Vinay, vainqueur en équipage sur AMARYS:

« Bravo et merci !! C’est une très belle course de bucherons ! On était venu pour préparer une transat et on n’est pas déçu ! Nous avons tout eu : le plaisir de la navigation (avec des moments plus difficiles), un très bon accueil du Club et le parcours… On s’est régalé ! On s’attentait à ça (difficile) donc on est très heureux !

Clément Giraud, premier groupe IMOCA

« Je suis content d’avoir testé le bateau dans des conditions dures, alors que je suis encore en phase de découverte. Il y a quelques bricoles à faire mais rien de grave. J’ai testé toutes les configurations de voiles et déchiré légèrement mon J2 (la voile d’avant la principale du bateau). Je suis aussi satisfait du rythme que j’ai trouvé. C’était l’un de mes objectifs. J’ai un peu forcé à un moment, quand j’ai manœuvré toute la nuit, mais j’ai pu retrouver le rythme après. Je dois progresser vraiment sur la navigation pure. Faire la relation entre les fichiers météo, les routages et les conditions réelles. Surtout en Méditerranée où on n’a jamais le vent annoncé… Je dois me faire davantage confiance en stratégie, en tactique ».

Hugues et Jean-Guillem Destreau sur FACEOCEAN :

« Ça a été une vraie course de sangliers! Une super épreuve avec des conditions variées. On a vu de la grosse brise au tout petit temps et découvert des paysages magnifiques. Avec trois IMOCA de la Région Sud sur cette édition, On espère voir les bretons et les autres nous rejoindre dès l’année prochaine. Merci à l’organisation qui a su trouver un parcours adapté à une météo très capricieuse »

Retour en images sur le passage au niveau des Lavezzi lors des 900 miles de St Tropez avec JOOP, le Sun Fast 3200 qui termine 2ème en duo avec Olivier Romand et Julien Bour

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accréditation Presse sur demande : chloe.debrouwer@snst.org
Photos libres de droit avec copyright SNST

Sites internet :

http://www.societe-nautique-saint-tropez.fr/

http://lesvoilesdesaint-tropez.fr/

Facebook(s) SNST :

www.facebook.com/societenautique.desainttropez

www.facebook.com/VoilesDeSaintTropezOfficiel

www.facebook.com/900NautiquesSNST/

www.facebook.com/DamesdeSaintTropez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Société Nautique de Saint Tropez ouvre la saison IRC avec Le Festival Armen et les 900 Nautiques

La Société Nautique de Saint Tropez (SNST), l’une des plus anciennes Société Sportive Nautique de France, qui organise plus de 15 épreuves de voile par an, lance le Championnat UNCL 2019 Méditerranée Equipage, Duo et Solo de la plus belle des manières avec deux épreuves se déroulants dans un lieu idyllique, le Golfe de Saint-Tropez !

Le Festival Armen : 42° édition du 8 au 17 mars

Première épreuve de la saison en équipage sur les 13 prévues au programme du Championnat, cette manifestation reconnue et prisée des régatiers ne vous laissera pas indifférent. De la bataille sur l’eau mais pas que… Deux week-ends de régates sont au programme de cette 42° édition. Le premier, du 9 au 10 mars, consiste à un parcours au départ de Saint-Tropez qui vous emmènera jusqu’à Cavalaire pour un retour prévu le lendemain. Le deuxième, du 16 au 17 mars, vous fera sillonner le magnifique Golfe de Saint-Tropez. Mais pas que, car calée entre les deux régates, une épreuve de ski vous emmènera sur les pistes d’Isola 2000 le 15 mars et tout au long de la semaine, les équipages pourront participer au concours d’œuvre d’art du Festival Armen présidé par Cécile De Kock. De beaux défis en perspective !

Retrouvez toutes les infos sur le site de la SNST : http://www.societe-nautique-saint-tropez.fr/snst/evenements/le-festival-armen/

Les 900 Nautiques : 10° édition du 21 au 31 mars

Première grande course au large en Méditerranée sans escale, Les 900 Nautiques lance la saison du Championnat UNCL Solo et Duo. Rebaptisée en 2017 et 2018 « Au large de Saint-Tropez », elle redevient les 900 Nautiques en 2019. Cette épreuve est ouverte aux équipages avec 900 milles à parcourir, aux Solos et aux Duos avec un parcours réduit de 400 milles nautiques. Comme chaque année, le Directeur de Course, Georges Korhel annoncera la veille du départ le parcours et le sens de rotation en fonction des conditions météorologiques. Parmi les portes obligatoires : Sud des Baléares, bas de la Sardaigne, les Iles Pontines, Nord Corse avant de revenir couper la ligne d’arrivée à Saint-Tropez. Reconnue par tous, cette épreuve offre un parcours à vous couper le souffle, un accueil unique, une soirée des équipages, des conditions météo surprenantes… De quoi attirer tous les passionnés du large ! C’est chose faite avec la venue cette année d’Alexia Barrier et son IMOCA 4myplanet qui a pris part à la dernière édition de la Route du Rhum. Le vainqueur en solitaire de la précédente édition et du Championnat UNCL Méditerranée Solo 2018, Eric Merlier (Telemaque 2 – JPK 10.10), défendra son titre face à des habitués du circuit IRC, comme Richard Delpeut (Walili – JPK 9.60) et Daniel Tinmazian (Asta la Vista – A35). Chez les Doubles, les vainqueurs de la Quadra Solo Duo 2018, Ludovic Gérard et Philippe Mariani (Solenn – JPK 10.80) auront fort à faire face aux SUNFAST 3200 et Figaro 2 présents. Une course sportive et un très bon entrainement pour certains professionnels ou amateurs de courses Transatlantiques en vue d’autres grandes épreuves en IRC, comme la Transquadra.

Retrouvez toutes les infos sur le site de la SNST : http://www.societe-nautique-saint-tropez.fr/snst/evenements/les900nautiques/

La 54 ème édition de la SNIM : une régate internationale sur un plan d’eau magique

La Semaine Nautique Internationale de Méditerranée, cinquième épreuve inscrite au Championnat UNCL 2019 Méditerranée Equipage, Double et Solo aura lieu du 19 au 22 avril prochain.

Organisée par la Société Nautique de Marseille, la 54ème édition de la SNIM prendra place dans la rade de Marseille. Comme à son habitude, plusieurs parcours construits et côtiers seront au programme afin que les 150 voiliers IRC attendus prennent toute la mesure de ce bel évènement.

L’accueil sur l’eau comme à terre sera convaincre habitués comme néophytes avec des conditions météos toujours au rendez-vous !

 

Retour en image sur l’édition 2018